Raid de Thouars, un raid de triathlètes


Dernier week-end des vacances de Pâques 2013. Marie et Oliv sont allés se mesurer à des triathlètes survitaminés et surentraînés sur le raid de Thouars, raid privilégiant le physique sur l’orientation…

Reprise de la saison  des raids à Thouars, lieu mythique où Marie se rend chaque matin pour travailler… Le ton est donné au briefing, deux sections  CO  avec des balises, le reste des épreuves est en suivi d’itinéraire, ça va donc aller vite sur les parcours, il faut qu’on fasse la différence sur l’orientation.

En attendant le début, on ajuste notre « stratégie » pour le Bike and run en validant le vélo d’Oliv, selle baissée au maximum, c’est la solution la moins pire.

Départ à 9h30, on récupère la carte de CO urbaine, 20 balises dont  4 à tracer mais comme on est un peu conditionné car « qui dit traçage dit souvent instructions sur petit bout de papier », on perd quelques secondes à trouver les azimuts distances qui sont tout simplement au bout des définitions de poste, mais on part quand même dans le premier tiers. Les postes s’enchainent bien, avec du dénivelé d’entrée qui agite le rythme cardiaque d’Oliv et on sort de cette section en 4e position avec le groupe de tête.

On part ensuite pour 10 km de bike and run, sans difficulté particulière sur l’orientation en essayant de faire des relais courts, ça passe bien. On arrive au canoë en 8e position, 4 équipes nous ont rattrapés en courant comme des balles. Avant de mettre à l’eau, il faut sangler le VTT sur l’embarcation…

On avait emmené de quoi faire un truc béton, à base de chambres à air, cordelette, mousqueton, mais on voit ceux de devant (des habitués) se contenter de la petite sangle du fond de la barcasse ; alors on copie pour ne pas perdre trop de temps, en espérant que le métallique passager jeté en travers ne nous encombre pas trop et surtout qu’il ne finisse pas au fond du Thouet à la faveur d’une manoeuvre mal contrôlée. Mais, dès les premiers coups de rame, Marie voit son amplitude de mouvement côté gauche quasiment réduit à néant, la roue dépasse et se prend des coups de pagaie. En plus, l’extrémité du guidon avec les poignées de commandes trempe dans l’eau et doit freiner un peu. D’un autre côté, c’est ce qu’on demande habituellement à une poignée de freins, alors on va pas gueuler qu’elle fasse le job… On trouve des pseudos solutions pour améliorer tout ça, mais rien de concluant.

On a rapidement un premier franchissement de chaussée, rapide et très technique, qui manque de nous faire perdre ou exploser le bicloune mais grâce à un pilotage de génie, on s’en sort indemne tous les 3 (les 2 humanoïdes et le cheval de fer).

https://plus.google.com/photos/107854943195571753489/albums/5874217947343602209/5874255496136850946

Finalement, Oliv sangle  différemment le VTT  après cette première chaussée, miraculeusement bien négociée. C’est moins pire, même si, à l’arrière, l’amplitude de mouvement reste réduite à gauche. On conserve un rythme de progression régulier et efficace, sans être forcené, et on finit la section en doublant une équipe, les autres poursuivants pointant à peine à l’horizon, à 10 bonnes minutes. On a fait le trou…

Il faut maintenant enchainer par 22 km de VTT qu’on attaque à 11 minutes des premiers, en septième position. On est dans la course et toujours en tête du classement mixte !

Le rythme est correct mais l’orientation n’est pas toujours évidente à gérer. Il n’y a pas de balises sur l’itinéraire mais des pointages humains, qui ne seront finalement pas pris en compte parce que certains bénévoles ont été un peu débordés. Ce qui fait que ceux qui ont shunté, volontairement ou pas, certaines boucles du parcours ne seront pas pénalisés.

On passe tous les points de contrôle et on arrive sur la CO en forêt avec deux équipes mixtes à nos trousses, juste derrière. Ils doivent envoyer très fort à VTT, car on n’a quand même pas perdu de temps. Il se peut aussi qu’ils aient zappé un bout du VTT, auquel cas ce serait moins inquiétant…

Image3

On trace 2 balises, les 10 autres sont cartées, et Marie décide de tourner la CO dans le sens horaire, en commençant par la 8. Il n’y a pas de choix d’itinéraire possible, une fois le sens choisi. Les deux premières balises s’enchainent bien, on croise à ce moment là la tête de course, qui en termine. A la moitié de la CO, on commence à galérer, le terrain ne correspond pas toujours à la carte (IGN agrandie), ce qui désarçonne Marie. On jardine un peu pour trouver la 11, sur un sentier non tracé, et on perd 10 min sur la suivante, la 6, qui est très mal placée. On finira par la trouver en poussant plus loin, après avoir ratissé de plus en plus large, mais le moral en a pris un coup, surtout que la grande majorité des équipes, qui tournent dans l’autre sens, tombe dessus naturellement dans leur boucle.

Du coup, on finit la CO juste après une autre équipe mixte, coup de pression ! Ils partent une minute devant nous en VTT. On est motivé pour les rattraper, pas le temps de se ravitailler, à peine celui de passer un coupe-vent parce que la froidure s’installe. Heureusement, ils font rapidement une erreur et  on leur passe devant au grès d’une belle côte, montée en marchant. Mais Marie montre de la fébrilité sur l’orient’ dès le départ, il ne va pas falloir trop déconner…

S’ensuit un mano à mano dans ce dernier tronçon VTT avec ces mixtes qui finalement termineront premiers. On arrive à les passer et à les distancer un peu physiquement en roulant « grosse plaque-tout à droite » et « compacts en équipe » afin de réduire l’influence du vent, mais ils font très peu d’hésitations ou d’erreurs de lecture de carte et nous un peu trop, ce qui leur permet de nous repasser à chaque fois.

On fera donc l’accordéon avec eux jusqu’aux deux tiers du parcours : à ce moment, on a quand même réussi à les mettre à une ou deux minutes derrière, et on continue à mettre la gomme dans un beau single track. Mais nous dévalons une route en ayant raté l’épingle à cheveux du single track. En bas, nous nous recalons ensemble sur la carte, remontons le dénivelé, trouvons la bonne musse, et on lance la chasse, car on se doute qu’ils doivent être repassés devant à la faveur de ce gros cafouillage.

Malgré nos efforts pour revenir, on franchit l’arche d’arrivée 4 min 53 derrière eux, c’est une déception. Eux, nous sont passés devant à l’insu de leur plein gré et sont tout étonnés de franchir l’arche d’arrivée en tête du classement mixte… Le malheur des uns…

Paradoxalement, on a tenu bon sur le physique et on a pêché sur l’orient’ alors qu’elle devait nous permettre de tirer notre épingle du jeu. C’est à n’y rien comprendre, ma pauvre Lucette…

Il nous reste une dernière chance avec les tirs où les bonifs peuvent aller jusqu’à 25 min… On se toise et on décide de tirer en même temps. Le verdict tombe, ils font une minute de plus que nous au tir à l’arc et coup égal à la carabine laser.

Il ne nous reste plus qu’à faire les clowns sur les franchissements sur cordes… Dommage que les chorégraphies sur le parcours acro n’aient pas été valorisées, car on avait les moyens de chopper de la bonif…

Image4

DSC07355

DSC07357

Image8

On termine donc 2e /12 mixte  et  10e /55 au scratch en 5h40 min.

Image9

5 Réponses

  1. Pas encore mis en ligne notre retour d’expérience, mais avis similaire sur pas mal de choses !
    Un peu beaucoup frustrées par le non-comptage des pénalités. On regretterait presque d’avoir joué le jeu !
    Sinon contentes de vous avoir croisés sur le raid.

    Bonne semaine à vous !

    Marie-Hélène & Anne-Claire

  2. I si pâ sûr qu’tou l’monde sait c’qu’o l’est qu’une musse…

  3. Et encore moins une muse ;o)

  4. tu restera mon idole

  5. je partage également vôtre analyse sur le déroulement du raid … manque d’orientations et de stratégies de courses..je pourrais en rajouter sur de nombreux points mais bon !!… nous étions venu avant tout pour un test d’équipe pour les  » vrai raid. ».ceci dit nous avons rencontré des personnes très sympathiques dans une ambiance très conviviale..et toujours le plaisir de voir de vrai raideur et raideuse…

    mika du team raid saumurois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :