Bienvenue sur le blog des Flying Avent’Hure

niouzes

vtto

 

Prochain raid Flying Avent’Hure : samedi 8 avril 2017 (manche du championnat de France) 

Recos et Tests raid FA 2017 : VTT1  *** VTT2 *** VTT’O

rubriks

Image3Image4Image5Image6Image7Image8Image11Image12Image9Image10Image13Image14Image1étymologie

Recos et Tests raid FA 2017

vtt 1

vtt 2

vtto

Raid Flying Avent’Hure 2017

1t23456789101112

Raid Mélusine 2016

CR éditions précédentes : Raid Mélusine 2015 *  Raid Mélusine 2014 * Raid Mélusine 2009

Pas de Flyings inscrits cette année pour aller gambader dans le massif de Mervent à la poursuite de la fée.

Pour compenser, une incursion dans les archives secrètes de l’assoce a permis de mettre la main sur ces clichés pris lors de l’édition 2006.

Malgré les outrages du temps, saurez-vous reconnaître les Flyings qui constituaient l’équipe d’alors ?

Les trois premiers à fournir la bonne réponse gagnent une entrée gratuite à la prochaine soirée loto de Celles-sur-Belle.

 

P6240105100_1658 P6240191 P6250008 P6250062

 

Raid Civray : Déficanailles

15 Jours  après mon accident de toilettes post Gevau, impossible pour moi (LKT) de participer au raid Civray. Vaness me remplace donc aux côtés de Ju et je décide d’inscrire 2 petits jeunes qui montent, Charly et Gaby, au défi canailles 11-13ans.

Charly n’a que 10 ans, mais en faisant mine de rien et en lui demandant de marcher sur la pointe des pieds pour paraître plus grand, ça passe !…

DSC_0810

Epreuve 1 : Bike and run .

Ils partent bien et terminent cette épreuve en 3ième position, à quelques secondes de 2 premières équipes.

PICT0069PICT0070

Epreuve 2 : Course d’orientation

C’est plutôt leur point fort, et ils en profitent pour prendre la tête de la course malgré une petite erreur.

PICT0081

Epreuve 3 : Canoé

Ici par contre, ce n’est pas leur point fort, mais ils se coordonnent bien et gardent un rythme correct. Quand ils descendent du canoé, les seconds ne sont pas encore embarqués. c’est bon, le trou est fait !

2105201650521052016504

Epreuve 4 : Petit trail

Pas de questions à se poser dans cette petite portion rubalisée : faut envoyer du gaz !

21052016506

Epreuve 5 : Sarbacane

Les « préposés » au stand de tir sont un peu étonnés de voir du monde déjà arriver mais mettent vite en place l’activité. Là encore, y’a du boulot car ce n’est pas brillant et ils ne valident que 6 flèches sur 8. Leur avance est de 5  minutes environ et les pénalités de tir pourraient faire évoluer le classement.

Pose ludique : slack line, canoé.

Petite transition VTT en groupe.

Epreuve 6 : Course d’orientation

Leur tir moyen leur a remis un peu de pression et ils repartent à fond. Ils creusent encore l’écart sur cette dernière épreuve.

DSC_0351

Résultat : Première victoire en raid pour les benjamins des flyings…

21052016512

C’est bon la relève est là !

Merci à la météo pour cette journée parfaite.

Merci aux organisateurs pour ce raid ludique et pour les photos : Une belle réussite !

Match retour à l’Obi

06

Participation aux éditions précédentes : O’Bivwak 2015O’Bivwak 2012 * O’bivwak 2011

C’est dans un camion à forte connotation CMO, constitué à l’arrache au dernier moment, que Marie et Oliv ont traversé la France pour prendre le départ du 35ème raid O’bivwak, à Hauteville dans l’Ain, sur le parcours B (40 km, 1600m D+, postes très techniques).

03

Étaient également du voyage :

01

Sur le B : Tony et Clotaire qui venaient laver l’affront de l’édition précédente.

04

Ainsi que les « 2S » : Sébastien et Stéphane, qu’on affronte régulièrement sur les 24 h de la Marais’ Night, entre autre.

Dsc_0027

Sur le C (35 km, 1300m D+, postes techniques) : Lilou, fille d’un couple de raiders/orienteurs du Un-Sept, bien connus pour les coups de gueule mémorables de la maman et le flegme britannique du papa, coutumier de choix imprévisibles et parfois abracadabrantesques dans les compètes. La jeune pousse devant rejoindre sur place sa binôme Zoé, membre de l’équipe de France Jeunes de C.O., rien que ça…

02

Sur le D (30 km, 1200m D+, postes techniques) : « Les Petits Bouchons », paire féminine de novices en CO, qu’on a déjà vues sur des orgas Flying, composée de Mathilde, disciple et fan inconditionnelle de Gill le gourou des Rados, accompagnée de Claire, déboucheuse de grands crus Bordelais, d’où, peut-être, l’origine du nom d’équipe… ou pas…

Quelques flash-back de l’avent’hure :

Sur la route, à l’aller

Au fond du camion, Lilou, studieuse, est plongée dans ses cours pour la préparation du brevet des collèges. Elle consent à interrompre ses révisions une paire d’heures pour nous mettre une belle grosse race au tarot, bien aidée en cela par les prises inconsidérées et empreintes d’un excès d’optimisme du Clo-clo. On lui dit alors qu’elle ferait mieux de ne pas perdre son temps comme ça et de retourner rapidos dans ses bouquins…

Alors que notre camion poursuit, pleine balle mais la banquette avant attentive aux radars chafouins, son chemin azimut 90°, la conversation glisse sur le sujet des tiques. Mathilde se veut rassurante, elle explique doctement que ces bestioles porteuses de la maladie de Lyme c’est principalement dans l’Est de la France qu’on en rencontre… Éclat de rire général ! Moment de flottement, rebranchage des fils, le rouge avec le rouge, le bleu avec le bleu, tentative de retombage sur ses pattes, tel le chat défénestré du 50ème étage d’une tour de La Défense, justification : « Bah voui, mais l’Est, c’est plus vers l’Alsace ! » Petite pensée pour le nuage de Tchernobyl…

Bémols au départ

Séb, tuteur d’un week-end, qui avait la grande responsabilité de veiller sur Lilou, se précipite dans le premier car dispo pour une navette vers le départ à Brénod, oubliant complètement de gérer l’ado, en errance sur la place du village d’Hauteville à la recherche de Zoé. Lorsqu’il s’en rendra compte au bout de quelques kilomètres, il lancera : « Bah, de toute façon, elle va bien se débrouiller pour prendre le départ ». Sûrement un adepte de la mise en autonomie précoce, ce Séb…

05

Au moment de monter dans un des cars suivant, Mathilde qui refait avec Claire le check-up matos interroge ingénument : « Au fait, la puce, c’est quoi ? » Yeux en bille de loto de Tony :  « C’est le doigt ! Tu l’as pris ? » – « Bah non, il est dans mon sac, au camion… » Moment de panique, gros sprint de 3 km aller-retour en footing jusqu’au véhicule…

Première journée de course

Dsc_0025

Obivwak_2016-J1_WEB-29

Coucou à David, un des traceurs, au point de passage n°2. Montée éprouvante vers la 4, Oliv n’a pas de cannes et le souffle court, Marie ronge son frein en assurant une orient’ impec’.

Dans la liaison 6-7, on croise Math des « Echappés » avec le troisième Bailly qui courent sur le A, et, peu après, les 2S, à l’envers, c’est bon ça ! Plus loin, une concurrente abourdée dans le fossé, les premiers secours auprès d’elle. Sur l’autoroute, avant le point de passage n°7, nous tombons sur les deux autres « Bailly’ Brothers », zont l’air en forme malgré leurs très gros sacs.

Peu après, dans la liaison 8-9, au moment de descendre le raidillon pour franchir la route, on se prend un vent par deux avions de chasse pilotés par des chamois : ce sont ces fumiers de 2S qui nous avaient en ligne de mire depuis le haut de la longue prairie et ont profité des genoux niqués d’Oliv pour nous repasser.

Petite cagade peu après la 10 : Marie se fait aspirer par une équipe et on quitte les courbes pour tomber dans un barranco qu’on remonte un moment pour shooter la 11. Pas de regrets, le cadre est de toute beauté, ça valait le détour.

Au bout de quatre heures de course, on se présente en haut d’un déniv de ouf équipé d’une main courante. Ça bouchonne un peu alors nous dévalons sur la gauche, lapining entre les arbres, grandes glissades face contre terre freinant avec la pointe des pieds, ou bien sur le cul, complètement à la ouainegaine bistouflaille.

Passage de route au point n°10, déconcentration, on dépasse un peu la balise la plus facile du raid, la 14, qu’il faut retourner chercher. Pas brillant. Cafouillage également à la 15, qu’on avait légèrement mal cartée. On la trouve en pistant les « Echappés ».

Obivwak_2016-J2_WEB-17

Peu avant le poste 17, on domine l’aire de bivouac, prairie verdoyante parsemée de tâches multicolores, passage de chicane, on réveille le photographe, l’a failli nous louper !

L’arrivée est en vue, le Clo-clo est déjà là et nous accompagne les 200 derniers mètres. Arche d’arrivée, vidage de la puce : 4h52, pas de PM. Simulacre de contrôle des sacs par Annie, qu’on a connue sur le raid Canéo (on était un peu ses chouchous) et qu’on croise régulièrement sur des orgas.

Installation du campement. Toute la « Team Kamion » est déjà arrivée. Sur le B, Clotaire et Tony sont 7èmes à une demi-heure du podium, les 2S deux places derrière, et nous 6èmes mixtes. Sur le C, Lilou est 3ème « Jeunes » derrière deux équipes de gars d’une vingtaine d’années. Et sur le D les « Petits Bouchons » pas si près de la cuiller de bois que ça…

Cette année on peut profiter pleinement du bivouac : le soleil brille, encore haut dans le ciel au-dessus des sapins, on a chaud, les vêtements de course sèchent en fumant sur les fils des tentes. Les « Petits Bouchons » sortent de leurs énormes sacs remplis de choses plus improbables les unes que les autres un nécessaire à maquillage qui leur permet de mettre encore plus en évidence la noircitude de leurs ongles de pieds fourrés à la boue du Bugey. Elles enfilent même pour l’occasion leur costume de pom-pom girls et mettent le feu au dancefloor herbeux.

07

Petit apéro pour clôturer cette belle journée : rhum arrangé, cahuètes. Mais déjà, l’ombre du Grand Nimportnawak plane sur notre équipe, un mauvais présage pour la journée du lendemain ?

08

Deuxième étape

Lever 5 h, petit déj au lit, pliage du campement, la tente est raide de gelée, il a fait –3° cette nuit. Les 2S, partis avec un sac light ont bien caillé. Les doudounes de cosmonautes ont été appréciées à leur juste valeur.

À partir de 6 h ça part en chasse mais, sauf Lilou, personne n’est concerné dans notre groupe. Départ en masse donc, à 6 h 30.

On cafouille direct l’attaque de la 1, croisant à l’occasion Tony et Clotaire qui rebroussent après avoir fait la même erreur que nous. Pas un mot n’est échangé, c’est chacun pour sa peau, mais le fait de nous croiser leur met des nœuds dans le cerveau : et si, finalement, la bonne option c’était l’envers de l’envers ?

Dans une descente de la liaison 2-3, on croise les leaders du parcours B en route vers la 6 après la boucle technique à l’Est. Même s’ils sont partis plus tôt, qu’ils doivent orienter très propre, qu’ils courent dans les montées, on trouve que l’écart est déjà énorme…

Liaison 3-4 à chier, la limite de végèt n’est pas limpide, Marie a un peu délégué l’orient’ à l’autre baltringue qui va paumer l’équipe dans le vert 2. Reprise en main. Après la 4, on entend brailler au dessus : ce sont le Clo-clo et le Toto complètement à la rue qui cherchent le poste qu’on vient de quitter. Échange rapide : « Keskonfé ? On les recale ? » – « Nan, c’est chacun pour sa peau ! » – « Mais ils peuvent jouer le podium ! » – « Nan, ils ne nous ont pas alertés tout à l’heure pour la 1, et pis s’ils n’en sont que là à cette heure-ci c’est que le podium c’est mort pour eux… » – « Ok, t’as raison, qu’ils se démerdent alors ! » On trace…

À peu de distance de là, David est planqué près de la 5 pour contrôler les équipes. Marie lui demande de passer le bonjour à Clotaire, lorsqu’il le verra passer un peu plus tard. Hi hi hi !

Sur les crêtes, entre la 5 et la 6, au bout de trois heures de course, on se tire la bourre avec l’équipe mixte qui était à 3 minutes derrière nous la veille. Ils sont physiques, Oliv ne peut pas rivaliser, il mise davantage sur une bonne orient’ de Marie pour faire la différence. On plonge dans le déniv avant eux, mais on se rend vite compte que c’est un peu trop tôt. Ils nous mettront finalement une heure dans la tête sur la fin de course. Sa mère Lipopette !

Passage de route à la 12 : on joue le jeu en arrivant par la forêt, contrairement à d’autres équipes qui empruntent le bitume. On saura plus tard que dans la « Team Kamion » une autre équipe a de cette façon enfreint le règlement et mériterait une disqualification mais nous tairont son nom pour ne pas faire de tort à Clo-clo et Toto…

À la 9, Oliv pose le pied sur un tronc de pin couché au sol. La douleur est fulgurante : un reliquat de branche sèche affuté comme un clou vient de transpercer verticalement direct la semelle de la chaussure et le pied. C’est pas banal ! Il ne nous l’avait pas encore fait, celle-là ! Petite pause pharma premier secours : désinfectant, Steri-Strip et c’est reparti, d’autant que la blessure se situe sous la voûte et pas sur une zone d’appui.

Nous attaquons la 13 en compagnie de deux équipes du circuit A. Comme on veut faire nos petits malins, on finalise l’attaque par les courbes à gauche avant le dernier ressaut. On se cale sur les bornes mais comme elle ne sont pas toutes cartées, on grenouille un quart d’heure sur le poste. Les autres sont déjà loin devant et ça permet également au Clo-clo de brailler « C’est bon ça ! » quand il voit sortir Marie du bois, tout content de nous reprendre enfin. Y’a des fois, faut savoir faire dans l’social

Longue descente herbeuse vers la 15, la pente est idéalement douce et permet à Oliv de retrouver provisoirement des sensations en course à pied. Puis c’est bientôt l’arche d’arrivée.

09

Toute la « Team Kamion »est déjà rentrée – les Petits Bouchons et les 2S depuis belle lurette – et dore au soleil. Cette deuxième journée a été moins bonne sur le B, stable sur le C et meilleure sur le D : nous perdons une place, Tony et Clotaire plongent en 18ème position (12èmes au général) où ils se font passer de justesse par les 2S qui limitent la casse (11èmes) ; Lilou consolide son podium et les « Petits Bouchons » grattent deux places, c’est le métier qui rentre… Maintenant c’est mangeage, douchage, rentrage…

Retour

Tony, le couteau entre les dents, l’œil sur la pendule qui tourne, n’est pas prêt de s’arrêter de sitôt, d’autant plus que des barrages routiers sont annoncés en début de nuit. Alors les « Petits Bouchons » escaladent la banquette arrière et partent en expé spéléo dans le coffre à la recherche du pack de bières. Seuls, les quatre pieds dépassent de la montagne de sacs, s’agitant en tout sens au gré des reptations sous-bagagières. Finalement, un bruit de verre entrechoqué se fait entendre, Euréka ! Le blind test musical sera joyeux, la route du retour nous paraîtra moins longue…

10

11

Carte OBIVWAK2016

 

 

Du GEVAU à l’hosto !…

Mai 2016, premier déplacement pour Ju et moi sur le Gevau. En 2015, on s’était entrainé grave, même trop grave car Ju avait fait une fracture de fatigue quelques jours avant le raid, ce qui nous avait privé de cette aventure et moi je m’étais bousillé le bout de ménisque qui me restait dans le genou !

Cette année, les petits bobos ne nous ont pas épargnés (côte fêlée pour Ju et Genou arthrosé pour moi !), nous privant de préparation, mais au moins on arrive au gévau en pouvant courir…mais on ne sait pas combien de temps !

Vaness et Bréva nous assistent dans cette aventure improbable.

IMG_6291

On se donne les moyens de ne pas faire le raid en partant avec le vieux berlingo à Ju, chargé jusqu’à la gueule, en pire état que nous, couinant de partout, les cardans grainsant plus que mon genou, et le moteur en surchauffe permanente.

IMG_9671

Il tiendra le choc…Merde, va falloir le faire ce raid !

Sur place on récupère le raid book et on file au VVF où on est hébergé façon « luxe » par rapport au cams habituel.

Assis dehors, au pied de l’appart, on voit bien qu’autour de nous, beh ça monte. On ne calcule même pas les kilomètres donnés par le raid book mais uniquement les dénivelés positifs : 5700 mètres … On va mourir !!!

IMG_9696

IMG_9706

Petit brin de causette, avec des potes de fac à Ju qui font aussi le raid…Vu les énergumènes, ça a du être sympa la fac à Clermond !

IMG_9709

Et puis il est temps de se préparer, pour le départ à 21h30 par une CO urbaine séparée sur photo aérienne dans Marvejols puis un trail de 10km, 450 d+.

IMG_9716

Ca part très vite par un petit tour de chauffe, puis on est séparé pour la CO urbaine avant de se retrouver pour le trail.

IMG_9723

Quand je finis ma CO,  Ju m’attend déjà… Il a été efficace !IMG_9738

On part en trail, et assez vite ça pique les cuisses en montée. La carte IGN n’est pas très précise, et les sentiers sont plutôt des traces de lapins ! On se fait doublé par des équipes mixtes dans les côtes. Put’…, on va manger sévère ! On se tape un gros pétard en fin de trail et on arrive en 1h22, très chauds avec une bonne trentaine d’équipes devant nous.

Retour fisca au VVF, douche et dodo 3h.

Le lendemain départ à 8h30 dans l’ordre inverse du classement de la veille.

Et bien on part dans les premiers ! Ju a oublié un poste sur la CO et on est 52ième au général.

Bon, maintenant, on n’a plus aucune pression de classement, y’a plus qu’à essayer de se faire plaiz .

IMG_9739

Etape 1 : VTT road book 17km, 520d+

IMG_9748

On a quelques hésitations sur le raid book, mais on ne se perd pas. Les balises de contrôle sont très rares et on a déjà quelques belles montées dans les pattes à la fin de cette section bouclée avec le 30ième temps en 1h30.

IMG_9756

et pendant ce temps là, les assistants sont au taquet …

IMG_9752

Etape 2 : Bike and run suivi IGN

Ravito rapide et départ pour 8km et 270d+.

IMG_9761

IMG_9763

Là encore l’IGN n’est pas très précise. On se paume un peu en compagnie des Sérials Fred et Cake. On perd une dizaine de minutes avant de retrouver le bon sentier. Heureusement car y’avait LA balise de la section !

55 minutes et 31ième temps… Dommage d’avoir fait cette erreur car on avait pas mal couru.

 

Etape 3 : Trail rubalisé 10 km 550 d+: Un vrai plaisir pour nous : pas d’orient’, pas de balises et des putains de grosses patates !

IMG_9769

IMG_9774

 

Ju souffre dans les descentes et moi dans les montées: ça s’équilibre bien au final. On fait le 25ieme temps en 1h30 mais on arrive rinçés !

IMG_9778

IMG_9779IMG_9783

On prend un bon moment pour se ravitailler, mais on n’arrive pas à avaler quoi que ce soit. On machouille, mais pas moyen d’avaler… ça sent pas bon ça !

Etape 4 : On repart sur le canoé en se disant qu’on va bien couper cette section car on n’est pas bien et il y a un vent de fou et de la houle de 3 quart avant sur le lac.

IMG_9777

IMG_9793

En plus on a une barrière horaire en fin d’étape 7 et on a calculer qu’il ne fallait pas passer plus de 1h30 sur cette section. On laisse 2 balises sur les 4 de cette section et passant une heure sur l’eau.

IMG_9796

On fait le 32ième temps sur cette section. On ressort bourré de crampes, mais ça m’a permis de « remonter » un peu physiquement tandis que Ju est crampé,  frigorifié et tétanisé…

Je le force à repartir assez vite pour essayer de se rechauffer.

Etape 5 : VTT suivi sur IGN : 15km 355 d+.

Ju passe un mauvais moment. Il tétanise, n’arrive pas a tenir son guidon correctement, a les pieds gelés. Je suis un peu mieux, et je gère l’orient sans difficultés. On ne va pas très vite et Ju récupère petit à petit sur cette section pour finir un peu requinqué. 1h38 pour ces 15km et 33ieme temps.

IMG_9799

IMG_9800

Bonne pause ravito avant d’enchaîner sur la section suivante.IMG_9802

Etape 6 : trail rubalisé 8km, 510 d+.Encore que du plaisir !…

Ju a bien récupéré et c’est moi qui accuse le coup malgré une apparente fraîcheur.

IMG_9804

IMG_9806

Ju profite que je lui dise qu’on va faire cette section en marchant pour se mettre à courir !

L’enc…! pendant toute la section, je m’accroche pour ne pas me laisser complètement décroché. Il court sur le plat ou dans les côtes légères et marche rapidement avec ses grands compas dans les côtes. Je suis à l’agonie derrière mais il  s’en fout… J’ai le palpitant à 200 dans les côte et j’ai l’impression que je vais crever mais je m’accroche comme je peux.Dans notre équipe c’est comme ça, tu fermes ta gueule et t’essaie de suivre celui qui va le plus vite, sinon tu te fais pourrir !

Du coup, j’arrive complètement cuit, rincé, sec, lessivé au bout de ce trail…

1h18 et 28ieme temps.

IMG_9813

Etape 7 : VTT’O IGN + IOF : 17km, 560 d+ : Enfin un peu d’orient…mais je ne sais pas comment ça va aller sur le VTT car je suis mal. Je demande à Ju de raccourcir si possible…

IMG_9812

IMG_9820

les 15 premières minutes sont compliquées à gérer pour moi. La moindre petite côte est un calvaire et le palpitant monte beaucoup trop vite à mon gout !

On raccourcit cependant un peu trop, en commençant à la 7. On aurait sûrement pu optimiser en tapant les 4, 5, et 6 sans prendre trop de d+…

On ne passe que 36 minutes sur cette section pour le 47ième temps étant donné nos pénalités.

Du coup on est large sur la barrière horaire (presque 1h de marge), pour pouvoir faire la CO suivante.

Etape 8 : CO sur IOF : 3.8km, 155 d+: YESSSSSSS ! Je chope la carte !!! Pas question de courir, de toute façon l’autre grand con ne sait pas orienter.

Donc, orient’ propre en marchant, aucun jardinage, optimisation des transitions pour éviter les lignes de niveaux. Ca me permet de récupérer ! On fait 1h04 et 29ième temps, tranquillou…

Pendant ce temps les assistants font les malins, mais nous attendent à l’opposé d’où on est arrivés….On a failli repartir à VTT sans les voir, les 2 baltringues !

IMG_9826

Etape 9 : VTT suivi sur IOF + CO urbaine sur photo aérienne : 5km + 1.5km, 40m d+

Le profil descendant nous fait du bien. On envoie… un peu trop même! Excès de vitesse, 200m de descente bien raide, mais : « Ah Perdu Ju !!!!… » Recallage, demi tour et remontée car fallait pas descendre ici ! Aller poussette pour recouper à la perpendiculaire, 8 lignes de niveau soit 40 m de d+… On n’est pas à cela près !! On y laisse 10 minutes environ…Après c’est sans souci… et oui, on va moins vite !

On enchaîne par la petite CO urbaine sur photo aérienne. On arrive à trottiner, et on fait une belle petite CO. On met 40 minutes pour ces 2 dernières épreuves mais l’erreur à VTT nous place à la 47ième position…

Fin de journée. Du fait de notre section VTT’O raccourcie,On est dans les premiers à bâcher ,direction VVF  à plus d’une heure de voiture…

IMG_9844

Douche luxueuse, repas « italien » concocté avec amour pour nos assistants, petite mousse et dodo dans un bon lit… C’est quoi ce raid de chochottes !!!

Le réveil n’est pas trop difficile. Pas de courbatures, la côte à Ju tiens le coup et mon genou ne se manifeste pas. c’est pas si pire !!!

IMG_9850

Bon petit déjeuner et on se prépare pour le 3ième et dernier jour.

Ca caille un peu. Le briefing ne nous rassure pas et me rappelle le breif de mon premier inox : « suivez les flèches mais pas trop, suivez les rubalises mais pas toutes, y’a une montée qui va vous sembler interminable mais elle ne fait que 400m, après c’est plus facile, enfin sauf l’autre montée et pis l’autre… et j’oubliais aussi , y’aura aussi le passage là qui ne sera pas facile…. »

On est, on ne peut plus, sereins !

IMG_9852

On part dans le même ordre que la veille.

Etape 1 : VTT road book 18 km 755D+: Y’a marqué sur le raid book :  » section vintage : retour des montées du président !!! Aïe… » Beh, on n’a pas été déçus !!!IMG_9862

Le road book n’est pas évident et très vite on se retrouve à jardiner à une dizaine d’équipes, dont « Barbiche » le pote de fac à Ju qui était parti une dizaine de minutes avant nous. Heureusement, le président du gevau arrive en 4×4 pour recaler tout le monde sur une trace de moutons !!!

Après ce sont des portages très raides et très longs. Déjà sans VTT, ce serait dur de monter, alors avec les VTT sur le dos et les kilomètres déjà bouffés la veille, on en bave comme rarement. Je suis même obligé de faire des mini pauses de quelques secondes, régulièrement dans les montées.

A 1 km de l’arrivée, on se tape même un bon raidar en plus avec gros portage puis demi tour et redescente en compagnie des Serials qui ont autant de mal que nous avec le road book … On y perd encore 10 bonnes minutes et du jus. On se recalle à l’arrache le long d’un ruisseau car on sait que l’on doit le traverser juste avant l’arrivée.

IMG_9878

IMG_9879

IMG_9880

Une jolie section pour gros moteurs …Donc pas pour nous !!!

et pendant ce temps là, nos assistants souffrent autant:

IMG_9873

En 2h27 ,nous ne sommes que le 50ième temps.

En arrivant, on se jette sur le ravito sucré salé préparé par l’assistance de l’équipe à Barbiche… Tant pis pour lui, il avait qu’à se magner un peu !IMG_9891

IMG_9883

IMG_9890

 

Etape 2 : trail rubalisé 6,5km 430 d+ : Encore une section comme j’aime !

L’autre grand con de Ju reprend en courant et je sais que je vais devoir m’accrocher comme je peux sur cette section.

IMG_9886

je souffre toujours dans les côtes, mais je n’ai plus assez de jus dans les cuisses pour pouvoir assurer mes appuis en descente et mes genoux sont de plus en plus instables. Ju me prend donc quelques dizaines de mètres et ça ne s’arrange pas lorsqu’il aperçoit les Serial devant. Il accélère pour les taper en se foutant totalement de moi,… C’est le jeu ! J’arrive quand même à m’accrocher et on les tape, pour la forme, peu avant l’arrivée.

1h09 et 22ieme temps.

IMG_9898

IMG_9900

Même pas mal !

IMG_9910

Vaness chouchoutte son Juju d’amour…C’est beau !

IMG_9907

Etape 3 : VTT’O sur IOF : 10 km 450 d+

On reprend les VTT pour cette section, avec un gros pétard dés le départ. On nous a dit : » c’est dur les 25 premières minutes et après ça va… »Beh nous ça a duré 1h, pendant laquelle on n’a fait que 4 km !!!

On a du faire tout le D+ en 4km. En plus Ju se bat avec son dérailleur qui ne veut pas passer les grands pignons…Mais moi je l’attend !!!…

Passée cette heure, le parcours est « un peu « plus roulant. On enchaine des côtes très raides avec portages et des jolies petits singles un peu techniques en descente. On commence à ne pas trop mal se démerder dans cet exercice, mais les bras commencent à souffrir sérieusement pour pouvoir garder le contrôle dans les passages les plus techniques. On n’a plus ni cuisses ni bras à la fin de ce VTT’O.

2h19 et 30ième temps.

Ravito avec l’équipe à Barbiche.

IMG_9932

4ieme et ultime épreuve : CO score 1h10 et 13,7km 580 d+. Une carte IOF pour la CO à proprement dite et une photo aérienne pour le « rentrage ». On a du mal à calculer les distances et à estimer notre temps de « rentrage ». On se garde 30 minutes de CO et 40′ de rentrage.

IMG_9944

On ne prend donc que 2 balises sur l’IOF et on rentre en 57 minutes (33ième) . On a mal géré le temps et il y avait de quoi faire 1 ou 2 postes supplémentaires sur l’IOF.

IMG_9967

 

IMG_0039

IMG_9971

34ieme au général : c’est, et de loin, notre pire classement.  Un très beau terrain de jeu, des superbes tracés, techniques et exigeants, une très bonne orga, des bénévols très présents à chaque traversée de route, mais trop peu d’orientation et de choix d’itinéraire pour nous permettre de pouvoir tirer notre épingle du jeu correctement…Mais on l’a fait !

Bon, maintenant que ça c’est fait, place à THE épreuve : La soirée !

Là, on est prêt, surtout Ju et Michel Polnish  !

IMG_9673

IMG_9983

IMG_9981

La encore, la Barbiche Team est bien partie mais n’a pas tenu la longueur…

IMG_9995

IMG_0002IMG_0006IMG_0014

1h30, on rentre se pieuter, et c’est sur les coups de 5 du mat, sur une alerte prostatique, que je me lève, n’allume aucune lumière pour ne réveiller personne, que je vais m’emmancher sur une chaise, j’essaie de me rattraper à la table qui se dérobe pour finir par m’éclater le crâne contre un coin de mur…KO de 5 bonnes minutes et grosses douleurs dans les bras et le cou. A 6h, j’alerte les autres que ça va pas et qu’il serait bien d’appeler les pompiers. Bon, étant donné que ça les fait chier, je me démerde , le crâne en sang… On est une équipe soudée jusqu’au bout !!!

IMG_0024

Aux urgences de Mende : Analyse de sang dégueulasse, scanner et radio fait dans une remorque de semi illisibles, spécialistes en vacances aux Seychelles… Ils me laissent sortir vers midi, non sans avoir niqué mon tshirt Flying et mon buff de l’ARA !!!IMG_0031

Heureusement que les autres Flying sont là pour s’occuper de moi et me faire des blagounettes !

IMG_1270

Et pour finir, une semaine après, toujours bloqué du cou et des épaules, faut faire de compte rendu…

Quand t’as des amis comme ça, t’as pas besoin d’ennemis !!!

LKT

 

Comptes rendus Raid et CO 2016 butinés

maj 29 avril, 11 CR

Julien, des  » Prince Noir » sur l’ULTRA :

2 princes présents sur ce raid des flyings du côté de Niort. Seb fait équipe avec Frédérique en vue du raid en Slovénie et Julien lui  s’aligne avec Seb un collègue. Les 2 équipes ont décidé de faire la journée ensemble et au regard du chantier à venir : 2 orienteurs pour optimiser les choix ne seront pas inutiles.

Et le chantier il est comment? et bien Julien, Vaness Olive et tous les autres de cette équipe de flyings nous ont concoctés 19 sections sur ce raid : le tout en 12 h …va y’avoir du poste à pointer !!!

On connaît la qualité de l’orga : du sérieux sans se prendre la tête et le tout dans une bonne humeur …y a qu’a voir leurs soirées débiles pour programmer la Gec de ce raid sur face de bouc pour comprendre!!!!

Une bonne tripotée de raideurs du grand ouest est là …ça va du chnord à la breizh en passant par le bordelais

Image1

Ca démarre par un trail pour dérouiller les jambes : mon ultra trailer de coéquipier Seb a des fourmis dans les guiboles mais je le calme tout de suite : un raid de sangliers faut y aller cool.

Puis Vtt’o entrecoupée d’une Co touchée coulée cadrillage. On fait mouche sur la vtt’o en se tapant beaucoup de postes à l’aller puis la co touchée coulée où le poste 1 te donne le 2 puis le 3 etc…jusqu’au 18ème . Marie nous annonce qu’elle se fait en 45 min pour les meilleurs : on met 46 minutes : y’ a pas à dire on est dans la carte avec Seb , Fred suit sans souci et Seb le mien nous montre ses qualités de coureur. Retour Vtt avec 3 balises et on arrive sur la co Labyrinthe, expédiée en 2 minutes.

Ravito coup d’oeil sur le classement : 5è et 6è : tout se passe parfaitement.

On enchaîne avec une vtt’o puis on arrive sur la co mémo avec des azimuts distances : petite galère pour se caler mais on ramasse tout. La forme est là les guiboles répondent bien : mon coéquipier est plus à l’aise dans ses salomons que le cul sur son vtt (mais ça c’est normal qd on roule jamais non ?). Grosse vtt’o pour continuer avec des optionnelles qu’on ramasse en maintenant un rythme correct. Petit passage dans un puit pour récolter 2 balises de la future co de nuit.

Arrivés au tir à la carabine : je fais 0 sur 3 comme d’hab au tir donc on devra se taper 3 balises de plus sur la co forêt. Bike and run pour aller à la Co séparée: je pars avec Fred et les 2 Seb sont ensemble. 45 min pour rentrer : ça passe en 40 minutes avec tous les postes pour les 2 duos….on continue donc en bike and run (j’aime pas le bike and run faut pas réfléchir et sortir les cuisses mais bon faut bien avancer…)

Co forêt où l’on prend tous les postes : on alterne azimuts et chemins et ça fonctionne bien. re bike and run pour revenir au parc vtt : re j’aime pas le bike and run. Co photo urbaine : on prend notre temps pour bien se caler et chercher les photos qui correspondent. On est sûr de nous alors on file sur les 3 derniers vtts : fléché allemand : nickel on se loupe pas sur le rond point où apparement des équipes ont galéré…puis vtt orientation en forêt : des supers singles , petits portages ….on s’équipe de nos frontales car ça y est il fait nuit: faut dire que ça fait bien 8 ou 9 h que le chantier est commencé. Vtt suivi pour rentrer à Romans : petite boulette qu’on rattrape vite . Tout le monde est au top : Seb le mien est content d’avoir lâcher son vtt , Fred survole le raid, et Seb et moi sommes rigoureux pour pas se planter en CO depuis le début de la journée.

Dernière étape du chantier : les finitions : une co de nuit : des postes techniques où on s’en sort pas trop mal..on s’épargne des montées et resdescentes inutiles. La pluie a commencé à tomber dès le début et ça drache fort mais on garde le cap…on rentre la co en 2h10 en ramassant tout sauf la co loupiote en fin de carte mais à priori peu d’équipes s’y sont aventurées. On est complètement trempé et gelé…ça claque des dents. streap tease dans le camion de Fred et on file à la soupe et au repas chaud…il est minuit presque déjà . Ca dort sur la table en attendant les résultats. Seb doit rêver du vtt, il a adoré ce nouveau sport pour lui. Obligé de réveiller Fred qui dort sur la table alors qu’on l’appelle au micro: victoire en mixte pour elle et Seb.

On finit donc 4è et 5ème au scratch de ce raid génial.

Tout était tip top.

Merci à l’orga: Ju, Vaness, olive, Marie, Alamo, LKT et tous les autres que je vois régulièrement sur le virtual face de bouc dans des photos non moins compromettantes..changez rien les flyings!!! on adore l’esprit!!!!

Retour en voiture à Bordo : ça ronque sévère dans la bagniole qui sent le rat crevé!

Dodo à 5h du mat de la nouvelle heure (ouille!!)

merci Seb mon coéquipier : pour une première tu t’en es sorti comme un chef …et qd je vois la gueule de ton vtt je me dis que le jour où tu vas monter sur un vrai bike ça va te faire drôle .

Merci Fred, warrior girl en action : ça pique

Et enfin Seb, l’autre : une entente parfaite comme d’hab pour des choix pertinents : c’est bon ça.

Bises les Z’amis

Saint-Michel Sport Nature sur le Tit :

Belle représentation de notre association ce WE au raid des Flying sur le format Tit avec 4 équipes. Une super journée passée comme d’habitude dans une bonne ambiance.

Les excellents résultats des équipes Nico & Micka et Pat & Manu qui finissent respectivement à la 3ème et 4ème place (si les résultats donnés par l’organisation sont finalement exacts)

Image2

La première équipe mixte SMSN, composée de Jésa & Nico, inscrite sur un raid. Jésa n’a pas choisi la facilité pour son baptème du feu. En espérant qu’elle fera des émules !!

 

Les amis de steph sur l’Ultra :

Ghislain descend tout droit de ses montagnes pour faire équipe avec Gael tandis que Sebastien, le presque local s’associera avec Romain de son club de raison des RADO 79, tout le monde sachant bien que son club de cœur reste les Amis de Steph. Il sera toutefois contraint à porter le bas des Rados et le haut des Amis. Marc et Patrick constitueront le seul binôme Amis de Steph à 100% depuis le forfait de Thierry ayant laissé JP orphelin, Grégory, pour qui il s’agira du 2ème raid le remplaçant au cours de la semaine.

Nous savons qu’il est inutile de se présenter sur la ligne de départ des Flying sans une bonne préparation le menu étant généralement copieux, toutefois, les plats servis étant excellent, nous prendrons part à chaque section avec plaisir.

Nous sommes donc 4 équipes apparentés Amis de Steph ne visant clairement pas les mêmes objectifs.

Comme trop souvent, en vieux briscards, nous arrivons légèrement à la bourre sur le site de Romans (79) et les discussions avec divers autres équipes nous mettent clairement en retard. Le carnet de route est donc lu entre les lignes et nous découvrirons au fur et à mesure les sections ayant très souvent zappé le menu.

Nous sommes néanmoins à l’heure sur la ligne de départ pour un petit trail d’une boucle de 2kms d’échauffement.

Nous montons ensuite sur nos destriers pour un VTT’O qui verra dès le départ des équipes partir dans tout les sens, en effet, il faut faire une boucle passant par Ste Néomay pour une CO et les options sont diverses et variées pour s’y rendre.

Cette CO, identifiées « touché coulé », nous avons une photo aérienne avec des traits abscisses et ordonnées pour une part et des coordonnées qui nous sont indiqués d’une balise à l’autre. 2 de nos équipes connaîtront des difficultés, l’une aura bcp de chance car ayant confondu G10 et G1, c’est-à-dire le sud et le nord, commencera cette CO à la 7éme balise trouvant par chance une balise bouée sur laquelle s’appuyée, l’autre équipe sera plus pénalisée, les balises 1 et 4 étant très proche, ils commenceront la CO à la 4 en ne s’apercevant qu’à la fin que leur carton n’était pas plein et devront y retourner.

De retour à Romans nous attaquons le labyrinthe sur lequel la vitesse importe peu, il faut le réussir, à défaut nous prenons 20 minutes de pénalités.

Nous quittons Romans pour un long périple, nous ne reviendrons que pour la dernière section en orientation de nuit. Ça commence par un VTT suivi d’itinéraire sans difficulté.

Viens ensuite le génie, la spécificité du raid des Flying, avec un petit bois de rien du tout, tout juste un bosquet et un magnifique manoir, ils vous font une CO de 3kms en azimut mémoire qui fait plaisir aux petits raideurs que nous sommes. Certes ça tourniquote un peu pour tout le monde, il y a pas mal d’hésitation, d’erreur, sur ce genre de section la tête compte autant que les jambes.

Viens le gros morceau du VTT’O, beaucoup de courbes de niveau à traverser et un puits à visiter. 16kms. Les premiers choix de balises à ne pas aller chercher commencent pour les moins rapide.

Nous arrivons sur un joli PC à La Mothe St Heray. Un ravito copieux et une neutralisation nous font du bien. Un tir à la carabine nous attend et c’est reparti. Nous laissons un VTT pour le premier run&bike de la journée qui servira de liaison à 2 course d’orientation.

La première, redoutable, à la Dame de Chambrille, impose aux équipiers à se séparer. L’un devant ramasser 8 balises dans un ordre imposé et l’autre 11 dans un ordre libre, ajouter à cela un temps limite de 45 minutes. Ça fait déjà quelques heures que nous sommes en chemin et cette section est très pentue. Avec tout ces ingrédients, vous comprendrez que ça a pas mal brulé les jambes.

Nous repartons en run&bike, la partie endurance et non plus sportive du raid commence après ce coup de chaud.

Nous accédons au bois Fouilloux qui ne pose pas de problème, ça nous change, il n’y a pas de dénivelé.

Une dernière petite section run&bike nous ramène à la Mothe St Heray, lieu de stockage du 2ème VTT mais il est encore trop tôt pour le récupérer. En effet, nous devons nous coltiner une course d’orientation dans la magnifique La Mothe St Heray où nous validons les postes à l’aide de photo que nous devons reconnaître. Cette section n’est pas du tout physique, nous passons pas mal de temps à trouver l’élément pris en photo qui est souvent très petit. Je serai curieux d’observer comment les premiers abordent cette section, sont-ils là aussi rapide ?

Pour nous la nuit tombe, nous installons lampe et gilet avant de partir sur le roadbook allemand. Pas facile cet exercice, surtout ce rond-point où à plusieurs nous trouverons le passage. La bonne surprise de la nuit sera dans le bois précédent le changement de carte, nous sommes accueilli avec une part de brioche réconfortante..

Ne reste plus que le retour en VTT’O, nous décidons de rentrer au plus vite mais les passages obligatoire et la roublardise de l’orienteur nous permettent de ramasser pas mal de balises tout de même. L’actrice que nous n’attendions plus fait alors son apparition : la pluie. Elle arrive tardivement mais en giboulée drue. Nous décidons alors que nous conserverons la CO de nuit pour l’année prochaine avec mon coéquipier d’un jour Grégory.

Arrivée à Romans, Marc&Patrick ont fait le même choix que nous.

Le bilan sportif de la journée est bon pour Ghislain et Gael qui gagnent avec 22 minutes d’avance en étant totalement passé à côté sur la CO azimut mémoire où ils feront 14ème de l’étape, sur les 4 autres étapes ils seront 1er ou 2ème, ils n’ont semble-t-il pas volé leur victoire les jeunes.

119

Pour Sébastien&Romain, la fin de raid a été gâché par les problèmes que Sébastien a déjà rencontré précédemment. Ils sont tout de même 10ème en ayant pas pu terminer la CO nocturne. Ils ont constamment progressé au fur et à mesure des étapes 14ème-7ème-7ème-6ème et 16ème sur la dernière qu’ils ont baché. Redoutable duo des Rado 79.

109

Marc&Patrick sont déçu de leur performance,23ème peu en rapport avec leur potentiel, ils n’ont jamais pu se mêler aux costauds par manque de jus. Les optimistes diront qu’il s’agit d’une bonne préparation pour la Maxi Race dans 2 mois.

131

Pour Grégory (2nd raid au compteur) et JP (on ne compte plus, 4 ou 5 t-shirt flying dans ses armoires) il a fallut nouer connaissance, 24ème/32 équipes classées. Des bourdes ont été commises par ci par là, ils n’ont pas le physique des 3 équipes précédemment citées. Heureux tout de même d’être venu à bout de l’épreuve sans avoir dû faire appel à un rapatriement. A noter leur performance sur la CO de nuit, dernier bien que très rapide en 5 secondes.

116

Un beau raid, organisé par des passionnés, des connaisseurs, des fadas. On aime faire ces 3h de routes pour notre plus long déplacement de l’année et souvent notre plus gros raid de la saison. Nous ne sommes pas les seuls car outre Ludo et Antoine de « la Talentueuse » et Hélène et Yannick de « Quimper Orientation », des accents du sud ont été entendu dans le bocage deux sévrien.

Les Amis de Steph.

Gaël de West Orient Raid, vainqueur sur l’Ultra : 

Cette année, le Flying c’est 12h maxi sur le raid Ultra (initialement sur 2 jours).

Ghislain et Gaël prennent le départ de cette 8ème édition qui s’annonce difficile pour ce début de saison. Heureusement, les chemins ont eu le temps de sécher ces derniers jours.

flying-2016

Nous commençons par un trail pour chauffer les bourrins et échelonner un peu tout le monde, puis partons sur une VTT’O pour nous rendre sur une CO touché coulé avec une carte mixte photo aérienne/cadastre. On croise les amis de Steph, Jean Philippe nous déconcentre un peu mais ce n’est pas grave, on enchaine. On reprend nos VTT pour finir la première boucle qui nous fait revenir au départ. On voit qu’on est en tête, parfait.

Petit labyrinthe en relais et c’est reparti en VTT. On arrive dans un château pour une CO dite « micro ». 4 balises mémo qui en donnent 12 supplémentaires par azimut/distance. Sur les 3 premières les azimuts ce font à partir de celles-ci. Arrivé sur la dernière, nous procédons de la même manière alors qu’il fallait cumuler les azimuts après chaque nouvelle balise trouvée. Après avoir cherché de longs moments sans rien trouver, Ghislain se rend compte de cette différence. On se reprend et on sort 5ème à 10min des premiers. 45 min pour une micro CO ça commence à faire ! Là on se dit que c’est bon, les erreurs du raid sont déjà faites, ça devrait aller mieux maintenant.

Le VTT’O suivant se passe sans encombre, avec une balise à aller chercher au fond d’un puits qui nous offrira deux balises difficiles de la CO finale. Ghislain s’y colle « pour se rattraper » de sa bourde précédente.

Vient ensuite le tir à la carabine, Ghislain nous sort un 2/3 qui nous épargne 2 balises de la CO forêt à venir. Petit Run & Bike, on mémorise l’itinéraire entre chaque balise et nous voilà revenu sur les 2 équipes Naka Naka en tête. CO séparé gros déniv de 3km. Deux cartes différentes, je m’occupe de celle en ligne et Ghislain de celle en ordre libre. C’est parti pour 45min maxi. Gros taquet sur gros taquet cette CO fait très mal aux pattes. On repart en Run & Bike, je monopolise d’avantage le VTT que Ghislain afin de récupérer un peu. S’en suit la CO forêt dont 2 balises sont supprimées grâce au tir à la carabine. Ghislain gère comme un chef. Retour en Run & Bike pour finir cette 3ème boucle avec une CO photo urbaine. Les jambes se font lourdes mais tout se passe bien sur cette avant dernière CO.

Pour revenir au lieu d’arrivée, nous enchaînons 16km de VTT fléché allemand, VTT’O forêt et VTT suivi. Légère satisfaction de se trouver avec les premiers du raid Tit’Avent’Hure et de les distancer dans les parties plus techniques en orientation.

Enfin, la CO finale tant redoutée de 14km avec 2 balises en moins déjà gagnées au puits. Il est 19h30, la nuit tombe vite. Tout ce passe plutôt bien jusqu’à arriver sur une boucle spéciale de 3 balises. On nous retire nos projecteurs du crâne et nous voilà avec une pauvre loupiote à la con pour aller chercher ces 3 balises. La pluie commence à tomber, on ne voit pas à 2 mètres, le froid commence à nous gagner, on n’a plus d’eau dans le camel’… Première balise OK, deuxième aussi, on s’engage dans une forêt de petit-houx et de ronces pour la troisième et on se rend compte qu’il faudrait avoir beaucoup de chance pour tomber dessus, on décide donc de rebrousser chemin. On récupère nos frontales, le jour se lève… (enfin presque), il ne reste plus que 3 balises sur le retour. Après à peine plus de 11h de course, nous voilà enfin arrivé avec 105km au compteur et une soif à faire assécher le château d’eau du coin.

Le classement tombe pendant le repas de récupération nous confirmant notre belle victoire avec 22min d’avance sur Anjou Fun Runners qui nous aura remis sur le droit chemin lors de notre ridicule perdition sur la « micro CO château ». VGA 87 complète le podium.

Cette nouvelle édition du Flying fut à nouveau une très belle réussite. Les organisateurs ont fait un travail remarquable et ont été très réactifs lors des transitions. Les parcours ont été recherchés et nous ont permis de passer dans des endroits bien relevés. Nous ne manquerons pas de revenir.

Gaël

Mat/Tophe  des Echappés sur la CO 3 h :

L’année passée, l’avent’Hure n’avait pu aller à son terme de mon côté avec une belle mésaventure !!!

mamat

Quand on tombe de cheval, il faut remonter de suite, donc pas fâché, je retente l’aventure avec mon compère Christophe pour conjurer le sort et renouer avec le plaisir des CO.

 Arrivée des Echappés à Romans à partir de 18h pour un départ à 19h. Il y aura deux binômes David et Guillaume, et je ferai équipe avec Christophe. Accueil sympathique et tranquille des Flying, comme d’habitude, puis un peu d’attente pour espérer que la nuit tombe (c’est mieux pour une nocturne). Comme quoi, les Flyings avaient pas tout prévu ou alors c’était pour être sûrs qu’on prenne un peu de flotte !!!

 Avant la distribution des cartes, les frangins décident un parcours dans le sens horaire, on fera donc l’inverse avec Christophe. On trace rapidement puis on file au NE pour la 107, Christophe emmène le duo à bon rythme, voire très bon rythme. On file vers la 115 à l’azimut mais dans un champ juste labouré, ça chauffe sévère les cuisses, avant une longue transition pour la spéciale loupiote. Premiers à la tenter, on laisse tout notre matos contre deux ampoules. On réduit un peu l’allure, enfin surtout moi pour ne pas terminer précipitamment cette soirée. Ludique, mais sacrément casse gueule, et entre la 122 et la 123, on déboise, défriche tous les ronciers que l’on croise. Mais la boucle est bouclée, nos frontales vissées… beh sur le front, on voit comme en plein jour, direction le Nooord. Quelques petites secondes pour le bac d’eau de la 118 puis Christophe me recale après la traversée du ruisseau. On rejoints quelques équipes à l’approche de la 119, on attaque à l’ouest du bloc rocheux tandis que les autres sont plus à l’ouest. Christophe veut suivre le muret et tombe dans un tonneau !!! On boira plus tard si ça te fait rien Tophe, faut qu’on file plus au nord… en catimini. La 120 sans souci entre les différentes parcelles, direction le vert foncé pour la 117. On croise déjà les frangins, ouah faut qu’on accélère alors qu’on est à fond. Éviter le blanc qu’ils nous disent, je veux bien, mais le reste c’est du vert foncé.

En mode élagage, on arrive malgré tout à choper le doublon 117 et 116 grâce à de bons caps. Direction l’ouest pour du dénivelé sous le viaduc de l’autoroute. 103, 101, 104 sans problème, on court encore. On se recalera par le nord et le champ pour trouver l’épave. Descente pour la 114, puis remontée par le champ pour attaquer la 108 par le haut. Mauvaise option, mais l’azimut est bon et en descendant la pente on tombe sur la toile. L’enchaînement vers la 113 est bon, demi-tour pour repartir au sud. La 112 est plus délicate, on pense faire une bonne attaque mais on tombe sur un foutoir avec une multitude de chemins, voire de grands allées. Pas facile de s’y retrouver dans ce tracé de motocross. Là aussi, on essaie de suivre le cap qui nous semble cohérent, et paf, j’aperçois la toile au sommet de l’éboulis. Bingo, on remonte pour passer au dessus de l’autoroute et on lance le sprint final. Oups, on file un peu trop loin pour la 111, mais c’est pas grave on enclenche la seconde pour le lavoir de la 105, mauvaise sortie de ma part, on prend l’itinéraire bis pour la 106. On contourne ensuite le cimetière au pas de course, pour l’avant dernière la 109. On longe la vigne, un joli passage dans un muret écroulé, David, ça te dit quelque chose ? Il nous reste la 110 au lavoir à l’entrée du bourg, pour ensuite regagner la salle en 2h16, à 20min de nos compères Echappés.

Une CO physique avec un peu de dénivelé, des postes impeccables, un vrai plaisir de rejouer à chercher la balise. Merci à mon lièvre Christophe qui a été parfait. Pour ma part, un gros motif de satisfaction après plus d’un an sans CO officielle, je suis entier.

Merci les Flyings pour la belle organisation.

 

Les frères Brother,  David et Guillaume, des Echappés, vainqueurs sur laCO 3h :

En ce week-end de pâques direction Romans (79) pour la CO des flying qui cette année se déroule en parallèle de leur Raid. Et oui nous sommes petits joueurs … nos VTT n’ont pas bougé depuis septembre dernier… le choix est vite fait. Nous sommes 4 échappés au rendez-vous : Mat (qui pour une reprise en CO se doit de conjurer le mauvais sort de l’avent’hure nocturne de 2015 où il y avait laissé sa malléole) avec Christophe et Guillaume et Moi. Nous décidons de partir dans le sens opposé histoire de se croiser en milieu de CO.

A la tombée de la nuit… soit 45 minutes après l’horaire prévu, nous partons assez rapidement direction le lavoir après avoir fait un rapide tracé de notre itinéraire. Direction le poste 109 avec une sortie de poste mémorable… Un muret d’1m40 de haut ne résiste pas à mon (sur)-poids… mon pied arrache une pierre à la base du muret et c’est 1 à 2 mètres linéaire de pierres sèches qui me tombe dessus… oups… le passage est fait… j’espère que les GO n’auront pas de problème avec le proprio… Les balises suivantes s’enchainent assez vites avant d’attaquer le dénivelé et la partie technique de part et d’autre de l’Hermitain. 112, puis 113, nous suivons les lignes de niveau pour attaquer la 108 sans problème. Nous croisons les raideurs qui en décousent par la même CO que la nôtre, notamment SLRA (avec qui nous réussissons à apercevoir la toile 102, peu évidente, à travers le vert foncé) et les ARO. Nous allons par la suite commettre une petite erreur d’inattention en zappant l’espace de 80 m la balise 101… Il aurait été dommage de l’oublier car celle-ci fait mal… 50mètres de dénivelé à elle seule. Retour à la 103, pour filer à la 106 où nous retrouvons Jacques des RSE qui nous prévient que le bord du ruisseau est assez urticant… Peu importe, Guillaume veut faire le sanglier… et va finir par abdiquer la queue entre les jambes devant le mur de ronces… et reconnaitre que j’avais raison et qu’il fallait mieux attaquer au nord par le vert clair… On sort de cette zone merdique en croisant Mat et Tophe en pleine descente vers la 117.  Les 3 postes suivant s’enchainent assez vite 120-119-118 et nous arrivons à l’épreuve spéciale que seul les flying ont le secret. On laisse les frontales contre 2 petites lampes à friction et pour compliquer l’exercice, la pluie fait son apparition. L’exercice est assez rigolo, mais assez dangereux tout de même pour les articulations. On s’en sort moyennent avec un 3ème postes assez compliqué… ne voyant pas la levée de terre depuis le bord du champ cultivé, on décide de se recaler sur le chemin à l’Est pour attaquer par le chemin menant tout droit à la balise. C’est le déluge… au moment de retrouver nos frontales et de terminée cette CO par une traversée laborieuse de champ juste labouré. Guillaume commence à coincer… mais heureusement il ne reste qu’une balise.

Nous bouclons cette CO en 1h56 pour 14.3km… Mat/Tophe arriveront quelques minutes plus tard. Une belle CO de reprise qui lance la prépa pour l’obivwak dans un peu plus d’un mois. Un grand merci aux organisateurs pour leur accueil et pour cette folie tellement typique des Flying que l’on adore à chaque fois !

Les branques sur le Tit :

Samedi dernier 1er raid de l année au Raid FlyingAventhure et victoire en mixte. 60km et 1 050m de D+ : ça calme ! Des sections courtes et variées, du single et du dénivelé et pour finir une grosse co nocturne technique. Vivement l an prochain !

branques

Evelyne de Raid Landes Aventure, en féminines sur le Tit :

Retour sur notre participation au raid des Flying Avent’hure sur le Tit avec Caro.

Départ samedi matin à 11h pour notre 1er raid de la saison avec Caro, pas trop tôt, moi ça me va bien de commencer un raid par une grasse matinée!!! C’est ça le sport.
Rien de préparé à l’avance et oui quand on fait la grasse mat, on ne peut pas tout faire. Donc direction Romans à l’est de Niort avec un 1er arrêt à Parthenay pour s’acheter un sandwich, je craque pour un kebab poulet oignon épices et lorsque la vendeuse me propose un dessert, je  m’empresse d’accepter une part de flan (que j’espère ne pas avoir à regretter).
13h préparatifs, on mange nos sandwichs et moi mon flan, miam miam. Et on charge nos sacs avec tout le matériel nécessaire pour la journée pire que pour le GRPH (ravitos, eau, frontales, vêtement de pluie…) à côté le flan c’est du light!!!
13h30 briefing méthode des flying avent’hure avec beaucoup d’humour et perruques pour le rappel des consignes de sécurité.
14h départ en musique, petit clin d’oeil à Gadjo qui aurait certainement beaucoup apprécié.
Et à partir de là, que du bonheur, 15 épreuves s’enchaînent :
•    2,4 km de trail,
•    5km de VTT’O,
•    une micro CO de 2,5 km tout en mémo et azimut sans carte,
•    12km de VTT’O avec des optionnelles,
•    du tir avec à la clé des balises gagnées sans avoir à les chercher (pour nous ce sera 1 sur 3, c’est déjà ça),
•    3 tronçons de bike and run mémo (7km au total) alternant avec 2 CO, 3km de gros dénivelé pour la 1ère en 45mn maxi (yes on ramasse tout en 41mn, on est vraiment contente) et 3,5km en forêt pour la 2ème,
•    2km de CO urbaine photos,
•    6,5km de VTT fléché allemand que nous finirons en nocturne
•    6km de VTT’O en forêt que la nuit rend vraiment difficile mais vraiment intéressante, la concentration est au maximum et la pluie fait son entrée
•    3,5km de VTT en suivi d’itinéraire, c’est roulant on accélère et on se refroidit sérieusement, Caro claque des dents!!!
•    et enfin la CO finale, 8km dur dur très technique, et la barrière horaire à 23h, nous ne pourrons pas finir et laissons nos 1ères balises de la journée, 5 au total. Nous sommes fières de nous!!
En synthèse: Mangez du flan!!!

Une belle course mais avec quelques boulettes: des azimuts pas toujours précis, notamment un, 3 fois le même pour trouver le bon arbre dans la forêt ; des mémos bien mémorisées mais quand on se dit tout droit eh bien on va tout droit sans se préoccuper du moment où on est sensé s’arrêter jusqu’à ce que l’environnement lui-même nous arrête, heureusement que nous n’étions pas sur la road 66!

On a vraiment pris du plaisir, une course à la fois très ludique et très variée avec des petites portions qui s’enchaînent et de la CO à en perdre le nord. VRAIMENT SUPER!!! Un raid qui donne envie d’en faire d’autres!!!

Et pour clôturer le tout un podium pour RLA: 2ème féminine (à 8mn de nos concurrentes favorites Sylvie et Marie de SLRA bravo à elles) et 27ème place au général sur 55 équipes!!!
 
Thomas sur le Tit :

Première compétition de l’année sur le raid Flying avent’hure :
Ça devient une tradition, j’ouvre le bal des compétitions sur le raid Flying Avent’hure avec un autre Fred qui ne fait pas de triathlon.

thfr

Et ça fait du bien de retrouver une ambiance un peu plus roots et moins « m’as-tu vu » que sur (certains) triathlons, pas de demi-dieux au départ et pourtant le programme était copieux (et c’était la version courte ! ) :

Tour de chauffe : 2,5 km
VTT’O : 5 km
CO : 3 km
VTT’O + optionnelles: 16 km
Tir carabine
Bike and run : 2 km
CO au score 45 min
Bike and run : 3 km
CO forêt : 4 km
Bike and run : 2.5 km
CO urbaine : 3 km
VTT fleché Allemand : 6 km
VTT’O IOF : 7 km
VTT suivi : 3 km
CO (nuit) : 8 km

Plus de 8h de sport (dont 30 kilomètres pédestres) avec un final de nuit.
Pas de tapis ni Pom-Pom girl à l’arrivée et l’essentiel est bien ailleurs.

Notre classement est anecdotique, je retiens juste le plaisir de partager un long moment avec mon meilleur pote, de courir façon dernier des mohicans dans la forêt des deux-sèvres pendant le coucher du soleil, galérer lors d’une crevaison, s’égratigner les jambes, et partager une pression à l’arrivée.

Et surtout, ça fait une excellente prépa pour Fred qui essaiera de conserver son titre sur son prochain raid avec Florent (voilà Fred et Flo, c’est annoncé sur l’internet mondial, il faut assumer maintenant..).

Team SR Industrie 2, sur l’Ultra :

Hier deux équipes participaient au raid des flying à Romans près de Niort ultra 110 km 12h maxi
La famille VALENTIN et famille rodriguez
Le début de course des valentin va leurs être fatals: Manue tombe lourdement dans un virage sur la route.

ob_b173fd_manue

Elle se fracasse la tête ( il restait encore de la terre sur le casque) sur le bas côté de la chaussée. Perte de connaissance. Le hasard fait que nous avions fait le même choix et nous nous arrêtons pour les aider. Denis était en ligne déjà avec le Samu. Elle partira à l’hôpital pour un scanner. Elle en sortira le soir mais le visage bien abîmé.
Après plus de 45 minutes à leurs côtés nous sommes repartis même si ce n’était pas simple de continuer. Les organisateurs nous enleverons 45 minutes et nous autorisent de dépasser les barrières horaires que nous rattraperons. Du coup nous avons été seuls. Des superbes Co que nous enchaînerons assez bien mais la fin fut un enfer: en vtt de nuit pendant 3h et à pied et sous un déluge nous terminons ce raid très dur à la 17 ieme place et 3ieme place mixte. Nous dedions cette course à manue.
Un raid à refaire l’année prochaine avec les valentin

Fabrice et Aurélie du TTR en mixte sur le Tit

Après 1 mois d’entrainement « intensif » en VTT sur la voie verte de Terves et dans les chemins boueux de Cirières, nous voilà en direction de Romans pour notre 1er Raid des Flying.

En arrivant, on croise Vic & Antoine, engagés sur l’Ultra, à fond sur leur VTT.

Départ donné par un excité galvanisé par les gros sons « black list – hell » des SHAKA. Bienvenu en enfer !!!

Petit trail de mise en chauffe. On prend Gil et son casque comme point de repère. Après ce p’tit tour d’campagne, on récupère une carte pour un suivi d’itinéraire jusqu’à Reigné et son château. Il y encore beaucoup de monde et ça bouchonne dans le petit single proche de la rivière.

Départ pour une micro CO dans le parc du château. Au centre, une carte mémo avec 4 balises. Départ pour les 2 premières balises qui vont en donner d’autres avec azimut/ distance. A la 1ère balise azimut, pas de numéro !! il ne va pas falloir se tromper d’azimut/ distance.

Fin de CO, on repart en même temps que Gil et Denis des Rado, direction La Mothe St Héray et son Orangerie en VTT’O avec 2 balises optionnelles dans 2 chemins que seuls les champions de moto-cross peuvent franchir sans mettre le pied au sol. Les jambes sont là, le rythme aussi. Comme promis, je pousse Aurélie dans les descentes. Pour les côtes, elle se débrouille en moulinant et en n’usant pas les chaussures !!

Gel de temps à l’Orangerie. On en profite pour se restaurer un peu et passer au tir. Aurélie prend la carabine de son copain chasseur et flingue à toute vitesse. Calamity jane met 2 plombs dans le mille. Cool, économie de 2 balises dans la prochaine CO.

On repart en bike & run, direction la CO gros déniv. Je constate sur le vélo qu’Aurélie a les jambes légèrement plus courtes que les miennes…

CO de 45 mn et gros déniv et c’est rien de le dire. On manque quelques attaques de postes qui nous font perdre de précieuses minutes. On arrive avec 45 secondes de retard donc pénalité de 15 mn.

Direction la CO en forêt où les enchaînements se font bien. RAS.

Retour à l’Orangerie pour une ultime épreuve sur les lieux. CO photo urbaine. Sympa mais piégeux.

L’étape 3 commence par un fléché allemand. Fräulein z’y colle, vu qu’elle parle couramment la langue… une super orientation qui nous amène vers la forêt de l’Hermintan. Et là, c’est le drame. On n’a pas pris de frontale pour éclairer la carte. On se débrouille avec la lampe des VTT mais on y passe beaucoup trop de temps…

Après cette interminable section, on arrive 21h30 à la salle pour la dernière CO. Ça devrait le faire pour une CO de 8 km (se disent-ils les TTR !). Départ sous des trombes d’eau qui heureusement ne durent pas longtemps. Les 1er postes s’enchaînent bien jusqu’à la 112 où la lucidité n’est plus là. Jardinage sur les 5 balises avec dénivelé. Séance de luge pour redescendre. 22h30, il est temps de rentrer. A la 102, un mur de ronce ne se laisse pas dompté et on est obligé de le contourner par un trou de souris trouvé par Aurélie. On reprend un chemin qui nous fait longer 2 balises mais nous n’avons plus le temps et la lucidité de les prendre. Retour par la route jusqu’à ROMAN. Moins d’un ¼ heure avant la barrière horaire de 23h00 et encore toute cette route à avaler. On finit en crochetant la 107 à 22h58.  Cool, on avait encore de la marge…

A l’arrivée, une bande de RSE tout frais sont présents. Direction les dernières « épreuves », le rangement du matos et des équipiers puis un bon repas et une bonne bière.

Résultat de cette première : 21ème sur 55 équipes engagées et 5ème mixte.

Beaucoup de plaisir pris sur ces cartes et ses chemins/ forêts sympathiques et très physiques.

Merci à l’équipe des Flying et à leurs tontons/ tata pour ce super raid convivial.

Maintenant qu’on y a gouté, le rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

Fabrice et Aurélie

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 37 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :