• Publicités

Raid O’bivwak


Des images pour commencer suivi d’un récit pour ceux qui prennent encore le temps de lire un peu…

Vendredi, 22 h

Clotaire m’a prêté le Golden pour le week-end. Je l’emmène gambader dans les forêts de l’Allier. Et avec moi, elle va pouvoir chasser en toute liberté, pas besoin de laisse…

Nous roulons en compagnie de Fabrice et Lise, des Bressuirais inscrits sur le C, que nous avons rejoints à Bellac. C’est une première pour Lise qui est avide de renseignements et nous assaille de questions pendant le trajet.

Samedi, 13 h

20180519_120608

Après de chaleureuses retrouvailles avec Annie, notre contrôleuse préférée rencontrée au raid Canéo, nous pénétrons dans l’arena du départ en compagnie de quelques représentants de CMO.

Dsc02039

La redoutable paire Séb et Stéph, amateurs comme nous des formats 24 h (Infernou, Marais’Night) étudie la carte dans ses moindres détails.

Dsc02037

Lilou, jeune pousse prometteuse qui court en mixte sur le C (à la grande inquiétude de ses parents, pas pour le paramètre C, plutôt pour le côté mixte de l’affaire) nous relate ses dernières aventures du haut niveau en Scandinavie.

2018_OBI_A6©CRESPEAU_DSC1843-470x705

Inscrits sur le C également, Mathilde vérifie dans le sac de son père qu’elle y a bien entassé tout un tas de choses inutiles et bien lourdes.

Dsc02042

Côté Bressuire, Fabrice affiche la sérénité du gars qui en a vu d’autres tandis que Lise doit gérer les mille et une interrogations qui lui traversent l’esprit à quelques minutes du départ.

20180519_120948

Le Golden, la truffe au vent, hume l’air ambiant qui fleure bon la balise.

Samedi,17 h

Dans la liaison 11-12, nous tombons sur une paire de zèbres abourdée à quatre patte au bord de la route. Rien de grave, ils sont juste en train de tracer la suite de l’itinéraire, n’ayant pas tout fait au départ. Cette stratégie ne s’avérera pas payante au final puisque Manu, le Père Fouras de la dune du Pilat, fera 3 erreurs de positionnement de poste, qui vont leur coûter cher en terme de temps et d’énergie. Ils arriveront au bivouac une heure après nous, mais sans P.M. se classant dernière équipe mixte avec carton plein sur l’étape. Une belle remontada en perspective pour le lendemain.

Samedi, 19 h

Je commence à cramper. Marie fouille dans son sac à la recherche d’un comprimé de Dextrose ce qui nous fait rater la petite sente à droite qui amène à la balise 14. On s’en rend compte un peu tard, tant pis on l’attaque de l’intersection suivante. Ça nous permet de croiser l’équipe de CMO qui quitte le poste et ne comprend pas pourquoi on arrive depuis cette direction. Tant mieux, ça leur fout le bordel dans la tête et on compte bien que ça déclenche un partage en vrille chez Fabrice. Nous pointons le poste 3 bonnes minutes après eux mais les reprenons à l’attaque de la suivante, le Golden ayant opté pour la trace la plus courte, à travers les marais et la broussaille, atavisme oblige… Fabrice tente sur elle un placage rugby, au risque de lui casser les pattes. Le con ! Il va me l’abîmer et il reste encore 3 postes à shooter. Petit coup d’accélérateur et on file devant.

Samedi, 22 h

20180519_193619

Après une (ou deux ? ou plus ?) bonne bière artisanale réparatrice à l’arrière-goût indescriptiblement parfumé, sans que personne du staff ne soit en mesure de nous dire à quoi il est dû, nous installons le bivouac sous un magnifique soleil. La tente cerf-volant violette soulève bien des interrogations narquoises alentour qui seront vite mouchées par le plantage de vigoureux cure-dents destinés à ficher au sol les élingues en fil dentaire. Repas en groupe puis le ciel s’assombrit, une légère froiditure s’installe et on se met à l’abri. On ne compte plus le nombre de randonneurs nocturnes qui se sont pris les pieds dans le fil dentaire…

Dimanche 5 h

20180520_054343_resized

Réveil en musique. Rapidement tout le bivouac s’anime dans l’obscurité. Séb et Stéph ouvrent des yeux de merlans frits devant la taille des gargantuesques tartines beurre confiture que nous trempons dans le café, eux qui se sont contentés d’une barre coupe faim pour solde de tout compte. Nous, on estime qu’il faut bien charger la machine pour qu’elle tourne à plein régime et qu’on n’accuse pas de grosse défaillance au cours de la seconde étape de l’Obi. Et puis, ça fait ça de moins à trimballer dans les sacs…

Dimanche, 7h30

Entre la 3 et la 4, je suis contraint à une pause technique. Je cherche sans succès les précieux papiers aux quatre coins de mon sac pendant que Marie ronge son frein en regardant passer une quinzaine d’équipes dont 5 mixtes du B. Finalement, je gère à la feuille de hêtre et en profite pour me débarrasser de mon bas long (on n’est pas venu là pour jouer au volley) et sortir les bâtons.

L’intermède est terminé, le Golden est tout excité d’avoir vu passer ce gibier potentiel et piaffe de partir en chasse. Ça envoie donc dans la longue descente sur le sentier. J’apprécie les bâtons qui me stabilisent et me permettent de tartiner davantage sans appréhender de partir en sucette à la faveur d’une pirouette de genou.

Dimanche, 10 h

Séance Actor’s Studio au pied des éoliennes. Plan large, travelling, contre-plongée, le scénario est bien calé, y’a plus qu’à tourner. Mierda ! L’appareil fait sa princesse et ne veut plus collaborer. Je tente de le redémarrer à plusieurs reprises, sans succès. L’aura tenu même pas un an, celui-là…

Pas possible de filmer, on laisse tomber la séquence éolienne. Marie se reconnecte à la carte et file à gauche, dans la petite descente. Quelques dizaines de mètres plus loin, arrêt brutal, cogitation, on est parti à l’envers ! Demi-tour, on remonte, repasse à l’intersection en T, et nous partons sur la droite en grimpette. Quelques centaines de mètres plus loin, arrêt brutal, nouvelle cogitation, on regarde la carte à deux. Non, c’était bon la première fois, c’est maintenant qu’on est à l’envers ! Nous redescendons, repassons à l’intersection hantée, et repartons sur la gauche.

Le pur mode d’emploi pour perdre une dizaine de minutes et un peu d’influx…

Dimanche, midi

On chasse-croise un long moment avec un jeune couple inscrit sur le A la veille, et rapatrié sur le B pour la seconde journée. Marie les impressionne tellement qu’ils la surnomment bientôt « la Machine ».

20180519_180601

Toutes leurs tentatives pour nous mettre une race au physique sont annihilées par la précision chirurgicale du Golden dans ses choix d’itinéraires et ses attaques de postes. On les laissera finalement une demi-heure derrière sur cette étape.

Dimanche, 12 h 26 mn 41 s

Nous franchissons la ligne d’arrivée et sommes aiguillés au contrôle des sacs par l’orga, petite réjouissance réservée au cinq premiers de chaque catégorie. On ne pensait pas avoir si bien tourné, c’est une belle surprise !

20180520_124033

Nous héritons donc de la médaille en chocolat, récompense de 11 heures d’efforts physiques et intellectuels pour la Machine et le machin qu’elle traînait derrière elle, qui clôture un beau week-end à gambader dans la nature à la recherche des 36 petites toiles oranges et blanches.

 

 

Publicités

6 Réponses

  1. Marie : fidèle à sa réputation de maestra de l’Orientation et Oliv’ : fidèle à son maillot du raid Canéo et à sa casquette Adidas, le tout avec un brin de folie, çà vous donne toujours une équipe à côtoyer sans modération, quand vous êtes sur une épreuve de longue haleine…
    Marie, je t’emprunte Oliv’ le week-end prochain, oui de temps en temps j’aime bien me faire appeler « Doudou »…
    Gill

  2. Bravo pour votre belle prestation les FA ! Merci pour ce beau récit et belles images. Nous ne pouvions pas être présent cette année, mais vivement l’année prochaine pour à nouveau participer à très beau raid O’bivwak.

  3. Connaissez vous le lieu en 2019 ? L’ont-ils annoncé ?

  4. pas à ma connaissance

  5. Bravo à vous!!! une médaille…même en chocolat…sur l’Obiwak!! c’est la classe!!! Grosses bises à vous.
    Estelle, une de vos fidèles lectrices et supportrices!!!

    • Estelle, en tant que supportrice de notre cher Oliv’, l’an prochain, début avril, tu descends dans nos chers Deux-Sèvres pour faire le raid Flying Avent’Hure, tu vas bien dénicher un ou une coéquipière pour venir jouer avec nous, car nous aussi nous aimerions bien te revoir sur un week-end !!!
      Gill

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :