Nos amis les bêtes : Dracis, cistemaniaque


Dracis : surnom, pseudo, avatar ?

Dracis est apparu sur la planète « cistes » (vous savez, ces drôles de balises planquées aux quatres coins de partout) fin septembre 2006. Il est vite devenu une figure incontournable de cette activité ludique, décapsulant plus de 400 boîtes et fabriquant plus d’une centaine d’énigmes, en une grosse première année d’activité… Et depuis la mécanique s’est emballée.

Il nous fait ci-dessous le récit d’une soirée ordinaire de cisteur, et vous allez voir que c’est pô d’la tarte…

barque

Présentation rapide de la bête :

Prénom : JEAN-LOUIS

Surnom : DRACIS

Biotope : NIORT

Espèce : Rôdeur

Variété : Nyctalope

Age : Retraité

Qualité : Persévérant

Hobbie : La nature, le sport, le sport dans la nature

menhir

tresors-ciste

pigeonnier2

Ciste quand tu nous tiens !

 – Il est 23h…On va se coucher ?

Depuis près de six mois maintenant, je ne suis plus devant la télé comme avant mais devant mon micro, les yeux sur l’écran, le nez dans les cartes, la tête dans une énigme.

– Oui, j’arrive, je regarde le courrier et j’arrive ! Traduisez, je vais sur le site « Sur la piste des cistes », je regarde sur le forum si j’ai des messages et je regarde si une nouvelle ciste vient de sortir.

Bingo ! En voici une ! C’est celle que j’attendais, la dernière de la série et je sais oû elle se cache. J’imprime.

Demain, à l’aube, je suis sur place !

Raisonnable, j’éteins l’ordi et je rejoins la chambre conjugale.

 

depart-suggestif

Assis sur le bord du lit, j’enlève doucement une chaussette, je réfléchis : à quelle heure fait-il jour ? A quelle heure vais-je mettre le réveil ?

Je réfléchis mais je sais, je sais pertinemment que je ne vais pas m’endormir, c’est con, c’est vraiment con mais c’est comme ça ! Demain, j’appelle le toubib : « C’est grave docteur la cistemania ? »

Je remets ma chaussette, c’est décidé, j’y vais ! Il n’y a plus qu’une chose à faire, une toute petite chose à faire, c’est le dire à mon épouse préférée, qui déjà sombre dans les bras de Morphée. Après trente secondes de grattage de tête, je me lance, il faut bien avouer ses faiblesses :

         Chérie, tu me connais, je sens que je ne vais pas m’endormir, je vais chercher une ciste !

         Quoi, maintenant, tu es fou ?

         Mais non, c’est pas loin, juste à la sortie de Niort, j’ai déjà repérée, j’en ai pas pour longtemps, je prends mon téléphone.

         Ce n’est pas dangereux, au moins ?

         Non, pas du tout. (Traduisez, un talus à grimper et un bout de champ à traverser)

23h20, la pile à la main, j’avance vers la silhouette massive qui se dessine dans la nuit noire ; c’est un moulin ; enfin, c’était un moulin à vent, avant. Je franchis le seuil de la porte, je relis l’énigme de ce cher Flying – dans un trou au dessus de la porte-……le contact du plastique…..youpi, je l’ai !……Que m’arrive t-il ? Mais ma parole je jouis !

Je m’assois sur une grosse pierre et doucement je déballe la petite boite. Si vous n’avez jamais déballé une petite boite, vous ne pouvez pas savoir ! Je savoure intensément ce moment, j’éteins ma lampe, le silence devient assourdissant comme disait je ne sais plus qui.

Mais j’apprécie vraiment. Je n’ai pas peur du tout. Quel individu plus fou que moi, pourrait bien traîner là à cette heure, dans ce moulin sans toit, sinon un autre cisteur ?

   Je rallume, je regarde les deux ou trois objets que j’ai sortis de la boite,  j’opte pour « l’english man » et je mets à la place une belle petite pierre rouge.

   Je pense à la courte prose que je vais coucher sur le petit carnet que je sors de la boite……

Merde ! Pexi est déjà passé ! Complètement médusé, je cherche l’erreur. Comment est-ce possible ? Qu’ai-je fait ? Que n’ai-je pas fait ?

Vraiment très fort, celui là ! enfin …..ces deux là !

Et puis l’évidence me saute aux yeux, de 21h 30 à 23h, plongé dans des recherches sur Google, je n’ai pas été voir sur le site. De plus, Pexinois habite plus près. J’admet ma défaite,  on a vraiment dû se louper de peu !

Je replanque l’objet de mon ressentiment, j’ai perdu une bataille mais j’ai pas perdu la guerre !

Un dernier regard sur le moulin, et là, en retraversant le champ, je me dis que je ne suis pas sûr d’être bien net au niveau de mes éminences grises…

ciste-montagnardeciste-bretonne

Publicités

5 Réponses

  1. Excellent! On a tous un peu de Dracis en nous!!
    Mnd, un autre cisteur

  2. Génial ce post, j’aurais peut-être du mettre mon pseudo cisteur « coipou familly’

    Parce que c’est avec les 2 filles dont une en poussette qu’on traque la ciste dans le Niortais.

    A ce propos, je sais pas si c’est Dracis qui a planqué la ciste près d’une voie de chemin de fer, où il faut descendre dans les quéqué, traverser un champs, suivre le cours du rivière asséchée pour passer sous la route par un tunnel… quel pied ! merci pour cette ciste qui nous a permis de vivre l’aventure !

    Nous utilisons également le concept d’énigmes pour nos jeux de piste, faites un tour sur notre site, vous y reconnaîtrez certainement des endroits familiers

    Bonnes cistes à tous

    PS : on a planqué notre première ce week-end, reste à mettre l’énigme en ligne

  3. Cistes, balises, même combat…

  4. En effet Coipou, c’était bien le même Dracis.
    Sauf qu’en ce moment même la rivière doit être loin d’être asséchée, des bottes n’y suffiraient pas. Bon souvenir malgré tout.

  5. Bonjour,

    La page http://www.cistes.net reste inaccessible à ce jour…

    Avez-vous des détails sur ce désagrément?

    Cordialement, Mary-Chantal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :