Raid ARA 2010 5ème édition !


Comme d’habitude le Raid ARA fait partie des raids à ne pas manquer dans la région ! Jamais de mauvaise surprise ! On signe donc pour 2 équipes : 

LKT / Ju  les fougueux ( ils porteront une fois de plus bien leur nom !)  pseudo : flying avent’hure 1 

Marie et Oliv en mixte ( première  d’un  raid version expert pour Marie : elle ne sera pas déçue !)  pseudo : flying avent’hure canal hystérique 

Vaness,  grand reporter et assistante de choc, veillant jusqu’au milieu de la nuit pour accueillir ses poulains. 

Départ samedi début d’après midi, comme d’hab, on arrive dans les premiers sur le site de PRANZAC (16). Normal, on a un camp à installer ! 

 

On peaufine les dernières stratégies en dégustant une bonne plâtré de pâtes sauce bolo maison concoctée par Vaness ! On déguste en plus le pinard offert par l’orga en se disant que les cyclistes des années 60 en mettaient bien dans leur bidon, donc ça pouvait pas nous faire de mal une heure avant le départ ! 

Chaque équipe se pose les dernières questions du style :  » On prend quel vélo pour le bike and run ? ». 

Pour l’équipe lkt/ju la question a été déjà traitée et pas d’hésitation. Par contre pour les canal hystérique c’est différent… Marie touche à peine les pédales du vélo d’Oliv, celui de Marie est trop petit. Oliv décide donc avec galanterie de laisser courir Marie, lui se chargeant du vélo !

Pendant ce temps là, Ju monte son vélo et s’aperçoit que la roue avant ne tourne plus ! LKT vire au vert ! mais Ju prévoit tout et, en 3 minutes chrono, change les plaquettes de freins et les ressorts qui gênaient. A en faire pâlir notre mécano préféré, Bruno  de VTT import ( t’inquiète Bruno, on t’apporte les VTT vendredi prochain, on a un raid samedi, t’auras le temps ?).

Bon voila le briefing carré de Yannis bouclé, photos des zéquip’ et c’est parti ! 

 

  

Tout le monde est sous l’arche, prêt à s’élancer pour le petit prologue de 2 fois 1 km. Ju propose à LKT de partir à fond pour s’échauffer. OK.  Rien de calé pour les hystériques. 

 

Détails du raid vu par les flying avent’hure 1 :

Départ 19h00.
Le prologue se passe nickel, on s’est bien tapé dedans, le petit vomito n’est pas loin ! Nickel, on vient juste de commencer le raid !
 

 

On part en bike and run pour 5 km, on continue sur un bon rythme, à donf, on est explosé, du coup on rate une balise direct ! 30′ de pénalité ! Le raid est bien parti ! En plus on emmène 90% des autres équipes dans la mauvaise route ! Sympa, on se fait des potes ! 

On enchaine par un beau parcours style croquis d’itinéraire, là encore on se plante vers la fin, empruntant un mauvais chemin (bon c’est pas totalement de notre faute, peut être la seule petite imprécision des nombreuses cartes des organisateurs !). On se recale. Tiens ! On retrouve les hystériques qui se foutent bien de notre gueule ! 

Une C.O au score de 16 balises en 35′, en coéquipiers séparés nous attend dans une forêt ambiance tropicale ! Il fait hyper sombre et le taux d’humidité frôle les 100% ! La pression est forte. On prend le temps de bien se partager la carte en 2 fois 8 postes. Enfin une section sans faire de conneries ! On arrive à tout prendre en moins de 30 minutes. OUF ! 

 

 

On r’enfourche nos VTT direction la C.O au 1/10000 ! Il fait encore jour pour nous ! On la débute en 5ième position. On finira cette belle C.O dans la nuit noire ! Pas de soucis particulier les postes s’enchainent bien. On arrive même à recoller quelques équipes et on boucle juste derrière les frères Bailly des échappées de Mélusine. 

 

Hop ! Hop ! Hop ! Les gars, y’a un petit tir carabine de nuit à faire avant de repartir ! 

 

 

Pas très doués les fougueux, 8 minutes de bonus (cette fois c’est LKT qui rattrape la mise) 

Dernière section de la soirée, une belle spéciale VTT ! Pas d’erreur, on passe la ligne d’arrivée vers  00h00, 7 minutes derrière les Bailly ! OUF ! On est un peu frustré par l’erreur commise en début de raid mais faut bien justifier notre pseudo de fougueux ! 

  

Petite douche, une bière, un sandoc et on retourne sous notre tivoli pour attendre les hystériques. 

 

Dimanche lever 4h45 (rappel : coucher 2h00 !), briefing 5h45, départ  6h02 ! Le départ, en bike and run est donné équipe par équipe toutes les minutes ! On est 2eme au général (un peu surpris avec les débuts catastrophiques), 45 minutes derrière les 1er (les Echappées de Mélusine) et les 2 équipes des Sérial Azimut sur nos talons à 5 et 20 minutes ! Objectif : Garder notre place. 

 

  

2 stratégies possibles : Laisser revenir les Serial et essayer de les neutraliser, ou se taper dedans pour creuser l’écart sur nos poursuivants et tenter de mettre un peu de pression sur les premiers, même s’ils ont  une grosse avance au général. 

L’écart avec nos poursuivants étant trop faible, le moindre problème , mécanique ou autre nous aurait vite fait rétrograder. On choisit donc de partir à bloc ( En plus Ju adore ça !). 

Le départ est échelonné en fonction du classement provisoire, et on part donc en bike and run, comme des morts de faim, 2 minutes après les Bailly , bien décidés à essayer de les croquer. 

Au 3/4 de la section, on les aperçoit de temps à autre. C’est bon ça. 

On arrive donc à une épreuve trail-VTT en relais sur un terrain de cross, avec les frangins juste devant. LKT part en premier pour le trail, et s’asphyxie copieusement pour réduire encore l’écart. Ju prend le relais à VTT , met les watts à son tour et on finit par recoller les premiers, mais on a grillé de la grosse cartouche ! 

Les 3ième sont là aussi, mais l’écart semble maintenu. On repart avec les  frères Bailly  en VTT road book, pensant bien qu’on allait faire un bout de chemin ensemble…mais curieusement, on les distance très vite. On ne se retourne pas et on essaie de garder un bon rythme  et de ne pas faire d’erreur. 

On enchaine par un trail. Les jambes sont lourdes, mais on essaie de toujours trotinner. On se retourne de temps en temps, mais on ne voit personne derrière. 

Puis c’est une CO photos, sans difficultés d’orientation,mais on a 2 hésitations sur les photos du premier et du dernier poste. 

Petite jonction trail, franchisement pont de singe,prudent pour Ju et bourrin pour LKT qui se tétanise les bras et les épaules,  avant de prendre les canoés. 

LKT pleure sa mère d’avoir fait n’importnawak sur le franchissement et change de côté de pagaie toutes les 2 minutes, pour essayer de soulager ses bras et ses épaules. En plus les crampes dans les cuisses arrivent comme d’hab dans  ce genre d’épreuve. On perd sûrement pas mal de temps sur nos poursuivants. 

 On débarque enfin et on trace la VTT’O suivante. On finit juste le traçage que les Sérail arrivent en canoé. On a un peu creusé l’écart, mais c’est négligeable. On repart à bloc. On jardine sur la première car au mauvais carrefour ( c’est la seule erreur notable de pose des organisateurs ). Ju oriente nickel, LKT verrouille les distances, et se sprinte après chaque pointatge pour recoller. 

 On passe quand même près de 1/4 d’heure à chercher la balise n° 9, avec pas mal d’influx nerveux en plus. On ne la trouve pas et on décide de dégager avant que d’autres arrivent. Faut bien les laisser chercher un peu aussi… 

Pose tir sarbacane : Ju est nul et LKT évite les cibles pour être en phase avec son partenaire. Y’a pourtant des sarbacanes à l’assoce, va falloir qu’on s’entraine ! 

A noter que Vaness est là, à chaque changement de section pour nous encourager. Nous, reconnaissants, on lui balance nos déchets, quasiment sans lui parler  et on repart comme des nazes.  

On repart en VTT . LKT consulte le road book que Vaness avait recopié sur un morceau de papier, car il avait perdu l’original la veille. Reste 9 km de VTT ‘O et 4 km de VTT mémo. 

LKT lance :  » Allez JU, on mets tout, plus que 13 km de VTT ». 

Donc on mets tout, de tout notre coeur , à se griller joyeusement, avant d’arriver à un CO boisée de 11 km !!!!!!!!!!!!!!! 

Aïe, aïe, aïe, on est cuit.  

Vaness spicedecounass ! 

Tant pis, LKT s’allège au maximum et oriente, tandis que Ju fait le mulet , porteur d’eau, et se charge de pointer. Il fait très chaud, certaines portions sont assez longues et en plein soleil. On en chie, mais on essaie de ne pas marcher.  

Pas d’erreur d’orient, juste un petit jardinage de 2 minutes sur l’optionnelle. En fin de CO, plus technique, on priviligie les azimuts « courts »,quitte à marcher aux portions longues de chemins où de toute façon, on n(aurait pas couru bien vite. 

On boucle toujours en tête. VTT mémo pour finir : 4 km . On prend bien le temps de mémoriser les cartes et on pédale les plus vite possible après. 

C’est l’arrivée : YES ! 

Maintenant faut attendre les Serial et les frères Bailly. 

Les Serial arrivent6 minutes après nous. C’est  notre tire Sarbacane minable qui peut nous couter la seconde place. Non, il leur manque l’optionelle de la CO. C’est bon, maintenant y’a plus que les frères Bailly. On attend, les minutes ne passent pas assez vites à notre goût. Ils arrivent 40 minutes plus tard environ. ça va être très serré, peut-être à la minutes. Là ancore le tire peut nous mettre dedans. 

Finalement, on apprend qu’ils ont fait un erreur sur la CO photo. 

On finit donc premiers malgrè notre grosse boulette dés le troisième kilomètre du raid. 

Moralité : Faut jamais rien lâcher ! Si on fait des erreurs les autres auusi peuvent en faire ! 

Superbe raid en tout cas. Pour nous, c’est le meilleur que l’on fait fait cette saison. 

 Bravo à toute l’équipe ARA ! 

 GROSSE BIZ A NOTRE ASSISTANTE : VANESS ! 

  

 

Le raid vu par Marie, la féminine des Flying Avent’hure canal hystérique :

Alors voilà ce qui s’est passé, ou presque, ce week end au sein de l’équipe des canal hystérique : 

Léger ajustement au départ au niveau des vélos et prise de décision pour savoir quelle machine sera l’heureuse élue qui nous acheminera pendant les épreuves de bike and run. Deux paramètres s’affrontent, d’un côté, nos 50 cm de taille de différence, de l’autre, le poids, digne d’une enclume, de mon vélo.


 
Une seule chose à faire: tester. Et c’est parti pour une séance d’essayage : entre Oliv qui a les genoux dans le guidon et moi qui n’arrive pas à toucher les pédales, la chorégraphie du Lac des Cygnes n’a qu’à bien se tenir ! On opte donc pour la solution la moins pire : on prendra p’tit vélo !
 


Nous voici donc prêt pour le départ. Je commence le trail d’un kilomètre, accompagnée de mes concurrentes féminines, et je passe le relais à Oliv qui s’élance à son tour.
 

  

On enchaîne sur du run and bike et on évite une première erreur d’orientation à un passage de Gué, où les équipes de devant s’engouffrent et ratent la première balise. Ensuite, on poursuit sur du VTT suivi d’itinéraire et premier bricolage : mon plateau repose carte s’amuse à faire du yo-yo à chaque bosse. Oliv sort le scotch et l’immobilise pour de bon. Entre temps, on croise Ju et LKT, qui s’étaient égarés au travers d’un joli champ de blé, ça me rappelle alors la fable du lièvre et de la tortue…! Pourquoi partir trop vite !? (ah oui ! pour finir premier peut être ?). 


On arrive sur le site de la CO en binôme séparé, on se décide rapidement sur la répartition des balises en coupant la poire en deux, temps limite de 35 min.
 

 

  

Vaness est au rendez-vous pour les photos dans la grotte et je suis juste derrière LKT sur les premières balises, puis personne, il a dû passer la seconde ! Les balises sont bien cartées et le terrain très agréable, je reviens juste après Oliv, on a les 16 balises !  

 

Après  un petit strip tease, histoire de déconcentrer les concurrent(e)s qui retiennent la CO mémo VTT, et on est repartis. Le VTT d’Oliv se fait de plus en plus entendre aux changements de vitesse et on craint le pire… Les parcours mémo sont assez techniques, on ne fait pas d’erreur, mais à l’approche de la dernière balise, Oliv explose son dérailleur… petit moment de flou, même si Oliv reste hyper zen. Un concurrent sympa s’arrête pour nous proposer son aide, je récupère une partie du désormais « feu dérailleur » et Oliv continue en mode trotinette jusqu’à la fin du parcours. Et là beaucoup de chance pour nous, au changement de carte, un gars nous dépanne et nous permet de continuer le raid, encore merci ! On s’élance donc en CO VTT sur des portions plutôt longues et roulantes, on perd un peu de temps en faisant un retour en arrière sur une balise qu’on dépasse et une erreur d’aiguillage à un carrefour, entraîné par l’équipe mixte de Stéphane et Sandrine des Vendanges. Je ne vérifie pas l’intersection, on les suit et on doit perdre 10 min, avec une bonne côte en bonus ! On arrive sur le site de la CO de nuit vers 22h15. 


Ravitaillement au programme et on s’équipe en éclairage et boussoles<: barrière horaire à 00H30. On est au coude à coude avec les deux autres équipes mixtes. Pas de problème pour les deux premières balises mais ensuite on se plante sur la troisième et on « jardine » comme dit Oliv pendant 20 min sans la trouver. Déception, d’autres équipes galèrent aussi sur celle-ci ( mais la trouveront !) et on enchaîne sur les autres. On a du mal à se recaler dans un premier temps puis on se met dans le bon rythme. 
 

Mais trop de temp perdu et on court après le chrono pendant toute la CO. On est obligé de laisser la dernière balise, donc au total on repart avec deux non poinçonnées ! Petite frustation… mais on a une chance de se refaire au tir à la carabine ! Enfin c’était sans compter sur Oliv et son oeil de lynx… en fait je pense qu’il a fait choux blanc sur les cibles car tout simplement il ne les visait pas ! En revanche, on peut penser qu’il a dérangé quelques lapins bien tranquilement endormis…
La nuit est déjà bien entamée quand nous repartons pour le VTT road book. Une hésitation au départ puis on est lancé, on rattrape les « traversées du désert », un peu égaré, et on poursuit ensemble sur le suivi d’itinéraire où une déviation, type montagne russe, fera mal aux jambes, mais un petit malin y avait mis une balise, ça valait la peine ! On arrive à 1h45 au camp de base… 


Un petit dodo rapide et réparateur, enfin rapide, et on prend le départ du bike and run en 10ème position. Oliv a l’air en canne, moi j’ai du mal à délier les jambes et c’est Oliv, puisqu’il insiste, qui court sur le parcours de cross. Mais là, on ne s’en lasse pas, je décris la scène au ralenti : il lance son casque qui effectue un double axel et un triple boucle piqué et retombe (donc cassé!) au sol. Ah! Oliv et son matériel, quel florilège ! Je prends le relais en VTT sur le parcours de cross mais malheureusement mon enclume (ou la faiblesse de mes jambes) ne me permettra pas de monter élégamment les bosses, pourtant la photographe était là ! 

 

Ensuite pas de souci majeur pour la portion VTT road book, et suivi d’itinéraire, la balade (eh oui vu mon rythme en VTT, on peut parler de balade !) se passe sans accroc, il faut le souligner, c’est rare !
On poursuit sur 3,5 kms de trail fléché, où on reprend une équipe et on aborde ensemble la CO photo urbaine. C’est Oliv qui tient la carte, son oeil magique est cette fois-ci bien aiguisé et il repère les premières photos. On la clôture rapidement et sans erreur (à une rue près) avec deux équipes sur nos talons.
 

 On arrive sur les fameux franchissements humides, on court toujours après les premiers mixtes qui sont justes devant. Le pont de singe met mes épaules à rude épreuve mais la récompense ne se fait pas attendre : thalassothérapie dans la rivière !

 

 On saute dans le canoë et on pagaie sur un rythme honorable. On se craque à un moment, en ratant la passe et en prenant une déviation trop étroite pour notre embarcation. On essaie de passer quand même, on ne sait jamais des fois que le canoë en plastique soit plus fort que le bloc de béton, mais finalement demi tour, on était juste à 10 m du passage.
On termine le parcours du canoë en apercevant l’équipe de Stéphane et Sandrine qui s’apprêtent à repartir. Ca leur colle une belle pression. On prend connaissance de la carte de CO VTT et on effectue le traçage des balises. J’utilise un beau feutre bleu, grâce auquel, le chef d’oeuvre fini, on ne voit plus rien pour repartir. J’écarquille donc bien les yeux, et  on file sur le parcours. On se croise avec plusieurs équipes et on s’agglutine sur la balise N°9 que certains cherchent depuis 10 min. On ne s’attarde pas, elle a dû être mangée par un sanglier ! Je cale un peu sur la reprise VTT, et même si on ne fait pas d’erreur d’orientation, on reste derrière l’équipe mixte des vendanges.

 


Petite pause exotique avant une nouvelle portion de VTT CO avec du tir à la sarbacane. Alors, autant on sait maintenant qu’Oliv ne sera jamais chasseur, autant moi j’ai failli me blesser avec ma première fléchette de sarbacane qui a dû atterir à 3 cm de mes orteils… mais le point positif, c’est que l’on connait désormais nos spécialités respectives !
On enchaine sur 9 km de VTT sur des portions très agréables, roulantes et on débute la CO pédestre aux alentours de 11h30. Comme on fatigue un peu, on décide de partir léger, donc sans sac, sans rapporteur, sans eau, sans ravitaillement, sans rien quoi…! Même pas peur ! Le problème, c’est qu’au bout de 15 min, le soleil et la chaleur sont bien là, le terrain est dégagé et l’effort bien présent. On fait une bonne orientation, à vitesse réduite certes, jusqu’au moment où on trace la balise bonus. On la trace comme des manches avec un qui tient la boussole, l’autre qui trace l’azimut, et un troisième la distance, ah non ! on n’est que deux ! Enfin, bref, on se rate sur le traçage et on part la chercher dans des portions à peine traversables. On laisse tomber au bout d’un moment mais sans prendre le temps de vérifier le traçage… Pour le reste, pas de souci, mis à part qu’on souffre quand même d’être parti « à vide » et moi j’arrive plutôt cuite, voire rôtie sur la fin de cette CO.
Et pour finir, une portion en VTT mémo facile qui nous ramène à la source…
 


Au final, on est dans la course avec l’équipe mixte de Stéphane mais les deux balises de nuit manquées sur la CO pédestre et mon petit niveau en VTT du dimanche nous laissent à moins d’une heure derrière eux.


 
Juste pour info, j’ai mis 4h pour faire Pranzac-Niort : je me suis arrêtée aux trois aires d’arrêt sur la 2×2 voies avec, à chaque fois, un dodo de 30 min, interminable !
Comme annoncé, Oliv a laissé le volant à LKT au bout du parking. Merci, j’ai bien rigolé !
Et merci beaucoup à Vaness pour l’intendance, les conseils et la présence.
 

Je suis ravie d’avoir partagé ce moment avec vous, j’espère qu’il y en aura d’autres…
 
Marie
  

 

Publicités

6 Réponses

  1. J’ai peur… Sur la 3ème photo, LKT et Ju ont l’air amoureux… Quant à Marie, la technique du pont de singe est impressionnante. Enfin ça a dû être facile car Ju n’était même pas fatigué lundi… Bravo à vous 4. Vaness, repose toi.

  2. C’est un plaisir d’avoir pu donner la chance à mon vieux 8.2 de faire un podium 🙂
    Félicitations à vous !

    Le gars du relais.

  3. Excellent les Flyings !

    Superbe course, dans la vidéo de l’épreuve en ville, on a mal aux jambes pour vous tellement ça a l’air de tirer

    dav des lumas

  4. En fait, le mieux, c’est quand même LKT sur le pont de singe… Je me le repasse en boucle en espérant à chaque fois qu’il tombe, mais non… C’est dommage.

    • C’est marrant de relire ce commentaire, avec le recul… quand l’épisode du « gang des gabarres » est passé par là…

      hi hi hi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :