HRP 2013 : Une saucisse dans chaque main (17/28)


HRP 2013 – 28 jours entre Hendaye et Banyuls

Jour 17 :  Une saucisse dans chaque main

Image2

Nous partons vers 7h20, en même temps que le couple de Belges qui a partagé notre aire de bivouac. Mais comme nous progressons plus vite, nos chemins se séparent rapidement.

Nous peinons un peu à trouver le départ du sentier qui monte en lacets dans la forêt. Nous y croisons un Transpyr Français qui fait la traversée en solo, dans l’autre sens. Il nous promet une arrivée compliquée à Alos de Isil.

Image3

Au Port de la Bonaigua (2072m) dans un environnement métallique de station de ski nous tombons sur la Guardia Civil. Par la route, un jeune cycliste Belge atteint le col, nous l’y photographions sous le panneau, pour son album souvenir.

Plus loin, après un tronçon sur le bitume, nous attaquons une montée « dré dans l’pentu », sauf qu’on se goure un peu de pentu : on est trop à droite et, en haut, ça correspond pas bien. Il faut corriger à l’arrache, sur les courbes de niveau, pour recoller à l’itinéraire.

Image5

Col d’Estany Pedo (2330m), belle vue. La marche devient compliquée, parmi les blocs piège semés dans les rhododendrons. Un isard débusqué part pleine balle dans la descente à travers névés et rochers, direct, sans se poser de questions, et il garde le contrôle sans se rêcher, ça fait rêver…

Image4

À midi, nous pique-niquons au bord de l’estany de Garrabea (2165m) avant d’attaquer un cheminement de nouveau complexe, une succession de montées et de descentes hors sentiers, à travers une végétation basse piégeuse, de grands éboulis, des ruisseaux… C’est très sauvage, nous voyons de nombreux isards.

Dans l’après-midi, nous passons à proximité du refuge Gracia-Airoto (2200m) où nous tombons sur un groupe d’Allemands : deux pères accompagnés de cinq ado(e)s. Ils viennent juste d’attaquer un tronçon de la HRP, se sont perdus, ont shunté des difficultés et visent, comme nous, Alos de Isil dans la soirée. Vu l’état de la troupe, on se dit que c’est pas gagné pour eux…

Ils n’ont pas l’air de stresser. Nous faisons la pause goûter ensemble sur une grande table en bois à côté du refuge, mais les menus diffèrent : alors que nous trempons une part de gâteau dans une timbale de café, les Teutons s’empiffrent de charcuterie. Rassemblant quelques souvenirs scolaires, Oliv converse dans la langue de Goethe avec un des pères, nanti d’une saucisse dans chaque main. Le plus costaud des ados trimballe un kolossal sac de l’armée anglaise avec de nombreuses poches remplies de victuailles, qui doit peser au moins 25 kilos…

Au moment de les quitter, alors que leurs agapes ne sont pas terminées, Oliv s’approche du costaud, un gros caillou dans les mains, et fait mine de le déposer dans son sac en lui demandant de l’amener pour lui jusqu’à Alos de Isil. Gros éclats de rires tonitruants, claques sur le ventre, des postillons à la saucisse volent dans toutes les directions…

Nous quittons la joyeuse troupe, pas pressée de reprendre la route. Plus loin, dans une descente, entre deux névés, nous doublons un couple de jeunes Hollandais qui prévoient de s’arrêter ici pour poser le bivouac car la nana est claquée.

Nous tombons bien plus tard sur une piste. Il y a moyen de couper les nombreux lacets grâce à des shunts mais le terrain est tellement accidentogène qu’on ne le tente pas, vu la propension d’Oliv à se péter la gueule dans les descentes pas trop aseptisées. Nous faisons de la distance par de grands détours jusqu’aux granges de Moredo (1700m).

De là, nous mettons encore deux heures à cheminer dans une belle grosse descente merdique à travers une pampa hostile, avec une orientation difficile à gérer, pour enfin atteindre le village d’Alos de Isil où nous espérons ravitailler sommairement et, avec un peu de chance, nous faire offrir une douche.
Ben ça risque pas, c’est « Délivrance » ici ! On s’attend presque à voir surgir le gamin qui joue du banjo…

Pendant que Kikos part à pinces sur le bitume pour ravitailler à Esterri d’Aneu, à 12 km, avec l’espoir qu’un des rares véhicules passant sur cette route voudra bien le charger, Oliv entreprend toilette/lessive au lavoir… jusqu’à ce que, bizarrement, le filet d’eau se tarisse subitement, un peu comme si, en amont, une main scélérate avait fermé un robinet.

Vers 21 heures, Kikos réapparait sur la route, toujours à pinces, son sac à dos chargé, accompagné de deux lascars. Il a réussi la mission ravito, s’est fait en partie véhiculer à l’aller comme au retour, et a même fait connaissance avec un groupe qui nous offre la douche du soir.

Ils logent dans une partie plus civilisée du village, que nous n’avions pas soupçonnée en y arrivant par la montagne. L’accueil y est plus conforme à ce qu’on s’était attendu à trouver, suite à la lecture du topo.

Le couple de jeunes Hollandais passe devant nous, la nana s’étant refait la cerise, ils ont décidé de continuer et ne se sont pas posés dans la montagne pour la nuit.

Bonne douche chaude, petite binouze offerte en terrasse pour patienter, le reste du groupe arrive. Ils sont 7 mecs à venir décompresser ici, dans la maison de famille de l’un d’eux que le grand-père avait abandonnée sous la dictature Franquiste.

Nous les quittons pour aller installer la tente en sortie du village, dans une prairie, en bord de route. Repas pantagruélique sous la toile : pistaches, olives, poulet, chips, madeleines… 23h, on se couche au terme de cette nouvelle « bonne petite journée de récup’ »…

Image7

LE FILM DU JOUR :

JOUR D’AVANT     RETOUR ACCUEIL      JOUR SUIVANT

***************************************************************

2 Réponses

  1. C’est à cause de l’Inox qu’il a fallu attendre quelques jours pour bénéficier de cette suite pyrénéenne.
    J’ai au moins appris que si je dois marcher un jour, je le ferai avec des allemands !

  2. salut les gazos !
    je suis le transpyr croisé ce matin là
    j’ai lu tout votre récit avec délectation et parfois avec une bonne barre de rire ,la vidéo best off est vraiment chouette !!!
    juste une chose pour la prochaine n’oubliez pas les mini crampons
    cela peux vous sortir d’un mauvais pas
    a une prochaine sur la haute !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :