Aveyron Adventure Race 2013


Pour cette épreuve du championnat d’Europe, la marche n’était pas évidente à franchir pour les 4 flying engagés et les états d’esprits étaient assez différents :

photo-flyingaventhure

Ju était plutôt confiant. Il se sait sûrement le maillon le plus fort physiquement de l’équipe et a déjà une expérience des raids longs avec le canéo en 2008. Sans avoir d’ambition démesurée au classement, il ne se voit pas  ne pas finir l’épreuve.

Vaness, en bonne anxieuse malgré sa grande expérience des raids, s’est entraînée régulièrement et sérieusement. elle s’est donné les moyens d’aller jusqu’au bout , avec l’espoir d’une place honorable.

LKT, pour qui les raids longs sont complètement inconnus, a essayé de tout travailler : VTT, course à pied avec sac chargé à 5 kg,  et orientation à raison de 4 à 5 sorties par semaine depuis 4 mois. Sa hantise : ne pas pouvoir suivre le rythme des 2 psychopathes cités précédemment.

Marie elle aussi part dans l’inconnu mais avec un énorme handicap supplémentaire par rapport aux autres:  elle n’a pas su trouver le temps de s’entraîner. De plus, elle s’est faite une petite entorse à une CO la semaine précédente. Difficile de se présenter dans de plus mauvaises conditions à un raid !

L’équipe avait cependant 2 atouts de choix : Alamo et Bréva, qui, en assistants modèles ont acceptés de sacrifier une semaine de leurs vacances pour assurer l’assistance du team.

IMG_2039

Un joker de luxe  attendait aussi l’équipe sur place : Gilles des RADO avec sa femme. Leur soutien ne sera pas de trop…

DSC02891

J-2 : Vaness, Ju, Alamo et LKT récupèrent et aménagent au mieux le grand fourgon fourni par notre sponsor : Mullot Location. . C’est une fourmilière entre le local de l’assoce et le cams. ça bouillonne dans les têtes, Il ne faut rien oublier !

DSC02866

DSC02885

DSC02886

DSC02887

J-1 : Départ  avec 2 véhicules : le cams et la voiture de Marie, vers Laguiole pour y retrouver le 2ième assistant: Bréva, puis direction Nant pour la zone de départ. Le voyage est décontracté et Il fait beau. Tout va bien. A Nant, on croise Gilles et sa femme qui sont déjà là , prêt à nous supporter.

J0 : Après la récupération des chasubles,des doigts,  des cartes, puis le briefing, c’est l’heure du prologue qui déterminera l’ordre de départ (toutes les 30 « ) des équipes le lendemain matin.  C’est un relais 2 par 2 de 7,8 km avec 450 m de D+.

DSC_0024

Marie et Vaness ouvrent le bal. Vaness prend Marie à l’élastique pour conserver un bon rythme et passent le relais aux garçons vers la 30ième place.

DSC_0036

DSC_0054

Les 2 gars qui se sont promis juré craché de ne pas se taper dedans remontent quand même 6 équipes. Ju finira simplement cassé en deux, terrassé par un mal de ventre sûrement du à un rythme de course pas assez élevé…

DSC_0038

DSC_0062

C’est alors l’heure du traçage des itinéraires avec des options de shunt pas évidentes à trouver, jusqu’à minuit passé.

DSC_0071

Départ donc le lendemain à 8h11’30 », en 24ième position pour la section 1 de VTT de 32 km et 772 m de D+.

DSC_0079

Dés les premiers hectomètres Marie est à la traîne.  1,5 km : Marie crève. Mauvais présage ?!… un ou 2 gros portages coupent cette section.

IMG_2001

On arrive tout de même à prendre tous les postes ( qui valent 3heures), mais Marie souffre déjà, et les arrêts sont nombreux pour l’attendre et lui permettre de récupérer.

Section 2 : CO 9 km, 450 D+ :  L’équipe décide sagement de ne faire qu’une petite boucle de 4 balises car elles ne valent que 20 minutes. RAS.

Section 3 : VTT 43 km 2200 D+ : On réétudie le parcours avant de partir, pour éviter au maximum les dénivelés et les chemins incertains pouvant provoquer des portages car c’est déjà très dur pour Marie.

LKT la prend  à la laisse à chaque côte. Très vite une priorité s’impose : Préserver Marie si on veut aller au bout. Vaness et Ju prendront le relais de LKT de temps en temps pour le laisser souffler.De plus le dérailleur de Marie donne aussi des signes de fatigue et la chaîne saute régulièrement. Le rythme n’est pas élevé, mais ça avance, c’est l’essentiel.

Section 4 : trail 43 km 2200 m D+ :  On part pour 11 à 12 heures sans voir nos assistants car il faudra enchaîner par une section kayak sans être ravitaillés. Les sacs sont donc chargés : 4,5 litres d’eau + barres énergétiques+ sandwichs amoureusement préparés par nos assistants qui prennent nos commandes comme au resto à chaque ravito : le luxe !

DSC_0093

photo-19

Ju a pris Marie à la laisse. Le rythme est bon même si on marche beaucoup et que LKT et Vaness ont des fourmis dans les jambes…On récupère plusieurs équipes. On ne fait pas d’erreurs et des shunts judicieux sur cette section que l’on finira de nuit.

photo-24

photo-25

photo-26

IMG_2005

IMG_2010

IMG_2013

IMG_2016

IMG_2041

Section 5 :  kayak 20 km : Ju et Vaness embraquent en premier suivis de Marie et LKT, sous le viaduc de Millau. Magnifique !

Au départ les 2 embarcations sont à peu près groupées, puis très vite, Marie s’endort et ne peut ramer plus de 5 minutes d’affilées sans s’endormir et lorsque les rames ont la chance de toucher l’eau, leur efficacité à faire avancer l’embarcation n’est pas transcendante… Marie a à peine assez de conscience pour dire  » rocher » sans préciser droite ou gauche dans les petits rapides. Ils frisent plusieurs fois la baignade, ce qui aurait pu avoir comme effet bénéfique de la réveiller au moins !…

Section 6 : VTT 100km 3590 D+ avec CO au milieu :  On dort 50min et on se ravitaille copieusement avant d’entamer cette section à la levée du jour. On part avec un groupe d’équipe qu’on est vite obligé d’abandonner, le sommeil n’ayant pas été miraculeux pour Marie, donc elle se raccroche à  élastique derrière LKT. Les côtes sont nombreuses. On avance au ralenti. A chaque arrêt Marie s’endort sur son porte carte ou dans le fossé.

IMG_2030

IMG_2023

IMG_2019

IMG_2021

IMG_2020

Il faut trouver absolument un gros shunt. LKT, Vaness et Ju mettent toutes les cartes bout à bout (8 A4 au 1/25000!) pour trouver un raccourci pendant que Marie agonise au bord de la route. Le choix est fait de prendre beaucoup de goudron quitte à shunter beaucoup de balises. Un  seul objectif maintenant : Ne pas perdre complètement Marie et être contraint à l’abandon. Ju et LKT se relaient pour tracter la belle ( au bois dormant !). On fait 2 pauses micro sieste de 10 minutes, bref on gère ! On shunt la CO de milieu de section et après 13h de selle, on arrive hors délais pour la CO de la section 7.

Marie semble au bout du rouleau à la fin de cette section, et il faudrait reprendre par la section 8 à VTT 44 km et 1444 m D+.

Impossible, il faut faire l’impasse. Cela va sûrement nous mettre en dernière place, mais si on se lance sur cette épreuve, on risque fortement l’abandon : hors de question  ! On prend donc le temps d’une douche et on fait le transfert dans le cams et la voiture de Gilles transformée pour l’occasion en hôtel 3 étoiles pour  Vaness, Marie et LKT.  Ju, comme il n’est pas fatigué, tient compagnie aux assistants …Tant pis pour eux !

DSC02890

Section 9 : Trail 28 km 1257 m D+ : Il fait nuit. On doit partir chargés à bloc en eau et en nourriture car on ne verra pas nos assistant à la transition suivante.

DSC_0125DSC_0107

DSC_0122

DSC_0118

DSC_0115

On choisit là encore d’éviter le dénivelé. On prend beaucoup de goudron. La lassitude est là. Ju tracte Marie et on avance à 5km/h.

Pause micro sieste au milieu de la section. A ce rythme, Marie arrive encore à tenir.

Section 10 : VTT 43 km, 1444 D+ : on retrouve nos VTT mais pas nos assistants. On prend le temps de manger. On sait que cela va encore être très difficile de faire avancer Marie. On allège le parcours en essayant toujours d’éviter les chemins incertains car les différences cartes IGN / terrain sont très nombreuses. On ne se fera piéger qu’une fois, ce qui nous obligera à couper un bois à l’arrache dans un coteau de nuit. Un peu de stress pour se garder éveiller !

Pause sieste de 30′ au milieu de la section à 5h30 en attendant que le jour se lève. On se couche par terre, sur les pavasses et en 30″ on dort ! Le dérailleur de Marie nous oblige quelques pauses supplémentaires : un coup ça déraille, un coup le petit plateau ne passe plus, un coup c’est le plateau intermédiaire qui bloque…bref, même la mécanique est au bout !

On finit donc la section de jour vers 10h30.

Notre shunt section 8, nous a bien remis dans la course. Seule 2 ou 3 autres équipes sont arrivées. On est quasi assurés de passer la barrière horaire de la section 13 de kayak  le lendemain, ce qui ne devrait pas être le cas pour beaucoup d’équipes. On prend donc le temps pour dormir 1h avant d’entamer la section 11.

Section 11 : Trail + cordes+ canyon 40 km 2700 D+ : Le réveil est très difficile pour Marie. Les 3 autres sont au taquet : prépa des sacs, bouffe, ré-étude des parcours…

DSC_0131

DSC_0133

DSC_0135

DSC_0137

LKT a des problèmes de « selle », mais un passage sur le trône de 15 ‘ remettra ça en place. Ce long temps passé à l’isolement  a un peu inquiété les autres qui ont craint un malaise. C’est Alamo qui est envoyé aux nouvelles et  rassuré lorsque LKT réapparu soulagé et détendu. Pendant ce temps là, rien ne va plus pour Marie. Les nerfs craquent. Elle est au fond du gouffre.

DSC_0136

Toute l’équipe essaie de la remonter. Attachée derrière Ju, elle n’aura pas le choix : faudra suivre !

DSC_0146

Comme tout le monde, on décide de ne pas se coltiner le matos canyon pendant le trail et donc de shunter le  canyon qui pénalise peu en temps.  Le rythme de marche est correct. On dépasse même plusieurs équipes, dont les quechua ( qui finiront 1ier) et les raid 46 ( 2ième). C’est bon pour le moral, même si on sait que ces équipes ont effectués un kilométrage bien plus important que nous. Pause ravito en eau dans un resto très sympa. on est les 2ième à passer.

Quand on en ressort, 2 équipes y arrivent. On doit accélérer le pas, pour ne pas qu’elles nous passent devant avant la tyro à 4km, car cela pourrait nous bouchonner. Marie s’endort. Il faut la réveiller. LKT fait le clown. ça rigole bien et Marie marche sans réfléchir.

IMG_2042

Pendant ce moment de décontraction, on s’est en fait engagés sur le mauvais chemin. LKT et Vaness ont bien un doute, mais les différences carte/terrain sont tellement nombreuses qu’ils continuent. Au bout de 3.5 km sur ce chemin, ça queute. Quoi faire ? Remonter tout le chemin, ou descendre dans la pense abrupt à l’arrache ? Marie se rendort et s’arrête tous les quart d’heure pour des pauses pipi, caca, dodo.  C’est Ju qui tranche : « on remonte ! » ‘tain, il tracte Marie à pied depuis 80 km environ et c’est lui qui propose la remontée : chapeau  monseigneur !

LKT est fumasse de s’être planté et va passer ses nerfs en courant sur les caillasses 200 m devant. 1h20 de perdue et 7 km dans les jambes en plus. Des équipes sont repassées devant, mais ça ne bouchonne pas à la tyro. On y retrouve les quechua juste devant nous. Ils ont fait la même erreur que nous  mais s’en sont rendu compte un peu plus tôt.  On apprendra plus tard que les azimut sud loire aussi se sont fait piégés mais ont préféré couper vers le bas, ce qui fût un peu périeux. Notre choix était donc le bon.

La tyro passée, il ne reste plus qu’a dérouler vers l’arrivée de cette section à 7 km.  Le choix du bon chemin n’est encore une fois pas évidente et Vaness préfère verrouiller 10′, avant de s’engager sur le chemin de la descente, pour ne pas recommettre 2 fois la même erreur. Même en descente , tractée par Ju, Marie est à la traine. Le temps se couvre. LKT veut accélérer le pas et propose de courir par tranche de 3’. On essaie une fois, mais c’est trop pour Marie, il faut se contenter de marcher. A 2,5km de l’arrivée l’orage éclate. On est obligé de se mettre à l’abri 15 minutes, mais ça ne cesse pas. Il faut repartir ! On est sous les trombes d’eau et les éclairs illuminent le ciel. Marie se recroqueville à chaque impact de foudre. Là elle ne dort plus au moins ! On est obligé de laisser une balise à moins de 500m, c’est frustrant. Dernier kilo : il faut monter sous les lignes à hautes tensions au pied d’une usine EDF. C’est un peu stressant mais on monte. A notre arrivée, Alamo bondit d’un abri de chantier , les bras vers le ciel, son poncho imperméable flottant au vent en hurlant : « C’est les miens, c’est les miens ! » Un peu plus , et il nous embrassait papa !… Gilles est là aussi, en T-shirt et short sous la flotte et ne cesse de nous valoriser. Nous, on sait qu’on n’est pas du tout dans le coup, mais ça fait du bien quand même. Peu d’équipes sont arrivées.

On sait en plus que pas mal d’équipes ont craqués et qu’on est remontés à la 15ième place environ. Avec la barrière Kayak, on devrait encore grappiller quelques places car une chose est acquise maintenant pour nous : il ne reste que 3 sections, et même si on doit traîner Marie sur le ventre, on ira au bout.

On commence à se changer et à se prépare pour la section 12, quand la sentence tombe  : le raid est stoppé à cause de l’orage et les assistants sont invités à récupérer leurs coureurs dans la pampa. MERDEEEE!!!!! Même truc qu’à l’orient raid, on est maudit…

Les sentiments sont mitigés : On sait que c’est sûrement la décision la plus sage pour la sécurité des coureurs, car beaucoup d’équipes sont encore loin de l’arrivée mais notre choix de se garder de la marge pour la dernière barrière nous pénalise  énormément. On est sur notre faim.

Breva, Alamo, Gilles et sa femme, nous rapatrient comme des princes vers le camping, dressent les toiles et installent nos lits sous la pluie. On ne le mérite pas vraiment, mais ils sont exemplaires ! MERCI !

Le lendemain sur le podium, même revigorés par l’aligot saucisse et les échanges avec les potes d’azimut sud loire, le cœur n’y est pas vraiment.

IMG_2055

photo-36

Au delà du classement ( finalement 23ième/39  car le dernier trail n’a pas été comptabilisé), LKT, Ju, et Vaness ont le sentiment de ne pas être à leur place, au regard des heures d’entrainement, des sacrifices indispensables pour préparer des épreuves de cette ampleur,  et se sentent un peu honteux vis à vis des énergies mobilisées pour eux par les assistants et « supporters »…Marie, quant à elle, a sûrement la satisfaction personnelle d’avoir fait son maximum et d’avoir fait les efforts nécessaires en course pour ne pas contraindre l’équipe à l’abandon.

DSC_0148

photo-29

photo-cp9

Malgré la frustration, des points positifs peuvent être  tirés : l’équipe est soudée dans l’effort, les tensions de course nous ont toujours tiré vers l’avant et nous avons tous fait les efforts physiques et mentaux pour continuer à faire avancer l’équipe et ne pas abandonner.

Cette expérience supplémentaire devrait au moins avoir l’avantage de nous permettre à l’avenir,d’appréhender  et de préparer ce genre d’épreuve d’une façon optimale.

 » Tout ce qui ne te tue pas te rends plus fort »..normalement !…

Un énorme MERCI à nos assistants qui ont été extraordinaires tout au long de ce raid.

BRAVO aux organisateurs qui ont proposés un raid bien ficelé (surement un peu trop long malgré tout) et ont surtout aussi bien pensés les points d’assistances. Ainsi les assistants pouvaient aussi profiter de l’Aveyron, de ses paysages et de ses villages.

On reviendra, avec une équipe plus homogène!

Publicités

8 Réponses

  1. BRAVO à tous ! Chapeau ! Et sûr que Marie prendra sa revanche un jour !
    Bonnes vacances au calme…
    Bises
    Marianne

  2. Coucou les amis,
    no comment sur le sacrifice de Bréva et Alamo sur leurs (longues) vacances…. pendant ce temps, j’étais quasi. tout seul pour tenir la buvette du Marché Fermier de Sainte-Blandine, et j’aurais bien eu besoin d’un coup de main….
    On est très très fiers de vous, et il n’y a pas à être « honteux » (je reprends l’expression) pour le classement : vous êtes vraiment (au) top !
    J’espère que Scott ne s’est pas trop ennuyé…
    Biz à tous
    Mick – les Irréductibles

  3. Nous avons beaucoup d’admiration pour vous 4 et nous vous souhaitons bonne récupération et de bonnes vacances ! Grosses bises aux assistants aussi et à Gill. A bientôt.

  4. Bravo les flyings, moi je dit que dans ce raid ou la gestion de la chaleur, de la cohésion et du mental était primordial, vous avez était brillant et avaient largement votre place dans la bataille…😉

  5. Bravo à toute l’équipe (coureurs et assistants), vous êtes classés, c’est déjà ENOORRRME !!! au vu du massacre chez les favoris dans les 1ères heures de course… Vous avez su faire face à ts les paramètres d’un raid aventure, et c’est ça qu’est bon, moins sur le moment, j’avoue ms après coup, oui 😉 Bonne récup à tous et bravo à Marie qui a apparemment repousser ses limites physiques et mentales…
    Au plaisir
    Sportivement
    Emilien B. (N°29 Esprit Raid)

  6. Bravo à tous les quatre : Marie, Vaness, Ju et LKT mais je mettrai aussi un 19/20 (jamais de 20/20) aux 2 assistants Alamo et Bréva, car contrairement à certaines photos, ils ne se sont pas beaucoup reposés pendant tout le raid, nous pouvons en témoigner, ils étaient en permanence au service de leurs champions…
    Merci à vous 6, car Nathalie et moi avons vraiment pris du plaisir pendant 4 jours, en vivant de l’intérieur votre aventure…
    C’est vraiment dommage que le raid se soit arrêté le samedi à 22h au lieu du dimanche à 12h (Décision de la Direction de course à cause des gros orages montagneux) !
    Votre formidable esprit d’équipe (Soudée et Solidaire) commençait à payer, vous étiez en train de remonter au classement, place après place et c’est certain, jusqu’au dimanche midi, vous en auriez encore remontées au moins une dizaine, les autres équipes se fissurant de toutes parts à ce moment là (Abandons, entorses, Méga-ampoules etc…).
    Gill et Nathalie

    Pour info : J’ai commencé l’entraînement (Physique et alimentaire, l’aiguille de la balance a déjà du mal à y croire !) et je compte bien être de la partie en 2014, mais en tant que concurrent cette fois.
    Merci à vous 6, car en vous regardant sur ces 4 jours, j’ai retrouvé mon âme de baroudeur d’y a 15 ans…

    • Merci Gill, le plaisir était partagé. Tu nous donnais des conseils discrets (tu ne souhaitais pas  » t’imposer » ni paraitre intrusif) mais ces conseils ont été utiles à nos champions. Merci aussi de rétablir la vérité sur l’abnégation des assistants !
      Merci encore de m’avoir proposé de me reprendre en main en me faisant faire du vélo, mais je t’assure que ce ne serait pas une synécure !
      Merci enfin pour le plus important : nous avoir apporté des bières fraiches… (véridique !!!)
      Tu passes au café à ste Blandine quand tu veux.

  7. Félicitations à tous, encore une belle aventure partagée.
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :