HRP 2013 : Le pain de Madame Inda (3/28)


HRP 2013 – 28 jours entre Hendaye et Banyuls

Jour 3 : Le pain de Madame Inda

Décollage à 8h, Jean-Pierre se joint à nous. Après la crête frontière, au col Beorzu Argibel (950m), plongeon sur la France, en direction du village des Aldudes (370m) où on compte ravitailler à l’épicerie. Pas de bol, le commerce n’ouvre qu’à 15h et la matinée est à peine commencée… Déjà, l’année dernière, un dimanche, nous étions restés sur notre faim. On est vraiment maudit des glandes pour les ravitos, dans ce village !

Petit dépannage d’achat de bouffe dans un gîte, et, pour la deuxième fois, madame Inda nous offre un pain qu’elle sort de son congélo. La classe, tout simplement…

Elle ne se souvenait plus vraiment de nous, habituée qu’elle est à venir en aide toute l’année à des mendiants échoués sur la place à côté de sa maison. Son mari, par contre, avait gardé le souvenir de notre passage.

mr et mme inda

Avant de repartir, nous prenons un bain revigorant dans l’eau glaciale de la rivière. 

Nous cheminons avec JP jusqu’à la fontaine du col d’Hauzay (965m), avant la redoute du Lindux. Là, il décide de nous laisser filer, le rythme étant un peu trop soutenu pour lui. Nous pensons ne jamais le revoir. Erreur !

Oliv souffre pas mal d’une hanche depuis le début. Alors, au col de Ronceveaux (1057m), il aborde un cycliste espagnol qui arrive par le goudron et dans un sabir interlope quémande un anti-inflammatoire. Le cycliste finit par comprendre à peu près et propose une pommade plus quelques cachets dont il ne connaît pas trop l’usage, peut-être un truc contre les règles douloureuses… Mais bon, dans le doute, ça devrait le faire… ou pas…

Col Lepoeder (1430m), col d’Arnostéguy (1236m), col d’Azpegi (1040m). Un peu de hors piste mais l’orient’ est beaucoup plus facile que lors de notre tentative de l’an passé, en raison de l’absence de brouillard.

Image11

Kikos assure comme un chef : sûr de lui, il verrouille fréquemment, se pose les bonnes questions au bon moment, recoupe les infos, est rigoureux dans la relation carte/terrain, prend des azimuts à la boussole-pouce, trouve le meilleur cheminement quand c’est compliqué. Oliv s’en remet totalement à lui et se dit que, livré à lui-même, il serait encore en train d’errer sur la plage de Capbreton, à la recherche de la sortie d’Hendaye…

Image14

Plus loin, toilette et lessive dans un abreuvoir. On termine la dernière demi-heure en slip et en tongs sur la piste. Nous croisons des personnes, un peu scotchées de nous voir dans un tel équipage…

Image12

Bivouac à 20 h dans un abri métallique au col d’Orgambidé (988m). Kikos n’aura pas, cette fois-ci, à monter et démonter la tente.

LE FILM DU JOUR :

JOUR D’AVANT     RETOUR ACCUEIL      JOUR SUIVANT

*****************************************************************************

Publicités

Une Réponse

  1. Un cycliste espagnol qui grimpe une côte a forcément des pillules magiques…
    Très belles images, jusqu’a ce qu’on vous aperçoive en calçon…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :