Raid Oléron 2011 – Le poids des mots


2 compte rendu des filles (Vaness puis Marianne), les gars ils ne s’en sont surement pas encore remis !

RECIT DE VANESS

L’idée de monter une équipe 100% féminine sur le raid Oleron est venue d’Olive, qui n’a cessé de nous tanner Marie et moi depuis le raid Oleron 2010 afin que nous montions une équipe de filles. Petit à petit l’idée a fait son chemin, restait à trouver 2 autres filles avec lesquelles on s’entendrait pour cette belle aventure. Lors du raid de Civray on propose à Sandrine (du raid des vendanges) qui renonce dans un premier temps (la trouille sans doute!). Puis début juillet elle nous envoie un mail pour savoir si le projet était toujours d’actualité, nous laissant entendre qu’elle était partante. Du coup on contacte Marianne qui l’avait fait dans l’équipe mixte Flying l’an passé et qui accepte également l’idée, puis on lance l’inscription. Il nous restait cependant à trouver des assistants, Brevaél et Alamo répondent present, ayant une  préférence pour faire notre assistance plutôt que celle des gars.  C’est ainsi que nous nous retrouvons le 8 et 9 septembre à Grand village sur la ligne de départ du raid Oleron, avec comme objectif à moitié avoué de mettre la pression aux gars en les menaçant d’être devant eux. Olive se charge de semer le doute chez Ju et LKT en avançant qu’il est fort probable qu’on finisse devant eux.

Petite séance de manucure avant le départ pour etre raccord avec nos tee shirt vert fluo (nos assistants y ont droit aussi).

11h c’est le départ: 8km de course à pied histoire d’étaler les équipes. On part tranquilou, Sandrine prend un coup de chaud qui va lui donner un bon gros mal de tête pendant une bonne partie de l’après midi, mais elle est dans l’esprit, ne dit rien et serre les dents. On arrive dans les dernières sur cette section.

On trace le parcours VTT que Marie emmène avec aisance, on remonte plusieurs équipes.

36  km annoncés, on en fera 47 (idem pour l’équipe des gars) et on arrive pas trop mal placées au départ de la CO dans les marais.

La CO commence après un passage de marais en tyrolienne qui nous rafraichi, Marianne oriente, Vaness pointe. En milieu de CO une traversée de marais peut nous éviter un long détour, Marie tente la première, s’enfonce ds la vase jusqu’à la poitrine, interrogation, on fait quoi ? Une autre équipe est avec nous. Eux aussi s’ apprêtaient à renoncer et faire le tour quand ils trouvent une embarcation. C’est donc à 8 dans une barcasse qu’on franchira cet obstacle. A la balise suivante nous attend un ravitaillement sauvage à base de bière offert par des gens du coin, on prend le temps d’en boire une petite, c’est si gentiment offert. On boucle cette CO avec 13km parcourus et on enchaine par l’épreuve de kayak. C’est l’épreuve qu’on redoutait le plus. On décide des équipage au dernier moment, Marie avec Marianne afin que cette dernière puisse assurer pour 2 au cas où Marie ait le mal de mer comme l’année dernière.

Le départ est cool, puisque nous sommes encore dans les marais, poussés par la marée descendante, on peut enfin discuter, prendre des nouvelles des enfants, du taf etc…Puis nous arrivons en pleine mer, oh bonheur c’est une mer d’huile, on se détend, finalement c’est trop cool le kayak ! La suite du parcours kayak nous fait retourner dans les marais, la mer descends toujours et là ça devient très sport, il faut pagayer fort pour avancer et il reste encore au moins 4km. On chope l’avant dernière balise, à l’entrée des marais, et les organisateurs nous stoppent, ainsi que toutes les équipes derrières nous, nous interdisant de continuer, le courant est trop fort, on ne passera jamais. On n’ose pas le dire trop fort mais on est soulagées. En plus Marie n’a même pas vomi ! Le problème c’est qu’il faut joindre nos assistants pour qu’ils viennent nous récupérer, or on n’a ni téléphone, ni leur numéro. Finalement on fini par persuader une des bénévoles de nous emmener à l’arrivée du kayak. Nous voila donc tassés à 8 (avec une autre équipe) à l’arrière d’un C15.

On retrouve donc avec plaisir nos assistants, en train de faire un petit somme.

On se ravitaille un peu avant d’entamer une grande portion de VTT dont une bonne partie se fera de nuit. On récupère les cartes: 2 pages A3 et une page A4, aie aie aie, ça va être très long. On se répartit les cartes et traçons notre itinéraire, puis nous confions l’orientation à Sandrine. Il est environs 20h, ce qui nous laisse à peine 1h avant la nuit. On avance à notre rythme, évitant de faire des erreurs et de nous rallonger. On cherche vainement la balise 158 qui n’était plus là, puis arrivons enfin au bivouac vers minuit avec 58 km parcourus.

Nos assistants nous attendent, nous donnent des nouvelles des gars, nous ont préparé des pâtes, du café, des sandwich… bref sont aux petits soins. On mange, on boit, on se change avant de partir pour la CO de nuit.

Vaness emmène la CO avec Marianne, Marie et Sandrine tournent pour pointer les balises. En début de CO nous croisons les naka naka qui nous disent qu’ils ont mis environ 3h pour tout faire. On verrouille tout sans se précipiter, on trottine quasiment tout le temps, trouvons assez facilement les balises  et bouclons la CO en un peu plus de 3h30 pour 19,5km. On pensait ne pas avoir le temps de dormir, finalement on aura 1h30 de dodo.

Dimanche matin nos assistants nous réveillent à 7h pour que nous ayons le temps de prendre un rapide petit déjeuner avant le transfert jusqu’aux sables vinier, départ du dimanche. On arrive sur place vers 8h, il se met à pleuvoir, pluie qui ne nous quittera pas de la matinée. 8h30 départ pour un trail de 6.5 km sur la plage, comme la veille, nous arrivons dans les dernières. Nous récupérons les VTT pour une vingtaine de km, emmenés en orientation par Marie. Crevaison de Marianne rapidement gérée, nous rattrapons plusieurs équipes et retrouvons les gars au départ de la CO au score. On est trempées et frigorifiées.

C’est là que le raid va se jouer, il faut essayer de prendre un max de balises. Comme la nuit Vaness et Marianne emmènent l’orient, après étude de la carte on décide de laisser les 3 balises les plus à l’ouest. On ne fait pas d’erreurs sur la CO, Vaness prend le relais des filles au pointage. On a 10min d’avance, on hésite à prendre une balise supplémentaire et préférons finalement ne pas le tenter. On pointe l’arrivée de la CO juste devant les gars.

 

On prend le temps de se faire une petite photo tous ensemble avant la dernière épreuve de bike and run qui nous amène à  l’arrivée à Saint Pierre. Là encore on remonte plusieurs équipes, nous relayant un peu comme on le sent, essayant d’épargner les plus fatiguées.

Merci Olive de nous avoir beaucoup poussées pour faire ce raid, on s’est bien fait plaisir et on parle déjà de remettre ça. On aurait aimé malgré tout que les sections VTT soient plus courtes.

Merci à nos assistants de chocs, qui nous ont chouchoutées, ravitaillées, encouragées  tout le WE. C’est pas facile de gérer une équipe de minettes aux ongles verts et il fallait bien être 2 pour ça. Par contre on attend toujours les massages!

Belle satisfaction, nous batons les mecs d’un point à l’epreuve de tir à l’arc.

Mais notre grosse satisfaction vient aussi de notre résultat ; en effet nous terminons 5eme au scratch, loin devant les équipes mixtes et surtout à une place des garçons qui eux sont 4emes. C’est dommage que personne n’ait pris leur tête ébahie pleine de surprise, de respect, d’admiration devant nous à l’annonce des résultats.

Pour ceux qui suivent, ils vont finir par les mettre les strings fluos !!!

Compte rendu de Marianne:

Raid Oléron 2011, les filles :

Ça y est, c’est fait : une équipe de filles sur le raid Oléron ! J’en rêvais. Merci à Vaness, Marie, Sandrine, et nos assistants Xav et Bréva.

Je suis à la bourre pour le récit, mais c’est pas facile, il va falloir être à la hauteur pour espérer être publiée sur le site tant prisé des Flyings avent’hure !

  • Préparation : Marie soigne ses ampoules (attrapées en se promenant avec sa fille…), Xav met du scotch sur les VTT pour ne pas se tromper de roues, et y’a des toilettes filles : le top !
  • 1ère section : course à pieds fléchée (env. 7 km) : on part tranquille, Vaness devant au début, puis elle me laisse donner le rythme quand je montre des signes de fatigue. Je me trompe de chemin et coupe dans les ronces pour retrouver la rubalise (couper au plus court, coute que coute, ça raye la carosserie !). Sandrine attrape un coup de chaud, mais elle tient le coup. Petit ravito rapide : 1 banane pour moi !
  • 2ème section : VTT’0 (env. 40 km) : on trace avant, et on part quasiment dernières. Marie oriente : elle rentre bien dans la carte, et ça roule (enfin, pas trop dans le sable !).

Atelier tir à l’arc : qui a dit de ne pas se mettre dans le rouge ? Les flèches, elles, sont bien dans le rouge, et la pression monte : on a fait mieux que les gars (49 points contre 48 !). On repart gonflées à block. Marie reste concentrée pour l’orient’, mais c’est long, très long : du soutien, du mental, et ça passe ! On a gardé un bon rythme, et on pointe toutes les balises. On nous annonce 11èmes à l’arrivée du VTT : on est bien dans le rythme, ça nous mets en confiance.

  • 3ème section : C.O. dans les marais (env. 10 km).

On prend le temps de se ravitailler (encore une banane !) et de changer de chaussures. Il va falloir se mouiller : les organisateurs ont prévu un petit passage de corde pour aller chercher la carte. On ressort trempées, mais l’eau était bonne ! Je cherche l’échelle de la carte ?? Mais si, c’est bien du 25 000ème, dans les marais…comme le dit Vaness, il va falloir verrouiller si on ne veut pas avoir à traverser à la nage ! Une petite traversée limite pour aller chercher la 1ère balise, du coup on assure par la route pour la 2ème, et ça s’enchaine bien ensuite. Puis vient le moment redouté : la balise, vous la voyez, elle est en face…de l’autre coté du petit canal. On a le choix : soit on fait un détour d’au moins 400m, soit on traverse. Marie et moi nous mettons à l’eau sans hésiter pour tester la profondeur…un pas ça va, mais au 2ème la carte a faillit y passer (de l’eau jusqu’aux épaules). Heureusement, une autre équipe trouve une barque et nous profitons de l’embarcation. Une bière nous attend un peu plus loin : on reste raisonnable, mais ça ne se refuse pas ! L’orient’ est un peu monotone, on reste sur les chemins, ça ressemble à du trail. Heureusement je peux me faire plaisir sur 2 balises vers la fin en coupant à travers champs.

On pointe toutes les balises dans un temps très correct.

  • 4ème section : kayac.

Arrivées à l’aire de transition : Marie, attention : n’oublie pas la cocculine pour le mal de mer ! De mon côté, je dois en être à ma 5ème banane : parfait ! Solidaires, on appréhende toutes pour Marie, mais la mer est d’huile, et la croisière se déroule dans la bonne humeur. L’eau est chaude : si je pouvais nager un peu…sur un autre raid, peut-être ?

Les équipes derrière ne nous rattrapent pas, on ne voit personne devant : notre petit rythme semble tout à fait correct. Vaness, ça tire à gauche pour toi aussi ? Le vent se lève, et on a quand même du mal à tenir le cap. On arrive enfin à l’embouchure pour pointer la 2ème balise.

Sur la cale, des organisateurs nous attendent : il faut arrêter là, trop de courant. On est la première équipe à être arrêtée, 4 autres suivront. Les autres n’ont pas pu prendre le départ du kayac. Un peu déçues, car les gars sont passés : on a donc 1 balise de retard sur eux ! En même temps, on est bien contentes de ne pas avoir à pagayer contre le courant !

Il faut appeler les assistants pour qu’ils nous rapatrient sur la zone d’arrivée kayak : « Vaness, tu as le N° de Xav ? » Ben non, pas pris le portable… On tente d’appeler Alexis, qui, depuis la forêt, entre 2 balises, fait le lien avec nos assistants. Pendant ce temps ça caille : on est trempées et le vent souffle bien…un bénévole a pitié de nous et finit par nous embarquer dans sa voiture avec une autre équipe. On croise Xav’ qui, parti en catastrophe, fait demi-tour sans rochigner !

Arrivées au camion, on prend le temps de se changer avant le VTT. Tout le matériel est prêt : les assistants ont bien géré malgré le levé de camp peu brutal et imprévu. Ils s’excusent même car l’eau n’est pas toute à fait chaude… J’en profite pour avaler ma…6ème banane !

  • 5ème section : VTT’O

C’est Sandrine qui oriente. Au tout début, pas très sûre d’elle, ça cafouille un peu ; mais on a confiance, il faut lui laisser le temps de rentrer dans la carte : bien vrai : elle prend peu à peu de l’assurance et très vite ça tourne comme sur des roulettes ! Enfin, ça tourne pas toujours du bon côté : « Mais Marianne, à droite ! Pas là, à droite ! »… il fallait comprendre l’autre droite… Du coup, le mieux c’est de rester derrière et de suivre la main, elle, elle connait le bon côté.

Ben oui, les gars, pour nous, blondes ou brunes, c’est toujours un peu plus compliqué !

On n’en est que plus méritantes !

On perd un peu de temps à chercher les confettis sur une balise déplacée (mal placée ? volée ?). Ju nous préviens 15 minutes après par téléphone, dommage.

J’oubliais : ma première hallucination sur un raid : une immense flaque d’eau en plein milieu de la route. Il m’a fallut plusieurs secondes avant de revenir à la réalité. Je la vois encore. Décidément, l’envie de me mettre à l’eau est toujours là !

On finit le VTT sur une bonne cadence, Sandrine assure toujours en orient’. Encore une fois c’est un peu long, et en plus on a mal au derrière ! Heureusement les balises s’enchainent bien, et malgré la nuit bien entamée. ça roule ! On en profite pour filer direct verts la « rue de la balise », à St Séverin : ça, ça mériterait un bonus ! On repart ensuite fissa sur le parcours !

Nous terminons à minuit passé, mais nous avons toutes les balises. Xav’ et Bréva nous attendent. Ils ont préparé de la soupe, du café, le Nutella ets aussi sur la table. On est encore trop chouchoutées, et on va perdre du temps ! Non, erreur, s’écouter un peu et prendre soin de soi, c’est gagner du temps, ne nous y trompons pas ! Du coup, on fait le plein d’énergie. Le red Bull, on le met dans le sac au cas où, mais en dernier recours : on ne veut pas risquer de ne passer une mauvaise nuit et de ne pas s’endormir. On en connaît qui ne se posent pas ce genre de questions ! Je n’oublie pas ma Nème banane, mais je fais un écart dans mon régime (de bananes !) : je craque pour un bout de pain avec du Nutella…qui pèsera lourd toute la C.O. de nuit !

  • 5ème section : C.O. nocturne (env. 20 km)

Fortes de nos erreurs de l’an passé (oubli d’une balise), on trace avant de partir. Vaness et moi prenons une carte. Départ vers 1h du mat’. Le genou de Marie montre des signes de fatigue, les premiers kilomètres sont durs, on espère que ça ne va pas s’aggraver. Nous croisons des gars qui en finissent : ils ont mis 3h30 et vont se coucher. Au vu de leur temps, on se dit qu’on n’est pas arrivées. Sandrine se demande si on aura le temps de tout faire avant la barrière horaire de 6h30. On verra bien… Vaness oriente et je confirme (de loin parfois…le pain ne passe pas !). On tient quand même un bon rythme, pas de soucis sur les balises, et on marche peu. Du coup on boucle la petite boucle en 1h15 ! On ne s’emballe pas, le plus dur reste à faire, il va falloir tenir. Le genou de Marie semble tenir le coup, ouf ! Un peu de sable, ça tire un peu, mais on essaye de marcher le moins possible : le mental entre en jeu (moins pour Vaness semble-t-il…qui n’hésite pas à faire quelques petits allers-retours allure TGV pour se dégourdir les pattes !). Une erreur d’attaque sur une balise, mais le reste nikel. Plus que 2 balises, déjà !

On finit finalement en 3h38 (chrono de notre train express préférée). Super, on a le temps de prendre une douche bien chaude ! Il nous reste un peu plus de 2h pour dormir, c’est parfait !

Réveil difficile, pas vraiment bien dormi même si on n’a pas pris de Red Bull. Je n’ai rien pu avaler depuis le départ de la C.O. de nuit, et le pain me pèse toujours sur l’estomac. Je me force quand même à avaler…une banane.

  • 6ème section : course à pied sur la plage (env. 7 km).

Le moment tant redouté est arrivé. Je n’aime pas le sable, et sais que ça va se jouer au mental : je n’ai plus les jambes et plus envie non plus… Marie n’est pas en grande forme non plus, elle a mal au genou. On s’accroche toutes les 2 à Vaness et Sandrine, qui galopent un peu plus loin devant. Je croise les doigts pour que Marie ne craque pas, et je m’accroche en me disant que je n’ai pas le droit de craquer non plus : elle aussi doit compter sur moi ! On tient le coup jusqu’au bout ! Je vois des étoiles, ne reconnais plus le camion, mais je sais que je vais me refaire une santé sur le VTT si j’arrive à manger un peu.

  • 7ème section : V TT’O

C’est Marie qui oriente. Encore un départ un peu hasardeux pour éviter le hors carte et se faire remarquer à tourner en rond…. Mais le reste : rien à dire ! C’est même pas marrant, y’a rien à raconter … ou alors j’étais trop HS pour m’en souvenir ! Ah non, c’est vrai, c’est mon vélo qui était à plat avant moi, mais Sandrine est venue à ma rescousse avec une bombe anti-crevaison : aucune de nous n’en avait encore utilisé une : on s’en est sorties comme des chefs !

  • 8ème section : C.O. au score 1h15

Trempées, on se ravitaille un peu, mais on ne traine pas, on est gelées. Je prends quand même le temps d’enfiler mon cadeau d’anniv’ : des super chaussures de C.O., avec picots, ça fait du bien au moral ! On croise Alexis avant le départ : il a mis 1h10 pour faire les 14 balises. C’est tout vu, on table sur 11. Vaness et moi prenons la carte : option grande boucle d’abord, puis on voit ce qu’on peut faire dans la petite boucle au retour, comme ça pas besoin de se poser de questions tout le long du trajet. La plus fraîche pointe : c’est Vaness qui s’y colle ! Les balises s’enchaînent bien (on laissera juste 1 à 2 min. sur 1 balise au début, passées à côté sans la voir…). Au final on prend 11 balises avec 10 min. d’avance. Un peu dommage de laisser autant de temps, mais trop juste pour aller plus loin. Mais YES ! C’est finit ! Reste plus qu’une formalité : le run & bike.

  • 9ème section : run & bike

On prend le temps de faire une photo avec les gars, de décompresser un peu. Les gars hésitent à partir avec nous, puis inventent des excuses pour prendre un peu d’avance, de peur qu’on les double ! On aurait pu marcher un peu, mais pressées de rentrer, on garde un bon rythme sur le run&bike. Relais libre, court qui veut, le temps qu’elle peut… On rattrape même quelques équipes : encore les filles, y’en a qui vont finir par nous détester ! Je m’accroche pour courir un peu avec Vaness, ça va mieux que le matin sur la plage, et ça sent la fin !

Et puis on voit l’arrivée : une belle photo finish, et on relâche la pression d’un coup : j’ai les larmes aux yeux, mais c’est de joie !

  • 10ème section : la douche, le repas, les récompenses

Une petite douche bien méritée mais bien fraîche et nous voilà prêtes pour revenir à la civilisation ! Tout ce bruit dans la salle, j’ai presque envie de retourner sur le VTT, mais il fait plus chaud dedans…et il y a des éclairs au chocolat en dessert !

Puis viennent les résultats : on piste les mixtes, en espérant être devant. Les 1ers mixtes sont annoncés et pas encore nous : YES ! Pas trop loin des gars espérons-nous maintenant… 8 – 7 – 6 – ils nous ont oubliés ?… 5 : c’est nous ! Applaudissements pleins d’admiration de toute la salle, ça fait chaud au cœur ! Nous n’oublions pas nos assistants qui nous ont bichonnées pendant ces 2 jours : et ça, pour des nanas, ça ne compte pas pour du beurre !

Vaness donne l’énorme coupe à Lilou et Titouan : elle a déjà rejoint le trophée Flying sur la cheminée.

Les gars finissent 4ème : à se demander s’ils n’ont pas fait exprès, pour être à côté de nous et éviter de porter les strings fluos des podiums. Juste devant nous…mais avec 2 balises de plus et quelques heures en moins : on a encore du boulot !

Une semaine après, Vaness et Marie remettent ça sur le raid des vendanges, et Séverine à l’organisation : super nanas !

DIAPORAMA DES ZEKIPS FLYINGS AU RAID OLERON 2011

Editions précédentes : Raid Oléron 2010 Raid Oléron 2009 Raid Oléron 2007 Raid Oléron 2006

3 Réponses

  1. Finalement, dans ce raid, le plus dur n’a pas été de triompher des différentes sections physiques, ni de résister aux trombes de pluie du dimanche matin, mais bien d’avoir su feindre, de façon convaincante, l’admiration lors de la proclamation du résultat des filles…

    Oliv

  2. On a pourtant tout fait pour les mettre ces strings fluos et laisser les filles gagner : CO en moonwalk, trail en marche canard, VTT à la façon cirque Pinder, CO de nuit frontales éteintes et les yeux bandés…Rien à faire, faut encore qu’elles soient derrière : DECEVANT !

  3. En désaccord avec Oliv !!! Les filles, moi mon admiration était totale, mélée de fierté d’être dans votre équipe. Et d’ailleurs je peux témoigner que les gars n’ont pas feint l’admiration, ils ne sont surtout pas arrivés à cacher leur crainte et inquiétude lors de la proclamation des résultats à rebourd : Ju qui dit aux filles : « si vous êtes dans les 10, c’est bien » et qui se rend compte qu’au fur et à mesure elles ne sont pas 9, ni 8, ni 7, ni 6…et que son équipe va être appelée AVANT les filles… J’ai vu une goutte de sueur perler le long de son visage. La peur du podium en string sans doute…
    Vaness, Marianne, Sandrine et Marie, bravo !!! Moi, les Flyettes, je suis fan !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :