• Publicités

Oliv Transpyr dans les Pyrénées 20/29


Samedi 2 Septembre

À 7 h, je m’extirpe du tas de couvertures amoncelées par-dessus mon duvet. La nuit a été très fraîche, en dépit de la double porte du sas d’entrée. Petit déj’ avec mes colocataires.

L’Espagnole avait projeté l’ascension des monts Rouch aujourd’hui, mais je sens qu’elle préfère d’abord tester son compagnon sur un itinéraire plus soft ; ils vont donc randonner autour des lacs ce matin, sur le début du parcours que je dois emprunter.

Le ciel est dégagé, mais il fait très froid. Je pars vêtu au maximum, le couple sur les talons.

Petit cafouillage d’orient assez rapidement, j’ai perdu les cairns et grimpouille de-ci de-là sur les roches polies. Je retombe sur l’itinéraire au niveau de l’Estany Major de la Gallina, en même temps que la paire Ibérico-Batave….

Je file en direction de l’Ouest.

Lacs, cols, puis une interminable cuvette à l’ombre. Le blizzard est soutenu, c’est pénible. Je pense que si j’étais contraint à l’immobilité dans ces conditions, en raison d’une mauvaise chute par exemple, il ne faudrait pas longtemps à ce vent glacial pour me tuer. Alors, je redouble de prudence et regarde où je mets les pieds.

Je finis par rejoindre un versant ensoleillé et ça fait du bien. Plus loin, je croise deux trailers en petite tenue, frigorifiés.

Après les estanyets de la Tartera, j’ai un moment de doute, à l’attaque d’un goulet très raide, dans lequel je ne vois pas de trace de cheminement. Je l’emprunte malgré tout et finis par déboucher sur le col de la Cornella.

Le midi, je me pose à proximité d’un petit laquet rond et peut troquer la doudoune contre les lunettes de soleil.

Maintenant, le thème c’est grosse descente en direction d’Alos d’Isil, ça tabasse bien les genoux.

Une piste, une sorte de repaire bouddhiste, puis ce sont trois petits kilomètres de goudron.

Je suis au terme de l’étape 18, à mon 20ème jour de randonnée, en faisant pas mal de sommets. Sur ce rythme, je prévois de réaliser la traversée en une cinquantaine de jours, ce qui me conduirait à Hendaye vers le 2 octobre.

Mais j’en suis encore loin et entame le début de l’étape suivante, toujours sur le goudron, vers Isil, à trois bons kilomètres…

Petite pause cryothérapie dans le torrent, après avoir croisé un renard en sale état…

J’ai prévu de dormir dans le coin cette nuit, après avoir fait un gros ravitaillement dans la vallée. J’ai l’intention de planter ma tente ici, laisser la plupart du tos à l’intérieur et descendre léger, en stop, pour faire les courses.

Mais l’accueil au troquet du village est merdique, je ne trouve pas le « stade de foot » pour planter ma tente, zone à la recherche d’un spot, cafouille autour d’une ferme, ne trouve pas le bon contact humain…

Ça me soûle, y’a pas un bon karma dans ce bled, j’me casse ! Je me poste au bord de la route avec mon gros sac et tends le pouce.

À la deuxième voiture, bingo ! Une jeune Espagnole, piercing dans le nez, au volant d’une poubelle blanche m’embarque et me conduit à fond les ballons, en coupant tous les virages sans visibilité, jusqu’à Esterri d’Aneu, la « grosse » ville du coin.

En attendant l’ouverture du supermercado, je squatte dans un troquet et profite de la connexion wifi pour donner des nouvelles.

Puis je laisse mon sac au bistrotier et pars faire les courses. J’ai conscience de ne pas manger assez. J’ai perdu plusieurs kilos, affiné mon tour de taille. Il faut améliorer l’ordinaire, même si ça alourdit le sac. Je renforce les petits déj’ avec des céréales et les repas du soir avec des boîtes de thon. Forcing également sur les fruits et légumes.

C’est avec un carton rempli à toc et mon paquetage que je me poste ensuite en sortie de ville pour trouver la voiture qui me remontera à Alos d’Isil.

C’est pas gagné ! Très peu de voitures empruntent cette route, tout le monde arrête ou bien tourne avant. Le temps passe et je commence à envisager de devoir dormir ici cette nuit…

Il me faudra presque une heure avant de me faire embarquer par un jeune couple dans un puissant 4×4. Ils font du sport extrême, peut-être du base jump, mais je ne comprends pas bien ce qu’ils racontent. Nous sommes aussi nuls en Anglais les uns que les autres…

Toujours est-il qu’il font un crochet pour me déposer pile-poil à l’endroit où j’avais été pris en charge plus tôt dans l’après-midi.

Il est 19 h. Je gagne la place du village, m’installe devant l’église pour ingurgiter le maximum de bouffe, en faire rentrer une partie dans mon sac, et conditionner le reste dans un sac en plastique.

J’ai prévu d’être autonome une semaine, en augmentant mes rations quotidiennes, ce qui représente un beau volume et un sacré poids…

Je quitte sans regrets Alos d’Isil vers le Nord et ne tarde pas à trouver « the secret spot à dormage » pour planter ma tente, en sortie de village, dans une petite prairie enclavée, ceinte de murets de pierres sèches.

Une chtite vidéo pour conclure :

 

Publicités

8 Réponses

  1. Plus les épisodes avancent, plus je me dis « Quand même ce Oliv’, c’est un sacré mec, respect ! »…
    Et plus je hais les puces, ces sales bestioles qui sont venues foutre tout en l’air et arrêter une si belle Avent’Hure…

  2. T’es pas objectif, Doudou…

  3. Y’a pas vraiment de quoi. En gros, faut juste être capable d’enchaîner pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit, pied gauche…

    • Ok pour ce qui est d’essayer d’avancer, mais rester zen quand on ne sait pas où l’on est dans la montagne, en étant seul sur des parois risquées et en composant avec la météo montagnarde, çà ce n’est pas donné à tout le monde…

  4. C’est dans la tête que ça se passe…

  5. Bon, OK, t’as gagné…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :