Ils m’ont perdu Marie – Epilogue


Pour finir cette virée pyrénéenne, quelques canyons dans la Sierra de Guara, à Rodellar…

20150728_103549 (800x600)

Canyon 1 : Barrasil

Canyon facile pour débuter et se mettre en appétit avant d’envisager des plus compliqués nécessitant un peu de technique en manip’ de cordes.

10h00, décollage à l’espagnole pour la marche d’approche. Arrivée dans le barranco à 11h43 : quand on te vend le canyon comme une belle rando aquatique dans une eau cristalline et que tu arrives et que c’est un pauv´ ruisseau tout marron dégueulasse…. tu as les nerfs, c’est d’ailleurs pour ça qu’on n’a croisé personne…

Y’a eu un orage en amont l’avant veille….

Dégoutés !!!

IMG_2124 (800x600)

On s’y met quand même, départ 12h, quelques gros chaos dans lesquels on ne peut rien tenter car aucune visibilité, on marchouille à côté dès qu’on peut, seul un passage aquatique avec un final de 300m de nage obligatoire nous sauve un peu cette descente.

IMG_2128 (800x600)Sans intérêt majeur, voire long et lassant, bref à ne pas refaire…

20150723_141947 (800x600)

Malgré tout, on est cramé, et on peine à remonter à pied 200m sur une route à 10% de pente pour rejoindre le camp de base, un débriefing autour d’une bière s’imposera.

Canyon 2 : Oscuros de Balces

On décolle toujours aussi tôt !!! La rando, la semaine d’avant, nous a laissé quelques traces, on n’arrive pas à mettre le réveil.

20150727_102544 (800x600)
11h20, montée très agréable et descente raide dans les éboulis, RAS
Départ pour la descente à 12h30, longue attente au 1er rappel, deux groupes devant avec guide, ils nous montrent que ça passe en apnée sous des gros rochers, c’est toujours ça, puis toboggans et rappels sous cascades.

20150724_130054 (600x800)

20150726_104948 (800x600)

On cherche le chemin aquatique le plus ludique dans les chaos, puis début des Oscuros, de l’eau aux genoux au départ puis nage pour finir, sublime, les z’otres ont disparu, on prend la pause !

IMG_2140 (600x800) IMG_2148 (600x800)

On rencontre une famille de 5 avec à sa tête Tintin (vieux brisquard voire proche cousin d’Oliv, nous semble t’il, qui a découvert le canyon en Sierra dans les années 80), on discute, on descend sur sa corde, et il nous assure même le reportage photo. Avant le final, petite cascade et possibilité de passer dans un trou sous l’eau, on se régale, l’eau est limpide dans ce barranco…

Fin du canyon avec un beau saut (de 4 à 6m) sur la gauche. Clotaire hésite à sauter de 10m à droite mais personne ne vient avec lui alors il oublie… retour tranquille 30 min puis cana au bar du camping… on lit les topos d’escalade et puis pourquoi pas… vamos… escalade !!!

Site « La Fuente », Rodellar

IMG_2153 (800x600)

Voie 1 : Clotaire en tête, Marie en moulinette, facile avec dévers à la fin
Voie 2 : Clotaire et Marie en tête, beaucoup de plaisir sur celle-là, plein de réglettes
Voie 3 : tête pour Cloclo, deux pas difficiles car lisse mais sympa

Img_2164

On évitera aussi pendant 2h de se faire ouvrir le crâne par des pierres lancées par les biquettes qui arpentent les hauts de falaise

La nuit nous arrête, retour par le chemin Otin Rodellar bien sympa et typique puis vamos al refugio Kalabramka, the place to be quand tu te revendiques « grimpeur ».

20150724_214705 (800x600)

Dos canas en 50cl y un bocadillo au serrano, trop bien ce bar resto, en plus il y a una cocina libre – non pas une coquine messieurs – mais une cuisine libre dans un resto qui fait aussi refuge pour grimpeurs c’est énorme cette idée.

20150724_215815 (600x800)

Puis retour camping ou on remet à Daniel piolet et crampons selon un certain cérémonial sur son camion, purée lyophi, il est 23 h22.

20150722_214629

20150724_225134 (800x600)

Canyon 3 : Mascun supérieur….

Journée de mierda…

On se met la mission pour une grosse journée : 3h de marche d’approche, 3h de descente, 2h pour le retour.

IMG_2178 (800x600)

La marche est physique, du dénivelé, il fait 35°, on passe par des villages fantômes où seules les chèvres gardent les ruines et voilà qu’un agent du parc, débarquant de nulle part, nous demande de bien vouloir remplir un questionnaire de satisfaction sur la sierra de Guara. Après vérification de notre état mental, nous ne sommes apparemment pas en transe hallucinatoire, donc nous nous exécutons, circonspects, mais nous serons probablement ses seuls visiteurs du jour !

On galère un peu pour trouver l’entrée, et là… canyon quasi à sec, des vasques d’eau croupie persistent, le point du premier rappel n’est pas rassurant, mi sur la falaise, mi sur un buis avec de vieilles sangles, on aperçoit le 2e rappel qui semblent bien chaud aussi, on hésite… on ne le sent pas, on tente alors de contourner les premiers rappels pour reprendre le barranco de plus bas.

Notre carte des années je ne sais quoi n’est pas raccord avec les chemins existants, on tourne en rond, on coupe dans n’importe quoi, on progresse mal, il faut rester vigilant car le terrain est engagé, l’heure tourne, on galère pendant deux heures pour taper un azimut qui nous fait rallier le village abandonné d’Otin, où nous sommes passés dans la matinée !!!

Marie propose alors de récupérer un chemin en bas du canyon pour rentrer au plus vite et sans trop de dénivelé… sauf que le terrain en a décidé autrement, on se retrouve dans des chemins de biquette, dans des chaos à sec au bas du canyon, on est même obligé de tirer un rappel sur un gros bloc, on n’en voit pas la fin, on est crevé, et on a passé la journée à marcher, ce n’était pas le thème choisi.

IMG_2129 (800x600)

10h plus tard, on retrouve enfin Rodellar à la tombée de la nuit, pas de canyon aujourd’hui, des ampoules et des douleurs, on est dépités, on s’avachit sur deux pierres juste avant l’arrivée, à l’aplomb des stars de l’escalade qui grimpent dans du 8 sur des dévers spectaculaires…

Canyon 4 : Formiga + Gorgonchon

Comme on est dans le bon timing une journée sur deux, on prévoit un gros programme aujourd’hui avec l’enchaînement de deux canyons, un ludique et facile, puis éventuellement un bien technique qui fait peur !!!

On est au taquet, départ du camping à 8h, au parking à 9h00, départ du canyon à 10h00.
Rencontre d’un couple avec leurs deux enfants de 6 ans qui font des canyons depuis l’âge de 4 ans, ça nous laisse sans voix, mais pour la petite histoire papa est moniteur de canyon.
Bref on s’équipe trop tôt au niveau d’une grotte avant le premier rappel, Clotaire transpire sous sa combi autant qu’il peut, petite via ferrata pour finir la marche d’approche puis un petit rappel à sec pour aller dans le Rio (2 groupes).

20150727_110241 (600x800)

On commence par un petit saut pour se mettre dans l’ambiance et on enchaîne rappels, sauts, toboggans, vraiment sympa, même si on finit tout tremblant, nos combis de surf en 3/2 ne faisant pas la maille, face au 9/10 des autres canyonistes.

20150727_130957 (800x600) 20150727_133210 (600x800)

Le papa prend le temps de nous faire un petit cours sur la dernière cascade où on apprend à descendre sur un brin et à contre-assurer celui qui descend, on enregistre bien volontiers toutes les infos.

20150727_142738 (600x800)

Pause déjeuner à un petit barrage à 14h15.

20150723_155616 (800x600)

On reprend la voiture, on s’est réchauffé, on se dit que le 2ème canyon est jouable, d’autant plus qu’il est dans le même secteur. On s’arrête devant le panneau explicatif, niveau technique très élevé, risque mortel dans un rappel avec une grotte dans laquelle on peut se faire happer, très étroit (40cm).

20150726_174148 (800x600)

Clotaire l’a fait avec un copain il y a quelques années, il sait à quoi s’attendre, Marie est partante et l’arrivée de deux Espagnols sur ce parking vide où nous tergiversons finit par nous décider. En cas de problème, ils seront derrière nous.

20150726_150500 (600x800)

Au top, niveau sensations !!! Des rappels engagés, des passages en opposition entre les parois, une main courante, des étroitures flippantes où on peine à passer, une ambiance angoissante, le couteau perdu dès la première cascade, et un final avec une petite apnée.

20150726_154736 (600x800)

20150726_160329 (600x800)

On sort grisés et on s’accorde une baignade minimaliste dans les eaux turquoises du retour.

20150726_133329 (800x600)

On finit bien sûr par une soirée au refugio de Kalandraka où nos premiers voisins de table nous laisseront leur bouteille de vin et les seconds, un papa Suisse et son fiston, nous tiendront la grappe jusqu’à notre départ.

20150726_193825

Canyon 5: Peonera inférieure

On a rallongé notre séjour d’une journée, pas d’impératifs, gros soleil et surtout l’envie d’en profiter encore un peu.

On termine donc par la Peonera, canyon facile et très ludique, sans rappels mais avec beaucoup de sauts.

20150724_124038 (800x600)                    IMG_2136 (800x600)

On se rallonge notre marche d’approche suite à un cafouillage au départ puis on profite d’un beau sentier jusqu’à une dernière descente engagée. On est rincés depuis deux jours, on manque de tomber régulièrement et Marie en fait les frais : lourde cascade avant double rotation, la troisième ayant été évitée grâce à Clotaire et le rattrapage in extremis d’une jambe avant de basculer bien plus bas… Marie s’est fait peur, la carrosserie est bien rayée, et le passage qui suit en désescalade lui fait voler ses lunettes, il est temps de faire une pause, le Grand N’importenawak vient de s’emparer d’elle !

On s’équipe au bord du barranco et on descend en prenant notre temps, photos, vidéos, on cherche des passages intéressants, pendant que Marie laisse échapper le masque permettant de visualiser les passages possibles en apnée sous un gros bloc. On n’est plus à ça près ! et une offrande à chaque barranco peut s’avérer salvatrice…

Le canyon se finit par des estrechos avec passages nagés où des promontoires de sauts dominent. Clotaire se fait plaiz à 8m, Marie est plutôt du côté de la piscine chauffée en faible profondeur, un pique nique et retour à la voiture.

Le temps de décider de notre spot d’escalade de la soirée autour d’une cana, on change d’équipement et on part grimper une dernière fois.

Secteur de « La Rigole » et du « Bikini ».

Les voies faciles sont rares et donc patinées. Clotaire s’en sort plutôt bien dans du 5+ annoncé avec passage difficile et en dévers, Marie est prudente, la machine est fatiguée.

20150727_202926 (800x600)

On terminera de nuit, Marie voulant quand même grimper une belle voie accessible de 20m que Clotaire vient de faire en tête. N’ayant pas de frontale, il lui conseille de la passer en moulinette pour ne pas prendre le risque de ne rien voir en haut lors de la manip de corde, elle part donc en bougonnant avant de lâcher un « tu avais raison » dès son retour, ayant déjà eu de la peine à distinguer les prises.

20150727_230855 (800x600)

Le temps de goûter au vin espagnol et dodo avant le rentrage en Poitou-Charentes le lendemain où le passage de 35° à un petit 17° pluvieux nous calmera direct.

2 Réponses

  1. Eh oui, maintenant les enfants faut préparer la rentrée, l’école c’est autre chose, les plongeons, les grimpettes et les bibines il faut les laisser jusqu’à l’année prochaine !

  2. Magnifiques photos et récit incomparable ! Je m’y croyais… par contre, je suis un peu déçu par la dernière partie : « Secteur de « La Rigole » et du « Bikini ». »
    => la Rigole : « Marie… part donc en bougonnant avant de lâcher… »
    => quant au Bikini…. no comment….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :