• Publicités

Oliv Transpyr dans les Pyrénées 5/29


Vendredi 18 août

La mixture de Rastaman, gentiment offerte, que nous avons goûtée la veille au soir, ne nous a pas mis la tête à l’envers toute la nuit. En plus, au fil des heures, la température du poêle a fini par atteindre un niveau raisonnable. Nous avons donc pu bénéficier d’un sommeil réparateur avant d’attaquer la grosse journée à venir.

Dsc00142

Nous nous mettons en route à 7h, direction le refuge des Cortalets (2150 m). J’effectue la montée le casque sur les oreilles, la Callas prend cher… Jimmy commence à souffrir d’ampoules au pied. C’est bon, ça !

20170818_165025

Ravitaillement en eau au refuge, puis nous attaquons l’ascension du Canigou (2784 m) en compagnie de randonneurs à la demi-journée, équipés légers.

Dsc00152

Là-haut, on se croirait à Châtelet-Les Halles, à six heures du soir. C’est la bagarre pour accéder à la croix et faire l’inévitable photo souvenir.

Dsc00151

Spéciale dédicace à Marie qui a été privée de ce sommet quelques jours plus tôt, en raison de l’orage, à l’occasion du « Championnat du Canigó ».

Dsc00160

Contrairement à la plupart des gens, nous ne redescendons pas sur les Cortalets mais basculons de l’autre côté par la désescalade de la cheminée. Pour embrouiller Jimmy qui n’a pas une grosse culture de la grimpe, je lui avais vendu une dizaine de mètres un peu techniques ; il se tirera comme un chef de la bonne centaine de mètres où fallait pas se la mettre…

Dsc00172

Dans la descente en lacets qui fait suite, nous sommes doublés par deux solides gaillards dont l’un porte une chemise bleu ciel. Ils font une pause un peu plus bas, dans un virage, afin d’examiner avec du recul le chemin de crêtes qu’ils viennent de parcourir.

J’ai juste rebranché mon téléphone et une flopée de messages s’affichent en musique au moment où nous arrivons sur eux. Jimmy lance : « C’est un dealer qui reçoit les commandes de ses clients ! » car il a percuté que les deux gars étaient des gendarmes. Le plus gradé, des sardines plein les épaules, plaisante : « Je n’ai rien entendu et le vent est dans le mauvais sens… » Nous prenons le temps de discuter un moment avec eux. La HRP les tenterait bien. Ils nous quittent en nous conseillant d’être prudents, ils ne souhaiteraient pas venir nous récupérer dans le futur, suite à une mauvaise chute.

Dsc00179

Plus tard, pour requinquer mon genou fatigué, je fais une petite séance de thalasso dans l’eau du torrent, à 2000 m. Température à un chiffre. Nous atteignons vers 17 h le refuge de Mariailles.

La cannette de bière est à 4 € 50, c’est scandaleux, d’autant que le refuge est à 15 minutes d’un bout de piste. Et tous les prix sont à l’avenant. Le propriétaire est clairement là pour se faire un max de blé sur le dos des touristes. Pourtant, ce ne devrait pas être un mauvais bougre puisqu’il a participé à quelques raids dans le passé, dont le Corsica, entre autres. Mon tee-shirt Canéo attire son attention – il a failli faire ce raid – mais ne suffira pas à faire descendre la bière à un prix raisonnable…

Sur la terrasse, pérorant au milieu d’une tablée, nous voyons officier un spécimen en voie de disparition, d’une espèce protégée : le queutard à langue bien pendue. La star du canton. Un sexa habitué du lieu, un look à la Henri Salvador, truculent, obsédé sexuel, volubile, intarissable, marrant dix minutes, vite redondant ensuite. Il est bronzé, rasé, en moule-bite noir et débardeur jaune fluo, porte des petites lunettes cerclées de fer. Ça part dans tous les sens, tout et son contraire.

Extraits : « À l’armée, j’étais nul en orientation, l’instructeur me disait : Major, vous tenez votre carte à l’envers ! Je suis pas Alain Delon, plutôt Alain de loin… Je suis pas beau, je suis pas riche, comment vous voulez que je fasse ? Ici, y’a plein de nanas qui sont prêtes à tomber dans mes bras, mais ce sont toutes des alcooliques, elles sont bourrées à la bière. En ce moment, je suis avec une petite de 56 ans, un corps de gamine ! Là, elle est partie chez sa mère, j’ai plus de nouvelles, alors faut que je me calme. La montagne, ça me calme, je fais 4000 D+ par jour. » Et patati et patata…

LA MONTAGNE, CA VOUS CALME !

DSC_0125

Une fois l’énergumène éloigné au profit (ou pas) d’une autre tablée, je cherche à convaincre Jimmy de continuer sur les crêtes avec moi. Je lui fais miroiter une journée magique après-demain. Mais il est vraiment réticent, reste sur son plan G.R. Tant pis pour lui, je lâche l’affaire. Nous nous séparons en nous donnant rendez-vous, une fois de plus, aux Bouillouses.

Pendant que Jimmy reste au refuge pour manger comme un bourgeois, je vais prendre mes marques à la maison forestière distante de quelques centaines de mètres. J’y trouve un HRPiste français, parti à la mi-juillet d’Hendaye, un peu space. Nous sommes rejoints plus tard par deux Espagnols qui arrivent de la piste et comptent faire le Canigou demain. Ils distribuent généreusement coups de rouge et fromage. Et, à la tombée de la nuit, un HRPiste Polonais arrive à son tour.

Dsc00182

Le Français monte se coucher à l’étage le premier, je l’y rejoins peu après. Le gars s’est endormi comme une masse et s’affaire à régler l’échappement d’un Boeing 747. Ça n ‘est pas tenable ! Au bout d’un quart d’heure, je plie et me rabats sur une petite remise latérale que j’avais remarquée, dans laquelle il y a deux couchettes. Mon sommeil sera serein, contrairement aux autres qui devront subir les ronflements apocalyptiques du diéséliste. Une grosse pluie tombe en début de nuit, je suis bien content de ne pas être sous tente et de ne pas avoir à plier au matin.

Dsc00154

Un petit film pour conclure (mélomanes s’abstenir) :

Publicités

2 Réponses

  1. Tu n’as vraiment pas peur de te montrer sous ton meilleur jour ….

    Beaux récits, c’est là que je me rends compte que je n’ai fais qu’effleurer la surface de ton aventhure….
    Très sympas aussi les illustrations.
    Vite, la suite !! La suite !!

  2. A part la chansonnette de la fin, tes compte rendu sont vraiment super.
    Encore bravo Oliv. Moi, je fais partie des gens qui préfèrent vivre tout ça par procuration. Tes commentaires sont désopilants (le diéséliste…), tes images sont niquelles et le tout agrémenté des dessins sylvinesques…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :