GTMC 2014 : journée 7


Infos reçue mercredi vers 16h30 :

Mardi, malgré la montée du Mont Aigoual (1699 m) qui savate bien, ce fut une « petite » journée : 52 Kms et seulement 945 m de dénivelé positif.

Quelques singles tracks intéressantes à piloter, mais surtout beaucoup de chemins avec des pavasses roulantes. Pour les montées, c’est mort : impossible de slalomer sur ce terrain instable et les descentes ne sont pas agréables non plus :  les vélos font des sauts de cabri, les aventhuriers ont du mal à les garder sur les chemins.

Quelques petites cagades en orient, c’est pas évident : des bizarreries sur les cartes (Je crois me souvenir que pour la préparation de la HRP, Olive avait potassé des cartes sur un bouquin vieux de plus de 20 ans, alors les bizarreries….) et une absence de balisage (ou plutôt disparition, puisqu’ils semblerait que les gens l’arrachent).

Coté bobo, les petites fesses d’Olive se transforment doucement, mais sûrement, en cul de babouin.

Malgré un petit matelas anti-escarres greffé sur la selle depuis la veille à la mi journée, que lui a trouvé Lydie.

Bien sûr, comme il ne fait pas les choses à moitié, il traîne toujours sa tendinite à la cheville.

La météo est belle, les deux cyclistes se choppent des bons coups de soleil comme il faut. Faut dire qu’ils roulent parfois torse-poils.

Les filles les ont croisés au sommet de leur effort, juste avant le Mont de Aigoual en pleine bourre…..non…en pleine sieste, juste après leur repas.

J’imagine la gueule des excuses : « Mais non on dormait pas, on se concentrait pour la montée »…..

Ravitaillement en plein vol de rigueur et c’est reparti.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Aigoual

À noter aujourd’hui, un beau geste technique de Kikos :

Une descente de route à donf, un regard qui quitte la route un instant pour prendre de infos auprès d’Olive et ça aurait pu être le drame…..

Quand il regarde de nouveau la route, il est face à un fossé maousse, dans les 0,8m / 1 m de profondeur avec quelques pavés pour faire des beaux soleils.

Gros coup de patin, le vélo plonge des deux roues simultanément dans le fossé………pour s’arrêter juste avant les pavés…… . « C’était très joli, artistique, spectaculaire » dira Olive en attribuant un 17, 23/20 en note artistique et un 16,82/20 en note technique.

Après, on s’étonne d’avoir un grand plateau qui ne passe plus, qui entraîne une grosse perte d’énergie, de la réparation barbare au burin, un porte carte qui a besoin de soutien…..mais pour l’instant les vélos roulent.

Trouvaille heureuse, le soir, à Saint Sauveur, à la fin de l’étape 31 : un super spot au bord d’une rivière pour une baignade et un apéro bien agréables.

C’est peut-être la cascade de Bramabiau à Camprieu.

Mercredi, ce devrait être l’antépénultième étape, selon les prévisions…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :