Raid nocturne sud 2 sèvres 2008


Prévu initialement en mai 2008, ce raid a été reporté à ce we du 11et 12 Octobre, et « raccourci » à un raid nocturne.

C’était notre ( mes équipiers de « les kilos tests » et moi même) rendez vous traditionnel, car le seul raid en 2 sèvres jusqu’à présent.

Vaness, Ju, Thierry et Olive étant réquisitionnés pour tester une CO prévue pour notre raid Flying Avent’hure 2009, je m’inscris avec 2 potes , Benoist et Luc, habitués à me supporter en raid.

Premier blême, 1 semaine avant le départ, Benoist est forfait sur blessure et nous ferons donc le raid à 2.

Jour J : je suis en période de reconnaissance de circuits VTT et CO, et en travaux. Ma préparation est donc quasi nulle ( du bad , c’est dire si j’étais pas prêt !). Quand Luc passe me prendre à 17h, je n’ai pas encore mangé, mes affaires sont en vrac et on charge tout, à l’arrache  dans sa voiture. j’avale un reste de pâtes froides et c’est parti.

Sur place, on s’équipe ( par miracle , je n’ai rien oublié !), et on se dit qu’étant donné mon état de forme, on va faire le raid mollo. On apprend au brief que le départ se fera par paquet de 10 équipes toutes les 5 minutes. Nous partirons dans le dernier wagon, 25′ après les premiers, la nuit tombante. Comme d’hab, tout à l’inverse de ce qu’on s’était dit, on part sur un bon rythme en course à pied autour du plan d’eau.

Luc en prépa marathon, me met vite dans le rouge ( et ça durera un bonne partie de la nuit !), et on boucle ce circuit de 2,7 km en 11’30. Pas de problème , on est chaud !

On enchaine par du VTT en suivi de rubalise, physique mais sans difficultés. On remonte déjà pas mal d’équipes et ça bouchonne un peu dans les sentiers.

Suite à ça, on part pour une boucle en bike and run orientation sur carte IGN 1/10000 avec quelques balises à tracer. On enchaîne bien , et il est souvent plus avantageux d’être à pied qu’à VTT car les chemins sont cassants. On a quelques problèmes sur nos options d’orientation, certains chemins cartés , n’existants plus sur le terrain. On voit des équipes un peu dans tous les sens. Gros bouchon à un passage de clôture à la « 6 ». Je balance mon VTT de l’autre côté et explose mon porte carte. Il faudra donc finir en tenant le guidon d’une main et le porte carte de l’autre… SUPER sur des chemins cassants et de nuit ! On poursuit le chemin et on passe en troupeau dans une cour de ferme , où le propriétaire , visiblement surpris de notre présence, nous encourage… à déguerpir au plus vite ! On boucle le B&R , avec une balise non trouvée ( la 10) malgré la présence d’une dizaine d’équipes sur le poste, sûrement disparue ou enfouie sous les herbes en milieu de champ ?!…

On repart en VTT road book. Je me rend compte alors que j’ai perdu mon compteur (allez, ça continue les emm…des !). Heureusement, Luc a le sien, mais on s’aperçoit qu’il a un décalage de 20% par rapport aux distances données. On recalcule tout au fur et à mesure et on arrive sans trop de problèmes  quand même, avec toutes les balises.

Tir paint ball, avec visée très difficile, vite torché :

Maintenant c’est la grosse boucle orientation à pied. On est informé que la première balise a été déplacée car les bucherons ont un peu  » secoué » la forêt. En effet, des arbres couchés partout , des chemins quasiment invisibles, d’autres sur le terrain et pas sur la carte, des lisières modifiées…  Salauds de bucherons !…

On fait cette première partie de CO, en prenant des azimuts un peu barbares dans les bois et on tombe, en jardinant un peu, sur les postes. Sauf un, la « 7 », que l’on attaque par la lisière. Les décrochements étant un peu différents que sur la carte, on hésite, on attaque du bon endroit mais on ne trouve rien. J’essaie une attaque sur le décrochement suivant, et là, à 20m au pied d’un arbre , un beau morceau de rubalise, mais pas de balise ??????????

J’en déduis qu’elle a disparu, on n’insiste pas et on filoche jusqu’à Celles. Belle descente en rappel du clocher effectuée par Luc, après une petite attente en haut ;mais il avait besoin de récupérer de toute façon, alors ça « tombait à pic »( du haut du clocher : AÏE ! ).

J’en profite pour interroger les organisateurs et d’autres équipes sur la « 7 ». Réponse : » Bein, y’en a plein qui l’ont trouvée !… » Je ne comprend pas et on essaiera de repasser au retour , la CO n’étant pas finie.

Tir à l’arc dans le parc de l’abbaye : pas de problème, je n’ai pas trop abimé la cible !…

L’organisation note nos résultats et on repart pour finir notre CO. Pas mal de dénivelé après (  » N°7″ shootée au passage, alors qu’on était passé à moins de 10m le premier coup! GRRRRRRRR), on retourne à notre point de départ, et là un des organisateurs ( Jean Louis), nous interpelle :

 » Qu’est ce que vous foutez là ?!… »

« Bein on finit la CO ! »

« Z’avez tout fait à Celles, rappel, tir, CO urbaine ?  »

« CO urbaine ?!!! Non , on a fait rappel, tir et on a finit la CO de départ. »

 » Bein les gars faut retourner à Celles!… »

Aïe, Aïe, Aïe ! Encore du denivelé dans la forêt, à travers les arbres abattus ( et nous aussi !). On croise d’autres équipes dans le même cas que nous et on les informe. La fatigue aidant, l’organisation doit avoir les oreilles qui sifflent. De retour à Celles, on fait la CO urbaine, avec une carte pas facile à déchiffrer entre routes, chemins, clôtures, murs…Un ou deux postes ne sont pas au bon endroit, mais après un peu de jardinage et une descente « sauvage » à travers une  grosse haie, on trouve.

On prend tout sur cette CO et on rentre fissa, vers nos vélos. On commence à  être cuits.

Gros fil d’Ariane physique. On brule une cartouche de plus …

Et là, on nous file 2 cartes format A3 au 1/10000 à faire en boucle CO à pied. Barrière horaire 7h55.

Il doit être 3h du mat environ, on se remotive et on repart dans les bois de Celles. Là encore, les bois ont pas mal « bougé » et on s’en sort en faisant abstraction des sentiers sur le terrain (!!!!) , et en se tapant des azimuts/ distance à l’arrache. Pas mal d’équipes jardinent !

A 4h50, on est au pont de La Mothe ( que nous désescaladons sauvagement sur les fesses!) point de passage entre la première  et la deuxième carte . On se donne jusqu’à 6H30 pour butiner la deuxième avant de faire demi tour. On court toujours, en s’accordant quelques temps de marche dans les côtes, et depuis 3h du mat, j’ai un peu pris le dessus sur Luc physiquement, mais le rythme a bien baissé quand même. On est vraiment sur le foncier !

On ne fait pas trop d’erreurs, on gère bien l’effort et la concentration, et on boucle la CO, 2 minutes avant la barrière horaire, en laissant une quinzaine de postes sur environ 60. 5minutes de pause et on repart pour 1h25 de VTT’O. Toujours en tenant le porte carte d’une main mais cette fois, il fait jour et on voit où on roule ! Luc se donne à bloc pour recoller après chacun de ses arrêts « pointage ». On sacrifie 3 balises pour arriver 2 minutes avant la barrière horaire.

Au final,et malgré notre « scoumoune », on termine 1ère équipe de 2 et 3ième au scratch.

En résumé, un raid très physique, mais moins précis que les années précédentes sur les cartes CO.

Bonne ambiance entre les équipes( Bilitte, Armelle et Bruno et d’autres équipes associées temporaires en jardinage !…)

PS : Pour être précis et ne heurter aucune susceptibilité, voici quelques postes qui m’ont posé problème :Chemin en rouge peu pénétrable au début et inexistant sur la fin.

Chemins en rouge au niveau du « 145  » envahi par les souches ( bucherons !) , pas trouvé celui qui mène à la clairière, mais des départs avant (pointillé rouge ).

la fameuse 7 : perturbé par l’absence du premier décrochement et par des décrochements suivants plus marqués sur le terrain que sur la carte, cela m’a mis dans le doute sur le poste . De jour c’est sûrement évident mais de nuit un peu moins…

La où j’ai le plus jardiné : la lisière réelle ayant 20 à 30 m d’écart par rapport au chemin, on ne sait pas si le poste est bord de chmin ou angle de bois. c’était angle de bois , alors forcement en cherchant à 10m du chemin, on ne trouve pas ! De plus en se recalant sur la route à l’est , la lisière ne colle pas, car en réalité le bois va jusqu’à la route. Encore une fois de jour c’est facile, mais de nuit ça se complique.

Sur la Co urbaine ( je n’ai plus la carte ) , mais de mémoire, j’ai eu un doute sur ce poste. ça parait très proche, mais entre les 2 il doit y avoir plus de 3m de dénivelé.

Sans parler de celle du pont dans la CO urbaine qui était en fait une erreur de pose et qui a été rectifiée…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :