Mes courses au shopi ! (LKT)


Eh oui mon planning de courses de cet été a bien failli se limiter à ça !!!!

Jeudi 3 Juillet, comme tous les jeudis soirs, je vais faire un petit bad avec des potes et là après 45 minutes c’est le drame : violent coup de poignard dans le mollet droit…

Putain , à 1 jour des vacances, je me claque sévère: la tuile !

Je ne change pas mon programme pour autant : 1 semaine dans les hautes alpes du côté de la Féclaz et du plateau du Revard pour faire de la CO sur les sites des championnat du monde 2011, en famille début Juillet.

Impossible de courir pour moi durant cette semaine. Il neige à 1700m, mais nous on n’est qu’à 1500m donc on a …la pluie, le froid et le brouillard.  Au moins les enfants se font plaisir sur des cartes très techniques.Pour moi, la semaine est un peu longue !

Repos total du mollet, entre le 14 juillet et le 15 Août, mais par contre le coude droit est très sollicité lors des séances sportivo-télévisuelles. La ceinture abdominale prend du volume pendant cette période…enfin en surface ! Mais le mollet est toujours douloureux au moindre effort.

Un peu inquiet à 10 jours de la semaine fédérale de CO à côté de Gap, Je fais appel aux mains expertes de Nours. Le traitement est un peu douloureux  (et je me demande si cela n’était pas volontaire !!!), mais accompagné de conseils judicieux, cela s’avérera efficace.

1

Départ donc pour Gap, le 24 août pour faire 6 courses en 6 jours dont 4 manches de championnat de France, tout cela sans 1 seconde d’entrainement en près de 2 mois… GLURPPP!!!

Début en douceur, du côté de Veynes. 300m de d+ pour rejoindre le départ en marchant -trottinant. Pas de douleur, c’est bon signe.

Je pars tranquille, en essayant d’allonger la foulée de temps en temps, toujours à l’affût du moindre pépin.

A la vitesse à laquelle je vais je ne fais pas d’erreur d’orient au moins et j’ai le temps de bien lire la carte…

Bilan : 7,6 km en 1h09…sans bobo, c’est l’essentiel. Une 12ième place sur 35 en prime : inespéré !

lk1

2ième jour : sprint dans la ville de Gap. J’hésite 2 secondes à la faire mais me laisse tenter. Le verdict sera sans appel : j’ai vraiment plus rien dans le buffet : 4,5 km en 23’…mais pas de douleur ! ça a l’air bon du côté du mollet au moins !

En prime, Gaby fait une belle deuxième place de sa catégorie, ce qui sera le seul podium familial de toute la semaine.

gap LKT

3ième jour : championnat de France de nuit au col Bayard. Dés le départ en masse, je vois bien que je ne suis pas dans le rythme. Première côtelette et j’explose, je marche et dois passer dans les derniers au poste 1.

Je décide donc de faire court en tapant de grands azimuts de 400 à 700m directs sur les balises en marchant. Cela m’économise de la fatigue et des jardinages. La dernière partie de la course se fait sur un golf. C’est là que je retrouve Fred des Serial qui me double. Il a du bien jardiner avant !!!. J’essaie de le suivre, mais rapidement, je suis dans le rouge et fais une grossière erreur à la balise 17. J’y perd 7′ !

A partir de là, j’ai du mal à récupérer et enchaîne les petites erreurs. A l’avant dernier poste, c’est au capitaine d’équipe de Poitiers CO, Stéphane, de me mettre un vent, non sans exprimer bruyamment sa satisfaction de me laisser quelques secondes dernière lui…

9,6km en 1h31 : j’ai bien laissé des plumes à cette course et je ne suis qu’à la moitié de la semaine !

col bayard LKT

4ième Jour : C’est à moitié mort que j’aborde donc la demi-finale du championnat de France moyenne distance à Ancelle, pour laquelle j’avais réussi à me qualifier pour la première fois, l’automne dernier grâce à une course en Charente. En allant vers le départ, j’essaie de trottiner en compagnie d’un membre du COTS 37, organisateur du raid ROC37 mi-septembre. J’essaie bien de tenir ce rythme de footing tout en discutant du raid mais c’est déjà limite trop rapide pour moi. J’ai les jambes très lourdes et je « buffe » comme une goret. ça promet pour la « course »…

En effet, j’ai couru 200m au départ, puis impossible de m’y remettre sans me foutre les pieds dans les branches, tellement je les traînaient bas !

Vitesse de course nulle + passage à 10m des balises sans les voir (N° 1, 5 et 9) + jardinage = avant dernier de ma série en 1h05 pour 5,3km…

lk4

5ième jour : Petite finale donc à Chorge. Fatigué, mais bizarrement les courbatures des 2 derniers jours ont disparu. Le mollet s’est fait gentiment oublier jusque là, donc cela ne va pas si mal. Cela se confirme en course. Sans être rapide, les sensations reviennent petit à petit. Quelques petits jardinages à la 1, 5, 10 et 17 mais dans l’ensemble ça va mieux. Je finis juste à la deuxième moitié du tableau, mais ça commence à revenir même si la moyenne kilométrique est encore faible : 4,8km en 50′.

lk5

6ième et dernier jour : Championnat de France longue distance à la station de ski de Super Dévoluy. L’orga annonce 9650m en étant entre 1400 et 1900 d’altitude. ça va piquer les cuissots !

Alexis, dit l’imprévisible, pote coureur au club de CMO mais néanmoins rival, part 2 minutes devant moi. Mon but, un peu présomptueux, est d’essayer de le rattraper à la faveur de ses habituelles séances de grenouillage… Je pars donc à bloc et donc au deuxième poste…beh c’est moi qui grenouille !!! M…RDE ! Les cannes commencent à revenir et je me lourde comme comme un débutant. J’essaie de maintenir un rythme correct. Il fait chaud. Le dénivelé fait mal. Je perd quelques secondes bêtement sur les postes 7, 8, 9. Le dénivellé pour aller à la 11 fait TRES  mal : je dois remonter plus de 30 lignes de niveau soit 150m de d+, après une heure et 8,5km de course. J’enchaîne la 11 assez rapidement quand même. J’attaque bien la 12 mais y retrouve » l’Imprévisible » : YES !!!

je lui demande : » T’es sur la 12 ? »

« oui »

« Elle doit être juste en dessous, je pense… »

« Non, j’en viens et je jardine depuis un bon moment ! »

Aïe… Où suis-je alors ? Il m’a complètement foutu dans le doute. Et voilà t’y pas que je me mets à faire du nimportnawwak, à la Ju, courant dans tous les sens et surtout dans le mauvais !… Je perds ainsi 12 minutes avant de trouver ma balises 12, à 15m de mon point de « mauvaise » rencontre de » l’Imprévisible ». Ce dernier est d’ailleurs reparti du poste depuis au moins 5 minutes : ah le fourbe !

Résultat : 1h48′ pour 12,5km et XXX D+ !!!

super devoluy LKT

Sentiments mitigés au moment de prendre la route du retour :les perfs ne sont pas bonnes, mais les sensations reviennent un peu et il n’y a pas de bobo à déplorer, il reste 10h de route à faire et dans 2 jours retour au taf, on quitte les copains orienteurs-raideurs, avec qui on s’est bien éclatés pendant toute la semaine. Katy, les enfants et moi, avons tous du mal à partir et avons déjà hâte de retrouver ces ambiances de courses lors du prochain championnat national en équipe sur Oléron dans quelques semaines…avec un meilleur physique j’espère !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :