Raid Orientation Civraisien 2015


Format : 24 heures non stop. Plus de 200 km. Manche du challenge national des raids

2 ékips engagées : Vaness et LKT en mixte, Oliv et Kikos, en masculin

CR Editions précédentes : Raid Orientation Civraisien 2010 * 2° Raid ROC Civraysien 2011 * Raid Civray 2012 * Raid ROC civraysien 2013 * Tentative de trust des podiums au raid de Civray 2014

Image2

CR DU CANAL HYSTERIQUE

Oliv arrive à embarquer un Kikos ni entraîné ni préparé sur cette avent’hure en terre civraisienne. Objectif : gérer les sections les unes après les autres en prenant toutes les balises jusqu’à ce qu’on se fasse éventuellement bouffer par les barrières et qu’on doive faire de pénibles sacrifices. Dans tous les cas, faire abstraction du mal aux genoux qui va nous tomber dessus dès les premières foulées et aller au bout des 24 heures en ayant shooté le plus postes possible.

Détail des 18 sections :

1) CO Show

3 cartes qui envoient les concurrents dans tous les sens à partir du stade de foot. On gère peinard, sans erreurs mais pas trop vite, ce qui fait qu’on sort de cette section dans le dernier carré.

Image5

2) CO

On cavale coolos, on marche dans les montées. Ça va tellement peu vite qu’Oliv a assez de souffle pour papoter avec le masculin des Petits Suisse Normands mixte qui a fait comme lui l’Obivwak la semaine précédente. Passage en équilibre sur un tronc pour pointer sur un îlot. L’orient’ est simple, on gère de conserve.

Image7

3) Canoë

Embarquement sur la pelouse. Oliv, le cul dans la barcasse, attend comme une princesse qu’on lui amène une pagaie et qu’on nous pousse dans la rivière.

On pagaie synchro, sans trop se taper dedans, en traçant la trajectoire de façon optimum : rasage de virage, cherchage du rare courant, descendage des chaussées au plus vite… Bref coup d’accélérateur lorsqu’un canoë cherche à prendre notre vague quand on le passe. Nous reprenons 11 équipes sur cette section.

4) Roller & Bike – Tir sarba

Kikos chausse ses vieux rollers pourris aux petites roues carrées, Oliv saute sur le bicloune et nous partons tout dégoulinants sur le goudron. On reprend encore 3 ou 4 équipes sur le début de section en montée, puis nous nous stabilisons en 17ème position, en compagnie d’une ékip de Clubbers, au sein de laquelle officie Mathieu sur des rollers issus de la conquête spatiale.

Arrivés sur le stade, nous attend un tir sarba, dans l’esprit biathlon. Le cœur encore un peu dans le rouge en raison des efforts consentis pour rester au contact, Kikos fait dangereusement osciller son engin avant de projeter avec la violence d’un tuberculeux asthmatique ses trois projectiles à côté de la plaque.

À peine mieux pour Oliv, qui touche une seule fois. En guise de représailles, l’orga nous impose cinq tours de massif avant de pouvoir passer à la suite.

5) VTT road-book puis IGN

Kikos gère la vingtaine de cases sans souci jusqu’au début de la VTT’O où nous tombons sur Olivier qui prend (au figuré) la température de ses concurrents. Pour les cinq balises suivantes, cartées sur IGN, nous sommes repris par le convoi des trois ékips Clubbers menant grand train. Heureusement, l’un d’entre eux commence à donner des signes de fatigue et plaide pour un léger ralentissement, ce qui nous permet d’accrocher les wagons et de bénéficier de l’effet de meute. Ça sera la seule fois.

Image12

Image15

6) CO au score, séparés

Arrivés dans un fond de vallée, on tombe sur un Ju surexcité qui nous hurle dessus qu’on n’est pas si loin des premiers, à un quart d’heure, et que c’est bon ça… On le laisse à ses petits délires, il est temps de se partager la carte pour la CO séparés.

Image16

Image20

Oliv part en solo, mi marchant, mi trottinant sur la partie Est, dont il visitera les 12 postes de façon plutôt propre, en une cinquantaine de minutes.

Kikos, de son côté, parcourt la partie Ouest en compagnie de trois Clubbers, emmené par Mathieu G, une pointure en CO, donc pas de souci de ce côté-là non plus.

7) VTT suivi d’iti

Petite section. 2 balises sur le tracé. Kikos emmène l’orient, Oliv pointe.

8) VTT’O au score

Deux heures maxi pour shooter 12 postes sur une carte IGN améliorée. Les petits sentiers sont tracés de façon très visible, Oliv apprécie l’intention à sa juste valeur. Nous prenons 5 mn avant de bipper le boîtier départ afin d’établir un plan de bataille… …que nous balançons aux orties dans les premiers hectomètres pour modifier l’enchaînement des 3 premiers postes : on part sur 2, 11, 4 et on se garde 1 et 3 pour la fin, entre 5 et 6. Oliv emmène l’orient’ – sur un si beau support, il aurait tort de se gêner – et gère les pointages. Kikos pioche et rame un peu derrière.

Balise 10, l’en reste pu que deux, on a géré sans faute jusque là, la concentration est toujours au rendez-vous. Pour la suite, Oliv avait prévu de sécuriser un demi-tour pour contourner par la route afin d’avoir une attaque propre sur le poste 7, dans un foutoir un peu technique et très vallonné. Mais les Radoïstes, Manu et Tom, qui quittent la 10 juste devant nous plongent dans le petit chemin à droite. C’est trop tentant, on enquille à leur suite, à l’arrache, on va gérer en flux tendu, on verra bien…

Sauf qu’on rentre dans le sombre, Oliv peine à s’y retrouver sur la carte qui fait des bons de cabri dans les trous de la descente. V’là t’y pas qu’on se retrouve dans un no man’s land régi par le Grand Nimportnawak. Nous croisons une mixte, Fred et la cascadeuse, qui remonte la pente, mais on a son petit honneur, alors on ne leur demande pas de nous recarter.

Grande errance d’un bon quart d’heure avant que Kikos remette l’équipe sur les bons rails. À la dernière balise, la 12, nous tombons sur Samuel et Petit Raisin des Vendanges (pas encore tombé dans un coma profond) qui sont déjà engagés dans la CO de nuit. Il fait encore bien jour.

9) CO + tir cara

Dans la salle de Nanteuil, nous retrouvons notre gros sac (ce n’est pas un équipier joker, ni un membre de l’orga, c’est juste un sac qui est gros…). Ravito, garbure notamment, puis complément avec nos propres victuailles. Il faut bien recharger les chaudières pour la suite, tout en ne musardant pas trop pour pouvoir faire quelques balises de la CO de nuit à la faveur des dernières lueurs du jour.

On bâche, en début de boucle, le passage par l’atelier tir cara. Dans la pénombre, c’est Kikos qui s’y colle. L’engin va de droite à gauche, seul un miracle permettrait à l’un des plombs d’atteindre la petite cible, au loin. Sans surprise, on se choppe le max de pénalité : nous jouons aux bûcherons pour découper trois rondelles de bois au passe-partout. Puis nous partons pour la CO proprement dite que nous ferons intégralement en marchant.

Bientôt, dans la liaison 3, 9 il faut allumer les lampes. Notre faisceau permet à Vadim de SLRA de se recaler sur une de ses dernières balises de cette section. Ils ont réussi à quasiment tout faire de jour, tout comme ces zèbres de Naka, emmenés par Ticule, que nous croisons juste après. À la 15, nous retombons sur les mixtes de Team Trail Touraine et plus tard, au four à pain de la 12 sur Coloc Grisou.

Mauvais enchaînement, mal réfléchi, de la grappe 5, 14, 6, 11 qui nous fait sortir dans le colza, alors qu’une issue par la 14 était beaucoup plus indiqué. Encore deux postes, puis retour à la salle.

10) VTT couloir

On se doute que cette section va tabasser, elle est donnée en 2 h 40. Mais on est toujours dans l’optique de tout prendre, alors on y va après s’être changé, les fringues mouillées depuis le canoë commençant à générer de désagréables irritations. En sortant du village, on recroise SLRA et les NAKA qui rentrent, ils nous mettent déjà 3 heures.

On décide de le tourner anti-horaire. Très beau single track en bas de carte, avant la 13. Oliv se fait plaiz, Kikos râle un peu sur la longueur.

En remontant au niveau de la première shunte, on tombe sur un équipier isolé, un peu transi puisque statique depuis un moment, le temps que son binôme s’occupe de la boucle du bas. Plus loin, Coloc Grisou en panne nous demande une pompe. On les dépanne sans vouloir que ça s’éternise car la fin de la nuit sera régentée par de nombreuses barrières horaires. En plus, une pompe ils en ont une, qui fonctionne, on ne voit pas ce que la nôtre apporte de plus. Leur problème c’est plutôt une histoire de valve qui fuit ou de pneu mal débarrassé des épines. Zont l’air de réfléchir à l’envers. La fatigue, peut-être ?

Dernière descente, on envoie pleine balle. Patatras ! Kikos s’en prend une belle, le porte-carte de Titi Cuistot vole en éclats, mais pas de dégâts humains, c’est pas si pire…

Retour à la salle. On tombe sur un Sébos de Pays de Vie, dépité : ils abandonnent sur panne mécanique, un de leurs pédaliers est HS. Alors notre histoire de porte-carte, même si elle va compliquer l’orient’ pour la suite, c’est pas encore trop grave…

11) CO urbaine

Petite promenade effectuée en marchant dans les rues de Nanteuil. Rien de spécial, à part qu’on croise les mécaniciens de Coloc Grisou près de la 8. Ils ont donc correctement solutionné leur problème de crevaison sur le VTT couloir.

12) VTT suivi puis VTT’O

Cette section doit nous mener au départ du second canoë. Comme Kikos a niqué son porte-carte et qu’Oliv n’y voit pas assez bien pour être sûr de ne pas se craquer sur la première partie en suivi d’iti, nous procédons à un échange de bécanes.

C’est la fin de la nuit, l’ambiance est très spéciale : nous évoluons dans un brouillard humide, l’air est surchargé de gouttelettes d’eau qui réduisent considérablement la visibilité. Le halo des lampes forme une petite boule compacte qui avance devant nous.

Lorsqu’on pointe la première balise, au bout d’un très long moment, son numéro nous met une claque : c’est la 20, on vient d’en rater deux, qu’on n’a pas vues dans la purée de poix alors que Kikos est sûr d’avoir respecté scrupuleusement le tracé. À 45 minutes la balise de confort, on trouve que c’est cher payé !

Oliv en verrouillage avec la deuxième carte, aurait pu anticiper, par expérience, les probables secteurs sur lesquels le traceur avait placé les deux postes manquants et nous aurions été beaucoup plus vigilants dans ces zones… Mais sans porte-carte, dans l’obscurité et le brouillard, c’était pas jouable.

On commence à piocher, alors nous décidons de ne pas faire demi-tour, on n’a pas les moyens… Maintenant il faut digérer cette heure et demie de pénalité et enchaîner.

Au changement de carte, nous décidons de tailler au plus rapide pour garder de la marge sur les prochaines barrières horaire, en laissant – volontairement cette fois-ci – deux postes à 45 minutes. C’est malgré tout un vrai chemin de croix. Oliv est cuit et n’avance plus, le poids de la frontale nique les cervicales et apporte de la fatigue supplémentaire. Kikos gère. Ravitaillement, la patate revient sur la fin.

13) Canoé

Le jour est maintenant levé, on arrive au dépôt des VTT pour la section canoë. Le gars de l’orga, bienveillant, nous demande si ça va, si on est lucide et comme on ne l’est pas, on lui dit que oui…

On part sur un petit rythme, qui devient vite lamentable et inefficace, on dort debout, assis. Oliv se trouve ramené quelques années en arrière, au raid Canéo, où il avait déjà expérimenté ces longs moments d’épuisement à lutter (ou pas) contre le sommeil en ramant.

Comme ça n’avance vraiment pas, on décide de s’échouer dans un tas de branchages pour dormir un quart d’heure. Kikos met le réveil sur sa montre. Les Civraisiennes, seule équipe féminine sur le format, partie peu de temps après nous sur la section, nous passe bientôt et on les entend dans un demi-coma se féliciter de doubler leur premier équipage.

Quant à nous, hier on en double 11, aujourd’hui on se fait reprendre par les filles, les jours se suivent et ne se ressemblent pas… On touche finalement l’arrivée où un brasero et un ravito nous attendent.

14 Trail photo

On décide d’adapter l’épreuve à notre sauce en faisant plutôt une rando photo pour shooter les 3 balises les plus proches et laissons les deux plus éloignées, à 20 minutes de péna pièce. Nous croisons les trois équipes Clubbers, toujours vaillants, vers la 5.

15) VTT

Le temps nous est compté, alors on sacrifie les 5 postes les plus à l’Est, à 45 minutes l’unité, pour se contenter du minimum syndical : 6, 12, 13, 14. Nous retombons sur les mixtes de Team Trail Touraine. Ils semblent très déterminés et finiront seconds mixte, 6h30 derrière l’autre équipe Flying de Vaness et LKT.

Crevaison d’Oliv, qui se solutionne par un viril regonflage. On n’a pas à se plaindre, nous avons été épargné jusque là par les soucis mécaniques. Sur le dernier kilomètre, nous croisons à contre-sens tout un tas d’équipes du petit raid qui quittent la forêt, certains à toc, d’autre plus en mode rando.

16) CO en ligne

Nous saluons David, le cartographe du raid, au départ de cette C.O. Il a fait un super boulot, les cartes sont de très bonne qualité et Oliv, qui est parfois confronté à des impressions rocambolesques, a pu, grâce à ça, apporter sa contribution à l’orient de l’équipe.

Nous faisons une course en ligne propre, en marchant, sans se laisser embrouiller par les toiles spécifiques au petit parcours, en alternant les rôles – celui qui emmène, celui qui contrôle – selon l’humeur du moment, sans plan préétabli.

17) VTT story

Nous chassons-croisons avec les mixtes de Team Trail Touraine à plusieurs reprises, au rythme des conneries en orient’ d’Oliv… Dernier plantage sur la fin en photo aérienne. Kikos reprend la main, le porte-carte, le vélo qui est attaché dessus. C’est fini les conneries, on rentre !

18) Run & Bike

Bon maintenant, faut conclure. On va, à tout de rôle, poser le VTT à une balise, bipper, rejoindre la suivante en marchant, se faire reprendre par le binôme sur la machine, récupérer le VTT au poste d’après, bipper, doubler le coéquipier, et gnagnagna et gnagnagna…

Nous naviguons avec les équipes mixtes qui finiront respectivement 2 et 4 : Team Trail Touraine et Team Gold Coast.

On fait l’impasse sur la balise la plus éloignée, l’île en haut de carte. Dernier cafouillage d’Oliv sur le dernier poste, la 8 en extrémité de haie, qu’il cherche à Bab el Oued, tandis que Kikos s’impatiente à l’entrée du stade…

Il est 14h15 quand nous franchissons l’arche, mettant un terme à ces 24h d’efforts non-stop. Un menu bien copieux ! Nous sommes 23èmes sur 39, c’est pas si pire….

CR DES MIXTES DEGLINGOS

Ju blessé, Vaness en recherche d’équipière, c’est finalement un binôme Vaness /LKT qui s’aligne pour la première fois en tête à tête. Le couple de circonstance est homogène dans la déglingue : LKT est à l’arrêt depuis 15 jours à cause d’une douleur au mollet droit, et un genou gauche sensible, alors que pour Vaness c’est la hanche droite qui grince pendant que le genou gauche gonfle… L’objectif est donc d’arriver à gérer les pépins physiques sur 24h tout en essayant d’aller le plus vite possible pour passer les barrières horaires et laisser un minimum d’équipe mixte devant. Le dosage devra être savant pour que l’alchimie prenne !

1) CO Show (3 km)

IMG_2658     IMG_2679

14h30, on part assez tranquille et on enchaîne les 3 cartes sans  problème. On sort dans les 3 ou 4 premières équipes.

2) CO (5 km)

Petite hésitation en sortie de stade, où on croise Oliv et Kikos  pour la seule et unique fois de tout le raid. On trotte tranquille, avec les équipes de tête en point de mire. LKT sent que si le rythme s’accélère un peu ou s’il y a une un peu de pente ascendante, le mollet « pique ». Vaness garde un rythme qui ne sollicite pas trop sa hanche… La vitesse convient donc aux deux, et avec des choix d’itinérarire judicieux, on ne perd pas beaucoup de terrain sur le petit groupe de tête composé de SLRA,  les petits suisses normands  et des Chameaux entre autres.

3) Canoë (6,6 km)

IMG_2681

Comme à pied, on prend un rythme correct en canoe, mais qui nous permet de ne pas nous mettre dans le rouge.

On reprend les petits suisses, qui ne sont manifestement pas dans leur élément. Mal équilibrés, tout sur l’arrière, ça n’avance pas et ils pestent un peu en nous voyants passer. On leur souffle au passage qu’en rééquilibrant ça devrait mieux aller…

IMG_2683 IMG_2713 IMG_2721 IMG_2724

On reprend une ou 2 autres équipes, et on se fait doubler par les RAPV qui envoie fort , juste avant la fin de la section.

4) Roller & Bike – Tir sarba(7 km)

Vaness prend le temps de bien « NOKER » ses pieds avant de chausser ses rollers. On perd un peu de temps et plusieurs équipes nous passent lors de la transition, mais il ne s’agit pas de chopper des ampoules maintenant…Le raid est encore long. Après Vaness se débrouille bien. On double, les RAPV, les chameaux, les Arverne et on se fait doubler pour 3 équipes de Naka et les CAP 03 qui envoient  !IMG_2737 IMG_2746

Au tir sarba, on est nul. On fait 1 sur 6 et on a donc le droit à 5 tours de pénalité. On doit sortir en 7-8ième place.

IMG_2750 IMG_2753

5) VTT road-book puis IGN (15,5 km)

IMG_2757 IMG_2761

Vaness  emmène cette section sans erreur à part une hésitation à la balise 4 où on se demande si le sentier n’a pas été retracer trop au nord… On y laisse 2-3 minutes. Le rythme est assez tranquille.

6) CO au score 1h, séparés (8,7 km)

LKT part sur la partie Ouest de la carte, bien verte et Vaness à l’opposé plus blanche.

IMG_2764 IMG_2766 IMG_2781 IMG_2783

Tous les 2 de nos côtés respectifs sommes prudents mais très propres. LKT trottine un peu et marche souvent, dans les orties et les ronces…Plus de problème pour la gestion du sommeil : Avec les genoux et les cuisses déchirées et brûlées par les piqûres, il n’aurait pas pu fermer l’œil de toute façon !

On est quasi synchro à l’arrivée en bien moins de 40 minutes chacun.

On a du regagner quelques places sur cette section…

IMG_2788 IMG_2790

7) VTT suivi d’iti ( 7km )

Pas de soucis technique pour cette section…à part une crevaison de Vaness !

Un 29 pouces tubeless ça crêve jamais…chez les autres !

LKT sort sa pompe, l’adapte pour les petite valve et commence à faire le Shadock… mais le pneus redégueule le produit par le flanc en faisant des grosses bulles !

Petit énervement…Vaness cherche une chambre à air. Ouf, il y en a une qui traine au fond de son sac… mais c’est une 26 ou une 29 ?  Re-ouf, c’est une  29 ! Maintenant faut décoller le pneu de la jante, vérifier qu’il n’y a plus dépine dans le pneu ( on en enlèvera 3 !), arriver à se dépatouiller du merdier avec du produit anti-crevaison plein les paluches, remonter, regonfler et prier pour que ça tienne ! On perd 20 minutes environ et on se fait passer par une bonne demi-douzaine d’équipes !!

On essaie de se remettre la tête à la couse mais ce n’est pas évident. On a le stresse permanent de la nouvelle crevaison qui, sans nouvelle chambre, serait synonyme de grosse galère… on pédale donc très prudemment jusqu’à la fin de cette section.

IMG_2796 IMG_2800

8) VTT’O au score 2h (18 km)

C’est donc la boule aux ventres que l’on s’engage sur cette section. on essaie de privilégier les chemins les plus propres, Vaness lève les fesses ou descend du VTT à la moindre ronce ou morceau de tuile.

On doit quand même faire carton plein en 1h30 environ malgré quelques chemins très très boueux et des côtes en pagaille…

9) Boucle CO + tir cara (15 km)

On arrive à Nanteuil, spot de ravito où on a un sac d’affaires sèches, bouffe, matos qui nous attend… Et bien, il attendra encore !

On doit faire plusieurs boucles qui nous y ramènera de toute façon…

Les collègues de Poitiers CO, David Barrabger le cartographe qui travaille aussi sur nos orga, les bénévoles de Civray , dont certains amis d’enfance de Vaness, nous encouragent sans cesse. On rend le temps d’échanger un peu avec tous, car c’est vraiment sympa et ça nous booste le moral.

Il est 20h55, il fait encore un peu jour et on veux profiter du peu de lumière qu’il reste pour partir sur la CO.

On s’équipe en 5′ chrono en gilet fluo et lampe frontale. Direction le tir cara. LKT tire.

Résultats 2 sur 3, donc une pénalité de bûcheron à faire. No soucy on est synchro et ça va vite !

Petite erreur ensuite sur l’attaque de la balise 3, l’échelle de la carte n’étant pas encore dans la tête de LKT. Ensuite c’est la frontale de Vaness qui a des faux contacts. Arrêts multiples, tentative de réparation, en vain. Heureusement elle a une frontale dans son sac…mais qui n’a plus de batterie. Elle a du s’allumer toute seule dans le sac et du coup y a plus rien ! C’est donc avec une frontale en mode « on-off » aléatoire que Vaness fait cette CO.

Il n’y a pas eu de jardinage. On trottine sur le plat et on marche dans les côtes. On passe toute la nuit ,seules tous les deux.Hum, hum, hum !!!…

On boucle cette CO vers 23h, largement avant la barrière horaire de 1h30 fixée par l’orga.

10) Boucle VTT corridor (28km)

On prend soin de bien manger cette fois, Vaness chan ge chaussures, fait un tour au petit coin, on prend des vêtement chaud. N’ayant pas d’équipe mixte sur les talons, on s’offre un  gros arrêt de 20 minutes…Mais Vaness oublie sa chambre à air de secours qu’elle avait mis dans son sac. On en prend conscience sur la section et pas question de faire demi-tour. C’est donc encore avec du stress qu’on fait le parcours.

David n’a pas tracé le couloir très large sur cette section et il faut être attentif. On a chacun une carte et c’est très appréciable de pouvoir avoir 2 paires d’yeux, avec la fatigue et la nuit…On fait un bout de chemin avec les Chameaux ce qui nous permet de nous relancer un peu. Pas d’erreur sur cette section non plus.

11) Boucle CO urbaine (4 km)

Bon ravito à nouveau, LKT file une frontale de rechange qu’il avait dans le sac de tos /affaires/ bouffe et c’est reparti pour cette CO sans difficulté. On y croise les Arvergnes qui doivent donc être quelques minutes devant nous.

12) VTT suivi puis VTT’O (21 km)

Gros ravito à nouveau car ce n’est plus une boucle et on ne reverra plus notre sac de ravito après. Cette fois Vaness n’oublie pas sa chambre à air de rechange !

On part avec les chameaux.  On trouve la balise 18, puis en continue. LKT a un doute lors d’une traversée de bois qu’il trouve un peu longue, mais peu après, on trouve une balise sur l’itinéraire…ouf ! Sauf que c’est la 20 !

Diantre, on en a zappé une. LKT pense que c’est dans le petit bois précédent. Ce n’est pas trop loin, on décide d’y retourner. Les Chameaux hésitent un peu, mais viennent avec nous finalement. On retrouve les Arvergnes au pied de la 19. Eux cherchaient depuis plus de 15 minutes ! Plus de problème par la suite sur la VTT’O. Les Arvergnes prennent une option différente mais les 3 équipes sont sensiblement dans le même tempo avant d’embarquer dans les canoés.

13) Canoé (5,5 km)

Les Chameaux sont légèrement devant sur cette section. Les Arvergnes reviennent sur nous puis nous dépasse. Vaness n’a encore plus d’éclairage et LKT derrière a du mal à voir les coudes du ruisseaux… On perd un peu de temps, mais on ne se met pas dans le rouge !

On débarque vers 5h du mat au alentoir de la 10ième position. Il commence à faire plus claire.

14) Trail photo aérienne (6,5 km)

On a une marge de 3h30 sur la barrière de départ… C’est rare à Civray, d’arriver avant tant de tranquillité avant les barrières horaires, même pour les équipe hommes !!!

Là encore on alterne marche dans les côtes et trot sur la plat. On rattrape 2 équipes de VGA 87 sur cette section. Les Arvernes et les Chameaux ont accéléré car un podium est encore accrochable.

15) VTT (26km)

Il fait jour. C’est long, ça monte, ça colle ! On a un coup de mou sur cette section et on s’endort un peu, mais on ne commet pas d’erreurs malgré des chemins quelque fois peu ou pas visible sur la terrain…

16) CO en ligne (4 km)

On prend un peu de temps pour manger. Les VGA 87 arrivent…on repart en trottinant mais Vaness à un coup de moins bien. LKT choisit de prendre des options courtes en marchant à l’azimut. On fait « carreau » sur tous les postes. Il faut dire que la carto de David est nickelle ! Les VGA 87 en courant, arrivent en même temps sur les postes. L’option marche n’a donc pas été si pénalisante.

17) VTT story (19 km)

On fait une bonne partie de cette section avec les VGA 87.On aurait peut être pu un peu accélérer mais c’est plus reposant psychologiquement et physiquement de rester grouper plutôt que d’essayer de les distancer…Sur la fin, dans Civray, Vaness préfère laisser les VGA 87 et verrouiller la fin du suivi pour ne pas zapper une balise…si prêt de l’arrivée ce serait balot !

On choppe donc la dernière balise VTT du au prix d’une belle grimpette. Les VGA 87 ont pris quelques minutes d’avance et on ne les reverra pas.

18) Run & Bike (4 km)

Vaness prend le temps de faire la bise à Nono,  et LKT d’embrasser son Juju, avant de s’engager sur l’ultime épreuve du raid. Simple formalité en orientation, on prend soin de ne pas trop tirer sur les mécaniques car on déjà bien content qu’elles n’aient pas laché jusqu’ici. S’agirait pas de se blesser dans le dernier kilomètre !

IMG_2832 IMG_2835 IMG_2839 IMG_2843

On franchit la ligne à midi au prix d’un raid prudent, constant et presque sans erreur, mais qui ne nous aura pas épargné en problèmes de matos… On y laisse facilement 30 minutes au total.

IMG_2867 IMG_2874

Au classement, contrat rempli, avec la première place mixte et une solide 9ième place à 1h des seconds et 1h devant les 10ième.

IMG_2888

Merci et bravo aux organisateurs pour leur plus beau raid : Belles CO variées, beaux parcours VTT et bénévoles toujours sympas et souriants.

ça va être dur de refaire aussi bien bien l’année prochaine, alors attendez-vous à nos critiques, afin surtout celles de Vaness !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :