L’éducation pas trop sentimentale du jeune David


Notre champion du monde de voltige aérienne motorisée étant en pleine progression au niveau orient’ – ses derniers résultats sur les CO du coin semblent l’indiquer – il était temps de faire sérieusement le point des ses réelles acquisitions et mesurer sa marge de progression effective.

 dm1 dm2

C’est pourquoi nous l’avons confié aux bons soins d’Oliv pour un stage d’aguerrissement, en ce dimanche de mars, chez le Team Raid Saumurois.

dm3 dm4

Compte-rendu du maître de stage :

Pour plus de sécurité, j’envoie David se confronter, dans la semaine qui précède le stage, à une CO d’entraînement « Francis » montée dans la forêt de Secondigny. Il s’y rend le vendredi et met 2h30 pour valider les 19 postes, en parcourant 11 gros kilomètres. Petite moyenne…

Paske 2h30 c’est le temps qu’avait mis le jeudi, sur ce même parcours, Gill, pré-retraité du raid, dispensé de sport, qui l’avait effectué en déambulateur, à la nuit tombante, alors que David gambade comme un chevreuil à travers ronces et arbres couchés. De plus, alors que Gill avait galéré sur le poste 6, sans le trouver à l’endroit carté, cette toile n’avait pas posé de problème à David.

Trouvant la prestation de David un peu limite, je décide de me rendre en personne sur place le samedi, veille du stage, afin de tâcher de comprendre. Dans la foulée, j’embarque Kikos en tant que chien guide d’aveugle.

À un train de sénateur imposé par mes genoux rongés aux termites, nous mettons à peine plus de 2h pour boucler le parcours, en grenouillant du temps sur le fameux poste 6 que nous ne trouvons pas à l’endroit carté.

C’est plutôt pas très rassurant quant à la performance de David… Je pars donc à ce stage d’aguerrissement avec un a-priori négatif concernant l’impétrant. Faudrait pas qu’il nous colle la honte en terre Saumuroise ! Je vais donc le serrer de près…

 

Le dimanche matin, aux aurores, lorsqu’on arrive à proximité du départ, la trouille s’installant, David ressent le besoin d’aller se soulager. Mais comme nous sommes en pleine cambrousse et que les zorgas n’ont pas le temps de lui ériger une petite cabane en planche ou en parpaings afin qu’ils fasse ses commodités à l’abri des regards, je lui suggère de se rendre dans les bois adjacents. V’là t-y pas qu’il fait sa petite princesse, qu’il n’a jamais fait caca au pied d’un arbre, que peut-être on va le voir, qu’il sera mal assis, que ça risque de lui piquer les fesses. Bon, y m’saoule ! On va pas y passer la journée. C’est ça ou rien !

Donc, pour la première fois de sa vie, David entre en symbiose avec l’esprit de ses lointains ancêtres, chasseurs cueilleurs du néolithique et se vide dans les fougères. UV1 validée !

 

Cette petite formalité accomplie, nous préparons le tos pour attaquer la section que nous avons décidé d’effectuer en premier : une VTT’O de 10km. Mais lorsque David arrive près du boîtier départ, j’en crois pas mes yeux : il gare son VTT sur la béquille, en plein milieu du dispositif organisationnel, alors que les autres machines sont discrètement appuyées sur les arbres. Non mais y s’croit où, l’autre guignol ? Au paddock, sur la zone de départ des 24 du Mans ? Avec une nuée de mécanos s’agitant autour de sa machine pour effectuer les derniers réglages fins avant que Môssieur le Pilote vienne prendre possession de l’engin ? Et… Non mais c’est pas vrai ! C’est quoi ce truc, à l’arrière ? Un garde-boue ! Jamais vu un truc pareil dans un raid ! L’aurait trop peur de salir son habit de lumière, en plus ? Y m’aura tout fait ! La honte me submerge, je n’ose croiser le regard des autres participants ou organisateurs. D’aucuns cachent avec difficulté de petits sourires complices et regardent en coin l’improbable équipage. UV2 non validée…

 

Surmontant ma déception, je pointe le boîtier départ et saute sur mon engin, prêt à décoller. Mais l’autre, dans mon dos, confortablement attablé auprès des orgas, un énorme surligneur jaune à la main, hurle dans ma direction : « Attends, Oliv, on n’a pas tracé ! ». Je lui dit qu’on s’en fout, que c’est limpide, l’enchaînement des postes est évident, et qu’on va pas s’éterniser là à faire des coloriages. Un peu abasourdi, il range son stylo, règle son casque, déverrouille la béquille, rajuste son magnifique coupe-vent jaune et grimpe, enfin, sur son vélo.

Mis à part un épisode où je le verrai prendre une initiative, pleine balle sur une sente parallèle à la mienne, qui n’amenait malheureusement pas à la balise, je vais me le trimballer toute la CO, incapable d’entrer dans la carte, à l’agonie derrière, et ceci  jusqu’à la ligne d’arrivée. J’en profiterais pour lui faire exploser son fucking garde-boue contre un arbre, à la faveur d’une queue-de-poisson dans un single. Bien sûr, l’UV3 n’est pas validée.

 

Avant l’épreuve suivante, on gère un petit ravito, que j’aurais voulu rapide, mais que David transforme en repas pantagruélique et interminable, sous les yeux horrifiés du trésorier de l’assoce organisatrice. Je réussis finalement à lui faire quitter le stand en argumentant que, s’il n’arrête pas de se remplir la panse, il va devoir retourner se planquer dans les fougères…

On part donc pour une CO pédestre de 6km. Mais… J’y crois pas ! Y m’refait le coup du coloriage avant le départ ! Je lui dis que c’est fini, ces gamineries : on part à l’arrache anti-horaire, on pointe tout au plus court, et on rentre !

Dès la première attaque, prétextant une petite faiblesse en course à pied, je l’incite à filer devant, sans m’attendre. Ce stratagème grossier étant en réalité destiné à me mettre en situation d’observateur afin d’étudier les stratégies et errements du jeune stagiaire. Il n’est pas trop mal les deux premiers postes, mais, dès le troisième (4), je suis déjà obligé de le remettre sur les rails. Il en sera de même un peu plus tard, aux 8ème (3) et 9ème (15) postes. Il n’arrive pas à faire le trou, compensant sa supériorité physique par des approximations en orient’ et des choix d’itinéraire rocambolesques. Je le reprends à l’antépénultième (5) où il cafouille en compagnie d’un zombie qui s’extrait des ronciers les cuisses en sang. Finalement il me met 2 ou 3 minutes au physique sur le final. Validation de l’UV4 en cours de délibération avec les Hautes Instances de l’assoce, mais c’est pas gagné…

 

Nouveau ravito, interminable, malgré la subtile intervention du trésorier qui planque des assiettes à notre approche… Puis nous nous apprêtons à finir le stage par une troisième épreuve : un VTT suivi d’iti de 15 km. Je mets David sur le bon chemin puis, feignant d’être complètement cuit, je l’invite à poursuivre à son rythme. Il file devant et, rapidement disparaît de ma vue à la faveur d’une succession de virages.

Lorsque je bipe le boîtier arrivée, une grosse heure plus tard, quelle n’est pas ma surprise d’apprendre que mon jeune élève n’est pas de retour ! Le type de l’orga regarde compulsivement sa feuille de pointage sur laquelle le nom de David est surligné et son heure de départ entourée en rouge. Il déboule enfin une dizaine de minutes après, gare son vélo sur la béquille et m’explique qu’il s’est craqué à un endroit, n’osant franchir une barrière, qu’il a tourné en rond dans la forêt, s’est finalement retrouvé au même endroit, et patati et patata… Je lui dis que je m’en fous de ses histoires de Petit Poucet et qu’il n’est pas prêt de valider son UV5. Vengeance immédiate du jeune stagiaire à la table ravito…

 

Bon, à l’heure du bilan de ce stage, même si les résultats sont plutôt très bon sur la VTT’O (9ème/62) et la CO (9ème/58), force est de constater que seule l’UV « caca dans la forêt » a été validée haut la main par David, toutes les autres devront donc être repassées lors d’une prochaine session.

Fait à Aigonnay le 16 mars 2015 pour servir et valoir ce que de droit.

Oliv

La même histoire, vue de l’autre côté de la lorgnette :

Dimanche 15 mars 2015
Brain sur Allonnes (49)
3 courses : VTTO, Course à pied CO et VTT suivi itinéraire

Élève faisant semblant d’écouter le maître, hi hi hi !

En effet, en étroite collaboration avec le staff des Flyings, il fallait faire quelque chose pour notre pauvre Oliv en perdition totale depuis un certain temps… Même sa propre fille ne voulait plus l’accompagner tellement la situation devenait grave.

Perte de mémoire, chaussure gauche au pied droit, capacité physique délicate et mental à chier. Pour une représentation « optimale » de toute l’équipe de l’assoce lors du prochain RAID des Flyings, je me devais de faire réagir l’animal… La mission était pour moi.

Pour m’entraîner avant d’aller supporter le vieux à Saumur, je décide de faire la co de Francis à Secondigny. Je pensais y aller jeudi mais coup de sifflet, je reçois un sms d’Oliv me précisant qu’il s’était trompé de carte !!! Il était sur place en reco avec ses élèves qui sont devenus complètement affolés par le comportement inadapté du Prof, dixit l’accompagnateur.
Les Fyings avaient raison, l’ancien commence à débloquer ! Il faut vite le ressaisir et lui faire remonter la pente.

2h25 précisément, 11k600, 4,8 km/h de moyenne, 869Kc, j’ai même le temps pour chaque km !!!
J’ai donc travaillé l’orient et non la perf, car je savais qu’à Saumur j’allais me traîner un boulet !
Mais j’ai toutes les balises, moi !!! Y’en a qu’on essayé pis qu’on pas tout trouvé !!!
Encore une perte de capacité à trouver une chtite balise n°6 bien positionnée dans son trou.

C’est vrai, comme prévu, en arrivant dans la forêt d’Allonnes près de Saumur j’ai fait ma princesse.
D’habitude avec Marie sur les raids, il fallait pas le déstabiliser le vieux ! J’ai donc bien préparé à l’avance mon plan de sauvetage du sanglier.
Conseillé par Ju et Lkt !!! La veille, je suis allé à un anniversaire, histoire de bien boire (punch, re-punch, rouge…) pour vite oublier ce qui allait m ‘arriver le lendemain, couché à 2h25 du mat pour bien me fatiguer !

Debout à 6h !!! N’ayant pas pris le temps de tout faire chez moi, j’ai fait sur place !!!
Disons que j’ai accompagné Oliv, chacun de son côté pour pas se retrouver en tête à tête ou c… à c… !
A l’inscription, je précise bien que chacun prend son doigt pour éviter de faire du social ! histoire de le motiver au maximum !!!

1er départ : Comme pour mes coachings moto ou baptême de piste sur circuit je stationne mon véhicule afin d’assurer un bon briefing à Oliv. Tu fais comme ci et comme çà.

Ok, remonté à bloc, c’est parti pour le VTTO !
Ayant commandé mais pas encore reçu le support de carte VTT, je décide de surveiller son orientation en le poussant au cul. Ça marche ! Oliv enchaîne les chemins comme une lettre à la poste. On dirait qu’il a compris le message !
Arrivée : 53 minutes, 10km780, 11km/h de moyenne.

Pause : Toujours en accord avec le Team, je regonfle au maximum son moral parti je ne sais où !

2ème départ : Course à pied CO

J’avais prévu le feutre au cas où il se tromperait de sens où si la mémoire flancherait encore et qu’il ne pointe pas 10 fois la même balise !
Cette fois, je décide d’accélérer le pas pour le forcer à me suivre.
David, eh, David, eh ! il n’a pas arrêté de me foutre la honte en me courant après !
A chaque fois je lui montrais du doigt où se trouvait la balise pour qu’il évite de se tromper et de pointer une balise vtto.
Arrivée : 47 minutes, 5km490, 7 km/h de moyenne.
Pari gagné, il termine à 2 minutes de mon cul !
Dernière pause : j’insiste et je mets le dernier coup de massue pour vraiment en finir avec son moral de chieur !

3ème départ : VTT suivi d’itinéraire

Je pointe le premier et c’est parti mon kiki ! Lui traînasse un peu puis prend rapidement mon aspi sur la longue ligne droite bitumée du Mistral (bientôt le retour du Bol d’Or au Castellet !) Je décide ensuite, comme prévu avec l’orga Flyings, de le laisser faire, histoire de voir ses capacités retrouvées ou non, à recevoir du public lors du grand RDV prévu les 11 et 12 avril à Verrines sous Celles.
Je décide de feinter et de faire un détour en prenant à droite avant la barrière, afin de surveiller ce grand gaillard capable du meilleur comme du vrai pire !
Arrivée : 16km840, 1h18, 4 balises, 12,8 km/h de moyenne.
En effet, j’arrive quelques minutes après Oliv mais avec encore toute les balises dans mon doigt !
Tout penaud à l’arrivée, mon Oliv vient de zapper une balise !!! Peut-être qu’à force de se servir de ses mains pour se décrotter au fond des bois il a enrayé le doigt électronique !!! Va savoir !
Comme à l’entraînement de Secondigny il écopera de 10 minutes de pénalités !
Il termine donc 1 minute derrière moi !

Au final, je fais 21ème en 2h59 et lui 22ème en 3h03. En fait, cette CO était juste une histoire de derrière…comme l’inscription à l’arrière de son maillot : ch(i)ote.

Je pense avoir accompli « amplement » la mission. Le moral d’Oliv est grimpé au plus haut ainsi que son égo au vu de son CR de maître de stage.

Je pense que V. des Flyings saura quoi faire si Oliv fait une rechute, il y a toujours une solution :
L’attacher sur son lit médicalisé et l’envoyer dans la rivière comme Ju avec Alamo !
Remplacer le corbeau qui chante et qui s’éclaire par Oliv dans une des grottes du prochain Raid.

Maintenant je dois m’absenter quelques mois pour aller un peu plus vite et retrouver la civilisation, je dirai que cela devient une habitude !

David

Imgp180510457153_10205052542817160_3814267746969022371_n Baptême Fontenay 2014

Advertisements

12 Réponses

  1. Ah Oliv’ ! Ca, c’est du Compte Rendu ! On s’y croirait ! sauf pour l’UV1 : je préfère réfréner mon imagination…
    David : à quand une CO Moto ?!?! Gazzzzz !!!!!
    Bises à tous

  2. l’est pas tendre Oliv mais c’est tellement drole …on s’y croit!!!

  3. Est ce que ce ne serait pas une jubilation intérieur de la part d’Oliv de pas etre à la rammasse, qui te rend si sévère vis à vis de ton jeune stagiaire ! j’aimerais bien avoir la version de David…
    Van des flying

    • Regarde le titre de l’article : on n’est pas là pour faire dans la dentelle… C’est un CR à la machette. J’avais proposé à David de le faire, mais il n’était pas chaud, alors j’ai du m’en occuper personnellement. Possible qu’il regrette un peu, maintenant ? C’est peut-être légèrement romancé, mais dans l’idée, ça s’est passé comme ça.

      Ma jubilation, elle n’est pas qu’intérieure : je suis bien content d’avoir rivalisé avec David ainsi qu’avec les nombreux Griffons présents ce jour là, et d’avoir laissé Denis des Rado à des années lumières derrière moi. Hi hi hi.

      Oliv

      • oui mais c’est quoi votre classement ? c’est pas dit dans l’histoire !
        Finalement tu t’en sors mieux qu’avec Marie ?

  4. Marie, j’ai plus rien à lui apprendre…
    Si, y’a lien vers le classement.

  5. En tous les cas , moi , j’ ai bien rigolé , merci. J ‘ aimerai dans le même esprit le récit du stagiaire …

  6. Ca fait du bien de rigoler. C’est sûrement bon pour la santé. D’ailleurs je vais essayer de voir si vous pourriez pas être sponsorisés par la sécu….

  7. ça c’est du compte rendu…Excellent ! (sutout le coup de la béquille)…
    D’abord on plaint David… Mais quand on connait le sérieux, l’impartialité et la neutralité du maitre de stage, on sait que ses sentences font autorité !!!
    L’expérience motorisée ne remplacera jamais l’instinct de survie du sanglier qui ne vieilli pas.
    Merci Oliv pour ce CR objectif.

  8. oliv envoie ton texte à yohann Metay pour la tragedie du dossard 47!!!

  9. A lire en deuxième partie, la réponse du berger à la bergère…
    Un récit au sabre d’abordage, bien dans l’esprit…
    oliv

  10. Je viens de me marrer un max en lisant vos CR, mais finalement, lequel des deux est le plus près de la vérité ?
    Sans doute un mix des deux, mais continuez comme çà, c’est super !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :