Orient raid : la Finale GNRMN 2012


DANTESQUE, APOCALYPTIQUE, DILUVIEN, UNE AUTRE PLANÈTE….Voilà les expressions qui revenaient le plus souvent avant, pendant et après cette épreuve.

Avant : car à la vue du programme des 2 jours, on savait que ça allait être très dur : 200 km, plus de 6000 m de dénivelé positif, et pas plus de 3h de sommeil. En plus les meilleures équipes françaises sont là, avec entre autre les Lafuma, Quechua, arverne, raidlinks, LSN…habitués des raids de niveau mondial !Au vu des inscrits on peut guère espérer faire mieux que 10eme mixte…sur 11. Nos potes de sud Loire Raid Aventure (SLRA) seront aussi de la partie, il sera difficile de les accrocher, ils ont plus l’habitude de ce genre de raid que nous.

Pendant : car les conditions météo ont été effroyables. Des murs d’eau nous sont tombés dessus quasi non stop durant toute la course, des rafales de vents avoisinant 80-90km/h venaient régulièrement nous transir, et le brouillard « à couper à la tronçonneuse  » restreignait notre champ de vision au bout de nos godasses. Ces paramètres ne faisaient qu’accentuer des difficultés de parcours pourtant bien suffisantes dans des conditions normales pour nos conditions physiques de « plainards ». c’est sélectif et extrême pil poil comme on aime ! quoique…..

Après : car tout le monde en a bavé, et les échanges entre équipes autour du repas portaient autant, voire plus, sur le défi de rester en course malgré les conditions  que sur les difficultés intrinsèques des épreuves.De toute façon, secs on l’a jamais été !…

Place au CR de notre course, en relais  lui aussi !

( à noter : lkt avec une binouze, ju avec une salvetat !!!)

Pas beaucoup de photos car notre assistant de choc a une devise : « Mon gros zoom, c’est à sec ! »  Là, ni Ju ni LKT n’a trouvé quelque chose à rajouter à cela !

Au niveau de l’orga, on a chacun un doigt électronique scotché au poignet qu’on doit garder tout le WE, ceci permettant notamment de valider les 12 épreuves faites par la féminine. Du coup les 2 (ou 3) équipiers doivent pointer toutes les balises, ici pas question de se la couler douce dans un fossé pendant que son coéquipier court pointer!

Jour 1 :

Section 1 : Relais Trail + Canoë’O (4,5 + 6,5km, 190 D+)

LKT : 8h10,  10 minutes de retard sur l’heure officielle. Déjà ça, ça ne va pas nous aider à entrer dans les barrières horaires de oufs fixées par l’orga .Je pars à bloc sur la section trail, pour récupérer la carte de canoe’O pour Ju et Van. 2km de montée : je me tape pourtant dedans, et je parviens tant bien que mal à rester dans le premier tiers de course. Devant, c’est des golgoths, pas moyen de suivre ni même de les garder à vue ! Je passe le relais vers la 15ième place à Ju et Van, je suis trempé de sueur et les cuisses me brûlent déjà. je vais me mettre au chaud dans le cam’s.

canoé’o : Ju et van : stratégie habituelle, Vaness prend l’orient, Ju fait parler ses bras et rame comme un gros mulet pour envoyer du steack. La carte est une photo aérienne du lac, photo qui ne correspond plus à la réalité, ce dernier ayant été en parti vidé de son eau la semaine precedent le raid, du coup les balises sont sur les berges mais il faut marcher plusieurs dizaines de metres pour les pointer. On laisse tomber les optionnelles, on pose le kayak et on va faire 3 balises à pied. Sur le retour on fait parler les bras et malgré le vent dans la tronche et la pluie battante on arrive à doubler quelques équipes, des reste du raid canéo surement!

Section 2 : Trail + CO (14km, 510m D+): Van et LKT

Nous repartons assez tranquilles car il y a encore de la côte…Assez vite on se retrouve avec les SLRA ( Vadim et Jérome). On ne fait pas d’erreurs d’orient, pas de jardinage. Les quechua viennent nous enrhumer. Ils ont du nous passer derrière en allant sur une optionnelle. Nous , on a décidé de ne même pas penser à aller en voir la queue d’une : Faut être lucide, et le principe de réalité imposé par les barrières horaires nous interdit toute véhémence. Des trombes d’eau nous ragouillent régulièrement mais on est à l’abri du vent dans la forêt. c’est déjà ça ! Un petit groupe de 5-6 équipes s’est formé au cours de la CO et arrive ensemble au départ de la section 3. A ce moment là, on a une dizaine de minutes d’avance sur le tableau de marche qu’on s’était fixé. LKT va tenter de se réchauffer dans le cam’s pendant que Ju le remplace aux côtés de Van.

Section 3 : VTT’O (14 km, 300 m D+), Van et Ju :Ju est frais et dispo et n’a qu’une envie, faire parler ses cuisses, mais Vaness donne des signes de fatigue n’ayant pas pris le temps de s’alimenter correctement lors des 2 sections précédentes c’est la sanction, petite hypoglycémie qui ralentie l’équipage. Ju ronge son frein, 200m devant, Vaness le voit disparaitre dans le brouillard et manque à 2 reprises de le perdre. Il pleut toujours et le brouillard nous laisse par moment moins de 50m de visibilité, les chemins ressemblent à des ruisseaux, les ruisseaux sont devenus des rivières, bref c’est inracontable et inimaginable. On s’est retrouvé avec de l’eau jusqu’à la poitrine en traversant un  ruisseau qui nous semblait minuscule. Ju assure l’orient, Vaness remonte doucement de son hypo. Ce VTT’O reste une belle section, ludique et intéressante.

Section 4 : CO photo aérienne (6km 150 D+) , Van et Ju : Il est 12h45. On commence cette section, juste dans les temps qu’on s’étaient fixé. Vaness s’est refait une santé, on trottine gentillement, orientant conjointement en s’appliquant à ne pas faire d’erreurs. Le parcours est toujours très humide et il n’est pas toujours facile de courir. On retrouve les SLRA et on finira la section ensemble.

Van a mérité un peu de repos et botte le cul à LKT qui fait la marmotte dans le cams, pour qu’il monte sur son VTT, sous une pluie et un vent qui semblent avoir encore redoublé de violence….si c’est encore possible !

Section 5 : VTT suivi d’iti 25km ,( 350m D+ et 1090 D-) : Ju et LKT. il est 14h15 environ, et les organisateurs nous annoncent qu’on n’a plus le droit de prendre les optionnelles. OOOOOOOOOOHHHH , FLUTE ! QUEL DOMMAGE !!!!!

Bon ça veut dire qu’il faut quand même qu’ on se magne le train.

Houle en proue…Euh pardon : vent et pluie dans la gueule et en côte, les premiers hectomètres ne sont pas faciles à gérer  pour LKT qui est encore « froid ». SLRA nous rattrape, grâce à un raccourci du renard Vadim. Les côtes s’enchainent pas trop mal, les sentiers sont relativement roulants pour ces conditions. On fait 14km en 1 h. C’est après que ça se corse : la descente; on a plus de 1000 m de D-. En temps normal, la descente a été qualifiée de très technique par les orga, avec certains passages à pieds. Nous avec la pluie qui a rendu les dalles rocheuses glissantes comme une patinoire, on descend presque tout à pied, ce qui ne nous épargnera pas quelques ‘Candellorades » assez traumatisantes pour les chevilles ! On perd beaucoup de temps. Des équipes plus à l’aise sur  ce terrain, nous dépassent. On tente de temps à autres de monter en selle, mais après quelques mètres et 3 sueurs froides on est contraint de mettre pied à terre avant d’y laisser une clavicule , un bras ou une jambe. 2h de descente plus tard on arrive hors délai pour l’épreuve de cordes qu’on redoutait. ça , ça ne nous dérange pas, par contre on est aussi shunté pour le trail montagne de 9km pour 920 m de D+ que LKT et Van devaient faire ensuite. La c’est Van qui ne s’en plaint pas trop ! Mais elle ne s’en sortira pas comme ça, et on l’oblige à faire le VTT road book suivant avec Ju, la féminine de l’équipe devant faire un nombre minimum d’épreuves pour être dans le classement mixte. 11 équipes seulement arrivent à faire l’épreuve de cordes.

En prime quand même photos de LKT qui s’était entrainé à faire des rappels, car Môssieur a le vertige tout comme Ju d’ailleurs!

Section 8 : VTT road Book : 18 km, 760m D+ ,Ju et Van : Il fait nuit, mais le shunt, nous remet un peu dans les temps et on a jusqu’à 21h30 pour cette section. ça doit passer. Il tombe des trombes d’eau et la nuit ne va pas tarder, on s’équipe donc des gilets fluo, frontales, éclairages VTT etc… et on décide de partir ensemble avec les SLRA afin de verrouiller le parcours et de rendre la section plus agréable. La nuit c’est plus sympa de tourner à 4! Les feuilles du road book sont collées entre elles, imposant à ju et Vadim qui orientent de s’arrêter pour les tourner. On prend un peu d’avance sur Vadim et Ophélie dans les descentes mais ils reviennent sur nous à chaque cote. Ils nous lâchent dans la dernière cote, après avoir tenté de sauver Ju d’une Hypo en lui offrant une pate d’amande. Mais ce dernier n’avançant vraiment plus ils tracent. On boucle le VTT vers 21h, la pluie est toujours présente et le brouillard de plus en plus dense. Il est impossible de voir les éventuelles balises sauvages non cartées placées le long de l’itinéraire.

Section 9 : Trail suivi d’iti sur IGN (13 km annoncés, 15km effectués, 630 D+), Van et LKT : Arrivée du VTT à 21h. C’est bon, on peut faire la section 8. Van est toujours contrainte d’être en course et courageusement elle s’équipe sans couiner. Elle force le respect des 3 autres garçons de l’équipe. Juste un petit, « je marche un peu dans les côtes si ça ne te dérange pas LKT! » Tu penses que ça dérange pas : Le brouillard et la pluie ne nous permettent pas de voir à plus de 5 mètres. On devine le chemin, un coup d’oeil de 2s sur la carte on relève les yeux et hop « où c’est y qu’il y passé ce bondieu de chemin à la c…! » C’est un peu stressant. On se prend 2 bons gros » tape cul »  que l’on est presque obligés de monter à 4 pattes et qu’on redescendrait limite sur les fesses. ça chauffe ! On ne se parle pas, mais en fait on pense à la même chose : la diago c’est pas pour nous !( chapeau bas aux potes qui osent le défi !). On se plante sur une bifurque de PR alors qu’on courait pour une fois. on fait demi tour et on retombe sur les SLRA (Jérome et Ophélie) et une autre équipe qui sont un peu à la peine eux aussi. On jardine 5 bonnes minutes mais on finit par trouver le bon sentier qui était en fait à une vingtaine de mètres de notre point de rencontre initial, mais comme on y voit que dal’ !…On finira la section ensemble, par une belle prise d’azimut sauvage « dré danl’pentu » en bordure d’une falaise de 30m, pour finir les pieds dans la rivière…un peu barbare, mais on est arrivé. Il est 23h 15 environ. On n’a vu qu’une seule balise (celle qui était cartée) apparemment il y en avait d’autre sur le parcours mais le brouillard la pluie, le vent et le froid ne nous ont pas permis de les voir.

Ju dort dans le cam’s. Alamo nous attend fidèlement et nous guide vers la soupe aux patates lardons avec une petite pression pour faire passer.

Pas de douche, on s’est rincé toute la journée ! On réveille Ju et  direction en cams, sur les lieux de départ du lendemain matin. Alamo nous fait une petite démonstration franchissement de zone type trial avec le cams de LKT. On frôle la correctionnelle, Alamo mouille se liquette et finit par trouver un spot de dormage moins chaotique. L’intérieur du cams était déjà dégueulasse, là, il a fait tous les extérieurs …Il faut dire que le brouillard et la pluie nous ont beaucoup gêné en course, mais en cam’s c’était aussi l’horreur. On a explosé les temps annoncé du road book assistance sur les trajets vers les Points d’assistances. On se couche vers minuit et demi.

Jour 2 :

2h40 : Réveil : la nuit a été courte mais toujours aussi humide. Les lanterneaux se sont même mis à pisser la flotte pendant la nuit. LKT a bien tenté de trouver un récipient pour recueillir l’eau de la gouttière, mais étant donné le bordel ambiant et la fatigue, il est retourné se coucher en se disant que ça allait laver la merde qu’il y a partout au sol .

Briefing sous la pluie. On nous averti que le parcours est rendu plus difficile par la météo et que des balises ont été supprimées car à des endroits trop « engagés ».  6 équipes ont déjà abandonné et pourtant, il n’y avait pas d’équipes de pinpin ! Le départ de la section 1 est donné à 4h.

Section 10  : CO urbaine (2.5km, 30 m D+). Van, Ju et LKT :

Pour cette section qui se fait à la pince (toutes les autres étaient au pointage électronique, un doigt par équipier !), on cherche surtout à éviter les embouteillages aux balises. On tourne tranquillou, toujours accompagnés par les copains de SLRA.

Section 11 : VTT’O (24 km, 730 D+) : Ju et LKT : La stratégie a changé au petit matin. Non seulement, on ne fait pas les optionnelles, mais on voit si on peut couper des sections pour avoir un peu de marge pour les barrières horaires. Il faut absolument que Van fasse encore 5 sections sur les 6 qu’il y a  après le VTT pour être classé en mixte.

On décide donc de shunter une balise sur ce VTT. ça a l’air payant, car même avec une heure de pénalité le détour nous aurait sûrement pris plus de 3/4 d’heure. Les conditions sont toujours trés mauvaises.  A la dernière balise , problème : Ju est crevé à l’arrière. Aller, on démonte et on change la chambre. Aïe, reproblème, la pompe à Ju ,le dernier modèle de chez « machin truc », ultralight et hyper sophistiquée, à double chambre, manomètre de contrôle de pression que c’est dla bombe atomique…Beh elle arrive pas à envoyer un souffle d’air dans cette putain de chambre à air. Par contre pour gonfler grave LKT, ça, elle marche super !

Bon , faut finir en courant en poussant le VTT. Pour une fois c’est hyper roulant en descente ! LKT assis sur son VTT en roue libre, les mains sur les freins pour attendre l’autre clopin qui court avec ses chaussures à cales auto, se prend un sérieux coup de froid après son son coup de chaud du à la pompe. Du coup il refile son VTT à Ju. Il a beau avoir mal aux cannes, il préfère courir que d’attraper un pneumonie… Putain de pompe ! A ce moment là Rudy Gouy des quechua nous dépasse. Il a du prendre toutes les optionnelles et il nous rattrape ! Putain de pompe de merde !

On arrive enfin à la fin de cette section. On est bien dans les temps.

LKT va se calmer dans le cams…quand il revoit l’état du cams, il ne se calme pas vraiment. ça sent le chien  crevé la dedans !

Section 12 : il fait encore nuit. épreuve surprise pour Ju et Van:  Il s’agit d’une CO Spéléo de 4 balises dans une grotte, les balises sont à des niveaux différents, pour cette épreuve le chrono est arrêté. Vaness gère l’orient et va également ramper dans les boyaux de la grotte pour pointer, tandis que Ju tente de se réchauffer et tape la discute avec les gars d’Arverne outdoor. On enquille rapidement cette section enfin au sec, faut pas trainer, il reste encore pas mal d’épreuves et les barrières horaires risquent d’être tendues. Sur la photo du milieu c’est nous! voir article endurance mag

Sestion 13 : Trail + CO photo aérienne (4.5 km , 310 m D+) : Van et LKT.

On part au petit trop. Le suivi IGN sur le trail n’est pas évident. Il y a plein de traces dans la forêt et une trace sur la carte… On s’en sort tant bien que mal. A la fin du trail, Rudy Gouy et son équipière nous dépassent. On essaie de coller un peu en contrôlant toujours la carte. On sort du trail 100 m derrière eux et on commence la CO photo aérienne. Pas évident encore. On est sur un plateau rocheux avec des bosquets de végétation. Les balises sont planquées entre les rochers . On choppe même le première avant les machines de chez quechua ! Vaness les appelle. Voilà, au moins une fierté sur ce raid : On a aider les quechua sur un poste ! On enchaîne.  Ils partent plus à droite. On préfère garder notre azimut et on se cale sur un gros rocher caractéristique. on passe une première fois à 5 m de la balise sans la voir. On tournicote  et on la choppe. Les quechua sont bien plus a droite. Van fait un « eh oh, c’est là ! ». LKT : « Bon, on se casse, on va pas passer not’ temps à les recaler ! 😉 » On jardine encore un peu sur la suivante  mais à chaque fois on est sur zone et les balises sont vraiment peu visibles. 2 équipes de warriors arrivent de je ne sais où. Leur course est rapide mais pas précise. On manque de se faire embarquer, mais on commence à avoir un peu d’expérience ( certaines mauvaises langues diront qu’on est obtu !!) et on sait qu’on doit rester dans notre course. On trouve donc la suivante avant les autres et Van, en grande seigneur les appelle. Après ils sortent les cannes dans le pentu encombré et on ne peut plus rivaliser. On finit la section sans difficulté, toujours sous la pluie et le vent mais avec en prime un beau spectacle pyrotechnique du aux orages. faut pas traîner sur ce plateau. On ne croyait pas que c’était possible mais  les conditions empirent encore. Manque plus que la neige !

Reste 4 sections, on est dans les temps mais étant donné la météo, on préfère shunter le VTT road book que Ju et LKT devaient faire. Les orga avaient déjà averti que des éboulements avaient rendu certains passages difficiles à pieds (alors  à VTT …), que d’autres endroits avaient même été déviés au dernier moment…Alors avec l’orage et la fatigue en prime, on shunte. On se dirige donc en camion vers le départ du bike and run suivant. Même dans le cams, sur la route, c’est une épreuve de rouler dans ces conditions. Alamo, n’a pas du passer la 4ième durant toutes les transitions. On met donc 45 minutes !

Bon, il ne reste que 3 épreuves et ça doit passer tranquillou dans les barrières horaires. Van doit les faire toutes les 3 : Bike and run avec Ju, CO score avec LKT, et « petite » VTT de 13 km avec le plus frais de 2. Tout et calé,  on est prêt, mais arrivés au départ du Bike and run, c’est la drame, les orga nous arrêtent. Faut attendre qu’il y ait moins d’orage. On attends 10 minutes et le couperet tombe : course stoppée suite à un arrêté préfectoral d’alerte orage.

On est un peu déçu. On n’a pas pu savoir si notre stratégie de course aurait été payante.

On redescend à la salle de l’arrivée et là le temps se découvre comme par enchantement. On est un peu dégoûte  mais on comprend totalement la décision des organisateurs. Ils ont la sagesse de ne pas risquer de mettre en péril la santé des coureurs alors que nous, pris par la course, on aurait sans doute continuer sans réfléchir ( c’est pas notre fort !).

On cherche les potes de SLRA, on apprend qu’ils ont abandonné (snif snif !!!, ils ont du craqué.). On mange avec les frères Provost de la Clubbers team: Olivier(organisateur du raid de Civray), David et Julien

Repas express et on reprend la route entre les mains d’Alamo, pour plus de 7h de trajet.

Arrivé dans les chaumières deux sèvriennes, le raid de LKT risque de se prolonger quelques jours , le temps de remettre son cams dans un état présentable à sa femme.

Un raid de ce format et avec ce relief est quand même une expérience à refaire mais dans des conditions moins extrêmes. Maintenant on sait en plus que l’équipe fonctionne bien quand c’est la merde, alors dans des conditions normale, ça ne devrait pas poser de problème. A suivre…

Un énorme regret quand même c’est de n’avoir vu aucun paysage. On a du passer dans des endroits merveilleux et de toute beauté, dommage on a vu que de la purée de pois !

Au niveau des résultats, on finit au pied du podium en mixte (4ième) et 17 ième scratch, une bonne place acquise grâce à notre mental !

A noter également une excellente perf d’Alamo qui s’est ragouillé pendant 2 jours,  a su garder le moral et nous soutenir, a bravé courageusement la pluie et le vent pour ranger ou descendre nos VTT pendant qu’on essayait de sécher dans le cam’s appréhendant de ressortir, et nous a ramené sain et sauf (le camion aussi) à Aigonnay.

C’était un bon stage d’aguerrissement validé haut la main, maintenant tu es prêt pour tester la spéciale canoé du raid flying 2013, tiens toi prêt des les 1eres gelées!

PS: et toi Alamo tu l’as vécu comment ce raid?

Publicités

8 Réponses

  1. Ca y est, vous êtes secs ? Bravo pour cette belle perf, il y avait du beau monde et des conditions extrêmes, vous faites honneur au sept neuf ! Faut quand même être un peu fou, z’avez pensé à vos enfants sous l’orage ??? LKT, t’en es où du nettoyage camion ? Je laisse la plume à Alamo la force tranquille et dévouée même si je regrette qu’il n’ait pas pu sortir son gros zoom… A bientôt.

  2. Bravo les flying pour votre super place sur un raid où il fallait avoir du mental ! En plus c pas trop vos terrains habituels, ça relève encore la perf !

    • Bravo à vous d’avoir poursuivi l’aventure, de notre côté l’arrêt a été mûrement réfléchi sous la tonnelle matraquée par la pluie… On se racontera tout ça de vive voix le 6 et 7 avril autour d’une bière ( avec Alamo sans doute!!!) sous un soleil radieux bien de chez vous.

  3. Bravo les flying!!! Plus que qq temps avant que les quechua et autres équipes pro commencent à vous craindre fortement!!!! Continuez à fond et à bientôt j’espère…..

  4. ha bon, y a des équipes pro en france ?? bon c’est vrai qu’il y a beaucoup de profs d’EPS mais c’est un peu différent quand même ;))

  5. Je ne vais pas vous faire un compte rendu…mais vous dire que j’ai passé un week end extra – ordinaire, dans le sens ou je n’avais jamais vécu ça sur plusieurs plans :
    La météo d’abord… Le mot épouvantable est bien trop faible. Je n’ai jamais vu autant d’eau me tomber dessus pendant aussi longtemps.
    Orages eau des espoirs, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ???
    Il fallait nous voir nous dire « mais quand est-ce que ça s’arrete ? »
    J’ai aussi une petite pensée pour LKT que nous avons lachement abandonné dimanche soir avec un camion dans un état de putréfaction fétide bien avancé… « ça pue le chien crevé ! »
    La motivation des trois Flying ensuite : j’ai été le témoin d’un truc incroyable : je les ai trouvé plus motivés le dimanche matin que le samedi. Ils avaient vraiment le mors aux dents et ne cessaient pas de se dire qu’il y avait qqchose à faire. Donc bravo à tous les trois, vous m’avez sincèrement impressionné !
    Quand aux photos, je suis désolé, mais il ne faisait vraiment pas un temps à sortir son gros zoom…

  6. Félicitation à vous 4. Votre mental, même mené à rude épreuve, est sans faille.
    Alamo, merci pour tes quelques trop rares clichés. A défaut de nous montrer les paysages, l’intérieur du camion à LKT nous aurait suffit pour avoir une idée de ce milieu inhospitalier!
    (Le nettoyage du véhicule d’assistance devrait être une épreuve officielle de raid…).
    A+ et encore bravo…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :