• Publicités

FAITES DU SPORT DU CONSEIL DEPARTEMENTAL 2018

91 personnes sont venues se frotter aux deux parcours d’orientation que nous avons concoctés pour l’édition 2018 de la FAITES DU SPORT organisée à la caserne Du Guesclin à Niort par le Conseil Départemental des Deux-Sèvres.

L’image contient peut-être : texte

Le soleil était au rendez-vous, la chaleur parfois accablante, ce qui n’a pas dissuadé les plus téméraires de réaliser les parcours en entier. D’autres ont juste butiné un petit moment pour avoir droit à la gommette magique.

Des photos et petites vidéos sont sur notre page Facebook : 

https://www.facebook.com/FlyingAventhure

Les résultats sont là :

RESULTATS FAITES DU SPORT

Publicités

Raid O’bivwak

Des images pour commencer suivi d’un récit pour ceux qui prennent encore le temps de lire un peu…

Vendredi, 22 h

Clotaire m’a prêté le Golden pour le week-end. Je l’emmène gambader dans les forêts de l’Allier. Et avec moi, elle va pouvoir chasser en toute liberté, pas besoin de laisse…

Nous roulons en compagnie de Fabrice et Lise, des Bressuirais inscrits sur le C, que nous avons rejoints à Bellac. C’est une première pour Lise qui est avide de renseignements et nous assaille de questions pendant le trajet.

Samedi, 13 h

20180519_120608

Après de chaleureuses retrouvailles avec Annie, notre contrôleuse préférée rencontrée au raid Canéo, nous pénétrons dans l’arena du départ en compagnie de quelques représentants de CMO.

Dsc02039

La redoutable paire Séb et Stéph, amateurs comme nous des formats 24 h (Infernou, Marais’Night) étudie la carte dans ses moindres détails.

Dsc02037

Lilou, jeune pousse prometteuse qui court en mixte sur le C (à la grande inquiétude de ses parents, pas pour le paramètre C, plutôt pour le côté mixte de l’affaire) nous relate ses dernières aventures du haut niveau en Scandinavie.

2018_OBI_A6©CRESPEAU_DSC1843-470x705

Inscrits sur le C également, Mathilde vérifie dans le sac de son père qu’elle y a bien entassé tout un tas de choses inutiles et bien lourdes.

Dsc02042

Côté Bressuire, Fabrice affiche la sérénité du gars qui en a vu d’autres tandis que Lise doit gérer les mille et une interrogations qui lui traversent l’esprit à quelques minutes du départ.

20180519_120948

Le Golden, la truffe au vent, hume l’air ambiant qui fleure bon la balise.

Samedi,17 h

Dans la liaison 11-12, nous tombons sur une paire de zèbres abourdée à quatre patte au bord de la route. Rien de grave, ils sont juste en train de tracer la suite de l’itinéraire, n’ayant pas tout fait au départ. Cette stratégie ne s’avérera pas payante au final puisque Manu, le Père Fouras de la dune du Pilat, fera 3 erreurs de positionnement de poste, qui vont leur coûter cher en terme de temps et d’énergie. Ils arriveront au bivouac une heure après nous, mais sans P.M. se classant dernière équipe mixte avec carton plein sur l’étape. Une belle remontada en perspective pour le lendemain.

Samedi, 19 h

Je commence à cramper. Marie fouille dans son sac à la recherche d’un comprimé de Dextrose ce qui nous fait rater la petite sente à droite qui amène à la balise 14. On s’en rend compte un peu tard, tant pis on l’attaque de l’intersection suivante. Ça nous permet de croiser l’équipe de CMO qui quitte le poste et ne comprend pas pourquoi on arrive depuis cette direction. Tant mieux, ça leur fout le bordel dans la tête et on compte bien que ça déclenche un partage en vrille chez Fabrice. Nous pointons le poste 3 bonnes minutes après eux mais les reprenons à l’attaque de la suivante, le Golden ayant opté pour la trace la plus courte, à travers les marais et la broussaille, atavisme oblige… Fabrice tente sur elle un placage rugby, au risque de lui casser les pattes. Le con ! Il va me l’abîmer et il reste encore 3 postes à shooter. Petit coup d’accélérateur et on file devant.

Samedi, 22 h

20180519_193619

Après une (ou deux ? ou plus ?) bonne bière artisanale réparatrice à l’arrière-goût indescriptiblement parfumé, sans que personne du staff ne soit en mesure de nous dire à quoi il est dû, nous installons le bivouac sous un magnifique soleil. La tente cerf-volant violette soulève bien des interrogations narquoises alentour qui seront vite mouchées par le plantage de vigoureux cure-dents destinés à ficher au sol les élingues en fil dentaire. Repas en groupe puis le ciel s’assombrit, une légère froiditure s’installe et on se met à l’abri. On ne compte plus le nombre de randonneurs nocturnes qui se sont pris les pieds dans le fil dentaire…

Dimanche 5 h

20180520_054343_resized

Réveil en musique. Rapidement tout le bivouac s’anime dans l’obscurité. Séb et Stéph ouvrent des yeux de merlans frits devant la taille des gargantuesques tartines beurre confiture que nous trempons dans le café, eux qui se sont contentés d’une barre coupe faim pour solde de tout compte. Nous, on estime qu’il faut bien charger la machine pour qu’elle tourne à plein régime et qu’on n’accuse pas de grosse défaillance au cours de la seconde étape de l’Obi. Et puis, ça fait ça de moins à trimballer dans les sacs…

Dimanche, 7h30

Entre la 3 et la 4, je suis contraint à une pause technique. Je cherche sans succès les précieux papiers aux quatre coins de mon sac pendant que Marie ronge son frein en regardant passer une quinzaine d’équipes dont 5 mixtes du B. Finalement, je gère à la feuille de hêtre et en profite pour me débarrasser de mon bas long (on n’est pas venu là pour jouer au volley) et sortir les bâtons.

L’intermède est terminé, le Golden est tout excité d’avoir vu passer ce gibier potentiel et piaffe de partir en chasse. Ça envoie donc dans la longue descente sur le sentier. J’apprécie les bâtons qui me stabilisent et me permettent de tartiner davantage sans appréhender de partir en sucette à la faveur d’une pirouette de genou.

Dimanche, 10 h

Séance Actor’s Studio au pied des éoliennes. Plan large, travelling, contre-plongée, le scénario est bien calé, y’a plus qu’à tourner. Mierda ! L’appareil fait sa princesse et ne veut plus collaborer. Je tente de le redémarrer à plusieurs reprises, sans succès. L’aura tenu même pas un an, celui-là…

Pas possible de filmer, on laisse tomber la séquence éolienne. Marie se reconnecte à la carte et file à gauche, dans la petite descente. Quelques dizaines de mètres plus loin, arrêt brutal, cogitation, on est parti à l’envers ! Demi-tour, on remonte, repasse à l’intersection en T, et nous partons sur la droite en grimpette. Quelques centaines de mètres plus loin, arrêt brutal, nouvelle cogitation, on regarde la carte à deux. Non, c’était bon la première fois, c’est maintenant qu’on est à l’envers ! Nous redescendons, repassons à l’intersection hantée, et repartons sur la gauche.

Le pur mode d’emploi pour perdre une dizaine de minutes et un peu d’influx…

Dimanche, midi

On chasse-croise un long moment avec un jeune couple inscrit sur le A la veille, et rapatrié sur le B pour la seconde journée. Marie les impressionne tellement qu’ils la surnomment bientôt « la Machine ».

20180519_180601

Toutes leurs tentatives pour nous mettre une race au physique sont annihilées par la précision chirurgicale du Golden dans ses choix d’itinéraires et ses attaques de postes. On les laissera finalement une demi-heure derrière sur cette étape.

Dimanche, 12 h 26 mn 41 s

Nous franchissons la ligne d’arrivée et sommes aiguillés au contrôle des sacs par l’orga, petite réjouissance réservée au cinq premiers de chaque catégorie. On ne pensait pas avoir si bien tourné, c’est une belle surprise !

20180520_124033

Nous héritons donc de la médaille en chocolat, récompense de 11 heures d’efforts physiques et intellectuels pour la Machine et le machin qu’elle traînait derrière elle, qui clôture un beau week-end à gambader dans la nature à la recherche des 36 petites toiles oranges et blanches.

 

 

CO² 2018 à Mervent

La CO de Mervent, un RDV incontournable inscrit dans notre calendrier.

Niveau Flying, seuls  Oliv et moi sommes présents, Ju souffrant  toujours des tendinites aux 2 tendons d’achiles, Titi des genoux, LKT devant accompagner ses enfants je ne sais où. Bref chacun sort son plus beau joker.

J’ai tenté d’élargir la demande, peu de réussite non plus de ce coté: Bréva avait WE avec sa maman, Thierry M n’a pas donné de réponse, Alamo était de bardage… Même mes élèves se sont dégonflés avec des excuses diverses (concerts, mal de dos, Repas de famille et j’en passe). Seuls Nelly et Antonin ont répondu présents.

Nelly étant en convalescence elle s’est inscrite sur le parcours famille. Antonin sur le 3h.

Nous nous retrouvons donc sur place à 9h, Oliv est déjà dans la course puisqu’il faisait le parcours de 5h. Antonin et moi avons une puce chacun et on décide de rester ensemble tant que ça ira. En plus il part léger, sans eau ni bouffe, ni boussole, ni fluo, ni rien… Aie j’ai l’impression qu’il est tombé du lit et débarque ici par hasard. Ca ne me rassure pas vraiment pour la suite.

vaness anto

On récupère nos cartes puis on prend le temps de tracer notre parcours, rapidement ledit parcours s’effacera sur la carte d’Antonin, le fluo sur du préac ça tient pas.

On part vite, très vite, voire même un peu trop vite pour moi, je ne suis pas échauffée et il m’impose un rythme au dessus de ce que je fais habituellement. Je lui rappelle doucement qu’on a 3h15 à tenir. En moi-même je me dis qu’il faut que je tienne 1h, ensuite il va commencer à fatiguer et à se calmer. C’est comme ça en général avec Ju et LKT. A la 3eme balise je dois donc faire une pause pour enlever des vêtements, je crève de chaud.

On enchaine les postes sans problème, on oriente tous les 2, j’annonce sur quelle balise nous allons, Antonin qui me devance souvent de plusieurs mètres à le temps d’orienter et il se débrouille super bien. Au bout d’une heure le rythme a peu baissé. On fait quelques petits cafouillages sur certaines balises, ce qui me permet de récupérer un peu. On croisera Oliv sur une balise, et plusieurs raideurs connus, on se salue toujours contents de se voir. Au bout de 2h30 je commence à être vraiment cramée, j’avance moi vite et j’ai l’impression de vraiment ralentir Antonin. Au vu du temps qu’il nous reste et de mon manque de forme je propose à Anto de nous séparer, il a les cannes et peut donc tenter de prendre les 2 balises au NE. Tandis que moi je les laisse pour rentrer au plus court, en prenant les balises sur le retour. Je pointe l’arrivée au bout de 3h12, soit 3 minutes avant la fin du temps imparti et je guette l’arrivée d’Anto. Il arrive en 3h14et30 sec, complètement HS lui aussi et avec au final le même nombre de balises que moi.

On a fait une super course, bravo à Antonin. Et on termine 8eme et 9eme sur 152 équipes.

Vaness

Moment poétique d’Oliv, sur le 5 heures :

Comme c’était un dimanche, on a fermé l’usine.
Le temps s’était calmé, sans pluie, sans amer vent
Conditions réunies pour aller à Mervent
Et répondre à l’invit’ de la fée Mélusine…

Certains sont venus cools, y’en a d’autres qui balisent.
Le départ est donné, on court dans la boue sale
Une carte à la main et dans l’autre, une boussole.
Ils ont lâché les fous pour la chasse aux balises…

départ

Ah, au fait, je sais où sont passées les puces que j’ai ramenées des Pyrénées…

gill

Hi hi hi !

 

Les Feuilles d’Automne 2017

Courant octobre, nous recevons une invitation – une CONVOCATION plutôt ! –  pour « Les feuilles d’Automne », le Trail’O de la jeune assoce EXPL’OR.

Contrairement à l’an passé, où nous étions venus en nombre à l’édition « zéro », un seul Flying, Oliv, n’a pas eu la présence d’esprit de sortir un joker valable pour échapper à une quarantaine de kilomètres TCC (tous cafouillages compris) de course à pied sur des terrains tarabiscotés.

Afin de se sentir moins isolé parmi la grosse trentaine de trailers affûtés, il a réussi à convaincre Lydie et les InoXs, en transit dans la région, de l’accompagner.

Au menu :

3 courtes C.O. toniques sur le site du Cébron : une mémo-photos, une C.O. balises, une C.O. postes permanents.

Un court Trail’O de 3 km qui amenait à St-Loup-sur-Thouet pour une C.O. photos.

Un copieux trail’O de 12,6 km.

Et pour finir, un enchaînement de six épreuves, sur un parcours de 14,2 km : road-book, couloir, azimuts, fléché allemand, mémo, balises cartées.

On pouvait tout faire, ou bien piocher dans ce copieux menu les sections qui nous intéressaient le plus. Le classement se faisant au nombre de « balises », puis au temps.

Au final, une très belle balade ludique, physique, bucolique, technique, cérébrale, bancale, pas banale, sous un soleil automnal, à travers gués, coteaux et prés, de château en château, le long de la vallée du Thouet.

Marais Night 2017

Gill-Tromb. Doudou s’étant cassé un ongle,

d2

Le Barbu a réquisitionné à l’arrache

P1010015 Oliv

héronpour aller traîner la nuit dans le Marais Poitevin

à l’invitation de la bande à Kolia kolia

bourdet

 de l’assoce Bourdet Team.

En raison du trop petit nombre d’équipes inscrites sur le « 24 heures », ce format a été supprimé au profit du « 8 heures de nuit ».

3 cartes aux échelles abracadabrantesques, deux à pied, une en barcasse.

Avec une innovation majeure du règlement, cette année : course au score de 8 heures sans pénalité de dépassement de temps !

En clair, les 8 heures, tu t’en fous. Si t’as envie de jouer plus longtemps, tu continues à cueillir des balises, pendant une semaine si t’es pas rapide…

C’est ce qu’ont fait Le Barbu et Oliv, en ramassant tout, en 11h30.

Faites du Sport 2017 (CD 79)

m0

m1

Dimanche 2 Juillet, sous un ciel maussade, vous étiez 95 courageux à venir en famille ou pour transpirer sur le site du Conseil Départemental 79 (Niort) pour une partie de CO made in Flying…

On vous a proposé une C.O. photo tonique de 20 postes à faire en famille, ou bien une autre C.O. photos plus velue, de 50 postes, pour ceux qui n’en veulent, avec collant, lycra, chaussures de course et tout le barnum…

Les cartes :

co cd 20co cd 50

Les résultats :

résultats co faites du sport

Des photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un bout de film :

Quelques images de la folie ambiante qui régnait autour du stand des Flyings

 

CO2 des Echappés 2017

La tempête s’est calmée alors c’est parti pour 5H de cueillette de balises en forêt de Mervent. Un puzzle de 4 cartes A4, 70 postes au menu…

co2-mervent

Besoin d’un bol d’air pur, de se vider la tête ?
Faut tenter l’aventure ! Alors la bonne recette
Pour oublier la classe, le bureau ou l’usine :
Gambadez sur les traces de la fée Mélusine !

À la chasse aux balises avec les Echappés
C’est là qu’on réalise qu’il faut pas déraper :
Les dévers sont sévères, les falaises abruptes
Froide est l’eau de « la Mère », et dure sera la chute.

Courrez sous le soleil, la pluie, la grêle, le vent
Admirez les merveilles en forêt de Mervent.
Et puis si ça vous tente, réalisez alors
La parfaite entente de l’esprit et du corps

Traversez le « vert trois », trottez sous les fougères
Mettez vous à l’étroit, et d’une foulée légère
Vous finirez sûrement par lever un « cul blanc »
Qui s’ra pas forcément çui d’un autr’ concurrent…

cul-blanc

%d blogueurs aiment cette page :