C.O. de Noël à La-Chapelle-des-Pots


Le même week-end de décembre que la Mégalo, Yannick avec sa bande organisait une C.O. nocturne dans le petit village de La-Chapelle-des-Pots, près de Saintes. Vaness y emmenait 3 équipes de lycéen(ne)s en formation intensive et faisait équipe, pour sa part, avec Bruno Solo. Oliv, de son côté, courait alone in the dark sous les couleurs du canal hystérique. Sur place ils retrouvent plein de têtes connues du petit monde des trotteurs nyctalopes, et notamment Marie en compagnie des frères Brother : le Cloclo et l’Edouard.

img_2203img_2192

CR d’OLIV :

Avant de démarrer, l’orga nous propose une mise en jambe inédite : un gogo danseur vient nous enseigner des gesticulations rythmées par la musique, destinées à échauffer nos articulations et éveiller nos muscles.

img_2195

Avec d’autres dyslexiques de la proprioception, je me dirige raisonnablement dans un coin peu éclairé de la pelouse pour bouger mon corps en toute discrétion, afin d’échapper au ridicule de la situation. Du coin de l’œil, le Cloclo peut se rassurer en vérifiant qu’il n’est pas le seul à faire nimportnawak…

img_2196

Dernières recommandations et nous nous rangeons sur la ligne de départ, les cartes retournées à nos pieds. Certains partiront d’abord sur une C.O. photos urbaine de 20  postes, et ensuite sur une C.O. boisée de 23 postes, au boîtier ; et lycée de Versailles pour l’autre moitié.

Le départ et donné, chacun retourne sa carte. Pour moi, ça commencera par les bois… Je regarde vite fait le positionnement des balises, l’enchaînement est assez limpide, je choisis de faire la boucle dans le sens horaire.

carte

Je sors du parc dans les premiers, cap sur le petit bois à l’Ouest. La lecture de carte pour l’attaque de la 106 est difficile, je discrimine mal : le trait noir que j’avais pris pour un étroit sentier n’est autre qu’une limite de propriété. J’ai donc le choix entre couper à l’arrache à travers un terrain dans lequel aboient deux dobermans ou bien rallonger la boucle par la route. Comme je ne veux pas que l’orga ait des problèmes avec la population, je décide de laisser les chiens en vie…

Reste la 110, au cœur du village, avant d’attaquer la pampa. Je la sens pas du tout car je ne distingue pas clairement sur la carte si ça passe ou pas, j’y vois rien dans c’bordel ! Comme ça grimpe, le risque c’est que je cherche en haut une balise qui serait en bas, ou le contraire, ça se joue à un millimètre sur le papier…

En pleine hésitation, je tombe sur le trio du Cloclo dans la C.O. photos. Je demande à Marie si elle peut me recaler avec sa carte dont l’échelle est beaucoup plus grosse. Elle n’a pas l’air hyper sereine, alors je ne les retarde pas plus longtemps et pars à l’arrache dans une descente qui s’avérera être payante puisque j’aperçois bientôt sur ma gauche une petite bâtisse cubique dont la forme me rappelle furieusement le carré rose de la feuille de description de poste que j’ai pris la précaution de consulter pour l’occasion. Balise merdique pointée ! Ça, c’est fait !

Puis j’attaque les cinq postes du bois suivant, complètement seul, pas une loupiote à 360°. Ça enchaîne bien, la carto est légère. Points d’attaques… lignes d’arrêt… A la 112, je lève un chevreuil, ses yeux verts se réfléchissent dans le faisceau de ma frontale. Je déroule sans souci jusqu’à la 116, à l’entrée de la propriété qui bénéficie d’une loupe sur le côté de la carte. Cet agrandissement sera d’ailleurs à l’origine d’un pataquès, principalement pour les équipes ayant tourné dans l’autre sens : les deux cartes semblent s’imbriquer et n’en faire qu’une, alors le Cloclo, comme beaucoup d’autres, plongera direct dans la quatrième dimension, celle où la folie gagne, conforté en cela par son aptitude incomparable à faire coller coûte que coûte le terrain à la carte, même quand, de toute évidence, faut forcer avec un pied de biche pour que ça colle….

J’entre dans la propriété, qui se trouve être un EHPAD. J’en profite pour visiter et, entre deux balises, pour demander la brochure de l’établissement, ça pourra me servir prochainement vu l’état de mes genoux qui commencent à couiner sérieusement…

Je sors de l’enceinte en repassant par la 116 et croise dans un chemin suivant Vaness et Bruno solo qui tournent dans l’autre sens. Ils ont fait 13 postes, moi 14, c’est pas si pire !

Peu après, la 107 n’est pas évidente. Je la démarre un peu trop loin sur le chemin, revient en arrière par le bois, cherche l’attaque du fossé qui monte quand, soudainement, ça déboule en braillant dans mon dos, depuis le pylône électrique. Il s’agit du fameux trio, emmené par un Cloclo survitaminé qui attaque directement dans le dur, à l’arrache à travers ronces et compagnie… Comme j’ai cafouillé la première approche, j’enchaîne avec eux, d’autant que l’orienteur est sûr de lui, il nous annonce la balise pile-poil dans cette direction, pile-poil à cette distance, il est en confiance, on devrait la shooter sous peu !

Dix minutes d’errance plus tard, il faut se rendre à l’évidence : nous ne sommes pas dans la zone. Je montre ma carte à Marie pour qu’elle se fasse une idée de l’embrouille car ils n’ont qu’un papelard pour trois et l’autre zigoto n’est pas partageur. On réfléchit calmement, on se recale pour enfin trouver le poste à quelques encablures.

Nos routes se séparent à nouveau, je pars sur la 105. Mon attaque est un peu hasardeuse, j’ai des difficultés à trouver le bon fossé et ça ne loupe pas : je suis complètement à la rue… Je finis par sortir dans une prairie et demande à une doublette de me recarter. J’ai largement dépassé le poste mais décide de retourner en arrière pour ne pas faire PM sur cette carte. Je commence à cramer du temps, il me reste encore 5 toiles et, si je ne suis pas plus efficace, j’aurai très peu de marge pour la CO photo urbaine à suivre…

Je pointe la 103 en catimini, au nez et à la barbe d’un trio qui jardine là depuis un moment, mais suis trahi par le bip du boîtier. À la 101, je file le poste à une doublette de djeuns de Vaness qui la cafouillent trop au Sud. Et à la 114 je profite à mon tour d’un bip pour écourter ma séance de jardinage. Chacun son tour !

Je passe du temps sur la 119, les infos sont serrées sur la carte. La solution viendra, là encore, de la fiche de poste : je dois chercher un rentrant et non l’angle de clôture à un millimètre. La toile se planquait au fond d’une dépression. J’y échappe de peu…

Plus que deux balises et une demi-heure de course, ça craint du boudin pour la deuxième carte ! Avant la 102 je croise une autre doublette de lycéens qui viennent de valider le poste. Pour ma part, je vais y laisser du temps, le grillage carté étant partiellement détruit, je ne sais pas si je suis sur le côté Sud ou Nord du quadrilatère. J’y consacre facile un quart d’heure, finis par la dégotter, la file à un autre gars en perdition comme moi et enchaîne vers la 100.

Lorsque j’arrive à proximité de triangle, il me reste moins de 10 minutes, pas assez pour attaquer l’autre carte, ma deuxième moitié de course médiocre ayant eu raison de mon capital temps. Il est temps de plier les gaules. J’ai quand même la satisfaction d’avoir fait carton plein sur cette carte assez technique.

J’approche du boîtier arrivée lorsque retentissent des hurlements terribles qui glacent le sang des derniers lycéens de Vaness, encore perchés sur les hauteurs, terminant leur retour vers la salle.

En fait, il ne s’agit pas d’une créature maléfique, monstre dévoreur d’humains gorgé de sang frais, ni des cris d’agonie d’un orienteur qui vient de se mettre une cheville dans le sac, mais tout simplement du Cloclo qui manifeste bruyamment sa joie d’en finir…

CR de VANESS :

Départ d’Aigonnay vers 16h15, on est large… Arrivage on the spot vers 17h30, on retrouve le reste de la troupe de mes lycéens. Je répartis le matos en distribuant des frontales qui éclairent,  montre gps pour pouvoir retracer leur trace et voir leurs conneries, tee shirt du lycée etc… Puis j’entends qu’ils annoncent le briefing, aie aie aie… je me suis trompée d’1/2h, le départ c’est 18h. Gros speed, je cours récupérer mon doigt électronique, enfile une banane (même pas eu le temps de faire mon gouter) , trace aux WC… et bien sur je rate le briefing. Bruno m’explique rapidement l’essentiel, une balise à l’entrée d’un parc à pointer 2 fois, une autre qui sera un peu plus au sud, bref rien d’important !!!

Je zappe aussi l’échauffement fitness, trop occupée à prendre Oliv en photo.

Puis c’est le départ, on part en 1er sur la CO en foret, on prend le temps de tracer. On commence par le nord, on merdouille un peu dés le départ, on se retrouve dans l’école, puis on a du mal à se caler dans le village. (On verra plus tard qu’il y avait une loupe sur la carte pour ce secteur). On shoot enfin la 118 ,110 puis on part ouest vers la 106 ou on croise une des équipes des lycéens en train de galérer sur une photo (on en fera autant  plus tard). On hésite sur l’option à prendre pour attaquer la 104, Bruno préférant sécuriser par le chemin, moi plutôt pour une option à l’arrach en longeant la zone de vert. Finalement on fera un mix des 2. On continue par le sud, 100 puis 102, là encore on essaie de passer au travers puis on renonce, on perd un peu de temps mais ça s’enchaine bien. De la 101 à 103 on hésite entre une option par le nord ou reprendre la route au sud, finalement on passera par la route, le point d’attaque nous paraissant plus limpide. Puis longeage  champ et vigne pour attaquer la 105. Petit sentier jusqu’à la 107, on longera les fossés pour pointer la 109. 116 on rentre dans le parc, enchainement sans probleme. Pour les 4 balises suivantes on fera azimuts sur les fossés, ça nous réussi plutôt pas mal. On arrive au PC par le talus, je descends en 1er, c’est bon Bruno ça passe, je continue et j’entends des branches qui craquent suivit d’un boum, et « ça a pas tenu la branche ».

On récupère la carte co photo et les photos. Il nous reste 50 min environ, ça devrait le faire si on ne passe pas trop de temps sur les photos. Dés la première photo c’est la galère, on cherche mais on trouve rien, 2 équipes arrivent après nous et repartent, on commence à râler. On va galérer comme ça sur la plupart des postes, plus ou moins longtemps. La pire sera celle du cimetière où les lycéens galéraient aussi. On croise Noé et Messaline qui nous disent avoir été peu performant en foret, ça fait 10minutes qu’ils cherchent la photo sur ce poste, pour une fois on la trouve vite, on la leur donne. Pour nous le temps tourne, on se demande si on va pouvoir tout faire. L’enchainement des postes se déroule bien, nous nous complétons bien au niveau de l’orientation, j’annonce régulièrement le temps qu’il reste. Les 3 dernières balises qu’il nous reste sont les plus loin, mais si on trouve rapidement les photos ça devrait le faire. Et ça le fait, on boucle le parcours en 2h24.

On a toutes les balises, on a passé une super soirée et pour couronner le tout on finit 2eme au scratch.

img_2217

Quand aux jeunes, Nico et Antonin arrivent avec du retard et  écopent d’une pénalité, ils n’ont pas toutes les balises mais ont fait une belle CO et se classent 15emes.

Madeleine et Thibault arrivent dans les temps, mais Thibault ne pointe pas l’arrivée, enfin si….10 min plus tard, du coup la sanction de dépassement de temps les fait descendre dans le classement à la 35eme place.

Noé et Messaline arrivent dans les temps, mais il leur manque beaucoup de postes. Ils se classent 37eme, et Apparemment aux dire de Noé Messaline n’a fait que manger pendant toute la CO, elle a à peine regardé la carte, c’est vrai Mess ?…

img_22041

Bravo les jeunes, on remet ça bientôt ?

Bravo et merci aux organisateurs

L’aventure n’est pas tout à fait terminée, Rentrage Aigonnay, dépôt d’Oliv et d’Antonin puis je repars pour ramener Thibault et Noé à Aiript ( à vole d’oiseau c’est tout droit à environ 3km). Noé m’oriente et choisi le tout droit, certe plus court mais à peine carrossable. On va mettre finalement 20 bonnes minutes pour parcourir les 3 ou 4 km !!!

Pendant ce temps Ju se prépare mentalement pour la corrida de La Crèche, un 10km qu’il fera le dimanche matin en compagnie de Thierry et Breva.

2 Réponses

  1. Bravo les flyings, je vois que vous avez toujours la patate!! Grosses bises d’Abu Dhabi où je passe un séjour professionnel de 4 mois………..ça fait déjà 2 mois que je cherche en vain un peu de verdure…..malgré tout, c’est le top!!!
    Joyeux Noel à toute l »assoc’

  2. merci la grande, à plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :