Raid Civray 2012


Compte rendu de LKT pour les gars:

Cela fait 3 ans que le raid de Civray existe, et cela fait 3 ans que Ju me supplie d’aller le faire pour essayer de redorer son image auprès de sa belle famille . C’est bien parce que je n’ai pas d’autre équipier ( et qui boive autant que moi de surcroît !) que cette année encore j’accepte de faire ma B.A.

Les filles sont là aussi, mais n’ont pas amené les tenues fluo, car elles ont du prendre conscience de la marge que l’on avait avant de finir déguisés en drag queen.

A la rigueur cela pourrait servir à notre 3ième équipe,  qui vise la première place sur le petit raid, catégorie équipe gay…je laisse deviner de qui il s’agit, mais je ne pense pas qu’ils puissent enfiler ces petites culottes colorées, même autour d’une seule cuisse !

Après un petit brief, un départ original est donné, façon mass start, carte de CO au pied.

 C’est parti plein gaz. Assez vite, on se retrouve à 5-6 équipes en tête. On finit la CO et on prend les canoés, intercalés entre Yannis et Samuel de l’ARA, et l’équipe des locaux :  les frères Provost.

A grands coups de rames, on tape vite les ARA et on débarque premiers à la CO Show. Les 4 cartes s’enquillent bien, mise à part une hésitation sur un poste dont on ne sait de quel côté de la clôture infranchissable il est, et y a pas de dèf !

On perd quelques minutes sur le coup, mais par la suite, nos traversés aquatiques barbares nous permettent de ne pas perdre trop de temps.

On reprend les canoés juste derrière les ARA et on débarque ensemble.

On prend enfin les VTT, pour une VTT’O sur IGN. Les 2 équipes se tiennent.

Arrêt pour un jungle trail avec balises dans des grottes. Merde, la frontale a pris l’eau lors de nos traversées. heureusement, j’avais glissé une 2ième torche dans le sac de Ju , à son insu, sinon il aurait encore pleuré que son sac est trop lourd, qu’il a pas la caisse et patati et patata….

A l’issue de ce trail, je pars pour une épreuve VTT trial + tir sarba, pendant que Ju fait un rappel.

Je ne mets pas le pied à terre sur le trial ce qui me permet d’avoir 6 flèches pour atteindre la cible. Je l’atteins à la 6ième, ce qui nous épargne une petite pénalité style fil d’ariane. Samuel de l’ARA a moins de réussite que moi, et loupe la cible. Le temps étant neutralisé, on profite de ces minutes pour les chambrer copieusement. Yannis est fumasse et a déjà perdu le raid dans sa tête, mais c’était compter sans l’esprit artistique et indépendant de Ju.  Car sur l’épreuve suivante en VTT , après avoir jardiné une balise planquée dans une grotte pendant 5 minutes, Ju oublie de nous faire traverser la Charente, et nous envoie dans les orties et les ronces, les guidons frottant dans les branches et les dérailleurs arranchant la végétation basse. Maintenant y’a une trace de 500m de faite !

Au bout d’un certain temps, la végétation ayant eu raison de l’entêtement de mon équipier, on a fait demi tour. On a trouvé le passage à gué, mais y’a déjà des traces de faites ! M…….DE !

Aller, on se retape dedans. Au détour d’une petite butte, on aperçoit les frère Provost quelques centaines de mètres plus bas derrière nous…donc c’est les ARA devant !

On mulasse, on se regourre encore un peu, on remulasse, on se regourre etc… jusqu’à la CO cadastre + questions.

On nous file une carte et une feuille de questions, en nous disant : » vous répondez sur la feuille. »

On part, les frère Provost arrivent à VTT.

1ière balise : N°12 dans la grotte  : »Ju, c’est quoi la question ? ».

 » Hein ! 12 tu dis ? Y’a rien sur ma feuille ! »

Les frères Provost arrivent.

 » Vous avez une question pour la 12 ? ».

Eux :  » Ben… Non ! Mais vous avez une frontale, nous on a plus d’éclairage. »

Moi : »oui j’ai une frontale, mais rien pour valider cette 12 ! »

Eux « t’inquiète, on dira que vous étiez avec nous ! »

Ce sont les féres de l’organisateur alors y’a pas de souci. Après avoir cherché dans les 25 coins et recoins de la grotte cette fichue balise 12,  on la trouve et on pointe quand même sur un coin de la feuille de questions et on enchaine.

On quitte les frères Provost et la CO se passe sans problème.

A l’arrivée, on retrouve les ARA qui ont aussi galéré sur la 12. On reporte quelques balises optionnelles. Les Provost partent 10″avant nous et les ARA.

On perd du temps sur les frères Provost en cherchant les optionnelles, mais c’est raisonnable. En arrivant à l’épreuve suivante, une CO parallèle au score de 25′, en compagnie des ARA, on apprend que les frères Provost ont 3 minutes d’avance sur nous. On ne traine pas, on se répartie les balises.  Ju part sur la même boucle que le fou psychopathe de Yannis et moi je me retrouve donc avec Samuel.

Avec Samuel, on appréhende les postes de la même façon, et on ne se sépare pas sur les  balises que l’on cherchait. De leur côté Ju s’est accroché aux basques à Yannis, mais ils laissent 1 balise et finissent avec 4 bonnes minutes de marge . Ils auraient sûrement eu le temps de faire carton plein.

On retrouve les Provost à l’arrivée de cette CO. Ils ont laissé un poste mais ont un dépassement de temps, donc 10 minutes de pénalité minimum. C’est bon, ils ont fait une erreur, à nous de ne pas en faire pour l’emporter.

On reprend les VTT encore avec les ARA, 1’derrière les frère Provost.

C’est un suivi d’itinéraire, Yannis et Ju sont à la carte. Samuel, qui est sur son territoire lui aussi,  connait les chemins par coeur,et nous avertit du petit cailloux pointu à 30m, de la branche à gauche après le virage, d’une de ses ex ici, et d’une autre là, et ici il s’est passé ça…enfin ceci ne nous regarde pas !

On arrive à la CO « nature ». Les frères Provost sont au ravito et on repart sur la CO à 3 équipes.

On déroule la CO tranquille. J’assure les prises d’azimut, car personne n’a envie de faire du dénivelé ou des kilomètres supplémentaires.

On finit ensemble.

Les frères Provost repartent encore plus vite que nous. Avec les ARA, on se ravitaille rapidement ( s’agit pas de faire une fringale maintenant !) et on repart ensemble pour la dernière section VTT road book + photo aérienne.

Une petite hésitation et quelques centaines de mètres en plus à la transition sur la photo aérienne , histoire de verrouiller et de ne pas laisser une balise trainer et on arrive à Civray pour une dernière CO urbaine. On croise les frères Provost, qui doivent avoir 1ou 2 minutes d’avance sur nous.  Avec les ARA, on est encore sur les même choix et on décide de couper la ligne tous les 4 ensemble, un sprint pour se départager de 10″ après 8h de course n’ayant que peu d’intérêt.

Dans cette dernière épreuve de 2-3km, on envoie quand même du gros steak, Yannis la machine en tête. Ainsi on a même la satisfaction de couper la ligne d’arrivée en tête , les frères Provost arrivant derrière nous à 3 minutes.

Bilan : Un raid bien rythmé, des cartes type FFCO toujours agréables( même si certains spots étaient les même que l’année dernière), des beaux parcours VTT avec quelques portages bien physiques, bref un bon raid et une bonne bourre en compagnie des ARA.

Pour le reste de la soirée, j’ai du m’absenter, mais Ju m’a dit qu’il a défendu notre statut de leader, et qu’il a fait 1ier piche ex aequo encore avec les ARAAAAAAH !

Compte rendu des filles:

On se  retrouve dés le vendredi soir chez les parents de Vaness afin de pouvoir faire la grasse mat et dormir dans un vrai lit.

A 8h on part en VTT sur le lieu de départ, histoire d’avoir le temps de faire un brin de causette avec les amis Civraisiens et autres raideurs connus.

8h45 briefing, puis on va tous se placer derrière des cartes posées à nos pieds. 9h c’est parti pour une CO rapide qui nous emmène au départ canoé, on enchaine bien, stratégie habituelle, Vaness à l’orient et Marie au pointage. On monte dans les canoé en 8eme position. La section se passe bien, notre technique bien rodée nous permet d’avoir une progression efficace et de remonter quelques équipes qui ont shunté la balise A.

On pose les canoé et un parcours du combattant aquatique nous amène au départ de la CO show où 4 cartes de 4 balises sont à faire les une après les autres. On croise les gars, qui nous suivent au moment où Marie trébuche et tombe entièrement dans l’eau lors d’une traversée de rivière, ce qu’il faut pas faire pour les amuser!

On perd un peu de temps sur une balise dans une grotte. La dernière carte nous raméne au canoé pour une dernière balise mémo avant de prendre les VTT.

Section VTT’O coupée par un jungle trail, trial, sarbacane, fil d’ariane. Pendant que Marie fait la descente en rappel, j’ assure le VTT trial. Seuls 2 pieds posés ce qui nous donne 4 fléchettes de sarbacane type » fischer price » à mettre dans la cible afin de ne pas avoir à faire le fil d’ariane. J’ai beau m’appliquer, souffler de toutes mes forces, viser plus haut,  les fléchettes gardent une trajectoire parabolique et n’atteignent pas la cible, du coup on devra se contorsionner et passer sous des tables entre des arbres etc…Pas grave on aime bien jouer.

On reprend nos VTT pour arriver à Charroux au départ d’une CO cadastre où il faut répondre à des questions et pointer la balise 12. On décide de commencer par la balise 12, on la cherche trop haut, Marie explore tous les trous, me demande la frontale, rien. Je décide de l’attaquer par la route du bas, en effet on se retrouve face à une belle grotte avec plusieurs entrées. Là encore Marie décide d’explorer chaque trou mais en voulant se servir de la frontale, elle se rend compte qu’il ne ns reste que l’élastique, la partie supérieur s’étant détachée, merde!. Tant pis on va faire sans, elle rentre à taton dans une ouverture le pouce sur la case 12 du carton, l’autre main cherchant la balise. Rien à faire, impossible de voir quoique ce soit,elle m’appelle au secours me suggérant de lui faire de la lumière avec mon tel. ouf enfin on pointe cette fichue balise. Les postes suivant s’enchainent, mais le temps passe et on retrouve nos VTT 5 ou 6 min trop tard nous empêchant de prétendre aux balises optionnelles. Petit réconfort, seuls 4 équipes ont passé la barrière horaire.

La section suivante de VTT nous fait pointer une balise dans une grotte, franchir un gué, traverser des champs, monter des cotes, descendre des descentes…et nous amène à Lizan au départ de la CO séparée au score. Les gars arrivent de la co au même moment et nous disent qu’ils n’ont pas pu tout prendre. On se reparti donc les postes en laissant toute la zone sud ouste. Marie part pour les 5 postes les plus au SE, moi pour ceux du NW plus la balise 1. La CO est technique, les herbes dans les champs sont plus grandes que nous, ce qui ralentie considérablement notre progression. On prendra que 4 balises chacunes. C’est donc déçues et frustrées qu’on repart en VTT, notre progression est plus lente, le suivi d’itinéraire carté n’est pas toujours très limpide et Marie préfère verrouiller. On atteint le départ de la CO nature vers 16h05, ce qui nous laisse à peine 40min pour prendre un max de balises. On tourne bien la co, faisant peu d’erreurs, mais on laisse quand même quelques balises et arrivons in extremis à la barrière horaire.

Petite pause imposée par dame nature avant de repartir pour la dernière section VTT road book de 7km, une erreur dans les distances du road book nous fait douter, faire demi tour et prendre une petite dizaine de minutes. Le timming devient serré, du coup à arrive pile poil à 17h30 sans pouvoir faire la dernière CO à Civray, nous pénalisant de 8 fois 20min (pour une CO qu’on met à peine 10min à faire).

On termine donc un peu frustrée avec l’impression d’avoir toujours du courir après le temps afin de passer les barrières horaires.

Au final on termine 1ère féminines et 8èmes au scratch.

Cela reste un très beau raid, varié avec plein de sections différentes, ludiques, des parcours natures et de belles CO. On aurait aimé avoir plus de temps pour les faire entièrement.

Advertisements

8 Réponses

  1. Bon ben voilou la moitié de la saison de faites mon pépère lkt !
    10eme – 8eme- 8eme – 2eme – 1er exaequo …. on redescend maintenant ? t’as pas la trouille ? on arrête la bière ?….. on reprend le rosé ?
    ju

    • Pour le 10ième place, on partait quand même avec de sérieux handicap (és!)…
      Pour ma part, j’ai décidé de doubler la prépa : bières ET rosé !

    • Ben voilà ! Y’avait pas de punch chez belle maman alors on prend la 1ère place… bravo pour cette belle perf face aux locaux ! Bravo aussi aux filles malgré la frustration des barrières horaires. Que de souvenirs : mon 1er ciné à Charroux, la maternelle et le CM2 à Lizant, collège lycée à Civray… j’espère que nous serons dispos l’an prochain ! A bientôt.

  2. non mais y avait un demi cochon à manger en entrée puis un plat de nouilles accompagné de sa cote de boeuf grillée, plateaux de fromages de chèvre et enfin les 4644644 desserts habituels, tout ceci bien sur arrosé de jus de raisin fermenté (on taira la quantité…)

  3. Bah, si c’est pô convivial, ça, j’y comprends rien….
    hi hi hi…

    J. Veupak-Omrekones

  4. pour moi, l’épreuve la plus difficile sur le raid de Civray fut de porter LKT et ses gros cuissot sur les 2 mètres pour passer la ligne d’arrivée

    • Et porter les gros cuisseaux de Yannis après la soirée de beuverie, ça ne t’a pas posé trop de problèmes ?

      • Pas du tout, notre Pésident vénéré n’boit pas, et sait s’tenir en toutes circonstances. La réputation d’arsouille qui le pousuit n’est que pure calomnie. Je n’ai donc pas eu à le porter (tant mieux, j’aurais pas pu!).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :