3 jours O’Cantal


« 12, 13 et 14 Juillet 2010 : 3 jours pour 3 CO dans le Cantal. Y’a des volontaires ? »

Le projet était lancé et les volontaires n’ont pas tardé : LKT et sa troupe, Vaness, Ju et  » J. Junior », Oliv et sa groupie, ainsi que  notre nouvelle brillante bachelière ZPM.

Laurent, notre parrain du CRENSOA, nous inscrit donc sous l’étiquette du club, espérant bien que nous porterons haut les couleurs du CRENSOA…

On l’avait prévenu qu’on pourrait se faire remarquer, mais sûrement pas par la qualité de nos performances…

3 cam’s au départ des Deux-Sèvres, en fin d’aprèm le 10 juillet, histoire de prendre son temps pour faire la route.

Premier arrêt camping après Limoges. La LKT’s Team, un peu à la bourre pour le départ, a été brillamment guidée jusqu’au premier camping sauvage…

Arrivée de nuit, 1h après les autres, LKT a gentiment été dirigé sur le poste à bouses de vaches pour se stationner… De nuit, LKT’s Family ne se rendent compte de rien, mais au petit matin c’est séance de nettoyage !… un peu maniak peut être ?

Et président Ju de rajouter : « T’avè ka èt’ aleur spice de counass !.. »

On reprend la route en convoi en direction du Lioran.

Arrêt déjeuner au pied d’une petite cascade bien sympa, avec un passage un peu technique, rétros des cam’s rabattus, les roues à moitié dans le vide, bas de caisse qui râcle le sentier et les fesses serrées…

Puis direction la station de Super Lioran, spot de la première CO.

On trouve un coin un peu isolé pour poser notre bivouac pour la nuit.

Les enfants de LKT se lancent à l’assaut de la montagne, et le reste de la troupe lézarde.

Le soir, c’est finale de coupe du monde de foot devant l’écran de 3cm sur 4, l’image sautillante, le verre à la main… Si c’est pas de la préparation ça !… On sait pô si, finalement, c’est les Français qu’ont gagné…

12 Juillet, première course :  une moyenne distance dans la station de Super Lioran. Au menu : dénivelé, végétation basse et dénivelé…

Après plus d’une heure d’attente, en milieu de pente, le cul sur les caillasses, la LKT’s family prend le départ pour le parcours découverte.

A bloc ! Le ton est donné et les grands seront obligés de suivre l’exemple.

ZPM, Ju, LKT , Vaness et « Junior », et enfin Oliv prennent leurs départs sur leurs circuits respectifs.

Tous en bavent dans ces pentes abruptes.

Vaness marche souvent pour laisser un peu de confort à « Junior », mais c’est pas l’envie de courir qui lui manque !… Au moins, à cette vitesse, elle ne commet pas d’erreur d’orient… Ce n’est pas le cas de Ju, qui se craque complètement à 3 balises de l’arrivée, sur un des postes les plus faciles… C’est finalement un enfant de 10 ans qui l’amènera sur le poste ! Cette erreur permet à LKT de lui mettre 3 minutes au temps final, mais tous les 2 sont très loin des temps de référence.

ZPM fait une belle deuxième place. Bon, faut dire qu’elles n’étaient que 2 dans sa catégorie… Mais un podium, c’est un podium, même si on n’est pas compèt…

Oliv fait une course honorable, assez régulière. Le physique a miraculeusement tenu sur cette course exigeante. Coach Laurent analysera finement, le soir même, au téléphone : « Oliv ? il monte en puissance…. »

Retour au bivouac et tous au lit de bonne heure : l’altitude ça casse un peu…

Pendant que LKT se gratte les jambes rougies par les piqures d’orties toute la nuit,  Ju refait sa course indéfiniment.

Pas vraiment reposant comme nuit…

13 juillet : Direction Murat pour un sprint urbain. L’organisation prend 30 minutes de retard pour les départs. L’attente est un peu longue et chacun essaie de faire passer le temps comme il le peut.

ZPM part en premier, suivie de Vaness et « Junior », puis LKT, Ju, Oliv et LKT’s Family.

ZPM commence par un beau Nord/Sud, puis assure correctement le reste de la course.

Vaness préserve toujours Junior et ne commet pas d’erreur.

LKT donne tout, mais comme d’hab, c’est insuffisant pour bien figurer au final. « Beaucoup de coeur, belle débauche d’énergie, vaine, stérile, inefficace. » pourront finement analyser les zotres.

Oliv, après un départ nimportnawak en propriété privée, résiste à la tentation d’escalader un immense mur infranchissable, se résoud à faire demi-tour, et gère une course correcte ensuite, en verrouillant l’orient sans se mettre dans le rouge dans les gros dénivellés. 

Quant à Ju… ben, comment dire ?… c’était un jour sans… sans balise ou presque, puisque 8 trouvées sur 18 en 35 minutes ! Quand le physique manque dans les dédales de ruelles et d’escaliers et que le mental craque, le résultat peut devenir mémorable. Mention spéciale :  » Ne peut que progresser ! »

Katy ( Mme LKT ), fait une belle course loisir, suivie de près par ses 2 marcassins. Le parcours n’était pourtant pas si évident, mais quand on a les conseils d’un mari aussi expert, on ne peut que réussir… ou pas !

.

Le village de Murat est bien sympa pour ce genre de C.O. et la carte était précise. Le parcours demeure physique avec les nombreux escaliers et un peu technique avec les murs infranchissables (que Ju a confondus avec des chemins !…)

14 Juillet : Le bouquet final au lac des Péchers à coté de Chalinargue, pour une longue (très très longue !) distance. On était averti que c’était la course la plus technique. Le relief n’étant pas plat non plus, ça promettait.

ZPM ouvre le bal encore une fois, suivie de Katy et ses marcassins, Vaness et « Junior », LKT, Ju, et enfin Oliv toujours encouragé par sa supportrice-grand reporter attitrée.

La course, très technique, avec peu de chemins ou de marques au sol (fossés abrupts etc..), beaucoup de rochers mais pas tous cartés, est basée sur la reconnaissance des différences de végétation. C’est difficile pour tout le monde. Par endroit, on trouve 5 ou 6 coureurs qui jardinent pendant de longues minutes. Pour notre groupe, on est sur une moyenne de 5 à 6 balises trouvées la première heure. Il faut privilégier la précision des azimuts et la lecture des détails de la carte sur la vitesse de course.

Ainsi Vaness, qui marche, s’en sort pas mal comme Katy et les marcassins qui suivent des itinéraires longs mais sûrs.

Pour les autres c’est très laborieux. Les temps de course sont autour de 2h30. La palme revient à LKT qui passe plus de 3h dans la forêt, et qui se fait reprendre par Ju, pourtant parti 27 minutes après et ayant souvent jardiné aussi,  aux 3/4 du parcours.

Au final, on est loin des temps des premiers, et on mesure l’écart entre les orienteurs purs et les « orienteurs raideurs ».

L’ambiance de ces 3 jours, très différente de celle des raids de notre région, manquait un peu de convivialité.   Quelques couac d’organisation, avec des retards et des problèmes de gestion électronique, mais la région est magnifique et les cartes intéressantes.

Dommage que cela soit aussi loin  : 13 heures de route aller-retour pour moins de 5 h de course  et pourtant on a été de ceux qui en ont le plus profité en restant le plus longtemps en course !…

2 Réponses

  1. Ju : 8 balises sur 18 en 35 mn ??? Non mais je rève ! Bon moi, je change de copain…

  2. donc si j’ai tout compris, le tourisme était plutôt agréable et les marmottes bien planquées. Et Vaness qui court toujours… quelle santé!
    Bises, j’ai bien pensé à vous pendant ces 3 jours, avec envie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :