Les échappés de Mélusine 2009


Deux équipes présentes à ce raid, toutes les deux mixtes et toutes les deux affichant autour de 35 ans de moyenne d’âge :

L’équipe FA1,composée de Ju, Vaness, LKT – des raiders qui n’en veulent – chargée de gagner le raid, en toute convivialité bien sûr (voir compte rendu en deuxième partie ci-dessous).

Image1P4110112

L’équipe FA2, composée de Thierry, Ze Perrine Machine (ZPM) et Oliv dont l’objectif était de faire vivre de l’intérieur à ZPM, jeune stagiaire en formation, toutes les conneries qu’on peut faire en raid, dans une équipe de Pieds Nickelés.

P4110114

Compte rendu FA2 :

Kayak : le départ est donné, les équipes dévalent la pente en direction des embarcations. On choppe les gilets, putain ça passe pas ! On n’a pas desserré la sangle, le casque gêne l’introduction de la tête, le bas du gilet reste bloqué au dessus des épaules, nous voila engoncé comme des Playmobils aveugles, titubants, pendant que les premiers kayaks filent déjà vers la première balise.

DSC04021

DSC04053

On finit par réussir à s’équiper et on tente une mise à l’eau barbare pour récupérer un peu de temps : Oliv et ZPM sautent dans le kayak et Thierry pousse l’ensemble pour le faire glisser du talus herbeux jusqu’à l’eau. Mais la pente est telle que l’avant enfourne à mort, l’embarcation se remplit d’eau instantanément et reste plantée, le nez dans la vase et le cul toujours sur l’herbe. On doit alors sauter à l’eau pour remettre tout ça en ordre et on arrive finalement à décoller alors que les premières équipes ont déjà tourné  le coude du plan d’eau.

La poursuite commence, ponctuée de grands coups de pagaies peu efficaces puisque donnant des à-coups peu propices à une bonne fluidité. Lorsqu’on s’est complètement explosé, on pagaie plus normalement, favorisant la fréquence au détriment de la puissance, et on reprend quelques équipes adeptes de trajectoires sinusoïdo-rocambolesques. Après avoir tourné les deux balises, on finit par sortir de l’eau dans les dix premières équipes.

VTT : progression au road-book. Comme on a l’équipe 1 en visuel quand on sort de l’eau, on cherche à leur sucer la roue et on saute sur les machines sans prendre le temps de comprendre dans quel sens se lit le document. Tout en roulant, en finissant de s’équiper, Thierry essaie de faire coller les cases au petit bonheur avec les carrefours rencontrés. Et il y réussit pas mal pendant un certain temps, l’animal ! En haut d’une montée particulièrement éprouvante – il y a un moment qu’on n’a plus l’équipe 1 en visuel, ni aucune autre équipe d’ailleurs – on doit se rendre à l’évidence : on est complètement paumés, tous seuls, en dehors de l’itinéraire… ZPM prend conscience qu’elle s’est embarquée avec des cadors et qu’elle va pouvoir apprendre beaucoup de ces équipiers particulièrement attachés à parfaire sa formation… On prend le temps de voir dans quel sens se lit le road-book, on se recale, on fait encore deux/trois erreurs de lecture et on finit quand même cette portion sans autre souci notable.

B&R : comme on a pioché un peu, on évite les travaux pratiques et on se contente d’inculquer oralement à ZPM les conneries possibles sur ce genre d’activité, genre : oublier de ramasser au passage le vélo laissé devant par l’équipier quand on est le dernier des trois à progresser en course à pied, ou bien prendre une direction au feeling, en suivant une autre équipe, quand on vient de poser le vélo et qu’on court devant sans carte et sans infos sur la direction à prendre…

VTT : progression sur carte au 1/25000° dont la dernière mise à jour date d’une époque ou Mickaël Jackson chantait encore au sein des Jackson Five. Seuls les chemins qui concernent l’itinéraire à suivre sont à peu près cartés, les autres le sont par-ci par-là. Ce qui fait que la relation carte-terrain est des plus difficile à établir, la plupart des carrefours rencontrés suscitant des questionnements métaphysiques du genre : Où vais-je ? Qui suivre ? Dans quelle carte d’état-major j’erre ?

Au final, quelques kilomètres supplémentaires, mais carton plein au niveau des balises.

Course à pied : sur ce trajet en Q de 6 km, relativement simple à suivre, il n’y avait, en théorie pas lieu de s’éterniser. On enquille, ça déroule, mais au premier tiers, première cagade : on était sur une parallèle. Thierry rebrousse sur le bon chemin à la recherche d’une éventuelle balise, qu’il trouve effectivement.

On poursuit, à peine échaudés par cet avertissement. Le bord de l’eau, la pointe, on remonte, en direction du final, la pente est raide, ça buffe, on débouche en haut, et là ZPM, en toute innocence, de sa petite voix calme et posée, ne se doutant pas une seconde de la tempête intérieure qu’elle allait susciter dans le crâne d’Oliv – fondamentalement allergique à la course à pied – lâche : « On est passé là, tout à l’heure… ». Patatras ! On vient de prendre une paire de kilomètres en plus dans la tête. Dans un but pédagogique, on montre qu’on est une équipe soudée, personne n’étrangle personne au bord du carrefour, et on reprend notre course. Au final, 1h10 d’efforts, pour éviter 3 fois 20 minutes de pénalité, même les plus hermétiques aux tables de multiplication flaireront l’arnaque…

Tir à la carabine : Thierry arrose au petit bonheur, pendant qu’Oliv et ZPM tracent les reports de balises pour le VTT’O retour.

VTT : record de vitesse battu ! On double des bagnoles sur la voie de droite dans les belles descentes de la deux fois deux voies, limitée à 110 ; on peine un peu plus dans les montées, en aidant ZPM par de viriles poussettes à doubler des wagons de cyclistes, embarqués comme nous sur cet étrange parcours, induit et quasiment imposé par l’implantation des balises. Emportés par notre élan, on dépasse allègrement le niveau du vieux pont métalique pour sortir quelques kilomètres au Nord, une impressionnante bande de suceurs de roue sur nos talons. Quelques carrefours plus loin, on commence à réfléchir, on se recale et c’est parti pour quelques nouveaux kilomètres supplémentaires afin d’ aller pointer les deux balises négligées. Finalement, on termine plus calmement cette portion qui clôture la première journée de raid. Piscine, ravito et sieste réparatrice.

IMG_0986IMG_0995

C.O. nocturne : Les cartes sont données, on a un peu de traçage à faire. Comme on a oublié la règle au camion, on bidouille les distances avec la boussole, c’est approximatif, ce qui fait qu’on met un peu de temps pour tracer correctement les optionnelles avant de partir. On décide d’attaquer dans le sens horaire, afin d’avoir le choix entre deux passages au dessus de l’eau pour rentrer, si on est trop taquets en temps à la fin. C’est ZPM qui emmène la carte. Oliv propose d’entrée un azimut direct sur la 8 et là, c’est le drame : on jardine de nombreuses minutes sur le spot, sans la trouver, l’imbroglio de haies n’étant pas précisément carté à cet endroit. On finit par se rabattre sur la 11, puis on retente la 8 à partir de la 11, sans succès. On finit par lâcher l’affaire après avoir mangé plus de 10 mn sur ce poste. On enquille la boucle, en faisant l’impasse de quelques optionnelles un peu lointaines, puisque le temps mis à tracer et à jardiner la première ne nous laisse pas la possibilité de tout ramasser. Il y a longtemps que Thierry a arraché des mains de ZPM la carte, remettant à plus tard une mise en situation en responsabilité de la jeune stagiaire. À la fin, il nous reste 6 mn pour tenter une troisième fois cette foutue 8, proche du départ/arrivée. Mais là, c’est beaucoup plus facile : il y a un wagon d’équipes sur le coup, la zone est éclairée comme l’aéroport Charles de Gaulle un soir de départ en vacances, ça braille de partout, et on peut la rajouter facilement à notre collec’.

Prologue, dimanche : pendant que ZPM, va se paumer en pleine pampa avec le troupeau des premiers relayeurs, que Thierry se perd dans des questionnements aux prolongements vertigineux du genre « Le prologue, c’est toujours au début ? », Oliv part tenter de glaner des minutes au tir à l’arc. Ju, de l’équipe 1, qui est déjà passé, lui prodigue moult conseils des plus pertinents, qui semblent porter leurs fruits au regard du résultat de la première flèche : un beau neuf, bien jaune, au cœur de la cible. Mais Oliv, grisé par ce premier succès, perd de vue que le pas de tir est situé au bord d’un magnifique nid de poule. Alors, au moment de lâcher la seconde flèche, une petite correction du poids du corps sur l’arrière le déséquilibre dans le trou. La flèche part dans le ciel, en direction d’une arrière-arrière petite nièce de la cousine au troisième degré de la Fée Mélusine, occupée à sarcler un carré de salade, dans un jardin, en contrebas des remparts. Heureusement, le projectile sera stoppé par une excroissance de la muraille, sur laquelle il viendra se fracasser. Certains y verront même un nouveau miracle à mettre à l’actif de la fameuse fée.

VTT : road-book. Pas d’erreur jusqu’à l’anté-pénultième case qui propulse, à la faveur d’une erreur de lecture de distance, notre sympathique équipe dans une zone herbeuse manifestement vierge de toute trace antérieure de passage de VTT. Nos bons gros bourrins insistent un peu avant de se rendre à l’évidence, de reconsidérer l’affaire, et d’entamer un demi-tour qui complète la formation accélérée de la jeune stagiaire.

C.O. : course au score, 1h30. Comme on s’était donné les moyens de ne pas arriver dans les 40 premières équipes au terme du VTT, on est ventilé en premier sur la C.O. Pas de gros souci, quelques hésitations, des choix de progression pas toujours très académiques, deux/trois azimuts sanglier pour le folklore… On tourne dans le sens anti-horaire et on laisse, à la fin, la partie Nord de la carte, faute de temps. On croisera l’ékip1 au cours de cette épreuve, le pôvre LKT, les yeux exorbités, au bord de la crise d’apoplexie, nous faisant de la peine, et même un peu pitié.

DSCF1102

 

Canoé : on verrouille sans faire les guignols, ZPM à la lecture de carte, les deux autres traçant l’itinéraire au plus juste, pointant à la volée.

VTT : on envoie correctement. Sur un single track en bord de barrage, on double les Biopèdes, et là, crime de lèse-majesté : Armelle nous rappelle à l’ordre, c’est l’anniversaire de Bruno et on ne peut pas lui faire ça, son ego surdimensionné ne le supporterait pas ! Alors nous devrons multiplier les petits incidents pour permettre aux Biopèdes de nous repasser devant et offrir ainsi à Bruno un très beau cadeau d’anniversaire. C’est d’abord ZPM qui s’y colle : dans une descente pierreuse, un peu technique, au bord du barrage, elle fait un salto avant en passant par-dessus son vélo. La note tombe. Le verdict est sévère : 3,5/5. Peut mieux faire… Puis c’est le VTT d’Oliv qui part en mille morceaux au cours d’une petite désescalade rocheuse. On lambine un peu pour reconstituer l’ensemble, Bruno nous repasse devant, l’honneur est sauf, Armelle recommence à respirer…

B&R : bonne nouvelle : 2 VTT au lieu d’un seul initialement prévu. Thierry s’enflamme, parle de prendre à son compte la plus grande partie de la course à pied, pour préserver les autres, se prépare en conséquence, démarre en trombe… et explose au bout de deux kilomètres. On revient donc rapidement à un fonctionnement classique.

DSCF1177

VTT : dernier tronçon. Thierry a besoin de se sécuriser en orient’ pour éviter les kilomètres supplémentaires. ZPM lui lâche sobrement : « Réfléchis pas trop, Thierry… » C’est bien, elle commence à être dans l’esprit, la convivialité la gagne…

Cinq minutes après qu’Oliv se soit fait, en son fort intérieur, la réflexion : « C’est cool, on n’a pas eu de pépin mécanique » v’la t’y pas que ZPM crève à l’arrière, à 4 km de l’arrivée ! On met un coup de pompe à l’arrache en espérant que ça tienne jusqu’au bout, mais après 10 mètres, on doit se rendre à l’évidence : il faut changer. On sort en vitesse de tos de réparation et là, Caramba ! on constate que la roue du VTT de ZPM est solidement fixée par des boulons de 12 et qu’on n’a pô de clé adéquate pour la desserrer. Alors, on jette le vélo dans une prairie, ZPM monte en amazone sur le guidon du vélo de Thierry et nous parcourrons ainsi les derniers kilomètres qui nous conduisent à la ligne d’arrivée.

em4em3em2DSC04894Image2

Rappel : ZPM descend la tour de Mélusine en doublette avec sa mentor, Vaness de l’ékip1, pendant que les garçons crament tous les tickets de bière, vautrés sur la pelouse en bas, dressant un bilan très positif de tout ce qu’ils ont pu enseigner à la jeune stagiaire, au cours de ce week-end pédagogique des plus convivial.

DSC04898

100_4169

Compte rendu FA1:

La stratégie de départ était de faire orienter Ju, griller le pointeur LKT , Vaness devant veiller à ce que les 2 chiens fous emballés par la course,  ne se mettent pas à faire nimportnawak.

melu 4

Dés la première épreuve, c’est parti à fond. 3 km de canoé à faire avec 1 pagaie double et une simple pour 3. Ju se positionne derrière à la manoeuvre, Vaness au milieu pour donner les consignes, et LKT devant avec la pagaie double pour tracter l’embarcation.  Après 2 km, LKT a déjà grillé une cartouche en voulant tenir les kayakistes de raid aventure pays de vie. En vain et il a juste réussi à se tétaniser les bras, les épaules, et le dos.

100_3979

On sort 5 ou 6 ième de cette épreuve et on enfourche les VTT pour 7 km en road book. Ju dirige, Vaness vérifie les distances et LKT pointe les postes et sprinte pour rattraper ses équipiers. Ju  met un peu de temps à rentrer dans le road book, ne trouvant pas la case par où on commence ni le sens de lecture. Les distances ne correspondent pas bien avec les compteurs. Malgré quelques hésitations, nous conservons notre position.

DSC04078

Départ  pour un bike and run ( 2 VTT pour 3 ) de 12km. LKT part en courant et est obligé d’attendre les VTT.  Après 5 minutes, Ju est dans la carte et ça peut envoyer.  Au départ les relais se font entre Vaness et LKT. Mais il fait très chaud, et les coureurs laissent vite des plumes. Ju daigne donc céder son VTT pour 3 ou 4 relais. Cette épreuve semble interminable, et l’équipe s’accorde 2-3 minutes à la fin pour boire et manger.

DSC04087

DSC04113

DSC04114

Puis c’est VTT en suivi d’itinéraire. L’orientation n’est pas facile, tous les chemins ne figurant pas sur la carte et l’équipe préfère « verrouiller » en mesurant les distances à chaque intersection. Ca va un peu moins vite, mais au moins nous  faisons  peu d’erreur et de kilomètres inutiles.

Cela paye et on est toujours bien placés au départ d’une course à pied de 6 km en suivi d’itinéraire sur carte. Même stratégie de prudence que pour le VTT et ça se passe bien, LKT sprintant toujours après chaque pointage pour recoller aux 2 lièvres. Epreuve de tir à la carabine pour Ju avec une bonne réussite, pendant que Vaness et LKT tracent la VTT’O suivante. L’équipe d’Oliv, titi et perine arrive à ce moment pour la course à pieds, ils sont à environs 40 min derriere nous.

DSCF1024

100_4038

DSCF1029

DSCF1025

Pour la VTT’O, de nouveau c’est la prudence, on privilégie les « axes » nets aux petits layons incertains, quitte à faire quelques kilomètres supplémentaires. Dailleur pour etre sur, on va meme se retrouver pendant quelques centaines de metres sur la 4 voies.

L’équipe a bien fonctionné ce samedi : Vaness est une machine de régularité à VTT, Ju (brieffé avec « douceur » par Vaness) est resté concentré sur les cartes et n’a pas commis d’erreurs importantes et LKT a montré une belle persévérance à griller toutes ses forces pour revenir après chaque pointage. Il est environs 18h00, nous rentrons au bivouac: manger, douche (piscine pour certains), sieste, pour etre frais pour l’epreuve de nuit.

Image3

Pour la CO en course au score de 1h30 de la nuit, même fonctionnement d’équipe, et après une brève concertation sur l’enchainement des postes, c’est parti à bloc.

100_4076

Il fait encore très chaud. A part une petite erreur Nord Sud de Ju, vite corrigée, l’orientation est nickel par la suite. Le problème devient LKT et son physique qui flanche à 2 balises de la fin. Il s’accroche, Ju ayant pris le relais pour les pointages. On fini la CO carton plein, en 1h26. OUF !

Petit ravito solide, bières et au lit.

La musique à donf dans le village à côté jusqu’à 2 ou 3h du mat, n’aide pas à l’endormissement, et c’est après une petite nuit qu’on se remet en piste.

Le dimanche matin, nous pointons en 2ième position au général à 2 minutes des premiers mais les 3ième à 10minutes seulement derrière. Sans compter d’autres équipes de costauds à environ 30 minutes derrière.Va falloir tenir !

Un relais de 2 fois 2,5 km à pieds pendant que le 3ième tire à l’arc, est prévu pour disperser les équipes.

melu 3

DSCF1077

Vaness est volontaire pour le premier relais, Ju est volontaire pour se reposer au tir, et LKT est désigné volontaire pour le 2ième relais. Gros problème au premier relais à cause d’un balisage manquant ou disparu. Les coureurs sont égarés un peu partout dans la pampa et Vaness revient au bout de presque 20 minutes de course. L’organisation est un peu prise de court et c’est finalement les deuxièmes relayeurs avec départ groupé qui devront faire les écarts entre les équipes. LKT part prudemment mais ne tarde pas à tout donner,  ne supportant pas de se faire doubler. Il arrive cuit alors qu’il y a encore 60 km à faire !

Aussitôt, nous partons  en VTT suivi d’itinéraire sur 5 km , sans trop de difficulté.

On est  alors 3 ou 4ième a mettre le canoé a l’eau. Toujours dans les mêmes positions que la veille. Encore une cartouche de grillée pour LKT, qui sent qu’il n’a plus grand chose dans les jambes et dans les bras. Reste la tête , mais pour combien de temps ?!…

C’est l’heure de commencer la partie attendue avec impatience par toute l’équipe : La CO au score de 1H30 en forêt. Ju oriente toujours, LKT au pointage, et Vaness contrôle et surveille ses équipiers. A la deuxième balise en compagnie d’une autre équipe, on trouve la toile mais  on ne voit pas de pince. (il faut dire que les pinces ne sont pas accrochées aux balises, mais quelque part à coté, au dessus …) .Pensant que la pince a disparu,comme ça a été le cas une fois la veille, on décroche sans pointage et on enchaine. Il y a pas mal de dénivelé et les balises qui ne valent que 8 minutes, ne sont vraiment pas assez chères payées, mais nous allons quand même tout prendre. Encore une fois LKT donne tout pour rattraper les autres après les pointages et craque complètement à 3 postes de la fin et c’est Ju qui pointera.

Dernier effort pour finir la CO avec 10 minute d’avance. On explique le problème de pince de notre 2ième balise et là les organisteurs disent que les autres équipes ont pointé et qu’ils verraient. On est  un peu énervés. Il s’avérera que les 3 premières équipes passées sur ce poste n’ont pas vu la pince et le poste sera finalement validé.

Après un ravito rapide, remplissage en eau, et traçage de postes, c’est parti pour 8km de VTT’O. Ca n’avance plus très vite, mais il n’y a pas d’erreur de faites.

Puis bike and run en road book de 12km avec 2 VTT pour 3. Cette fois Ju est plus mis à contribution pour courir car LKT n’avance plus très vite et est incapable de recoller après les pointages. Les relais sont de plus en plus courts ( 200m mètres) et seul le passage comme des balles de l’équipe d’ATRAS, 3ième le matin à 10 minutes énerve un peu LKT, qui dans un dernier sursaut de 10 secondes tente de s’accrocher.  En vain, mais le rythme est un peu plus élevé les 2 derniers kilomètres. Vaness commence aussi à piocher, il est aux environs de 14h et le parcours est peu ombragé, on souffre beaucoup de la chaleur.

Enfin, il faut revenir avec 23 km de VTT suivi d’itinéraire. Les premiers kilomètres sont physiques et Vaness, la machine,  klaxonne derrière LKT qui gère comme il le peut son état proche du malaise, les yeux rivés sur le compteur, chaque kilomètre lui paraissant une éternité. Calvaire pour lui pendant 10 km, puis il se requinque un peu grâce à quelques pauses de « recallage » de Ju en prise avec une carte délicate.On finit le VTT dans les premières équipes sur un rythme acceptable, mais avec un soulagement certain.

P6280020

P6280021

gal-602567

Il nous reste à attendre les autres flyings, et on souffre pour eux. Cela ne nous  empêche quand même pas de prendre quelques bières, du préfou, et des entrecôtes excellentes…

Près de 2 heures plus tard, Perrine arrive ( à pieds !!!) suivie d’Olive et de Thierry. Apparemment, ils ont souffert eux aussi…

Et soudain le micro annonce :

« Les résultats scratch du raid Mélusine 2009 :

3ième : Sapeurs pompiers de Cholet

2ième : ATRAS »

Et la les collibets et autres moqueries des FA2 et des Biopèdes tombent en masse sur Vaness, Ju, et LKT :  » zet nuls ! » ,  » kesk vous avez foutu bordel ! », « Z’allez êtes virés d’l’assoce ! »…

Avant d’être calmés par le speaker  :  » Vainqueur : Flying Avent’hure1 ! »

DSC04903gal-602601

Belle surprise et belle récompense pour les efforts concentis ( et bon mouchage des autres chambreurs!!!!!!!!!!!!!!!!).

On comprend mieu pourquoi LKT s’est fait longuement interviewer par le journaliste quelques minutes avant la proclamation des résultats..

DSC04901

Article Ouest France :

article

Advertisements

5 Réponses

  1. Bonjour à vous, et bravo pour votre victoire de ce week end.
    J’ai participé au raid enduro le dimanche avec les raidillons. On en a bien bavé, mais comme c’était notre premier raid d’envergure, notre objectif était de terminer. On l’avait dans les jambes, mais notre orientation ( que ce soit CO ou VTT ) a vraiment été minable. On a passé notre denrier parcours vtt a doubler ( 7-8 fois ) le meme groupe plus a l’aise en orient’.
    Alors, comment faire pour progresser ?
    Bravo aussi pour votre site et votre belle association que je découvre ce soir.
    Voila, si ca vous dit, venez voir notre site, nous organisons un raid en Mai 2009 en Vallée de lYon ( pres de La Roche sur Yon)……
    Sportivement.
    Eric.

  2. Bravo les flying…
    Prenez quand même le temps d’essayer un hamac cet été… Surtout Julien… Je ne sais pas si c’est le surmenage mais on commence à être inquiet au boulot concernant sa santé psy…
    Allez, reposez vous un petit peu.

  3. Bonjour à vous, et bravo pour votre victoire de ce week end.
    J’ai participé au raid enduro le dimanche avec 2 equipes dobles mixtes en enduro (emmakikidom et les teous)
    j ai eu un enooooorrrrrrrrme plaisir a lire vos commentaires vous maniez aussi bien le sport que l humour quel regal
    nous aussi la carte vtt au 250000000eme nous a posé problème surout avec mes vieux yeux (merci aux equipes de devant on a sucé grave)
    pour le reste moyen partout bonne gestion des efforts
    les filles ont assuré commme des betes
    surprise et heureuses de finir 1er et 2eme mixte
    on vous attend aux chaussées
    sportivement
    dom

  4. Jeune stagiaire en formation, je fut donc confiée à l’équipe de « Pieds Nickelés », pour un week end pédagogique et ludique autour des sports natures. Je m’attendais à une science des plus précise et poitilleuse en orient’ ( ce à quoi m’a vait habitué jusque là ma mentor), et à partager le temps d’un raid l’effort de deux chevaux de course nationnaux qui ont participé au canéo, et dont les raid d’un week end sont une routine. J’accepte cette « formation » la boule au ventre — en me remémorant que la dernière fois que je suis grimpée sur un VTT, c’est il y a plus d’un an (et qu’est ce que j’en avait chié !!!) — bien que ma mentor me rassure en me disant : « tu verra, ils sont pas entrainés, et en VTT tu te fera tracter »…
    3, 2, 1, top départ… la suite racontée dans « compte rendu FA2 colle parfaitement à la réalité, et à l’esprit du raid.
    Mais que ce week end fut bon en leur compagnie, à faire des bornes en plus en pleine pampa vendéenne.
    Z’êtes parfaits les flying. A bientot…
    ZPM

  5. Bravo les Flying pour cette belle perf’ !!!

    Rendez-vous l’année prochaine en mixte sur Mélusine … et en attendant on se voit au raid des vendanges puisque je me suis fait enroler par LKT.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :