HRP 2013 : Une chanson de Gainsbourg nous trotte dans la tête… (7/28)


HRP 2013 – 28 jours entre Hendaye et Banyuls

Jour 7 : Une chanson de Gainsbourg nous trotte dans la tête…

La journée commence mal, dès le lever : le réchaud ne fonctionne plus, le gaz ne sort pas de la bouteille. Finalement, après un démontage-remontage en règle, une coloscopie de l’engin et quelques réglages fins, ça refonctionne correctement, il y aura du café chaud au petit déj…

Nous attaquons la journée par la montée au cirque d’Ansabère qu’on avait effleuré la veille par la Table des Trois Rois. Nous arrivons à une bergerie (1560m) où on se ferait bien un complément de bouffe à base de fromage, mais il n’y a personne. Tout est ouvert, sur la terrasse des tomes, un tranchoir, une balance, des sachets plastique. Après avoir appelé pendant une dizaine de minutes, au moment de partir, on décide de s’auto-vendre un morceau. On coupe une part, laisse un peu d’argent sur la table avec un mot explicatif.

Nous sommes engagés dans la montée, lorsqu’on voit, en parallèle, le berger qui redescend en compagnie de deux patous. On le hèle en agitant le sac plastique qui contient le morceau de fromage. Il n’a pas l’air content et agite le bras pour faire signe de le rejoindre. Nous lui expliquons l’affaire, il s’empare du sac et, dans un grognement, nous intime de le suivre à la bergerie pour peser le morceau. On redescend donc sur ses pas. Il pèse, nous surfacture l’achat en grommelant et nous le quittons sans regret. Doit y avoir quelques années qu’il est sorti de l’école de commerce celui-là…

Image1Image2Image3

En haut du cirque, nous passons la crête frontière (2032m), côtoyons quelques lacs côté espagnol, discourons avec des bovidés, retrouvons la France au col de Pao (1942m), parcourons les courbes de niveau sous les crêtes dans le parc naturel des Pyrénées,  slalomons entre les blocs de poudingue. Notre route coupe celle qu’empruntaient ceux qui, pendant la guerre de 39/45, fuyaient la France pour se réfugier en Espagne.

Image4Image7

Il fait chaud, nous faisons les pauses torse poil. Au bout d’une semaine de ce petit jeu, on a, à l’évidence,  perdu quelques kilos : on n’a plus que la peau sur les os. Mais jusqu’où cela s’arrêtera t-il ?

À 15h30, on se baigne dans le lac jouxtant le refuge d’Arlet (2000m). Nous pensons recevoir bientôt un coup de fil de David en train de faire bronzette sur une plage… Arlet, David sonne….of a beach… Une chanson de Gainsbourg nous trotte dans la tête…

Bivouac dans une forêt, à une ou deux heures du Somport.

LE FILM DU JOUR :

JOUR D’AVANT     RETOUR ACCUEIL      JOUR SUIVANT

***************************************************************

2 Réponses

  1. C’était pt’être au berger qu’il fallait faire une coloscopie…
    A part ça, les paysages sont vraiment magnifiques !

  2. digne des meilleurs moments d’interville !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :