Déforestation massive et inexpliquée en sud Deux-Sèvres


De notre envoyé spécial

Une vague de déforestation sans précédent vient de se produire récemment en Sud Deux-Sèvres : certains grands arbres, comptant parmi les plus beaux du département, viennent d’être abattus pour des raisons encore obscures à ce jour. L’épicentre de ce phénomène se situant à Aigonnay, nous nous sommes rendu sur place, afin d’en savoir un peu plus sur cet abattage inexpliqué.

Force est de constater, en arrivant sur les lieux, que des vestiges de ce tsunami perdurent à plusieurs endroits de la commune : brûlots gigantesques, branches éparses jonchant le sol, troncs couchés…

Une habitante, Madame Michu, que nous avons croisée à proximité du carnage, alors qu’elle se rendait au PMU pour acheter son Télé Z, nous livre ce témoignage : « L’autre jour, j’étions réveillée pendant ma sieste par des bruit de tronçonneuse, en plein milieu du village. Ca a duré toute l’après-midi, même que j’ai pas pu bien entendre mon émission préférée : des Chiffres et des Lettres ; ça m’a bien embêtée, parce que l’autre, elle jouait pour une quatrième victoire consécutive. Mais bon,  j’ crois qu’elle a gagné quand même. Le lendemain, pareil ! Un boucan dô diable ! Alors, j’ai été voir, ça ne pouvait plus durer… Ben, vous m’croirez si vous voulez, o l’était vers les zôt bizarres des Filing, y z’étaient perchés dans les grands arbres, à tout dézinguer. J’leur ai demandé c’qui foutaient là, d’après que ça serait pour soigner des raideurs qu’y z’auraient sur les bras, mais j’avions pas tout bien compris… »

Renseignement pris, il s’agirait effectivement de membres de l’association Flying Avent’Hure, pris de court par l’afflux de concurrents à leur raid annuel, qui auraient dû pallier dans l’urgence au manque de canoës pour l’épreuve de navigation dans le Marais Poitevin, en confectionnant des embarcations de fortune dans les troncs des arbres en question. Rien de bien inquiétant, en définitive.

Le mystère semble donc résolu et la paix et la tranquillité peuvent retomber sur ce sympathique village d’Aigonnay, en sud Deux-Sèvres, qui fera bientôt le sujet d’un reportage de Jean-Pierre Pernaud sur TF1, portant sur la persistance du port de la casquette traditionnelle et de la blouse à fleurs, dans nos campagnes.

Signé : G. Ksahafout

6 Réponses

  1. vont pas zêtre contents les raiders avec cho barcasses pour la section canoé’O !
    ju

  2. Est ce que ce modèle est plus stable ?

  3. tu nous prends pour qui ! on n’est pas prof de techno, on sait bricoler ! (hihihihihih, spéciale dédicace pour breva)

  4. Si ça permet de ne pas tourner en rond j’accepte de jouer les péruviens et en même temps si vous pouviez mettre un GPS dessus car on sera trop occuper à pas tomber à la « baille » pour regarder la carte

  5. Surtout surtout archivez toutes vos conneries qui semblent d’ailleurs vraiment inépuisables. A vos vieux jours vous ne le regretterez pas et vous pourrez éditer un bouquin

  6. Trop Top ! J’adore ! Gardez m’en un pour l’année prochaine (avec une corde devant pour pouvoir le tirer à la nage au cas où !).
    ça me rappelle mon 1er Raid (Redon) : chaque équipe devait se construire son embarcation pour traverser avec les vélos…mais c’était une autre époque, au siècle dernier !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :