HRP 2013 : Cougar Baby Love (16/28)


HRP 2013 – 28 jours entre Hendaye et Banyuls

Jour 16 :  Cougar Baby Love

Au bout d’une heure de progression, nous atteignons le Port de Rius (2320m), sur la ligne de partage des eaux entre l’Atlantique et la Méditerranée. Nous éviterons donc dorénavant de pisser dans les ruisseaux, afin de ne pas prendre le risque de nager dans notre urine, dans deux semaines, à Banyuls…

Image2

Grosse lessive au bord de l’estany Tort. Il fait beau, le linge va sécher rapidement pendant la progression, accroché sur les sacs transformés en tancarvilles.

Image3

Nous atteignons en fin de matinée le refuge de la Restanca (2000m). L’endroit est assez chicos, fréquenté principalement par des Espagnols, randonneurs à la journée. Nous étalons notre barda sur un coin de la petite terrasse et lançons le repas, avec comme principale distraction l’observation des différents arrivages de randonneurs.

Bein, on n’est pas déçus, y’a du lourd ! Mention spéciale à un groupe formé d’un mec et quatre nanas, autour des cinquante ans. L’une d’elle, pas vraiment de première fraîcheur se pavane avec un tout petit short ras la moule, un peu incongru au milieu de cette foule plutôt smart. Nous la baptisons aussitôt « Cougar Baby Love »…

Après qu’ils se soient rapidement ravitaillés, que Cougar Baby Love ait bien énervé tout le monde sur la terrasse, ils sont sur le départ, alors que sur notre réchaud l’eau bout pour un petit caoua.

Les filles sont déjà descendues de la terrasse et s’apprêtent à prendre le chemin, lorsque le mâle dominant, resté en arrière, prend ombrage de cette prise d’initiative de lèse-majesté. Il se précipite alors dans l’escalier en bois, se pète la gueule cinq marches avant la fin, se nique la cheville, enchaîne mine de rien en boitillant pour se placer en tête de colonne afin de montrer qui c’est le patron. Nous le baptisons à son tour et il hérite du sobriquet de « Petit Coq »…

Il a repris les choses en mains, la colonne va pouvoir s’ébranler dans un bel ensemble, Petit Coq en tête conduisant son troupeau de dindes au pas de l’oie, Cougar Baby Love fermant la marche afin que nul n’ignore son improbable déhanché …

Nous partons peu de temps après, dans une autre direction, sur une montée sévère qui conduit au lac de Cap-de-Port. Sur nos traces un jeune présomptueux cherche à nous reprendre, il vient nous taquiner les jarrets avec force impacts de bâtons sur le sentier, genre qu’on n’avance pas assez vite pour lui.

On trouve qu’il se la joue un peu trop. Il ne va pas nous soûler longtemps, celui-là ! On allonge la foulée, il s’accroche un peu, on en remet une couche, bientôt son souffle devient plus fort, et il finit par décrocher…

Y’a pas eu besoin qu’on se concerte pour ça, ce genre de chose se fait naturellement. Et, heureusement, on n’est pas compèt…

Image8Image9

Plus tard, sur les cols, on prend l’orage, il faut se déguiser pour jouer à Tintin au Tibet sur les névés. Puis descente vers le barrage de l’Estan Major. Bullage, sieste au soleil, goûter… et ça repart.

Image11

Nous sommes bien claqués, Oliv s’en prend encore une belle, en se pétant la gueule d’un énorme bloc qu’il fallait descendre et qu’il a abordé raide comme un bout de bois. Les deux jambes sont parties en avant dans le vide avec un bel ensemble et toute la carcasse s’est abourdée lourdement sur le sol. Heureusement le sac a protégé le dos…

Image13

Une dernière descente bien crainteuse, à l’arrache, en navigation entre les barres rocheuses et la végétation basse, afin de rejoindre une piste, à proximité d’une des deux sources revendiquées de la Garonne, dans la vallée de Saboredo.

Une tente est déjà plantée, elle contient un couple de Belges, engagés sur un tronçon de la HRP. Particularité peu ordinaire pour des ressortissants du plat pays : madame est guide de montagne !

 Image16

Repas rapide puis badaboum ! Re-orage. Chacun sous sa tente et fin de la journée.

LE FILM DU JOUR :

JOUR D’AVANT     RETOUR ACCUEIL      JOUR SUIVANT

***************************************************************

Publicités

3 Réponses

  1. « Pas de première fraicheur » et « à raz la moule »… Quand on sait ce que peut donner une moule pas fraiche, on n’a pas envie d’aller faire un tour là haut… Faut mieux se promener à Chatellaillon à marée basse !!!
    Quand on compte les gamelles d’Oliv, je suis surpris qu’il soit arrivé en bon état.

  2. donne envie de faire plein de dessins c’t’ histoire …

  3. Merci de nous donner des nouvelles des belges (Women guide de haute montagne!) Particularité à leur rajouter, ils sont distraits !!!!!

    On les avait rencontré au camping de Bielsa, vue au départ le lendemain à l’Hospital de Parzan et perdu de suite car ils avaient oublié…………… les piquets (leurs bâtons !) dans le taxi qui les avaient monté de Bielsa.
    Notre assistance avait réalisé un contact téléphonique avec le taximen, voleur malgré lui et depuis plus de nouvelle.
    On est rassuré, ils sont pas resté au piquet !!!!!

    Pour les orages avec du recul on en a eu beaucoup sur nous mais ils font parties intégrantes de la traversée autant que les sommets et les cours d’eau. Sans eux le HRP n’aurait pas eu le gout de l’HRP.

    PAG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :