Canyons d’automne – barranco Escomentué


Jeudi, on prévoit d’attaquer un impressionnant barranco avec de grands rappels verticaux, l’Escomentué. Je m’y étais engagé par erreur, au cours d’une de mes dernières virée, avec Titi Cuistot et surtout avec des cordes trop courtes, alors que je voulais l’emmener dans le barranco San Chines voisin.

On avait du faire des acrobaties pas possibles, s’amarrer à des points plus que douteux pour se sortir de ce pétrin, et ça aurait pu éventuellement mal se terminer. J’en gardais un mauvais souvenir, aussi voulais-je le faire cette fois-ci dans de bonnes conditions.

On s’embarque donc avec les bonnes longueurs de cordes, une trousse à spits pour solidifier éventuellement un amarrage ou installer une réchappe, une poignée jumar pour pouvoir remonter décoincer un brin, des vêtements chauds pour la nuit, au cas où on resterait bloqué en paroi, en raison d’une corde perdue ou qu’on ne pourrait pas ravaler. On embarque aussi un bout de carte et une copie du topo pour ne pas se craquer dans l’approche, là haut, où les départs des différents barrancos sont faciles à confondre. On se donne vraiment les moyens pour que ça se passe bien…

 

Après un épisode physique à remonter un ravin vertical, la marche d’approche devient vite aérienne. On domine l’embalse, les reliefs voisins, on voit les Pyrénées enneigées en arrière-plan.

 

Quelques vautours fauves prennent des pompes, des boucs sauvages détalent à notre approche, laissant leur odeur caractéristique. Comme on est rigoureux sur l’orient’ on trouve le relais de départ sans souci.

 

J’avais envisagé, lorsque nous avions fait les sacs le matin, de n’emmener que le bas de combi. Kikos avait plaidé pour le haut également, au cas où… On se rend rapidement compte que c’est lui qui le sentait bien : les premières vasques, incontournables, sont bien remplies, d’une eau très froide qui plus est. Sans haut de combi, on aurait commencé à cramer des calories de façon exagérée dès le début de la descente. Comme quoi, dans une équipe, il en faut toujours un qui réfléchisse correctement…


Ça me rappelle qu’une fois, j’avais embarqué les Inoxs dans le barranco San Chines voisin dans des conditions de vêture un peu light aussi et qu’on avait bien claqué des dents pendant plusieurs heures, surtout à partir du moment où la nuit était tombée. Putain, ça sert à quoi, l’expérience, si on ne s’en sert pas ? Réponse en thèse, antithèse, synthèse après une courte introduction, pour demain 14h…


Sylvinox a mis tout ça en images

Bon ben cette fois, rien de notable à raconter sur ces heures de descente : dans les parties horizontales, les désescalades sont techniques et physiques, normal… Dans les parties plus verticales, les innombrables rappels s’enchaînement sans souci, des ch’tits, des grands, des pendulaires, des verticaux, des sur rampe.

C’est pas comme la fois où, dans le barranco Lazas voisin, dont certains rappels aériens sont encore plus impressionnants, Magic Daniel avait du remonter sur corde pour aller débloquer tout le bordel qu’on avait laissé au relais, plus haut.

 

Finalement, on tombe dans l’Isarre, qui nous ramène au parking en une petite heure. Il n’est que le milieu de l’aprèm, on a bien envoyé, sans en avoir vraiment conscience pendant la descente. On s’est encore bien tapé dedans, les traits sont tirés…

Des grimpeurs sont dans les surplombs au dessus, on sort chaises et table pour casser la croûte en les observant, mais il se met à flotter très vite et on doit opérer un repli stratégique à l’intérieur.

Le lendemain, nous envisageons de faire un petit truc rapide, avant de prendre la route du retour.

ETAPE PRECEDENTE

ETAPE SUIVANTE

RETOUR

10 Réponses

  1. Dans le choix du matériel à emmener, c’est donc Kikos qui a raison ??? Alors oui : ça sert à quoi l’expérience Oliv ?
    Les images sont toujours aussi jolies (j’aime bien les ombres) et impressionnantes.

    • T’oublies pas le RDV demain aprèm pour la reco canoé du raid 2013, Alamo ??? La France entière attend le compte-rendu en images de chacune de tes sorties nautiques…
      Tu es maintenant une star médiatique, il te faut assumer ce nouveau statut.
      Amène une serviette, j’aurai ma Go Pro…
      Oliv

      • désolé les aminches mais demain j’fai dans l’kulturel avec les Scorpions au Zénith de Limoges… Alors j’vous laisse clapoter misérablement… Et….Still loving you !!!
        N.B. Une Go Pro, I sai pa c’quéto ko lé qu’cheu….

      • Et le reste de la journee tu fais quoi?

      • c’est Marie qui s’est proposée pour remplacer Alamo, Oliv tient toi pret ça va envoyer du lourd!
        vaness

  2. Le Roi de la Gopro sauf que pour l’instant on a vu que des photos avec ce machin 🙂
    Quand il a un appareil photo il fait des vidéos et quand il a une caméra, il fait des photos. Allez comprendrez…

    • C’est pas faux, c’que tu dis…
      Mais, don’tstress, baby, j’ai dégotté un ordi qui lit les films avec fluidité, alors y’aura sûrement quelques bouts de vidéo en ligne d’ici peu.
      à suivre…
      oliv

  3. J ‘ ai quand même du mal à imaginer une photo d’ Olive sans grimace …Cet être au demeurant tout à fait charmant se transforme inévitablement sur les clichets en abominable homme des canyons…

    Sylv.

  4. Koi ça veut dire dans le texte « les vautours prennent des pompes » ?

    • Ca ne veut pas dire qu’ils nous ont piqué nos chaussures, mais qu’ils recherchent les courants d’air chaud ascendants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :