Ils m’ont perdu Marie – Le retour des Bronzés


4

Dimanche – Jour 5 

Carriata, faja Racon, circo de Cotatuero, vereda de Tobacor, refuge de Goritz
Départ en bus de Torla, 8h, 9 euros pour deux, camping Rio Ara good ! good ! : 13 euros pour deux.
Arrivée parking de Ordesa, super vue et café sympa.
8h40 départ, cabane 9h22, attaque clavijas de Cotatuero a 11h00.

1 2       20150719_120404

12h00 : oh putain de merde de putain de merde, via ferataaaaaa et Marie qui dit sereinement « ça passe sans rien » et madame s’engage , elle a bien été éduquée par Oliv et la mère Nimportenaouak….et moi je chie grave dans mon froc…
Un espagnol arrive et se longe bien sûr… on fait quoi maintenant ?… on fabrique deux longes de fortune avec deux vieux bouts de cordes et deux vieux mousquetons qui sont sur la laisse faisant office de sèche-linge sur la rando…
5
Bref, on continue à faire n’importe naouak et faut bien y aller….je me concentre sur mon mousqueton et c’est tout, j’enlève ,je remets, j’enlève, je remets, en mode survie commando…. c’est fait ! il est 12h18. 
20150719_120245
20150719_121303
Pique nique en haut d’une belle cascade pour se remettre de ses émotions, puis redémarrage à 13h15 pour une sacrée grimpette, arrivée en haut à 14h15 avec une vue exceptionnelle sur la brèche et ses 3000….
Arrivée sur le plateau à 14h50 avec une vue à 360 degrés sur Torla, Ordesa, la brèche…
Puis un coup de vire assez longue…on se croirait sur le plateau du Larzac.
20150719_121556
20150719_144933
Arrivée proche du refuge vers 17h, ouah une petite cascade toute belle : « Marie, ça te dit pas une petite douche avant la cerveza ? » 

Elle hésite et bingo, on y va !!! Tout le monde se désape et hop, Cloclo grille la place à Marie, zip sur la roche mouillée et un bruit sourd s’en suit, c’est le drame ! Chute énormus du montagnard en arrière, coude en vrac, ça mériterait quelques points, on a échappé à l’hélico de justesse…
20150719_170652
Cloclo fait le dur, c’est ok. Donc Marie va à la douche peinard minimaliste, c’est à dire à poil « y’a personne on est bien tranquille » tandis que le cloclo garde gentiment son slibard et se remet de ses émotions.
« Oups ! Marie, y’a un espagnol qui cherche un coin pour planter sa tente… » Un peu gêné le gars s’échappe et Marie peu continuer sa toilette… MDR !!!!!!

Puis elle fait l’infirmière de Cloclo…. puis nous remontons tranquillement au refuge. Et là, un couple paisible  contemple le paysage avec des jumelles, un fou rire me prend, n’auraient t’ils pas lorgné sur les jolies fesses de Marie ?
Aller, apéro au refuge,  quelle journée !!!

20150719_204815
Il va sans dire que les photos de la cascade ont été réclamées de toute urgence…

Marie n’assumant pas la diffusion de ces clichés, Clotaire envoie cette photo, pour compenser :
 3
Beaucoup moins glamour ! …
Lundi – Jour 6

Refuge de Goritz, Monte Perdido, lago Helado, cuello del Cilindro, Marmore, refuge de Tuc Rouye, hourquette d’Alans, refuge des Espuguettes
Départ de  Goritz à 7h40. On se tire la bourre grave avec des couples mixtes et des groupes de colos, une montée très rapide comme en compèt, on met la misère à tout le monde…. Clotaire est survolté, Marie peine à le suivre, mais s’accroche.
Lac en vue à 9h18. Col à 10h06… Oups ! c’est pas le col. On y arrive à 10h10. Ascension du Monte Perdido en 2h30 au lieu des 4h annoncées avec nos watt mille kilos sur le dos, on s’est donné !  20150720_102822photo 2photo 3photo 4

Redescente à 10h40, pause au lac assez courte, on repart à 11h30.
On tente de glaner des infos auprès d’un accompagnateur montagne et à la faveur de randonneurs croisés pour savoir si le passage escalade de la journée est gérable sans corde…  A priori, oui… Arrivée au col à 11h50, vue sur le glacier du Mont Perdu, versant nord, la tension monte on approche du passage délicat…20150720_144312

 
Il faut suivre les marques rouges peintes sur rocher, au départ de la cheminée, 2 broches pour le rappel plus une au milieu (c’est bien équipé). On passe sans corde, Marie devant, je flippe alors je suis chacun de ses appuis, 5 mètres seulement difficiles… Fin de la cheminée à 13h, on se détend, enfin surtout moi !
20150720_125450
photo 1
Passage de deux petits torrents et en route pour le lac du Marbore… Plus de jus pour Marie, il lui faut du carburant : pause déjeuner à 13h35.
Casse croûte ok : une tranche de pain bio de Luz, fromage de brebis, jambon de pays sous vide de Luz, demi barre de céréales, eau du torrent et c’est reparti : 14h01.
Lac 14h10. Refuge de Tuc Rouye non gardé, planté dans une brèche, le temps s’est arrêté, il est 14h55.
photo 5
Départ à 15h10. A 16h20 Clotaire s’immisce au milieu d’un troupeau  il y découvre un cadavre de mouton.
16h37 : panneau indiquant Hourquette d’Allan 45′ et refuge des Espuguette 1h15, on y est presque !
17h09 : proche du col, dans des éboulis, un jeune isard nous scrute paisiblement puis poursuit son chemin à flanc, traverse un névé puis passe son chemin. Et là, on voit qu’on a carrément raté le chemin qui longeait les courbes de niveau !

Dégoûtés ! on est descendu pour remonter… Pas grave, on sera au taquet pour le Canigou !!!
20150720_172253
Hourquette à 17h18. Un gypaète barbu puis deux… En tout, neuf passent juste au-dessus de nous, impressionnante envergure, le bruit et la vitesse qu’ils prennent pour descendre vers le refuge est tout aussi éblouissante. 
17h39, on part. Je viens de lire le message des filles, on capte juste, j’ai les larmes aux yeux, vous me manquez !!!

18h22, nous arrivons. Ici, c’est la petite maison dans la prairie, nous sommes accueillis par un chaton, des vaches, des ânes et des moutons avec qui nous avons fait la descente. Et puis, il y a eu cette rencontre avec un traileur qui nous attendait au refuge et deux jeunes avec qui nous partageons l’apéro et leur trip en Islande et puis cette vue imprenable sur le Vignemale et le cirque de Gavarnie !
photo 0a
20150720_182300

 

photo 0b

Mardi – Jour 7

20150721_064110

Refuge des Espuguettes, le Bederou, Hotellerie du Cirque, échelle des Sarradets, Port Boucharo
Départ 8h10. Chalet de Paillat. Rencontre avec le tenancier bénévole et la devise du site (un sac trop lourd est un sac charge d’angoisses, Freud), on se dit tout de même qu’on a bien gagné en sérénité depuis 7 jours…
20150721_084730
Arrivée au cirque de Gavarnie à 9h30, hôtel au pied de la cascade.
Après quelques difficultés pour trouver le chemin, grande traversée dans les éboulis et début de l’échelle des Sarradets à 10h27.

20150721_103202 20150721_121938   photo 3 photo 4

Fin de la 1ère partie de l’échelle à 10h39 pour Marie !!!  C’est de l’escalade facile mais il faut du jus pour encaisser le dénivelé, c’est long…
Fin de la 2ème partie : 10h51, pour Marie 10h54. Fin de l’échelle à 11h02.
11h45 : enfin ! une vue sur la brèche ! On est cuit, fumé, défoncé, on en chie, on paye peut-être la dure journée d’hier… Le bruit des cloches des moutons me fait du bien au moral, vamos ! il est 11h45.
Yes ! yes ! yes ! refuge en vue 11h50.
On vient de suivre des cairns de merde en allant trop à  droite, il faut maintenant repasser un petit canyon.
Pause à 12h05. Marie mange une barre, elle est très fatiguée, posée sur un rocher face au refuge avec, en contre bas d’un petit névé en longueur, son torrent qui passe dessous. 

12h34 : refuge des Sarradets. Ca y est ! Sept jours après, la boucle est bouclée avec déjà  des souvenirs pleins la tête et surtout l’envie de repartir. Lou Gascoun et sa Gascounette sont arrivés à la fin de leur périple autour du Mont Perdu.
photo 5
photo 1
photo 2
Royale pause déjeuner avec, en dessert, le bavlaka tant attendu pour Marie : saucisson, jambon, pain, fromage, Kro et panach. 
20150721_124613
13h21 ; départ pour Boucharo, col à 14h18, arrivée à la voiture à 14h39.
20150722_094328 20150722_094229
Advertisements

8 Réponses

  1. Bravo !
    Il est vrai cependant qu’une petite photo de Marie dans la cascade enjoliverait ce récit, certes passionnant, mais bon………….

  2. Oliv’ n’a pas fait son boulot avant votre départ : c’est lui le spécialiste de l’escalade, il aurait dû vous prévenir que çà ne se fait pas en tongues et les mains dans les poches…

    • Ah bon, vraiment ?

      • Impressionnant, je comprends jour après jour que tu es plus fait pour grimper que pour courir..
        Tu colles pile poil à la définition de l’être humain que nous donne les scientifiques d’aujourd’hui : « Animal fait pour courir au départ de son évolution et qui progressivement perd ses aptitudes de course au profit de la grimpe »
        L’homme de 2100 devrait être plus grimpeur que coureur, bizarre car il faut bien être un coureur avant de pouvoir grimper !!!

  3. Oui, mais le King de l’escalade, aux Flyings, c’est Magic Daniel ! Quelques exemples butinés sur le blog :


  4. Des paysages magnifiques !!!
    oserais-je dire, pour certains d’entre eux, « lunaires » ?

  5. Respect !!!

  6. Les Echelles de Sarradets : grand souvenir pour moi qui ait le vertige…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :