MégalOnight 2013


C’est avec un bel optimisme (et un zeste d’inconscience) que Nours s’est embarquée sur la Mégalo avec Oliv, format Dracula, bien entendu…

Pour quelqu’un de pas habitué aux footings supérieurs à 45 mn, c’était une belle gageure de tenir le choc pendant les 10 heures de course.

Son récit :

2013-12-21 21_10_10

Départ pour Oliv’ et moi, direction la nuit la plus longue de l’année. Lui sait dans quoi il s’est engagé, moi non, je me suis fait embarquer sur un coup de tête pas bien réfléchi…

Petit repas et petite sieste dans le camion avant notre apparition « tapis rouge » dans la salle des fêtes…… Oliv’ connait tout le monde, ou presque…… les zorgas, les rados, les zéchapés, les bourdétime, la grosse ékip mixte Francis et Estelle, les Foufs… Grosse représentation du Sept-Neuf. Il me glisse : « Y’a du lourd ! »

Dsc01398

Bizette par-ci, bizette par là ……. tout en soutirant des infos aux autres concurrents sur le parcours. Ceux-ci sont équipés de manière très technique, habits de compèt’…..chaussures de compèt’…….sacs de compèt, ultra légers……

Dsc01393

Lorsque Gill veut enlever le sac d’Oliv’ de la table, il faut le rattraper in extremis, il s’est laissé avoir par les 10kgs de pierres cachées à l’intérieur. On n’est pas des lopettes !

Dsc01395

L’heure du départ est arrivée, on se met tous en ligne dehors, le temps qu’on nous distribue les cartes, à l’envers s’il-vous-plait ! On se croirait sur les bancs de l’école, avant un examen. Nous fonçons à l’abri dans la salle afin d’assembler les cartes et se mettre d’accord sur le parcours. Rapidement, on décide de partir vers l’Est, sur de la carte assez récente en forêt, sans tracer précisément l’enchaînement des postes qui paraît assez évident, nous affinerons en route. On est tipar !

Dsc01399

Nous sommes sereins, on ne va pas vite mais on gaze bien en orient’ …… on rattrape des équipes qui foncent mais font trois fois le tour de la forêt avant de trouver la tite balise rouge. Les premiers postes son shootés sans problème, ils sont assez simples car destinés également à un public de novices, sur la « Petit Poucet », en format 3 h. Premier bilan : 16 balises en 2h, sans jardinage, c’est pas si pire, même si on se doute qu’on ne tiendra pas cette moyenne toute la nuit.

Dsc05603

Quand on arrive sur les balises, qui ont un scotch fluorescent, on cache notre spot afin de ne pas alerter les autres. Oliv veut tellement bien faire dans notre stratégie camouflage qu’il percute de plein fouet  un arbre colossal de la tête, en se retournant quasi sans lumière, la main sur son spot… même pas mal….. « T’as vu, Nours, l’arbre il a même pas bougé ! » Bon, j’espère avoir toujours un père d’ici les 8h qui nous restent…….

De-ci de-là, Oliv’ fait quelques pirouettes, jambes toujours un peu raides mais pointes de pieds bien tendues, car il pleut par intermitence et le sol est glissant. Au bout d’un certain temps, je sens les tendons  directs du droit antérieur me brûler (et oui faut bien sortir sa science un peu !) ….. Je commence à avoir du mal à avancer…… peux plus courir …… sens mes tendons se déchirer petit à petit. Heureusement que mon binôme est là pour continuer à aller chercher les balises, pendant que je marche, marche…..et marche….. c’est long …….. ça démange surtout qu’on était bien parti ! Je n’en verrai jamais le bout ! C’est beau d’être kiné, mais on est les plus mal soignés !

Dsc05607

À cinq heures de course, il faut envisager le retour qui risque d’être laborieux puisque même la marche est devenue hyper douloureuse pour moi. Nous rentrons cahin-caha, je marche en serrant les dents, Oliv pointant en courant sur de rapides aller-retour, au cours desquels il croisera à plusieurs reprises la solide équipe des Rados emmenés par l’increvable Gill.

Il y a belle lurette que j’ai paumé mon jeu de cartes, échappé de mon sac ouvert pendant un épisode de course… Plus loin, je dois attendre Oliv’ à un carrefour. Il  n’arrive pas, c’est long, il caille sa mère, il pleut. Une solution de génie me vient à l’esprit pour rester éveillée : jouer à Candy Crush ! Le père et sa fille se rejoignent enfin. Oliv’ me rassure : « On arrive dans 3 km »…

10 km après, on croise un âne qui se demande ce que font ces drôles d’énergumènes dans son jardin …… et si on montait dessus pour aller plus vite ??? L’âne n’est pas d’accord.

L’arrivée apparaît enfin !! Au bout de 9h. Fin du supplice ! Comment ça y’a pas à manger ???? Ben oui, on est les 2èmes arrivés, même s’il nous manque un paquet de balises, et le petit déj n’est pas encore servi. Petite sieste dans le cam’s avant de prendre la route.

Oliv’ conduit pendant que je comate derrière. Quand j’émerge enfin, je prends le volant. Arrivés à 10 minutes de la maison, je décide de prendre à droite à un rond-point …… « Qu’est-ce que tu fais !!!!!!!!?????? » gueule Oliv’ en s’emparant du volant ….. Je fais une embardée, monte sur le rond-point, fait trois tours dans son slip ….. « Ben, je rentre à la maison ! » Le cœur de mon passager bat à 10 000 à l’heure….. y’a encore l’adrénaline des balises qui coule dans son sang ! C’est que lui, il rentre par la gauche, faut pas changer les habitudes des anciens !

La maison salvatrice apparaît enfin. Fin de l’avent’hure…

Quelques images :

*

8 Réponses

  1. Bravo Nours, récit sympa, j’a bien rigolé. T’as ramené ton père vivant c’est bien. Lui aussi a subi la malédiction de l’arbre qui bouge au dernier moment, ça ne frappe apparemment que les sportifs d’un certain âge mais c’est chiant (il t’en dira plus). C’est un phénomène à rapprocher de la côte qui s’éloigne quand tu nages.
    Soigne bien les tendons directs de ton droit antérieur et en attendant prend soin de ne solliciter que les tendons indirects de ton gauche postérieur.
    Biz et à +

  2. Très beau récit plaisant…
    Dis moi Oliv, entre ça et le HRP, tes enfants ont le choix ou alors ils sont obligés d’aller en vacance avec papa ?

    • En fait, c’était écrit en tout petits caractères, après un astérisque, en bas d’un contrat qu’ils ont signé avec moi il y a très très longtemps, au début de notre collaboration…

  3. Bravo Nours !
    T’es »prouesses » physiques montrent que tu es la digne héritière de ton père…

  4. je pense que apres avoir epuiser tous les copains ,les collegues flying les amis, et pas amis il lui reste plus que la famille  » » » » attention a toi Lydie ton tour arrive!!!!!
    titi
    bravo a ton recit Nours

  5. Nours, tu es la digne héritière de ton père, même en ayant tous les tendons inférieurs aux épaules complétement HS, tu continues à avancer quand même, Chapeau !!!

    Notre sport de barjots est super beau quand le cerveau est plus fort que le reste de la mécanique, c’est bien ce que je dis depuis longtemps, l’entraînement çà ne sert à rien, il vaut mieux préparer ses neurones tranquillement devant la cheminée, à la maison afin d’être au top du top une fois dans la forêt avec les copains…

    Et finalement, j’ai constaté une fois de plus que tout est dans la tête, car je suis certain que si Oliv’ avait fait la Mégalo avec Marie, c’est lui qui aurait économisé ses petites papates, tandis que là, il a toujours couru comme un lapin (Moitié Myxomatosé, je vous l’accorde) pour ménager au maximum sa petite fifille chérie.
    Je peux l’affirmer, il a toujours couru car nous les avons croisés un paquet de fois et Oliv’ courrait tout le temps (Peut-être qu’il commence à essayer de me mettre la pression pour la Marais Night 2014 !!!)…

    Bref, maintenant c’est au tour de Lydie, Affaire à suivre….

    Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et à tous,
    Gill

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :