CO nocturne Poitiers – foret de Mouliere- 12 fevrier 2011


En ce magnifique samedi soir de février, et pour commencer à arroser l’année de plus  de Vaness (le lendemain), on est 4 équipes à faire le déplacement. Pour la 2ième étape du challenge régional des CO nocturnes, le club de Poitiers CO nous accueille sur le site de La Logerie en forêt de moulière, site qui servit pour la manche nationale sud Ouest du championnat des course d’orientation 2010.

Le parcours promettait donc d’être technique.

4 équipes Flying étaient prêtes à relever le défi : Nelly et Laëtitia, les filles d’Aigonnay,en pleine confiance suite à leur belle perf à la  CO de Thorigné);  Vaness et Marie, l’équipe de killeuses, remontées à bloc, et prêtes à tout bouffer, Bréva et David, les kamikazes, l’un essorant joyeusement la poignée des gaz sans penser que l’autre qui doit le guider,breton de souche donc  alcoolique notoire, n’est pas apte à lire une carte autre que celle de vins…, et enfin Ju et LKT, sûrs de rien mais prêts à tout pour se mettre leur race pendant 3h !

Après les préliminaires habituels ( saluts à tous les copains raideurs, pannes de frontales et oubli de matos, envie de faire caca de dernière minute…), on se retrouve tous alignés, la carte devant les pieds, grelottant car 9a caille sa mère grave, mais prêts à bondir au top des organisateurs…eh oui c’est un départ en masse !

3        2        1   , c’est parti, bonne course à tous !

Compte rendu de Marie

« Quant on fait équipe avec quelqu’un, il ne faut pas tout dévoiler dès le début. La semaine dernière, lors de la CO de Mervent, je me suis gérée donc forcément, c’était pour aujourd’hui. Un aperçu de mon « immense » potentiel :
1 – Arrivée à 17H20 au lieu de rendez-vous au lieu de 17H. (il fallait que je fasse le plein d’essence … normal, on ne prenait pas ma voiture)
Interlude : Vaness est survoltée.
2 – Habillée en civil donc équipage sauvage en route dans la voiture, je me fais un peu oublier…
3 – Arrivée : c’est bizarre, je ne reconnais pas le lieu de départ de la forêt de Moulière (CO régionale du 21 novembre), c’est différent aujourd’hui, ah d’accord, donc je mets mon cerveau sur « reset », mais je n’étais pas la seule des flyings… (ça me réconforte un peu), n’est ce pas N—- ?
4- Je m’équipe : pas d’eau dans la poche à eau (où sont les sanitaires ???), source derrière le 4ème arbre à gauche ? Nous sommes au beau milieu de la pampa, je taxe une bouteille à Ju.
5 – Je sème généreusement  quelques piles de rechange dans l’herbe  près de la voiture, pas grave, j’ai tout mon temps…
Interlude : entre temps Vaness revient des inscriptions et pour le bien être de sa prépa mentale d’avant course, tout ceci reste top secret.
6 – Quelques minutes avant le départ, ma lampe est de travers, j’éclaire mes voisins, why not ?
Interlude course : On s’associe avec Loic de la Joe Bar Team, abandonné par son co-équipier et affublé de définitions IOF en hiéroglyphes. Vaness jette un coup d’œil rapide sur la carte et on part sur la 116.
7 – Plus de lumière au bout de 3 min de course: mon câble est débranché car sauvagement attaqué par une branche, on me rééquipe
Interlude course : On continue en faisant une boucle par le nord-ouest. On fait deux sorties de poste approximatives à la 134 et 135 mais on se recale rapidement. On attaque la 130 au mauvais endroit, on jardine un peu, on ressort, on s’applique à lire la carte, deuxième tentative, cette fois c’est bon. On continue vers la partie sud et on fait un point pour faire des choix (éliminer les balises à 10 points et trop éloignées). Les postes sont techniques, on compte beaucoup les distances et on prend plusieurs azimuts. On remonte en milieu de carte et on décide de faire deux balises à 30 points à l’est avant de rentrer.
8 – C’est alors que je plonge soudainement et en faisant un plat sur un tapis de ronces carnivores qui ne veut pas me laisser repartir à 15 min de la fin Je me relève rayée et avec des crampes aux ischios-jambiers.
Interlude course : Je finis un peu rouillée tandis que Vaness et Loic sprintent d’un pas léger. Résultats : 480 points (premières féminines, enfin on pense car ils avaient perdus l’estrade du podium), une CO exigeante et plaisante  où on fait au final peu d’erreurs. »


Vaness en bonne forme samedi passera le dimanche et les jours suivants clouée au lit avec une bonne fièvre, des courbatures multiples et un gros mal de crane, vive les virus!

Compte rendu Ju et LKT :

On ramasse la carte, on s’extrait de 20 mètres de la masse et on se pose…On est d’accord, on part pour tout faire, et on gèrera à la fin si nécessaire. On laisse donc la 116, la plus prêt de l’arrivée, en dernière balise, et on part sur les postes avec des gros points, à l’Est : 137, 136, 126 …d’entrée de jeux, on voit bien que ça va être technique sur l’attaque des postes et que la forêt est accidentée: C’est bon ça ! 115, 114, 119, 113, 111 sans trop de problème. 131 : premier jardinage, pour cette balise (sans toile !) dans une dépression, cachée au milieu de buttes. 5′ de perdues.

110, et gros jardinage sur la 125… 10 minutes de plus dans la musette. ça commence à faire beaucoup  ! On devient plus prudents.

112, 122, 117 ça s’enchaine bien et on reprend confiance… Sanction immédiate : jardinage sur 133 ( sans toile !) pendant 5 bonnes minutes et idem pour 138.

« Merde, merde et merde, faut verrouiller bon dieu! »

120, 132, 121, 108,130 s’enchainent doucement mais sûrement. Cafouillage sur la 127, on ne se sort pas le cul des ronces, enfin en terme technique on dit végétation basse, mais en fait on s’arrache dans les ronces !

Du coup on laisse la 106, et on part sur 135, 134, 124, par les  » grands axes ». Plus qu’une bonne vingtaine de minutes, faut mettre les gaz… et la patatra, Ju chute lourdement, dans un double craquement, celui des branches qui lui ont bloqué brutalement la cheville, et celui des os de cette dernière qui n’ont pas apprécié le traitement…S’en suit cris, pleures, insultes et gémissement… » Bon moi j’avance… arrête de faire ta fiotte! » Lance LKT en bon coéquipier, d’une façon solidaire et compatissante. Il faut dire qu’il avait été averti que Ju était habitué à se la jouer à l’italienne ( les fans de foot comprendront !) dès qu’il a la moindre égratignure…Encore 3 minutes de perdues !

On pointe finalement la 128, puis 118. Ju boite fortement…On a peur d’être juste en temps, on laisse la 105 et on file à l’allure d’un escargot au galot,  à la 116.

On finit donc avec 4 petites minutes d’avance, et 540 points. 7ième place au général, c’est pas l’euphorie, mais on a la satisfaction, de s’être bien arraché : A ce point de vu là au moins, y a pas de problème, l’équipe des chiens fous est en osmose !

notre tracé :

vous pourrez notez que la trace ne va pas jusqu à la 118 ni 116 mais c lkt qui avait pris le doigt 2 balises avant la fin une fois après avoir cramé ju sur les 20aine de balises précédentes !

Compte rendu de l’equipe breiz/gaz-gaz flying aventhure :

Nous voici partis pour une énième CO nocturne dans la forêt de Moulière près de Poitiers.
18h20, on arrive à travers champ pour ne pas s’enliser dans la terre humide du chemin qui amène au bivouac !
Départ à 19h00 en masse dans la pampa au milieu de rien !
Olive ayant déclaré forfait, je me retrouve auprès de Brévael (Bréva c’est plus facile).
Déjà dans la voiture, il m’as un peu surpris car il avoue ne pas faire beaucoup de co, encore moins de vtt et très peu de course à pied !
Mais je me suis conforté sur le fait que, comme il connaît très très bien les flyings il doit être très très bon en orientation !
Sur ce nous voilà partis, on regarde bien la carte, Bréva préfère que l’on prenne la direction de l’ouest et ensuite le nord. Cela paraît plus facile à négocier car le sud est très technique et la technique on l’as pas vraiment !!!
OK, je suis déjà à fond qu’il commence à crier: attends, va pas si vite espèce de psychopathe !
Du coup on jardine un peu pour la première balise (116), histoire de se caler !!! où surtout histoire d’apprendre à se connaître !
On part sur la 108 par le chemin, en courant Bréva me demande si je vais courir toujours aussi vite, je lui réponds non non je vais sûrement ralentir avec la fatigue; puis la 130 par le chemin aussi, car on as trop peur de se perdre dans les trous de la forêt, du coup on jardine un peu ! Je précise que l’on était pas les seuls à jardiner !
Maintenant, comment qu’on fait pour prendre la 127 ? le chemin ? où on coupe à travers les épines ? On suit les autres…on grimpe dans la brousse !
On redescends sur la 106 puis 135 (pas facile à trouver avec toutes ces dépressions !); On fonce ratrapper un chemin sauf que l’on ne sait pas où il est sur la carte !!! on se recale en demandant à des collègues.
On prend donc le chemin pour la 134, avec la montre GPS de Bréva on arrive à se caler question distance.
Pour la 124 on décide de couper en fonçant tout droit; on s’arrête sur un chemin, perdu !!! je suis allé un peu vite trop loin ! Bref, comme il y à du monde c’est qu’il doit y avoir quelque chose !!! en effet, on récupère la 105. En repartant on manque de se perdre, heureusement un papa avec son fiston nous indique le chemin !
On prends la 124 (qui était en fait un peu plus haut); On continu le chemin pour la 128, à la sortie je saute sur une pierre en me tordant la cheville droite, çà fait mal ! Comme le terrain de jeu est très miné on décide de prendre au maximum les chemins et routes pour soulager ma cheville.
On prends la 118, puis on cours un peu plus vite à cause des chiens qui aboient à l’approche du village !!! Puis la 109.
En filant sur la route on cherche pour aller sur la 123, en fait on récupère d’abord la 107 puis la 123.
Et là, pas facile pour ressortir du chantier !!! on tourne en rond puis on décide de foncer par le sud (en regardant la boussole biensûr) en coupant à travers tout (épines, arbres, trous d’eau, fils barbelé) !!!
Et j’entends Bréva crier sa maman !!! car Monsieur fait la CO en pantacourt !!!
C’est bon, on voit un peu de lumière qui circule, puis Bréva me fait remarquer que l’on aperçoit le bivouac d’arrivée.
Il y a des voitures qui commencent à partir !
De là on se recale en rattrapant un chemin.
On récupère la 136 puis on file sur la 137; pour cette dernière Bréva me laisse y allé seul, il a pas peur lui !!! je grimpe, je file droit, je tourne en rond, puis avec l’aide d’un autre concurrent on trouve la balise. Je crie Bréva t’es où ??? j’ai un peu de mal à l’entendre mais je réussi à le rejoindre et on termine en speedant « un peu » pour terminer dans les temps: 2h51 avec 300 points, 16 balises sur 33, 47ème sur 58 équipes.
Une CO très technique, pas facile pour un débutant comme moi, hein Bréva !!!
Plusieurs fois Bréva me disait quelles balises nous iront chercher et moi je lui disais <<mais t’occupes pas, on fonce sur la prochaine, après on verra>>.
Merci à Bréva et aux Flyings;
David

Compte rendu des filles d’aigonnay :

Ce 12 février, nous sommes motivées ou plutôt inconscientes face à cette 2e manche du challenge nocturne. La forêt de la moulière sera une autre affaire(pensant à la CO de septembre, déjà peu facile pour moi, même de jour avec des sentiers assez rectilignes et quelques dépressions sans trop de dénivelés)Nous sommes très loin du compte, départ dans un champ au milieu de nulle part. Et ce qui nous attends est pire encore.
C’est parti, il est 19h00. Nous jetons un coup d’oeil sur la carte et décidons assez rapidement d’opter pour le sud (plus de balises à 20 et 30 points).
Direction la 116, on cherche déjà le sentier peu visible et effectivement il l’est, ça commence bien. En même temps tout le monde s’y dirige, y a plus qu’à les suivre. ça y est, le sentier est là, je reste dessus pendant que léti pointe. On continue par la 108, très vite la boussole et la mesure des distances deviennent indispensables (mise en pratique rapide après le stage de la semaine dernière).La 121, jusque là tout va  bien, la 132 et là ça se gâte: terrain de jeu: un mikado géant. Faut enjamber les branches tout en suivant l’aiguille de la boussole, galère. Là on jardine, un gars cherche en même temps que nous, il nous demande la def car arrivé dans les derniers il s’est retrouvé avec les def en hiéroglyphes égyptiens et il pige que dal. Et parce que on est des filles sympas, on lui file les def en français , il nous remercie et disparait. Bon on continue vers la 120. Ce ne sont pas des trous ou des dépressions ici, mais de véritables cratères. 138, 131 c’est de pire en pire, on se sépare pour trouver cette fichue balise. Grosse erreur, Léti!!! personne réponds. De son côté elle essaie de m’appeler sur mon portable. Bizarre pas de réseau! Bon je me redirige vers le sentier et on se retrouve. Entre temps Léti a pointé la balise qu’elle a fini par trouver. 133, 122 et foutue 125 jardinage dans les fougères pendant 1/4 d’heure. 115, 126, bonnes glissades sur boue avant d’arriver vers la 136. Chouette, y a du monde au bout du chemin, pleins de petits points réfléchissants, c’est quand même bizarre ils bougent pas, ils clignotent. 2 secondes pour me rendre compte que ce sont des yeux.(petit rappel d’une discussion faite entre camarade dans la voiture, c’est quoi le plan B en cas d’attaque de sangliers?)Ouf, j’aperçois des grandes oreilles au-dessus de ces yeux: des chevreuils. Y a rien à craindre. On suit un pseudo talus pour trouver la 137.Le talus s’efface petit à petit, flûte elle est où cette balise? des concurrents nous guident vers elle, ça nous sauve pour cette dernière. On avait bien prévu d’en faire encore une ou deux mais ces p…… de ronces ont eu raison de nous. Déboussolées pour rejoindre la 119, on s’est empêtrées dedans et j’avoue avoir jurer après ces satanées plantes qui nous arrivaient jusqu’à la taille. 20 min plus tard, y en a marre, on y est encore. On aperçoit les lumières du campement de l’organisation. D’un commun accord, ON RENTRE! Total 14 balises sur 33 mais 310 pts sur 600 en 2h50 mn. Avec notre peu d’expérience, j’ai trouvé cette CO particulièrement difficile donc on s’en sort plutôt pas mal. Nous revenons satisfaites, surtout qu’avec 2 balises de moins on dépasse tout de même de 10 pts l’équipe Championne du monde franco-bretonne.
Encore bravo aux Wonder Woman’s

leur tracé


Publicités

13 Réponses

  1. c’est facile de se moquer d’un blessé mais MOI j’ai pas eu la trouille de rouler le dimanche matin en VTT, d’ailleurs le bain de boue ma fait grand bien à la cheville ! Ben voila conseil médical à suivre … et puis j’vais pas tomber dans le 3eme âge à me faire des straps avant chaque départ de course ! (message subliminal pour lkt …)

    ju

  2. Bien vu la def de Bréva : Alcoolique notoire qui ne sait lire qu’une carte, celle des vins ! Il est revenu au boulot lundi : « Mais il est completement malade David, il est parti comme un dingue et quand je l’appelais, il ne m’entendait pas… »
    Ju, quant à lui, est arrivé dans mon bureau lundi, et sans se soucier de la présence d’élève, s’assoie, se déchausse et met son pied nu sur mon bureau pour me faire voir l’étendu des dégats… Finesse et élégance…
    Marie et Vaness, vous êtes les meilleures !!!
    David : Doucement avec Bréva, j’y tiens !

  3. encore un grand merci pour m’avoir intégré dans l’équipe des « killeuses » à la dernière minute, j’ai passé une super CO en la compagnie de marie et vaness. Une petite question comment fais-tu ju pour superposer ton tracé GPS sur la carte? surtout quand elle est de format A3? un petit compte-rendu et mon tracé sur le blog http://lajoebarteam.over-blog.com/
    à plus les flyings.

  4. salut loic, le secret c’est quickroute ! telecharge le il est gratuit !

  5. merci pour le tuyau, j’ai réussi à superposer mon tracé sur la carte (en 2 fois, le haut puis le bas) mais je ne parviens pas à extraire le tout du logiciel quickroute, pour pouvoir juxtaposer le haut et le bas de la carte.

  6. re,
    il faut que tu scan ta carte et avec un logiciel de photo assembler les 2 morceaux (photofiltre ou autre logiciel photo) et après tu as une carte en un seul morceau. Apres tu utilises quickroute
    voilou

  7. Bonjour Alamo,
    En effet, j’ai malmené Bréva, euh, surtout les ronces !!!
    Malgré tout, avec Bréva j’ai pas finis dans le rouge, j’en avais encore sous le pied, n’est-ce pas Bréva ! (il se trouve qu’il a fait comme Ju, il s’est déchaussé devant moi pour enlever une épine sous le pied !!!).
    Pour finir j’ai eu un sacré mal de tête à cause de trop réfléchir par où il fallait passer !!! du coup j’ai pas pu faire de VTT !!!

    • ça, les deux roues, dès qu’on enlève le moteur, c’est plus dur…
      Qqfois, il arrive à Bréva de finir dans le rouge : c’est quand il a trop lu les cartes pré-citées…

  8. La prochaine fois, un duo David, world champion, avec la maxi pincette Loïc des Joebar team, ça pourrait former une dream team !…

  9. Pour les non afficionados, David c’est ça : http://www.dailymotion.com/video/x4b6l8_bol-dor-2005-crash-kawa-david-moril_sport

    mais aussi ça :
    Palmarès
    2008 : Championnat du Monde d’Endurance (Team Bolliger, Nouvelle Kawasaki ZX10R N°8)
    2007 : 8ème du Championnat du Monde d’Endurance (Team Bolliger, Kawasaki ZX10R N°8)
    2006 : 4ème du Championnat du Monde d’Endurance, 4ème des 24 Heures du Mans moto, 3ème des 6h de Zolder (Team Bolliger, Kawasaki ZX10R N°8)
    2005 : Vice-Champion du Monde d’Endurance, 6ème des 24h du Mans (Team Suisse Bolliger, Kawasaki ZX10R N°8)
    2004 : 9ème du Championnat du Monde d’Endurance, 4ème du Master d’Endurance, 5ème des 24h du Mans (Team Bolliger, Kawasaki ZX10R N°8)
    2003 : 6ème du Championnat du Monde d’Endurance, 3ème des 24h d’Oschersleben, 11ème des 24h du Mans, 5ème du Bol d’Or (Team Endurance moto 38, Yamaha R1 N°38)
    2002 : 4ème du Championnat du Monde d’Endurance, 1er des 24h d’Oschersleben (Team Endurance moto 38, Yamaha R1 N°38), 3ème des 24h de Spa (Team Phase One Endurance, Suzuki 1000GSXR N°3)
    2001 : 6ème du Championnat de France Open Supersport (Team Yam Service, Yamaha R6 N°79)
    2000 : Champion de France National 600 Supersport, 3ème au général (Team Yam Service, Yamaha R6 N°79), 6ème des 24h du Mans, 3ème des 24h de Spa (Team Motosport Courneuvien, Yamaha R7 N°93)
    1999 : Vice-Champion de France National 600 Supersport, 9ème au général (Yamaha R6 N°79), 3ème des 24h de Spa (Team Free Bike, Yamaha R7 N°12)
    1998 : Vainqueur de la Coupe Yamaha (850 TRX N°79)
    1998 : Vice-Champion des 1000 miles Cup Yamaha (850 TRX N°79)
    1998 : 1er des 24h du Mans catégorie 600 Supersport (10ème au général) (Kawasaki ZX6R N°49)
    1997 : Vainqueur du Guidon Yamaha (Team Manager: D. SARRON – Yamaha R6)
    1997 : 6ème de la Coupe Yamaha (850 TRX N°79)
    1997 : 2ème des 24h du Mans catégorie 600 Supersport (Yamaha ZX6R N°49)
    8 1997 : 7ème du Bol d’Or catégorie Stocksport (Honda 1000 VTR N°49)

    1996 : 5ème de la Coupe Honda (500 CB N°79)
    1996 : 2ème du Bol d’Or catégorie 600 Supersport (Kawasaki ZX6R N°79)

    ça envoie du TRES TRES GROS !!!!!!!!!!!!!!!!

    • D’accord avec LKT pour trouver ça impressionnant… Il intervient en plus en collège pour parler aux élèves de sécurité routière. Accompagné de son statut de champion, son discours est très efficace. Ceci dit, il faut arréter de lui passer de la pommade : il a déjà mal aux chevilles (depuis qu’il fréquente les Flying), il ne faudrait pas qu’en plus elles gonfflent !!!

  10. j’ignore ce que tu entends par maxi-pincette LKT, mais ce n’est sûrement pas un compliment! par contre je suis impressionné par le palmarès du world champion!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :