Deux jours de tests en pleines précipitations hivernales de février…


Alors que la France prend l’eau, l’heure est venue pour nous de tester les boucles du samedi et du dimanche. Quelques  équipes plus ou moins hétéroclites ont pris le départ, à une semaine d’intervalle.

Le test du Dimanche, tout d’abord, où les grosses cuisses (Ju/lkt et Oliv/Van) font trembler les chronos et où les équipes « ventre mou » (Perrine et son chéri, Bréva/Marie/Thierry, Lolo, Brunet family et Sandrine/Laure) réalisent des chronos moins prestigieux mais pas moins enrichissants pour l’expérience que vous vivrez en avril.

Les parcours VTT sont très aquatiques et brûle-cuisses, les CO en forêt et citadine sont fluides et seule la pluie s’invitant à partir de midi viendra refroidir glacialement cette journée.

La seule fois où on entend LKT se plaindre, pendant le test, c’est quand la paire Vaness/Oliv arrive, juste sur les talons des « chiens fous » pour la CO en forêt, au terme de la première section VTT, alors que les canidés avaient décollé 5 mn avant.  LKT a balbutié : « Mais, vous avez shunté ? » (ce qui n’était bien sûr pas le cas…). Ils ont eu du mal à l’accepter, mais il manquait pas grand chose pour que les mixtes soient devant eux !

Au bout de 2 h de reco, Bréva était toujours debout et il pleurait pas encore… Son fan club de groupies hystériques est  rassuré et Bréva a pu aborder la tête haute, le lundi,  les questions inquisitrices de son directeur de conscience, Alamo.

Sur le dernier long tronçon VTT, Oliv ne peut lutter, avec une charrue au cadre 2 tailles trop petit pour ses cannes, sans suspension arrière, avec des pneus été dans 30 cm de boue, avec la machine de guerre de Vaness à wattmille dollars qui grimpe les côtes sans forcer alors que l’autre marche en poussant sa bécane. C’est bien un problème de tos avancera LKT plus tard, mais pas où on croit  : « Faudrait changer les genoux et tout le bordel autour qui se déglingue ! »

Les chiens fous n’ont pas supporté les conditions fraîches et humides de ce we et se sont effondrés, déclinant la proposition qu’on leur mette à disposition une embarcation pour tester dans la foulée la section kayak. Ils ont préféré rentrer au plus vite en catimini se mettre au chaud sous la couette avec un plateau de nouilles, pendant que les forces vives de l’assoce mettaient tout en oeuvre pour envisager les différentes options possibles que les concurrents du raid pourraient être amenées à prendre le jour J, montrant ainsi leur grande rigueur organisationnelle, contrairement aux brouillons besogneux susnommés, adeptes du travail vite bâclé.

Pour le compte rendu en image, on n’a rien à vous soumettre, ce gros naze de Ju, qui s’est baladé pendant des heures avec une GoPro sur le crâne, n’a pas été foutu de sortir une seule photo des 14 cobayes testeurs (quand même !) qui ont participé à cette aquaventhure…

Le test du samedi s’annonce moins froid et moins humide, avec des parcours VTT plus roulants, des sections bien rythmées. Seulement 6 candidats à la douche, en 2 équipes (Toph/Toch/Bréva et Marie/Oliv/Thierry) sur la ligne de départ à 12h30 pour une CO d’une quinzaine de minutes qui permet d’étalonner les équipes dès le début sur de l’orient individuelle. Le chemin en descente conduisant à la balise 1 permet de rendre notre beau costume vert encore plus respirant grâce aux ronces gourmandes.

Puis VTT suivi d’itinéraire parfois technique qui se fera sur un bon rythme impulsé par le frère de Titi, Toph, qui ne paie pas de mine au niveau costume mais a de grosses grosses cannes !

 

Ça roule et nous voilà sous la pluie dans une CO photo urbaine. Bréva vide son sac et lâche avec stupéfaction : « Je n’ai pas mes clés de voiture !?!…»Tout le monde le rassure : « Elles sont sûrement restées sur la portière et tu les retrouveras cette nuit, en rentrant… ou pas !… »

La CO, collégiale, tourne à la guerre au chrono sous l’impulsion d’Oliv. Certains d’entre nous jardinent  parfois sur le centre des ronds et la qualité des photos. C’est une CO photo très sympa, une fois habitué au format cadastre. Les leurres sont mortels, Toch prend les 2 sur le circuit A… Les points de vue des photos sont variés, mais certaines venelles ne sont pas évidentes à voir (on ne sait pas toujours à l’avance si ça passe ou pas…)

Le débrief fini, Toph nous quitte pour raison familiale et nous repartons en VTT road book photos. Une gamelle d’Oliv juste avant de prendre le tunnel sous la 4 voies nous réjouit : dans un dévers herbeux, la roue avant du VTT se bloque et la grande carcasse d’Oliv chute à vitesse – 2, tout s’est fait en ralenti façon vidéo Gopro en mode ralenti x2. Toch et Marie, juste derrière, n’en perdent pas une miette. Grandiose ! Plus loin, excellent  passage sous la 4 voie, un peu humide en ce moment…

Puis bike and run, lui aussi en road book, un parcours très sympa et amusant. L’orientation de toutes les cases au Nord est original et pas perturbant, pas plus que l’absence de distances entre les cases. Quelques infos sont moyennement fiables et vont être rapidement bonifiées (un peu de boulot de correction pour être au top le jour J).

Les 2 équipes, toujours ensemble, repartent en VTT vers l’avant-dernière étape, « la CO de nuit ». Malheureusement, sans doute trop performants, nous arrivons pour la CO alors qu’il fait encore jour. La question ne se pose pas longtemps avec le souci de jouer le jeu, nous bifurquons direct chez Thierry pour boire une bière !!! Un volet cassé et quelques déboires plus tard, nous finissons chez le voisin qui nous offre enfin le saint Graal.

Image1

Pendant cette pause éthylique, Toch  voit le téléphone de Marie posé sur une pierre : évident qu’il allait être oublié là, faut qu’il pense à lui dire… C’était sans compter sur les ravages de l’alcool, il s’en rendra compte bien plus tard, comme elle… désolé.

La nuit pointe son nez, et une fois un problème d’intendance géré (merci Jean-Yves) nous partons en quête de rubalises dans les bois. Oliv abandonne assez vite Thierry et Marie pour cause de genou défaillant, voire plus, et part en solo dans la nuit sur un rythme moins soutenu, en shuntant les balises les plus à L’Est. Les rubalises s’enchaînent. C’est une CO très agréable, sur une petite échelle donc pas de longueurs, avec une alternance de postes techniques (avec toujours des points d’attaque pour se caler) et  d’autres plus évidents ; certains postes sont magiques…

Toch effectue cette CO de nuit très sympa en mode lent avec Bréva. Ils n’étaient pas forcément partis pour tout faire mais se sont pris au jeu. Un grand moment à la balise 14 (hémicycle) au plus profond de la forêt, c’était magique d’imaginer que des gens se réunissaient ici il n’y a pas si longtemps

Bien aimé aussi les rencontres avec une vingtaine de batraciens : pas sûr de les avoir tous évités… Les sandwichs au jambon de Bréva entre la 9 et la 10, suivis d’une bouteille d’eau quémandée à 2 fumeurs entre la 10 et 11 (ils savent qu’il y aura du passage dans la nuit du 5 au 6 avril). On ne pointait pas mais la joie de trouver les rubalises était chaque fois aussi forte.

Au bout de 2h30, Thierry et Marie retrouvent Oliv au chevet des VTT, Bréva et Toch sont toujours dans la nature.

Nous partons pour la dernière étape : VTT carte couloir…  Une mise en œuvre délicate, le départ n’est pas évident si on n’est pas concentré. Thierry recale ses deux baltringues assez vite car il connait, sinon ça partait dans la mauvaise direction (Toch et Bréva ont eu la même difficulté, même en additionnant les neurones rescapés issus de sous les deux casques).

Puis tout s’enchaîne, nous faisons parfaitement coller le terrain à la carte, la carte au terrain. Petit craquage qui nous fait zapper un bout quand on quitte un longeage rocade, mais on s’en est rendu compte tard et comme on roulait à 50…

2 ou 3 erreurs plus tard – la fatigue, sûrement – nous arrivons sur le parking de départ, bondé. Y’a la fête au village. Dernier grand moment : la clé de voiture de Bréva était bien restée sur la portière, toujours là à notre arrivée à 22h15 ! Il saute sur sa voiture, rassuré, la caresse affectueusement. On croit même voir quelques larmes de reconnaissance pointer entre ses cils de biche !

Le lendemain, même programme pour tout le monde : machine à laver, canapé et JO…

Vivement le mois d’avril😉

Une Réponse

  1. Super reco dîtes donc !
    Z’êtes des sur-femmes et sur-hommes c’est pô possib’ !
    Bel esprit professionnel en tout cas. Chapeau !

    Biz les Flying’ !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :