HRP 2013 : Alimentaire, mon cher Watson ! (26/28)


HRP 2013 – 28 jours entre Hendaye et Banyuls

Jour 26 :   Alimentaire, mon cher Watson !

Image1

Pendant que nous rangeons le camp, un Transpyr déboule du petit sentier que nous allons bientôt emprunter dans l’autre sens : Eneko, un basque Espagnol qui navigue en solo et espère boucler la traversée en 30 jours.

 Image3Image4

Deux heures plus tard, à la maison forestière de l’Estagnol (1479m) surprise ! On tombe sur les Inox, en virée dans le coin, qui nous traquent depuis deux jours. Sans infos très précises sur notre position, leur tâche n’était pas des plus faciles et ils n’étaient pas loin de renoncer, ça s’est joué à dix minutes à tout casser. Philippe dira que c’est comme chercher une ciste, qui plus est, mobile…

Image6
Très affamés, nous avions projeté de finir le peu de vivres qu’il nous reste à cet endroit et de tenir jusqu’à Amélie-les-Bains, lieu de notre prochaine possibilité de ravito. Apitoyés par notre maigreur, même s’ils nous trouvent plutôt en bonne forme, les Inox nous offrent en plus leurs chtites provisions. On crève tellement la dalle qu’ils proposent même de nous faire des nouilles quand on passera à proximité de leur véhicule, dans une heure. Proposition acceptée avec enthousiasme !

hrp2

hrp1

Image7 

On les quitte, après qu’ils nous aient gavés comme des oies, pour une longue piste interminable en plein cagnard. Col de Formentera (1133m), col de la Reducta (875m), ça descend régulièrement.

Peu avant que la piste se transforme en goudron, Oliv se déconcentre en observant la manœuvre d’une voiture et patatra ! Glissade sur les petits cailloux, troisième pliage à donf de la jambe droite assorti d’une entaille sur la paume de la main, bientôt en sang. Le baromètre du mental reboosté par la rencontre avec les Inox prend une grosse claque et plonge dans les tréfonds…

La suite de la descente sur Amélie-les-Bains (220m) est un vrai chemin de croix : jambe niquée, main en sang, et toujours cette sorte d’infection urinaire que les antibios peinent à solutionner.

La petite ville de curistes est finalement atteinte. Il y a à peine 24 heures, on était au sommet du Canigou 2,5 km plus haut… Finalement, une seule pelle sur un si gros déniv’ c’est pas si pire…

Image8

Kikos part aux courses bouffe et médocs pendant qu’Oliv’ s’abourde au pied d’un palmier, sur la place, au milieu des curistes tuant le temps dans l’attente de leur pitance du soir, en écoutant un vieux musicien chanteur de rue.

Nous assistons à une longue altercation entre une alcoolique vindicative perchée sur le balcon du troisième, au dessus d’un bar, et le musicos à qui elle reproche sans relâche de ne pas payer de droits à la SACEM. Finalement, il filera juste avant l’arrivée de la police.

Voyant l’état de délabrement physique d’Oliv, une femme, peut-être aussi incommodée par l’odeur, nous file une super info : à 200m de là, se trouve un lavoir dans lequel coule une source d’eau chaude. Super plan ! Oliv part faire une méga toilette/lessive. C’est dommage qu’il nous faille enchaîner en cette fin de journée, car il y avait moyen de prendre un bain de ouf en bouchant la bonde d’une des quatre gigantesques baignoires. Mais pour cela il fallait patienter au moins deux heures pour le remplissage.

Kikos est revenu des courses et nous sacrifions au rituel du méga-goûter avant de charger les sacs à toc. Arnica, anti-inflammatoire pour Oliv. Nous sommes prêts à repartir, nous allons prendre congé de nos mamies groupies curistes quand les Inox déboulent sur la place. Ils sont surpris de nous voir,  loin de penser qu’on serait encore à bouiner à Amélie à cette heure-ci.

Image9Image10

Il nous reste deux petites heures de montée pour atteindre Can Félix (782m) lieu où nous avons planifié de poser notre bivouac du soir. Le fait d’avoir bien mangé ce midi avec les Inox, puis à Amélie, avant de reprendre la route, a bien rechargé les piles et la patate est revenue. Alimentaire, mon cher Watson !

Image11

LE FILM DU JOUR :

JOUR D’AVANT     RETOUR ACCUEIL      JOUR SUIVANT

***************************************************************

 

2 Réponses

  1. Moi aussi j’ai toujours pensé que plus on mangeait, mieux ça allait !

    Bon, ça commence à sentir « Mare Nostrum » comme disait JC.
    (Non Ju, c’est pas Jean Claude, ni Jésus Christ, pas même Jacques Chirac…)

  2. c ki alors ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :